Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

« Le Parti congolais du travail. Faire la politique autrement »,

Publié le 9 Octobre 2016 par André LOUNDA in Culture et Arts

« Le Parti congolais du travail. Faire la politique autrement »,

« À ceux qui auront tendance à me faire un procès d’ancienneté et d’expérience dans le parti… je m’inscrirais en faux face aux arguments d’éminents cadres qui font l’économie de la réflexion sur la nécessité de procéder à la refonte de notre maison commune (le PCT ndlr) au nom d’un conservatisme béat qui s’apparenterait plutôt à un désistement sournois », « Pour ma génération, mieux que le témoignage, je suis sommé de susciter le débat, tel est l’argument essentiel de cette prise de position publique, qui est dans la posture de la modeste contribution d’un adhérent »

Ces propos de Hughes NGOUOLONDELE nous poussent à découvrir le contenu de son livre intitulé: « Le Parti congolais du travail. Faire la politique autrement »paru il y a quelques jours, en France, chez Jaguar-Edition Conseil. Ce livre de quatre-vingt-quinze pages, seize chapitres montre en photo costume-cravate, sur couverture fond noir, écrit à la première personne du singulier, est préfacé par un ancien du PCT, Camille BONGOU. Il comporte un long extrait du discours prononcé par Léon Blum au 38è Congrès national de la SFIO (Section française de l'internationale ouvrière), le 1er septembre 1946, dans lequel il triturait les immobilismes. Un Avant-propos signé de l’auteur, puis deux annexes, dont le premier est une coupure de presse, et le second, l’entretien de Hugues NGOUOLONDELE, invité de l’émission de radio-Congo, « Face aux auditeurs », le 4 juillet 2014, complètent la mouture du texte. En voilà pour le décor. Le PCT serait-il à ce point passé de mode, vieilli et phagocyté? L’inventaire de l’auteur, sans complaisance, met à nu l’obsolescence de ce parti qui, pendant des décennies, a dominé l’échiquier politique congolais. Il ne se complait pas dans une intempestive logorrhée. Bien au contraire, il exprime le dépit d’un militant qui voit ses idéaux bradés sur l’autel d’un clientélisme désuet et dégradant. L’auteur affirme, sans démagogie, que le déclin du crédit des partis dans le monde est largement partagé, au-delà du cas spécifique qui nous occupe ici. Pour lui, au fond, ce titre est un prétexte, à partir d’un cas topique, de s’adresser aux opérateurs politiques, quelles que soient leurs obédiences, afin de les amener à réfléchir sur leurs expériences, à l’intérieur de leurs propres formations politiques qui vivent une réalité similaire. Hugues NGOULONDELE plaide la survie de son parti. Il la croit possible à condition pour ce qu'est devenu à son avis le « patrimoine immatériel de tous les Congolais » de se remettre en question, et pour ses dirigeants, d’arrêter de faire semblant quand rien ne marche vraiment. « Tout devra être mis sur la table de discussion », explique-t-il, si le PCT veut vivre dans le siècle présent : « le nom du parti, les emblèmes, les méthodes de travail, les équipes de travail, etc. ». L’auteur s’élève contre la sclérose qui s’est emparée du PCT, un parti qui, pour lui, ne parvient pas à s’ériger en une force de propositions pour accompagner les actions du président de la République.

Pour Hughues NGOUOLONDELE, son «livre est tout, sauf une posture de défiance ou d’hostilité envers le parti mais bien une volonté d’instaurer enfin ce débat régulièrement occulté voir boycotté». Ce livre va ouvrir des débats houleux ! Ce qui annonce peut-être les couleurs de la rupture et le changement dans les perspectives du prochain congrès. A lire absolument.

Commenter cet article