Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

Guerre en Ukraine en direct : des bombardements sur plusieurs villages dans l’Est et une armée russe qui fortifie ses positions dans le Sud

Publié le 3 Novembre 2022 par GéoAfriqueMédias.cg in International

Le Conseil de sécurité rejette la demande russe d’enquête sur le prétendu développement d’armes biologiques en Ukraine

Le Conseil de sécurité a rejeté, mercredi, une résolution rédigée par la Russie réclamant une enquête sur ses accusations concernant l’implication de Washington dans le développement présumé d’armes biologiques en Ukraine. La Russie avait officiellement demandé la semaine dernière une enquête de l’ONU sur ces accusations qu’elle avance régulièrement depuis le début de son offensive en Ukraine.

La résolution qu’elle a soumise au vote mercredi a recueilli deux voix en faveur (Russie et Chine), trois voix contre (France, Etats-Unis et Royaume-Uni, qui ont un droit de véto) et les 10 membres non permanents du Conseil se sont tous abstenus.

L’ambassadeur russe adjoint Dmitry Polyanskiy a regretté le résultat du vote, dénonçant l’attitude des pays occidentaux qui « ont fait la preuve que les règles ne s’appliquent pas à eux ».

« Les Etats-Unis ont voté contre cette résolution parce qu’elle est basée sur la désinformation, la malhonnêteté, la mauvaise foi et un total manque de respect » pour le Conseil de sécurité, a répondu l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield qui a fustigé « la duperie et des mensonges de la Russie » ajoutant : « personne ne s’y laisse prendre, à part la Chine ».

Les Etats-Unis et l’Ukraine avaient déjà rejeté catégoriquement la semaine dernière les accusations de la Russie, les Américains les qualifiant de « pure invention ». Le haut représentant adjoint des Nations unies chargé des questions de désarmement, Adedeji Ebo, avait lui indiqué que l’ONU n’était « pas au courant » d’un programme d’armes biologiques en Ukraine et n’avait pas de mandat ni de « capacités techniques » pour enquêter.

Commenter cet article