Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

« Comme dans la fable de la Fontaine, la cigale et la fourmi, le régime de Brazzaville, qui a laissé passer tout le temps de son mandat issu du hold up électoral de 2016, n’a pas cru utile de préparer l’élection présidentielle de 2021 », a déclaré Clément MIERASSA

Publié le 6 Janvier 2021 par André Lounda in POLITIQUE

La Fédération de l’Opposition Congolaise que dirige Clément MIERASSA, a animée une conférence de presse le mercredi 06 janvier 2021, suite au message à la Nation du Président de la République, Chef de l’État. Conférence qui s’est articulée autour de la situation générale du pays ; le message sur l’état de la Nation du Chef de l’État ; les élections présidentielle de mars 2021. Sur la situation générale du pays, pour la Fédération de l’Opposition Congolaise affirme que jamais le Congo n’a connu un tel effondrement. Et sur la situation politique, la violation des dispositions constitutionnelles et réglementaires est devenue la régie de gestion ; le non exercice du jeu démocratique s’est érigé en un système de gestion de la cité et bien d’autres points ont été évoqué au cours de cette rencontre d’échange avec  la presse dont voici le contenu dans le propos liminaire.

Mesdames et Messieurs de la presse,

Distingués invités,

Très Chers compagnons de lutte,

Je vous salue et vous remercie d’avoir répondu à l’invitation de la Fédération de l’Opposition Congolaise.

De même, au seuil de cette année nouvelle, je vous adresse mes souhaits de santé parfaite, de bonheur, d’amour, de succès et de réussite, ainsi qu’à vos familles respectives.

Mesdames et Messieurs,

2020, aura été une année plus que difficile pour l’humanité toute entière. En effet, le monde a été secoué par la pandémie du coronavirus avec sa cohorte de décès, de perte d’emplois, de misère, de privation des libertés individuelles et collectives.

La République du Congo, notre pays, n’a pas été épargné. C’est le moment d’avoir une pensée pour ceux qui nous ont quittés, notamment les anciens Présidents de la République, Pascal LISSOUBA et Jacques Joachim YHOMBI OPANGO.

Je vous invite à vous lever et à observer une minute de silence en leur mémoire.

Mesdames et Messieurs,

Nos échanges de cet après-midi vont s’articuler autour des points ci-après :

-la situation générale de la République du Congo ;

-le message sur l’état de la Nation du Chef de l’État ;

-l’élection présidentielle de 2021.

                                                   Situation générale du pays

D’emblée, la Fédération de l’Opposition Congolaise affirme que jamais le Congo n’a connu un tel effondrement.

Sur le plan politique, la violation des dispositions constitutionnelles et réglementaires est devenue la règle de gestion.

Le non exercice du jeu démocratique s’est érigé en système de gestion de la cité.

La propagande médiatique naguère révolue, a refait surface au sein des médias publics.

Le pillage des richesses nationales s’amplifie chaque jour davantage.

Les systèmes éducatif et sanitaire sont totalement délabrés et désarticulés.

L’économie nationale s’est effondrée.

La pauvreté et la misère sociale ont atteint un niveau de paupérisation généralisée.

La force publique a cessé d’être républicaine et au service du peuple.

Les villes et les routes sont dans une dégradation prononcée.

L’électricité et l’eau sont devenues des denrées rares.

                            Le message sur l’état de la Nation du Chef de l’État.

Le 23 décembre dernier, le Chef de l’État a adressé, devant le Parlement réuni en congrès, le message sur l’état de la nation en 2020. Comme d’habitude, le Chef de l’État s’est livré à un exercice d’autosatisfaction, en totale contradiction avec la situation du pays ci-dessus décrite.

Quelques exemples peuvent le témoigner : peut-on vraiment parler du respect des normes constitutionnelles et réglementaires dans la position d’un Président de la République en même temps Président du Comité Central du Parti Congolais du Travail ? Avec des autorités dont le patrimoine n’est pas déclaré ? Avec des pilleurs de la République non inquiétés par la justice ? Avec des partis politiques inexistants sur l’ensemble du territoire national, mais déclarés conformes à la loi ?

A la vérité le message sur l’état de la Nation n’a été une fois de plus, qu’un simple rituel.

                                                     Élection présidentielle de 2021

Comme dans la fable de la Fontaine, la cigale et la fourmi, le régime de Brazzaville, qui a laissé passer tout le temps de son mandat issu du hold-up électoral de 2016, n’a pas cru utile de préparer l’élection présidentielle de 2021. Voilà que, quelques jours avant cette échéance, il se précipite à créer les conditions d’une élection crédible, transparente et apaisée. Et Madingou fut choisi comme le lieu où le temps devait âtre rattrapé. Comme il fallait s’y attendre, la concertation politique de Madingou n’aura été qu’une occasion de distraction de l’opinion nationale et internationale.

Pire encore, la même Commission Nationale Indépendante (CENI) à l’origine du hold up électoral de 2016, a été reconduite dans son entièreté. De même, le corps électoral toujours contesté parce que mon fiable, va servir à nouveau de matrice.

En fait, toutes les conditions sont ainsi réunies pour une élection non crédible non transparente, non apaisée.

Dans ces conditions, la question fondamentale, qui se pose est de se demander s’il est raisonnable et responsable pour la Fédération de l’Opposition Congolaise de participer à l’élection présidentielle de 2021. La réponse à cette importante question sera donnée à la troisième Convention de notre groupement politique, qui se tiendra courant ce mois de janvier, conformément aux conclusions de la première session ordinaire du Conseil Fédéral.

Mesdames et Messieurs, je vous remercie pour votre attention et me mets à la dispositions de la presse pour des éventuelles questions.

 

 

Commenter cet article