Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

HALC : « Le moment est venu pour dénoncer les actes de corruption », a lancé Emmanuel OLLITA ONDONGO

Publié le 1 Octobre 2021 par André LOUNDA in société

C’est dans le cadre de la réalisation de sa mission de prévention, que la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption est organisé sa première campagne de sensibilisation des citoyens congolais sur la corruption et la vulgarisation des textes juridiques fondamentaux de base de la HALC auprès d’un échantillon des administrations publiques. Poursuivant sa ronde, la HALC a cette fois-ci procédé à la 5ème campagne de sensibilisation sur la corruption et de vulgarisation des textes juridiques au Ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique, le 29 septembre 2021 à Brazzaville.

L’occasion était tout indiqué au cours de cette session d’échanges avec les cadres de ce ministère pour le Président de la HALC, Emmanuel OLLITTA ONDONGO de lancer un vibrant appel aux citoyens congolais, « Le moment est venu pour dénoncer les actes de corruption, la HALC a besoins des lanceurs d’alertes, dénoncez les actes de corruptions par le numéro vert 123».

Le Ministre Léon Juste IBOMBO a manifesté sa joie en abritant cette 5ème Session de la HALC, « C’est avec joie et un sentiment d’interpellations collectives que j’ouvre ce jour, mercredi 29 septembre 2021, largement les portes du Ministères des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique pour recevoir la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption dont la détermination et l’engagement à lutter contre les antivaleurs, je ne sais pas s’il est encore vraiment besoin de le dire sont une réponse à la volonté politique du Président de la République, Son Excellence Monsieur Dénis SASSOU N’GUESSO de son Gouvernement sous l’impulsion du Premier ministre, Monsieur Anatole Collinet MAKOSSO.

« En effet, la corruption, cette gangrène tant décrié doit être combattue avec la plus grande énergie, est au centre de nos travaux de ce jour. Comme vous le savez, en ayant mis la corruption et les autres infractions assimilées au cœur de ses deux séminaires gouvernementaux, le Gouvernement de la République a pris la mesure de cette bataille socio-économique, facteur de régression », a fait savoir Léon Juste IBOMBO.

Aussi, il, a salué chaleureusement, au nom de l’ensemble des cadres du Ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique, le Président de la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et sa délégation venue ici sensibiliser, vulgariser les textes juridiques dédiées à cette lutte.

« C’est le meilleur moyen pour nous, de nous approprier les fondements de notre commune appartenance à une nation respectueuse de ses lois et règlements en la matière. Au moment où notre monde semble dériver, sous les prétextes de crises, vers la généralisation des antivaleurs, la présente rencontre Haute Autorité de Lutte contre la Corruption/ Ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique, est pour nous une occasion d’un échange fructueux qui devrait aiguiser la conscience de nos cadres et agents sur les méfaits de ce fléau destructeur» a-t-il indiqué.

De son côté, Emmanuel OLLITTA ONDONGO ouvrant les travaux au nom de la HALC a félicité la reconduction de Léon Juste IBOMBO à la tête de ce vaste département ministériel et d’autre part, il l’a remercié pour avoir bien voulu répondre à la sollicitation de son institution et l’a remercié pour cette opportunité qu’il offerte à cette nouvelle institution considérée aujourd’hui comme la renaissance de l’espoir au Congo.

« Cet acte dénote de votre volonté à contribuer à la réalisation d’une manière générale, des objectifs définis dans le projet de société du Président de la République, j’ai cité : « Ensemble poursuivons la marche » et de façon particulière, à la réussite des missions confiées à notre institution par la République. Cette ouverture que nous constatons en vous et votre bonne volonté de coopérer avec la HALC, nous laissent croire que c’est l’effet de votre brillant passage à la CNLCCF. Vous êtes donc un averti en matière de lutte contre la corruption », a déclaré Emmanuel OLLITA ONDONGO.

Poursuivant son propos, le Président de la HALC a défini d’abord la Corruption, ensuite la concussion et enfin la fraude.

La Corruption, c’est l’action qui consiste à engager une personne investie d’une autorité à agir outre son devoir, en se soudoyant.

La Concussion quant à elle, c’est la perception illicite par un agent public, de sommes qu’il sait ne pas être dû, une exaction, une malversation.

La Fraude, c’est une action faite de mauvaise foi dans le but de tromper.

La tentative de l’une ou l’autre de ces infractions est prévue dans la loi anti-corruption N°5-2009 du 22 septembre 2009.

Au sens courant, l’impunité est le fait de ne pas risquer d’être puni lorsqu’on pose un acte qui va à l’encontre des règles établies.

Aussi, il a fait savoir que la 5ème séance de la campagne de proximité de la HALC, après notre passage dans quatre précédents départements ministériels. La motivation participative des cadres à l’activité prend de l’ampleur, c’est un bon signe dans la démarche à suivre. Le chemin est long c’est vrai mais « le voyage le plus long commence toujours par le premier pas » dit un adage français. Cette vaque de campagnes de porte à porte qui fera la ronde de tous les ministères, aura pour points de chute, la Primature, les 2 chambres de parlement et la Présidence de la République, avant de clôturer par un carnaval anticorruption, dans nos deux (2) villes capitales, j’ai cité Brazzaville et Pointe Noire. Nous avons le devoir de baliser la voie de l’émergence du Congo tant attendue. Or il est incompatible de sauver d’un côté l’émergence d’un pays, et de l’autre entretenir dans ce même pays, les antivaleurs comme la corruption, la concussion, la fraude j’en passe. Le seul secret pour y arriver, c’est le changement de comportement des filles et fils de ce beau pays que nous aimons tous.

Au cours des travaux, les participant ont suivi quatre exposés et les textes sur la corruption suivi d’échanges interactifs à savoir : Ecosystème National de lutte contre la corruption, Rôle et place et Développement de la HALC ; la HALC et ses procédures de saisine ; l’Aperçu Générale de la Loi anticorruption ; Lutte contre la corruption : place de la loi relative à la déclaration du patrimoine. Loi N°3-2009 du 7 février 2019 portant création de la Haute Autorité de Lutte Contre la Corruption ; Loi N°4-2019 du 7 février 2019 relative à l’obligation de déclaration de patrimoine par les citoyens élus ou nommés à une haute fonction publique ;Loi N°5-2009 du 22 septembre 2009 sur la corruption, la concussion, la fraude et les infractions assimilées ; Décret N°2019-391 du 28 décembre 2019 portant organisation et le fonctionnement de la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et le Décret N°2019-320 du 12 novembre 2019 fixant les modalités d’application de la loi relative à l’(obligation de déclaration de patrimoine par les citoyens élus ou nommés à une haute fonction publique.

A noter que ces initiatives de la HALC tant attendu portent tant d’espoir pour le Congo. La constitution du 25 octobre 2015 nous dit que tous les citoyens congolais sont égaux devant la loi et ont droit à la protection de l’Etat. C’est pour rassurer qu’il n’y a pas de congolais qui sont plus congolais que les autres devant cette réalité que s’impose la notion TOLERANCE=Zéro. Et c’est donc ici où la HALC déclare haut et fort que «la récréation est terminé » pour preuve lors de son discours sur l’état de la nation en décembre 2018, Son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO a déclaré : « il n’y aura ni menus fretins ni gros poissons, tout passera dans la nasse de la justice ».

 

 

 
Commenter cet article