Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Réunion du segment des experts des Ministres de la Promotion de la Femme et du Genre de la CEEAC

par André LOUNDA 12 Décembre 2021, 16:54 International

« Les Défis de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies », constitue le thème de la Réunion des Ministres de la Promotion de la Femme et du Genre de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) tenue le 11 décembre 2021 au centre de conférence de Kintélé en République du Congo.

Placée Sous le Très Haut Patronage de Son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat, Président en exercice de la CEEAC, en prélude à la réunion des Ministres de la Promotion de la Femme et du Genre, le 10 décembre 2021 s’est ouvert le segment des experts placé sous le patronage de Madame Inès Nefer Bertille INGANI, Ministre de la Promotion de la Femme et de l’Intégration de la Femme au Développement, représenté par sa Directrice de Cabinet, Nathalie KAKY en présence de la Représentante Résidente Adjointe du PNUD au Congo ; la Représentante du Bureau Régional des Nations Unies pour l’Afrique Centrale et de Madame la Commissaire du Genre et Développement Humain de la CEEEAC.

Ouvrant les travaux, Madame Nathalie KAKY au nom de Madame le Ministre congolais en charge de la Promotion de la Femme et de l’Intégration de la Femme au Développement a premièrement souhaité la bienvenue en terre congolaise à tous les membres de leur auguste assemblée qui ont fait le déplacement de Brazzaville ainsi qu’à l’endroit de toutes les personnalités résidant à Brazzaville, délégué par leurs Etats et qui ont répondu favorablement à l’invitation.

« Les présentes assises, il faut le dire, sont une éloquente illustration de notre adhésion au processus déclenché depuis l’année  dernière à travers l’adoption de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur les Femmes, la Paix et la Sécurité. Par ailleurs, ce processus s’est poursuivi par l’adoption, le 24 mai 2018 à Brazzaville du Plan d’Action Sous Régional de mise en œuvre de ladite Résolution. Plusieurs pays de notre sous-région disposent aujourd’hui des plans d’actions nationaux de mise en œuvre de la Résolution 1325. Au regard des nombreux défis auxquels sont encore confrontées les filles et les femmes dans notre sous-région en matière de paix et de sécurité, aggravés par les effets néfastes des changements climatiques et de la pandémie à coronavirus COVID-19, les résultats attendus de cette rencontre appellent à une prise de conscience collective ». a-t-elle rappelé.

Avant de clore son propos et de déclarer ouvert les travaux du segment des experts, Madame Nathalie KAKY a exprimée au nom de Madame Inès Nefer Bertille INGANI avec déférence, toute sa reconnaissance à Son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat, Président en exercice de la CEEAC pour sa constance dans les actions en faveurs du maintien de la paix dans la sous-région en général et dans notre pays le Congo en particulier. Ainsi, dans l’attente des recommandations novatrices, elle a souhaité aux experts des fructueux échanges et elle a déclaré ouverte la réunion des experts des ministres en GENRE ET DE LA Promotion de la Femme des  Etats membres de la CEEAC sur les défis de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

De son côté, Madame KAPINGA, Commissaire de la CEEAC au nom du Président de la Commission de ladite communauté, Son Excellence Ambassadeur Gilberto Da PIEDADE VERISIMO à cette occasion a remercié au premier rang Son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO ? Pr2sident de la République, Chef de l’Etat congolais, Président en exercice de la CEEEAC pour avoir accepté d’abriter cette réunion à Brazzaville, pour l’accueil très chaleureux, et toutes les dispositions prises en vue d’en assurer le succès, ainsi que pour son leadership à la promotion de l’égalité femmes-hommes. Et à l’endroit de Madame Inès Néfer Bertille INGANI, représentée par son Directeur de Cabinet, pour les actions remarquables qu’elle réalise depuis qu’elle est à la tête de ce département ministériel.

Poursuivant son propos, elle a  rappelé  que nous sommes réunis ici aujourd’hui pour examiner principalement la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies en Afrique Centrale, dont les grands axes sont : (i) la participation des femmes dans le cycle du processus de paix ; (ii) la protection des femmes et des jeunes filles ; (iii) la prévention des conflits et enfin (iv) l’assistance à la reconstruction.

Elle a aussi souligné que cette fameuse résolution 1325 trouve son origine-même dans le courage, le leadership et la réalisation des organisations des femmes de la société civile qui promeuvent, depuis la nuit des temps, la paix dans les conditions souvent  très difficiles. Et à titre de rappel, cette résolution a été adoptée le 31 octobre de l’an 2000 reste, sans aucun doute, l’une des initiatives ayant marqué de son empreinte l’histoire de la prise en charge des conditions des femmes et des filles dans les conflits armés ainsi que celle de leur protection. Elle met aussi en exergue leur rôle stratégique dans l’ensemble des processus de maintien de la paix et de reconstruction. Sur le plan historique, elle met l’accent sur la responsabilité des Etats de protéger les droits des femmes, d’assurer leur participation effective dans le processus de paix et de prendre en compte les besoins et les priorités spécifiques des femmes dans la réponse  humanitaire et la reconstruction post-conflit. Cette responsabilité de protéger (qui est acquis comme principe UNIVERSEL), d’impliquer et d’assister les femmes doit être facilité pour la promotion de la femme comme actrice de paix et facteur de cohésion sociale.

Pour conclure, elle a fait savoir que cependant, nous constatons que quelques défis subsistent notamment sur deux volets : celles relatives à la violence à l’égard des femmes et des filles et la sous-représentation des femmes de notre espace régional dans les instances de gouvernance publique et internationale.

Elle a rassuré qu’à cet effet, la CEEAC se mobilise pour renforcer son approche en mettant en place le réseau des femmes médiatrices de la CEEAC, dont le lancement a été fait à la conférence de Kinshasa sur « l’implication des femmes dans le processus de prévention, de médiation et consolidation de la paix », tenue le 08 décembre 2021. Cette conférence est assortie d’une déclaration qui sera soumise à vos assises, chers Experts des Etats membres.

A noter qu’au cours des travaux, les experts se sont penchés sur les Recommandations de la mise en œuvre effective du Plan d’Action Régional sur la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies ; à l’Elaboration de l’Agenda Femme, Paix et Sécurité en Afrique Centrale ; la Validation des Plans connexes et la déclaration de Kinshasa de la conférence des femmes sur la paix et la sécurité et de la Restitution de la Réunion de Haut niveau des Chefs d’Etat et de Gouvernement sur la masculinité positive tenue en RDC.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page