Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

AfricaMuseum : appel à candidature pour la résidence « Savoirs écologiques » 2021

Publié le 17 Mai 2021 par GéoAfriqueMédias.cg in Appel à candidature

Le musée belge souligne que le délai de soumission des dossiers est fixé au 11 juin 2021 pour les artistes, musiciens, journalistes, architectes, ingénieurs et toutes les personnes créatives intéressées, particulièrement sensibilisées par l’impact humain sur l’environnement, la biodiversité, les savoirs écologiques et inspirées par les collections muséales.

 

Les candidatures sont à transmettre par courriel à l’une des deux suivantes adresses : jacky.maniacky@africamuseum.be ou isabelle.van.loo@africamuseum.be, au plus tard le 11 juin. Le dossier à fournir doit comprendre les pièces suivantes : « CV, lettre de motivation, description du projet de résidence et du résultat envisagé ». Cofinancée par le programme « Europe créative » de l’Union européenne dans le cadre du projet européen Taking Care, la résidence « Savoirs écologiques » 2021 est organisée par l’AfricaMuseum pendant douze semaines, à partir de septembre. Elle vise, précise-t-on, un triple objectif. En premier, c’est que le travail qui y sera effectué propose «  un nouveau regard, de nouvelles perspectives sur l’écologie ». En second lieu qu’elle génère de « la créativité sur le thème des connaissances écologiques et des changements environnementaux inspirée par les collections et archives du musée ». Et en définitive qu’elle contribue à « une meilleure compréhension des relations qui lient collections, environnement, et populations (communautés sources en particulier) ». Pour ce faire, le résidant aura accès aux collections et archives de l’AfricaMuseum et s’en servira comme lieu de coproduction de savoirs. Par ailleurs, est-il souligné : « les candidatures de personnes basées en Afrique centrale sont fortement encouragées ».

L’AfricaMuseum formule une double attente à la suite de cette résidence offerte en douze semaines de présence, dans l’espoir d’une amélioration de la situation sanitaire. De l’invité (e) en résidence, le musée de Tervuren attend la « tenue d’une communication (Museum Talk) ou participation à une table ronde ». Mais aussi la « production d’un résultat ». Il s’agit là soit de faire « une intervention dans l’exposition permanente, une petite exposition, une installation/performance dans l’AfricaMuseum », soit « un manifeste ou soit encore la réalisation d’un outil ou d’un contenu multimédia ».

Savoir que la résidence fera l’objet d’une convention, de son côté, l’AfricaMuseum va assurer « la prise en charge des frais de transports/déplacements et de logement ». Par ailleurs, il entend tout aussi pouvoir au « paiement d’une allocation journalière (per diem) et d’honoraires ».

Les musées, des espaces de soin

Quant au projet Taking Care, il rassemble quatorze musées européens, issus chacun d’un pays différent dont l’AfricaMuseum, la réputée institution qui a pignon sur rue à Tervuren, en Belgique. Initié par le Weltmuseum de Vienne, il a été lancé en octobre 2019 avec « l’ambition de faire des musées ethnographiques et culturels en Europe des espaces de soin », d’où le terme anglais Taking Care. L’expression qui, signale-t-on, « a inspiré le titre de ce projet résume l’idée selon laquelle les musées ont un devoir non seulement envers les œuvres conservées au sein de leurs murs, mais également envers les communautés auxquelles ces objets appartenaient ou ont appartenu »

C’est à cet effet que les musées partenaires aborderont ensemble les divers thèmes ayant trait à la conservation de ce patrimoine. Et de préciser dès lors que « les deux principaux sujets évoqués dans la présentation du projet sont, d’une part, les liens entre ces collections ethnographiques, la crise environnementale et les questions autour de l’anthropocène ». Et, eu égard au fait que, « plusieurs objets constituent des souvenirs d’environnements naturels qui ont depuis disparus, d’autre part, c’est la répartition – et l’éventuel retour – des objets culturels qui doit être discutée ». Ce, à l’occasion d’ateliers, de résidences d’artistes (à l’instar de celle que prévoit l’AfricaMuseum), des publications, et des événements grand public. C’est de la sorte que le projet Taking Care entrevoit de « traiter ces questions de façon ouverte, participative et créative ».

Source Les Dépêches de Brazzaville

 

Commenter cet article