Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

Second Armand Ulrich MOUSSOUNGOU est désormais Docteur de l’UMNG

Publié le 26 Février 2022 par André LOUNDA dans Education

« Toxicité et Traitements par AGERATUM Conzoïdes UNNE, Des Affections Chroniques Introduites chez le rat WISTAR, cas de la Polyarthrite Rhumatoïde et de l’Hypertension Artérielle », constitue le Titre pour l’obtention, du Diplôme de Doctorat Unique dans le Domaine des Sciences Naturelles et Exactes, au Parcours ; Sciences Biologique (SBio) ; Spécialité : Bio Ecologie et Physiologie Animale (BEPA) ; Option : BEPA) ; Option : Physiologie Intégrative et Physiopathologie Expérimentale (PIPE), présentée et soutenue publique le 25 février 2022 à Brazzaville par l’impétrant Second Armand Ulrich MOUSSOUNGOU, Titulaire du Master es Sciences de la Faculté des Sciences et Techniques de l’Université Marien NGOUABI en République du Congo.

A cet effet, le jury composé de : Président, , Professeur Georges Marius MOYEN de l’UMNG ; Rapporteur Interne, Professeur Amegnona ABGONON de l’UL- Togo. Rapporteur Interne, Professeur Martin DIATEWA de l’UMNG : Examinateurs : Professeur Honoré TSIBA et ARMAND Wilkfrid ETOU, Maître de Conférences de l’UMNG ; Directeur de thèse : Professeur Ange Antoine ABENA, Président de l’Université Dénis SASSOU N’GUESSO. Face aux membres du Jury, dans son exposé le constat est que son travail de recherche s’est focalisé sur les bases  théoriques et méthodologiques. Si bien que le questionnement et l'appréciation des membres du Jury s’est articulé sur ce cadre et sur  la clarté de son langage. L’impétrant Second Armand Ulrich MOUSSOUNGOU, a maîtrisé le sujet,  son exposé  a été clair et il a répondu favorablement aux questions du Jury ainsi, le Jury lui a décerné le grade de Docteur de l'Université Marien NGOUABI avec la mention "Très Honorables et les félicitations du Jury". Cette mention est justifiée par l’originalité, la qualité de la thèse insufflée par les hypothèses et approches méthodologiques qui ont servi comme outils d’analyse.

Ce travail de recherche structuré en quatre parties principales à savoir : l’introduction,  la revue de littérature, les résultats et la description,  la conclusion et les perspectives a permis au nouveau Docteur de montrer qu’une plante que l’on retrouve chez nous ici au Congo l’AGERATUM Conzoïdes pouvait aider les praticiens et médecins de traiter les maladies liées aux arthritiques et des maladies chronique, il l’a résumé comme suit : « Nous avons étudié la toxicité et le pouvoir antipathique et an hypertensif de l’ AGERATUM Conzoïdes ont montré que les extraits aqueux administrés par voie orale ne présentent aucune mortalité chez les rats WITAR jusqu’à 5.000 mg/kg. Par contre des troubles de toxicité, susceptibles de provoquer la mort des hépatocytes aux doses de plus de 50 mg/kg ont été enregistrés. L’étude de l’activité antiarthritique de l’AGERATUM Conzoïdes, a montré que l’extrait aqueux à 100 mg/kg, la pommade à 4 et 8 g/kg et la combinaison d’extrait-pommade chez le rat, augmentent le poids corporel du rat arthritique précédemment faible, l’œdème arthritique sans causer d’anémie ou de thrombocytes. Cependant, cet extrait aqueux pourrait bloquer l’action des TNF-a, d’où son effet positif contre la dégradation osseuse et articulaire. De plus, l’extrait aqueux de l’AGERATUM Conzoïdes sur la tension artérielle chez les rats noms entendus  provoque une baisse immédiate de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle diastolique et systémique, induisant un effet hypotenseur. Ce qui suggère un effet hypotensif transitoire de cet extrait. Aux fortes doses de 80 et 160 mg/kg, la baisse de la PAS et de la PAD transitoire est suivie d’une augmentation soutenue autour de +20% de ces deux composantes de la pression artérielle, en provoquant un effet hyper-tenseur bi phasique et permanent. Ce qui pourrait être indiqué dans le cas de l’insuffisance cardiaque.

A cet effet, le mécanisme d’action le plus probable de l’extrait aqueux étudiés, peut-être une inhibition de la libération des cytokines, soit de l’action des macrophages et du blocage de la fuite vasculaire par les composés contenus dans la plante. Ce qui lui confère, grâce à son potentiel anti-inflammatoire, le pouvoir d’interférer contre l’arthrite et l’hypertension.

 

commentaires

Assemblée Générale Ordinaire de la LIDFOBRA : développer le football des jeunes 

Publié le 24 Février 2022 par André LOUNDA dans sports

24 millions de FCAFA, c’est le budget exercice 2022 de fonctionnement la Ligue Départementale de Football de Brazzaville (LIDFROBRA) ; développer le football des jeunes, approbation du rapport d’activités 2021 ; présentation du rapport d’activités des sous-ligues par leurs Présidents respectifs ; examen et approbation du rapport financier exercice 2021 ; examen et approbation du budget ordinaire exercice 2022, sont entre autres quelques points qui ont été adoptés à en Assemblée Générale Ordinaire de la LIDFOBRA, tenue le mercredi 23 février 2022 au salon VIP du Stade Alphonse MASSAMBA DEBAT de Brazzaville sous la direction de Monsieur Gabriel TCIKAYA, Directeur Départemental des Sports de Brazzaville.

Convoquée par décision N° 001/LIDFROBRA/PR/22 portant convocation de l’Assemblée Générale Ordinaire de la Ligue Départementale de Football de Brazzaville, cette rencontre s’est tenue sous le patronage du Représentant du Président du Conseil Départemental et Municipal de la ville de Brazzaville, Monsieur Guy Yves KOULOU ; du Représentant du Président de la Fédération Congolaise de Football, Monsieur Ariel NZANGA; de Monsieur Gabriel TCHIKAYA, Directeur Départemental des Sports de Brazzaville et de Destin Miguel MBOUNI, le Président de la LIDFOBRA.

"Pour cette nouvelle année sportive 2021-2022,la ligue souhaite démarrer ses compétitions le plutôt possible ;produire les licences des joueurs et des officiels ;renforcer les effectifs des corps de métiers ; obtenir par catégories les sélections départementales ;rechercher et consolider l'adhésion des sponsors et partenaires ; relancer l'organisation de la coupe de la ville avec les équipes de Brazzaville évoluant dans les championnats d'élite de la LINAFOOT et celle de LIDFOBRA; inciter les sous-ligues à organiser les compétitions des jeunes d'ici fin juin 2022;inviter les présidents des sous-ligues à fournir plus d'effort dans l'amélioration et l'organisation de leurs structures afin d'éviter les conflits d'intérêt qui freinent la bonne tenue des activités footballistiques de leurs sous-ligues", a fait savoir Destin Miguel MBOUNI

Les participants ont examiné au peigne fin les douze points porté dans son ordre du jour et au terme un communiqué final sanctionnant les travaux de l’Assemblée Générale Ordinaire de la LIDFOBRA a été rendu public.

 

commentaires

Session Extraordinaire du Secrétariat Permanent du Club 202 PUR élargi aux Présidents Départementaux

Publié le 24 Février 2022 par André LOUNDA dans Politique

Selon le Secrétariat Permanent du Club 2002 PUR, « Si une partie de l’opposition politique oppose des arguments infondés pour ne pas aller à la Concertation Politique d’Owando, cette attitude de boycott n’a jamais été efficace ». Le Secrétariat Permanent de cette formation politique en appelle au dépassement, à la priorisation de l’intérêt national afin de briser tous les murs d’incompréhensions et lance un vibrant appel à tous les acteurs politiques de notre pays le Congo Commun, à participer à la concertation politique d’Owando, pour qu’ensemble et sans méfiance, nous fassions évoluer et consolider notre démocratie de façon consensuelle. Nous le devons au peuple congolais qui a tant payé nos décisions », d’après le Communiqué Final sanctionnant les Travaux de la Session Extraordinaire du Secrétariat Permanent du Club 202 PUR élargi aux Présidents Départementaux tenus le 22 février 2022 à Brazzaville.

Placés sous la direction de Monsieur Juste Désiré MONDELE, Secrétaire Général du Club 2002 Parti pour l’Unité et la République son ordre du jour a porté sur les points suivants : Points sur les festivités marquant le 20ème Anniversaire du Parti : Concertation Politique d’Owando 2022 ; Organisation de la Journée de la Femme et les divers.

Dans son mot d’ouverture, Monsieur Juste MONDELE a premièrement souhaité la bienvenue à tous les membres du Secrétariat Permanent et aux Présidents Départementaux venus de l’intérieur du pays et de l’étranger pour y prendre part à cette réunion, qui se tient juste après la célébration du 20ème Anniversaire de ce Parti. Une minute de silence a été observée en mémoire de tous ceux de leurs compagnons qui ont passés de vie à trépas pendant les vingt (20) ans de marche politique de ce Parti. Puis ? il a rendu un hommage déférent au Révérend Wilfrid Guy César NGUESSO, Président Fondateur du Club 2002 PUR pour leurs avoir partagé sa vision et pour son soutien constant. Aussi, il a, en son nom propre, félicité tous les cadres et militants de ce Parti pour leur fidélité, leur engagement et leur loyauté au Parti et à ses idéaux.

Dans les travaux, abordant le point sur célébration du 20ème Anniversaire du Club 2002 PUR en date du 30 janvier 2022, le Secrétariat Permanent a réitéré ses vives félicitations au Président Fondateur de ce Parti, le Révérend Wilfrid Guy César NGUESSO pour son leadership et son soutien au Parti depuis vingt (20) ans. Il a encouragé l’ensemble des cadres, militants et sympathisants de ce Parti à ne ménager aucun effort pour l’organisation, la structuration et l’animation de ce Parti dans tous les coins de notre pays le Congo.  Un rapport sur les vingt (20) ans de ce Parti ainsi qu’un film et un livre d’or sera réalisés et présentés au Secrétariat Permanent.

S’agissant du point sur la Concertation Politique d’Owando, le Secrétariat Permanent de ce Parti rappelle qu’à l’initiative de Son Excellence Monsieur Dénis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat, il est devenu aujourd’hui comme un rituel républicain d’organiser, à la veille de chaque consultation électorale  majeure, des consultations et dialogues, très appréciés par la communauté internationale, en vue d’améliorer la gouvernance électorale et créer les conditions permissives à l’organisation des élections libres, transparentes et apaisées.

Par ailleurs, une analyse bilancielle des recommandations de toutes ces concertations permet de constater que près de 90% des recommandations liées à la gouvernance électorale ont déjà été mises en place, à l’exception de la biométrie dont la mise en œuvre est sous-jacente à la réforme du système de l’état civil et à la réalisation complète du recensement général de la population et de l’habitat ; tout comme la loi électorale et créer les conditions permissives à l’organisation des élections libres, transparentes et apaisées.

Quant au point portant sur les élections législatives, locales et sénatoriales  de juillet 2022, après un tour de table de tous les Présidents Départementaux, relatif aux objectifs électoraux de toutes les fédérations, le Secrétariat Permanent du Club 2002 a adopté un calendrier de travail pour la réception des listes de candidatures aux différentes élections législatives et locales à venir.

Pour clôturer, le Secrétariat Permanent du Club 2002 PUR, félicite, Monsieur le Président de la République, Son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO, pour son séjour de travail à Bruxelles, qui lui a permis de défendre, auprès de l’Union Européenne, la cause de l’Afrique, en général et du bassin du Congo en particulier. Et réaffirme avec véhémence son attachement à son Excellence Monsieur Dénis SASSOU N’GUESSO, et l’assure de son soutien indéfectible.

 

commentaires

Nécessité de sauver le Bassin du Congo par l’amélioration de la sécurité alimentaire et la résilience au changement climatique

Publié le 23 Février 2022 par André LOUNDA dans Environnement

« Il s’agit là d’une étape capitale pour la mise en œuvre de ce projet, notre tout premier projet financé par le Fonds d’Adaptation, un des principaux mécanismes financiers multilatéraux destinés à contenir les mesures en faveur du climat. Le changement climatique n’épargne aucun secteur socio-économique du pays. Ses effets négatifs se traduisent par d’avantage de faim et de pauvreté et entraînent des tensions sociales et des déplacements des populations. La lutte contre les changements climatiques est une préoccupation majeure de toutes nos politiques de développement, elle est au cœur de toutes les discussions au Congo et à l’international », c’est par ces mots que Madame Arlette Soudan NONAULT, Ministre de l’Environnement, du Développement Durable et du Bassin du Congo a lancé officiellement les travaux de l’Atelier de de Démarrage du Projet de Renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique de communautés vulnérables vivant dans le Bassin du Fleuve Congo, en présence de Madame Anne-Claire MOUILLIEZ, Représentante et Directrice Pays du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) en République du Congo, des Représentants du Systèmes de Nations Unies et bien d’autres invités.

Ce projet qui vise à améliorer l’adaptation, la sécurité alimentaire et résilience au changement climatique des communautés vulnérables, met un accent particulier sur les populations autochtones et les petits exploitants agricoles dont 70%, sont des femmes. Notre pays, le Congo est confronté à une dégradation soutenue de ses ressources naturelles et de son environnement due aux pressions anthropiques de la surexploitation des produits forestiers et miniers à l’augmentation des jachères suite à la perte de fertilité des sols, au défrichement excessif à des fins agricoles et aux feux de brousse répétés. Les populations agricoles doivent déjà s’adapter à des régimes pluviométriques incertains, car le calendrier des deux saisons des pluies annuelles et des deux saisons sèche change.Pour sauver le Bassin du Congo, le deuxième poumon vert de la planète après l’Amazonie, Arlette Soudan NONAULT dans ce  contexte a déclaré qu’il est urgent de produire de la connaissance sur l’adaptation au changement climatique, il est urgent d’éduquer la jeunesse, de renforcer les compétences et inclure les couches sociales les plus démunies notamment les populations autochtones dans cette transition à travers les canaux de communications innovants et en développant de nouveaux services. Il est urgent de placer les producteurs au cœur de l’action climatique afin de réformer nos systèmes alimentaires, de protéger l’environnement et de créer les conditions d’existence de celles ou de ceux qui nourrissent la Nation.

De sa part, Madame Anne-Claire MOUILLIEZ, Représentante et Directrice Pays du PAM au Congo a indiqué que ce projet qui nous sera présenté dans de plus amples détails par l’intervenant suivant - vise à aider les populations vulnérables vivant dans le bassin du Fleuve Congo à s’adapter aux changements climatiques et plus précisément les populations autochtones et les petits exploitants agricoles qui font face à des phénomènes météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents. Ces populations rurales, ici et ailleurs, font partie de la solution pour réformer les systèmes alimentaires et protéger la biodiversité mais elles sont malheureusement les plus exposées aux chocs du climat.

Aussi, elle a rappelé que d’importantes étapes préliminaires ont été franchies ces dernières années. Depuis 2018, la République du Congo, avec l’appui du Programme Alimentaire Mondial, élabore, formule et précise ce projet majeur. Des décisions financières et stratégiques ont été entérinées, à Brazzaville, Rome et Washington. Nous avons réalisé des études et nous avons sensibilisé les nombreuses parties prenantes de ce projet multidimensionnel. Plus récemment, des consultations départementales ont été menées dans la Likouala, la Sangha et la Bouenza et elles ont permis de consolider les relations avec les acteurs clés du projet et d'évaluer la situation des activités à mener dans les zones de mise en œuvre du projet. Le chemin a été long, mais ensemble, nous sommes arrivés avec succès à l'étape cruciale de l'atelier de démarrage, qui nous permettra d'établir un plan d'action pour la première année de ce grand projet. Et à ce titre, je souhaite vous remercier pour votre présence. Vous, partenaires du Gouvernement, travaillant à Brazzaville et dans les départements, partenaires techniques, chercheurs et organisations de la société civile.Poursuivant son discours, elle a profité de cette occasion pour réitérer l’engagement du Programme Alimentaire Mondial, aux côtés du Gouvernement du Congo, à assurer la réalisation efficace, transparente et inclusive de ce projet d’adaptation. D’une part, à un niveau global, le Programme Alimentaire Mondial continuera à apporter son soutien, en termes d’expertise technique, d’échange d’expériences et de mise en réseaux, dans une dynamique de renforcement des connaissances et de valorisation des savoirs locaux.

Pour conclure, Madame Marie-Claire MOUILLIEZ pense également aux alertes et autres services météorologiques qui seront développés sur-mesure et dont la diffusion pourra s’appuyer sur un réseau de radios communautaires, déjà accompagnées par nos partenaires, et que nous allons bientôt intégrer dans nos stratégies de sensibilisation à la nutrition. Et bien-sûr à l'appui aux petits producteurs qui est un élément pivot de nos opérations en République du Congo et donc un axe du projet sur lequel nous pourrons apporter notre expertise. Il pourra s’agir d’un appui visant à : identifier et mettre en œuvre des modèles agricoles, agro forestiers et de pêche plus vertueux ; renforcer la mécanisation de la transformation agroalimentaire - ou encore ; soutenir la création de nouveaux marchés pour les aliments durables et traditionnels, comme nous le faisons déjà, dans quelques localités de la Bouenza avec le Mbala Pinda.

Quant à Madame Solange ONGOLY-GOMA, Chargée de Programme PAM a présenté le projet en fixant les objectifs, les composantes, la structure d’implémentation, les rôles et responsabilités, le suivi et évaluation.

Ce projet a pour objectif d’améliorer l’adaptation, la sécurité alimentaire et la résilience des communautés vulnérables aux changements climatiques ; renforcer les capacités d’adaptation des communautés et des écosystèmes dont elles dépendant ; promouvoir la sécurité alimentaire, la nutrition et en utilisant une approche sensible au genre. Le critère de ciblage de ce projet est focalisé sur la vulnérabilité climatique ; vulnérabilité socio-économique des ménages ; insécurité alimentaire et nutritionnelle ; présence des populations cibles : petits producteurs et populations autochtones et les interventions du PAM existantes. (52% des femmes et 44% des autochtones).

S’agissant des composantes, ce projet  a trois composantes à savoir : connaissances, renforcement technique et sensibilisation (15% du budget de opérations) ; services climatiques nationaux (23% du budget des opérations) ; moyens d’existences résilients (62% du budget des opérations).

Des consultations ont été faites dans les Départements de la Sangha, la Likouala et la Bouenza dont les principales activités communes identifiées aux trois Départements : agriculture, pêche, cueillette et spécifique à la Likouala : commerce. Quelques actions concrètes ont été confirmées.

A noter que le cout global de ce projet est de 10.000.000 de dollars US sur une durée de cinq (05) ans, le nombre total des bénéficiaires est de 179.000 personnes et le nombre total des villages ciblés est de 124. Et sera mis en œuvre par le Ministère de l’Environnement, du Développement Durable et du Bassin du Congo en partenariat avec l’Agence National d’Aviation Civile (ANAC) ; le Ministère des Transports, de l’Aviation Civile et de la Marine Marchande ; le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.

 

commentaires

Dieudonné BANTSIMBA a donné le coup d’envoi du Championnat Départemental de Handball

Publié le 21 Février 2022 par André LOUNDA dans sports

Le Temple du Handball congolais, le Gymnase Nicole OBA de Brazzaville abrite le Championnat Départemental de Handball de Brazzaville. Placé sous le patronage du Président du Conseil Départemental et Municipal de la ville de Brazzaville, Monsieur Dieudonné BANTSIMBA, le coup d’envoi officiel a été lancé le samedi 19 février 2022 à 14 heures.

Quatorze (14) équipes prennent part à cette édition, on peut citer :  DGSP, Inter Club , As OTOHO, Asel, Etoile du Congo, CF JSO, Diables Noirs, Patronage, Académie, ASOC, JSO, Renaissance, Pétro Sport, Caïman et Cara.

Dans son mot de circonstance, le Président de la Ligue Départementale de Handball de Brazzaville, Abissel ZIKOU a donné la quintessence et les enjeux de cette édition qui a pour but de renforcer les performances sportives, qui a également remercié le Président du Conseil Départemental et Municipal d’avoir répondu à l’invitation de la ligue, aussi pour le soutien qu’il a apporté pour la réalisation de cette activité sportive. Une minute de silence a été observé en mémoire de tous les sportifs et dirigeants sportifs qui ont quitté cette terre des hommes pour le repos.

Dieudonné BATSIMBA de sa part, en présence du Maire de Talangaï, Privat Frédéric NDEKE et du Représentant de la Direction Général des Sport a donné le coup d’envoi du match d’ouverture qui a opposé en Dames les équipes de Cara et DGSP qui s’est soldé par la victoire de DGSP sur un score de 23 à 20.

Une rencontre éblouissante qui dès la première manche les dames de Cara menaient et à la seconde partie, épuisées, elles se sont laissées dominer par les dames de la DGSP.

A noter que le calendrier officiel de ce championnat sera disponible le mercredi 23 février 2022 et que les premières rencontres de la première journée ne seront pas pris en compte pour le classement officiel de ce tournoi.

 

commentaires

La Concertation Politique d’Owando, selon l’ARD n’est qu’une ruse politique

Publié le 20 Février 2022 par André LOUNDA dans Politique

« Trop, c’est trop ! On peut toutefois tromper le peuple pendant longtemps ! Mais, on ne peut pas rouler le peuple dans la farine tous les temps ! Le vrai problème de Dénis SASSOU N’GUESSO et sa seule préoccupation, c’est celui de faire de son fils, son dauphin. Il est plus déterminé à placer le fiston au sommet de l’Etat avant de se retirer du pouvoir. Il répète à l’envie que tous ceux qui n’adhèrent pas à ce projet irrémédiable seront considérés part lui comme ses ennemis, quels qu’ils soient. Et pour y remédier l’ARD propose la tenue en urgence absolue, d’un véritable dialogue politique inclusif, seule et bonne solution pour sortir le Congo de la crise multidimensionnelle qui l’étrangle comme un boa constricteur. Hors cette voie, il n’y a point de salut pour notre pays le Congo », c’est ce qui ressort de la Conférence de Presse que Mathias DZON, Président de l’ ARD a animé le samedi 19 février 2022 à Brazzaville en présence des Présidents de collège de cette plateforme politique.

Dans son mot introductif, ELO Dacy a laissé entendre que la Concertation Politique d’Owando du 03 au 06 mars 2022, n’est qu’une ruse politique et une manœuvre de diversion du pouvoir de Brazzaville. Cette décision du pouvoir, prise sans consultation préalable de l’opposition, est une manœuvre de diversion et une ruse politique, pour détourner l’attention, de la classe politique congolaise de la question politique essentielle du moment, à savoir, la volonté obstinée du Président de la République de réviser la Constitution du 25 octobre 2015, en vue d’installer au sommet de l’Etat, son fils, Dénis Christel SASSOU N’GUESSO. En effet, ce projet auquel le Chef de l’Etat congolais attache une importance primordiale est malheureusement pour lui, massivement rejeté au Congo, par le Parti Congolais du Travail (PCT), par une grande partie de la famille régnante, par l’écrasante majorité des congolais et à l’extérieur, par les grandes puissances occidentales, l’UE et les USA notamment. Devant cette hostilité acharnée, le Président de la République, grand stratège politique, a opté un repli tactique et a décidé de laisser passer la tempête, pour rebondir plus tard. En bon adepte de Machiavel, il a revêtu le costume du lièvre pour rouler dans la farine la classe politique congolaise, en lui proposant une Concertation arrangée sur des élections dont toutes les opérations préparatoires ont été déjà réalisées et bouclées.

Pour l’ARD, cette Concertation d’Owando comme pour les Concertations antérieures tel que Brazzaville en 2009 ; Ewo 2011 ; Dolisie 2013 ; Sibiti 2015 ; Ouesso 2017 ; Madingou 2021, la classe politique congolaise est conviée à Owando, tout simplement, pour actualiser, en contrepartie d’espèces sonnantes et trébuchantes, les décisions prises de façon unilatérale par le pouvoir, en l’absence des représentants de l’opposition. Comme pour les Concertations antérieures, l’opposition est appelée pour servir de falloir. Car, dans sa stratégie de conservation du pouvoir par tous les moyens, y compris par la tricherie électorale, l’Etat/PCT, par le truchement du Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a déjà réalisé avec les seuls partis de la mouvance présidentielle et la Direction Générale des Affaires Electorales (DGAE), tous les actes préparatoires des élections législatives et locales de juillet 2022. Des listes électorales truquées ont déjà été établies.

Pour promouvoir des élections libres, transparentes, honnêtes et crédibles au Congo pour l’ARD il est impératif de reformer en profondeur le système électoral frauduleux mis en œuvre par le pouvoir en place depuis l’an 2000 et de créer les conditions permissives d’élections véritablement démocratiques, à travers les mesures ci-après : (i) la dissolution de la CNEI actuelle et la création d’une commission électorale nationale, véritablement indépendante, composée de façon égalitaire entre la mouvance présidentielle et la mouvance oppositionnelle, commission chargée de l’organisation de toutes les opération préélectorales, électorales et post-électorales ;(ii) l’élaboration d’une nouvelle loi électorale impartiale et impersonnelle ; (iii) la réalisation d’accord-parties, entre la mouvance présidentielle et la mouvance oppositionnelle, d’un recensement administratif spécial, pour définir un corps électoral fiable et des listes d’électeurs crédibles et consensuelles ; (iv)l’introduction de la biométrie dans le processus d’identification des électeurs ;  (v) l’adoption d’une loi relative à un nouveau découpage électoral, juste et impartial, articulé sur les standards internationaux et bien d’autres.

De sa part, le Président de l’ARD Mathias DZON dans un face à face avec les chevaliers de la plume, du micro et du web aux cours des échanges a déclaré que cette Conférence de Presse que nous avons organisé, c’est pour informer l’opinion nationale et internationale que la dite Concertation Politique d’Owando a pour objectif principal : de camoufler l’idée forte du Président de la République d’aujourd’hui, c’est la succession dynastique et sur les points que vous avez soulevez personne ne l’a abordé. Voilà ce qui se passe, le Président de la République a voulu faire de l’élection de cette année au mois de juillet 2022, est-ce que vous le savez que cette élection de juillet, c’est en mars qu’on devrait l’organiser ? Et c’était après la révision de la Constitution sur son article 157qui élargi la période d’Etat d’urgence et de trêve ! Alors qu’on voulait faire les élections en mars et après celle-ci, proposer afin de poursuivre la révision  Constitutionnelle’ pour créer un poste de Vice-président de la République pour que si le Président est fatigué et veut se retirer comme aux États-Unis, il se retire et le Vice-président vient, il prête serment et termine le mandat. Voilà la réalité ! Malheureusement comme nous l’avons dit avec le refus de la communauté internationale et nationale alors, le Président dans sa grande ruse, veut camoufler cela à travers la Concertation d’Owando. Pour nous, on fait quoi ? Les listes électorales ont été bouclé par le Ministère de l’Administration du Territoire et la Direction Générale des Affaires Electorales et sans la concertation des partis absents, il n’y a plus rien à faire même les candidats, est-ce que vous le savez que les candidats ont été déjà choisi ! Ceux qui seront Députés et on connait les noms ! Chers amis vous nous demandez d’aller à Owando pourquoi faire ? Des grands comme nous ! Nous y allons pour faire quoi ? Nous ne sommes pas seulement des grands en politique ! Mais des grands intellectuels ! Non, nous ne pouvons pas venir dans la salle pour applaudir est-ce que nous avons produit ça ? Savez-vous est-ce que c’est sérieux ! C’est ce qui s’est passé à Sibiti. A Sibiti, on avait déjà constitué la Constitution et je peux vous citez les noms des gens de l’extérieur qui ont participé à l’élaboration de cette Constitution et moi, je leurs ai bien rencontrés ! Je leurs ai dit que vous n’êtes pas sérieux pour faire ça ! C’est la Constitution la plus sale depuis que notre pays a accédé à la souveraineté internationale. On a amené des gens à Sibiti pour l’avaliser. Nous avons fait des propositions, nous avons dit au Président de la République que ce n’est pas  cela et comme activité, nous avons organisé la Concertation de l’Opposition  à Diata et en définitive pour faire la synthèse. On ne l’a jamais fait et on nous a imposé cette Constitution de 2015 à travers laquelle un fils de Président ne peut jamais être traduit en justice. Dans quel pays au monde où la démocratie dirige de cette manière ? Puis qu’ils ont une immunité permanente à vie ça devient un royaume ! Dans ce cas, la succession devient dynastique, c’est tout simplement un royaume.

 

commentaires

FOCUS AMÉNAGEMENT] L'éco-conception dans l'aménagement : de l'approvisionnement local à l'implication des usagers

Publié le 18 Février 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans International

 

 

Au service de la commune de « Le Vernet » ( 03) , l’atelier Wild Architecture et son équipe pluridisciplinaire 5 ont développé une synergie de compétences pour la restructuration et l’extension d’une école du territoire. Au sein du projet global, la première phase consistait en la construction d’une nouvelle cantine et la réhabilitation de la zone de l’ancien réfectoire. L’architecte David Fayolle, le maire Bernard Aguiar et l’adjoint aux travaux, à l'urbanisme et à l'aménagement du territoire, Damien Balestrino, présentent la démarche d’éco-conception de cet aménagement.

Comment avez-vous pris en compte le cycle de vie de l’aménagement de la cantine du groupe scolaire Marcel Guillaumin ?

Plusieurs étapes du cycle de vie sont concernées : l’origine des matériaux de construction, la réalisation, l’usage et la fin de vie du bâtiment. La nouvelle cantine a été conçue en ossature bois-paille par des PME locales à partir des matières premières présentes sur le territoire : la paille provient d’un champ à 3 kilomètres, le bois de l’ossature et le bardage ont été sourçés dans la Montagne bourbonnaise et dans la forêt communale. Cela réduit l’impact des transports dans le processus de production. De plus, l’impact carbone de ces matériaux est négatif, puisque le mur stocke plus de carbone qu’il n’en émet lors de sa production. En effet, la paille est un déchet agricole récupéré pour un autre usage et nécessite très peu de transformation.

Durant l’utilisation du bâtiment, l’isolation assure une performance thermique, notamment concernant le confort estival. La gestion de la fin de vie du bâtiment est également anticipée dès le départ. La paille peut être réutilisée pour l’élevage, les caissons de bois sont démontables et ré employables ou recyclables pour d’autres utilisations (aménagement, décoration, chaleur biomasse).

 

En partenariat avec Bobi Réemploi, la réhabilitation de l’ancienne cantine a commencé à intégrer la problématique du réemploi. Un diagnostic sur les installations existantes a été réalisé, pour organiser du réemploi in situ ou dans le village. À titre d’exemple, les menuiseries ont été conservées afin de réaliser une serre pour les enfants. Les matériaux et autres éléments (radiateurs, dalles, interrupteurs…) non réutilisés alimentent un catalogue diffusé auprès des habitants pour qu’ils puissent s’approvisionner à bas coût.

Enfin, lors de l’aménagement, les équipes ont travaillé au coup par coup avec les entreprises partenaires pour intégrer des fins de série. L’objectif est de rechercher un équilibre entre intégration du réemploi et cohérence avec la stratégie esthétique du lieu. Comment les usagers ont-ils participé à ce projet ?

Quels bénéfices tirent-ils de cette approche d’éco-conception ?

La sensibilisation des usagers et l’implication du groupe scolaire dans les différentes phases de projet a permis l’appropriation de la démarche. À titre d’exemple, une visite, l’alimentation d’un blog et l’intervention d’une artiste locale ont favorisé la sensibilisation des publics scolaires sur les thématiques de l’éco-construction et de la gestion forestière.

Quels ont été les facteurs de réussite pour la prise en compte de l'éco-conception dans ce bâtiment ? 

L’implication des PME locales a constitué un facteur de réussite pour intégrer les critères environnementaux préconisés par le cabinet d’architecture. En effet, ces dernières connaissent très bien le territoire et souhaitent le valoriser. Au contraire, les entreprises plus importantes ont généralement tendance à vouloir favoriser les économies d’échelle en achetant de gros volumes à des fournisseurs éloignés du territoire. Par ailleurs, l’agilité et l’engagement des interlocuteurs politiques et techniques de la commune a permis d’aller plus loin sur les ambitions environnementales du projet, et notamment d’intégrer le réemploi qui ne figurait pas à la genèse du projet.

Quelles sont les pistes pour aller plus loin et les leviers pour prendre en compte systématiquement l'éco-conception dans les projets d'aménagement ?   

Les freins rencontrés dans ce genre de projets concernent la perte de savoir-faire des artisans sur des techniques moins conventionnelles comme le bois-paille ou la terre crue. La formation sur les techniques de l’éco-construction est un levier de développement de l’éco-conception, notamment grâce à la constitution de réseaux professionnels comme VAD6 ou Thothestia.fr. Fournir des retours d’expérience pour rassurer les maîtres d’ouvrage, notamment en créant du lien entre pairs apparaît comme un levier.

Le rôle de la collectivité

La commune du Vernet a fait le choix politique de mettre l’accent sur l’éco conception dans le cahier des charges, en lien avec son projet de territoire. Le budget est  un peu plus élevé que pour une réhabilitation classique, mais la collectivité a anticipé les économies d’énergie générées par ces nouveaux matériaux, justifiant ce choix. De plus, travailler avec des entreprises locales dynamise l’activité artisanale du bassin de vie.

Des actions de communication sur la démarche assurent l’acceptabilité de ce  surcoût pour les habitants et leur sensibilisation aux enjeux de la construction à partir de matériaux bio sourcés. Avec ce nouvel outil, la commune a été plus loin dans sa démarche. En effet, le choix d’un nouveau prestataire pour proposer des repas de qualité aux enfants a semblé évident. Dans le cadre du PAT (Plan Alimentaire Territorial) de Vichy Communauté, la cuisine centrale répondait à ce besoin en s’appuyant sur des produits du territoire et en privilégiant les filières courtes et locales.

 NOTES

5. Le bureau d’étude structure ITC, l’économiste ECIB, Laclautre BE fluides, Salto acousticien.
6. Ville & Aménagement durable, Centre d’échanges et de ressources bâtiments & aménagements durables en Auvergne%u2011Rhône%u2011Alpes.
Pour en savoir plus : https://www.ville-amenagement-durable.org/

Crédit photo : HOOPP - pour Le Vernet

Source : ECLAIRA - Le Bulletin N°21 / Février 2022

Lire en ligne le Bulletin ECLAIRA N°21

Télécharger en PDF le Bulletin ECLAIRA N°21

Lire d'autres articles de ce numéro

Consulter tous les bulletins ECLAIRA

Bulletin édité par le CIRIDD - soutenu par la Région Auvergne-Rhône-Alpe

 

                                                                                                                                         

commentaires

La réforme de l’Etat est une priorité pour le Gouvernement congolais

Publié le 18 Février 2022 par André LOUNDA dans Politique

Fin le 17 février 2022 à Brazzaville, des travaux d’actualisation de l’avant-projet du plan stratégique de la réforme de l’Etat avec comme résultats attendus, plusieurs propositions ont été faites par les participants allant dans une le sens de transformer et de moderniser l’administration publique. La réforme de l’Etat étant priorité pour le Gouvernement, d’où l’impératif de disposer d’une stratégie dont le but est celui de moderniser l’administration publique. Durant deux jours, les participants ont eu une compréhension de la vision de l’Etat, du plan d’orientation de Son Excellence le Président de la République, Chef de l’Etat sur la réforme de l’Etat, ainsi que du programme d’action du Gouvernement qui en découle.

Clôturant les travaux, Luc Joseph OKIO, Ministre délégué auprès du Premier Ministre en charge de la réforme de l’Etat dans son discours a profité de cette occasion pour rendre un hommage  déférent à Son Excellence Monsieur Dénis SASSOU N’GUESSO pour réaffirmer sa volonté de réaliser les objectifs relatifs à la réforme de l’Etat et de ses référentiels qui ont servi dans cet atelier. Aussi également, il a exprimé sa gratitude à Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement Anatole Collinet  MAKOSSO pour son engagement et ses efforts notables accomplis par le Gouvernement dans la mise en œuvre des réformes qui nous a fait l’honneur malgré ses nombreuses responsabilités d’avoir procédé au lancement de ces travaux. Poursuivant, il a remercié les partenaires au développement dont la Banque Mondiale et le PNUD pour leurs appuis et accompagnement. En effet, l'objectif général de cet atelier était donc de recueillir les analyses et les contributions pertinentes en vue d'actualisation du plan stratégique de la Réforme de l'État a rappelé Luc Joseph OKIO.

« Après l'aval des travaux en salle, s’en suivra une consultation nationale dans le but de faire participer toutes les couches sociales au processus de la transformation de l'administration publique », a fait savoir Luc Joseph OKIO.

Au terme des travaux, au cours d’une conférence de presse qu’il a animé, le Ministre Luc Joseph OKIO en face d’une batterie des questions des chevaliers de la plume, du micro et du web, n’a pas caché ses mots.

« Si vous avez suivi les travaux de cet atelier vous aurez pu vous rendre compte que cette actualisation arrive comme la suite d’un long processus qui a commencé depuis plus d’une décennie. Il s’agit pour nous de répondre aux attentes de nos populations mais, surtout de nous fonder sur le projet de société de Son Excellence Monsieur le Président de la République dans lequel, il définit sa vision de l’Etat, il donne des orientations stratégiques qui doivent conduire à la réforme de l’Etat. Il s’agit donc, d’une préoccupation essentielle de notre gouvernement et qui est au cœur des préoccupations également de notre gouvernement. Actualiser le plan stratégique de la réforme de l’Etat, c’est l’adapté à ce référentiel qui est le nouveau projet de société du Président de la République Son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO. Nous pouvons dire que le plan vise la réforme. La réforme, c’est l’adaptation de notre administration aux contingences, l’adaptation de notre administration à la vision et aux orientations stratégiques du Président de la République. C’est l’adaptation de notre administration aux objectifs du programme d’action du gouvernement. Il s’agit pour le Ministère dont j’ai la charge de faire que tout ce que le Président de la République a prévu dans son projet de société soit traduit en actions en la matière de rapprochement de l’administration avec les administrés. Il s’agit donc, d’un ensemble de problèmes qui concernent notre administration qui doivent être résolus et le plan stratégique de la réforme de l’Etat. Si vous avez participé aux travaux, de ces travaux on peut relever les faiblesses, les forces de notre administration actuellement mais également les opportunités et les menaces. C’est dans ce cadre-là que nous allons identifier avec l’ensemble des parties prenantes les solutions à envisager pour chacune des faiblesses constatées et certainement pour chacune des menaces. Au cours de cet atelier, les participants comme vous l’avez dû remarquer ont intériorisé, ceux sont appropriés le projet de société du Président de la République que dit-il au sujet du Président de la République pour notre Etat ? Il dit : « Je veux d’un Etat fort, je veux d’un Etat régulateur, je veux d’un Etat protecteur ». Protecteur signifie que je veux protéger les intérêts des citoyens. Etat fort, c’est-à-dire, un Etat dans lequel s’appliquent la loi et toute sa rigueur. Les mots que nous venons de citer, le Président de la République lui-même les a décrié dans plusieurs déclarations, il suffit de les relire. Nous voulons une transformation de notre Etat,  de notre société, de notre administration avec les mesures que nous allons adoptées, les nouvelles règles doivent être édictées. Savez-vous que le plan stratégique de la réforme de l’Etat va être défini sous forme de loi ! Parce que l’article 125 de la Constitution fait que ce qui relève de la réforme de l’Etat est du domaine de la loi ! Nul n’est censé d’ignorer la loi. Lorsque nous aurions décliné toutes les procédures toutes les possibilités de sanctions de cette loi, nous pensons qu’il reviendra à la Justice d’appliquer la loi dans toute sa rigueur. Tous les maux que vous avez décriés, nous les avons entendus mais, il s’agit aussi pour chacun des congolais de savoir que chacun de nous doit se soumettre à la loi, chacun de nous doit respecter son travail. Ce que vous avez dit tout à l’heure, le fonctionnaire qui ne va pas à son travail, qui à la fin du mois va toucher son salaire est-il conscient, qu’il se fait du mal à lui-même et en même temps à la société ? Les mesures que nous allons préconiser vont amener chacun de nous à prendre conscience mais, également à figurer les risques qu’il court en agissant tel que vous l’avez dit. Il s’agira pour nous de prendre notre administration, de la réformer, de l’adapter aux exigences du temps mais également de faire que la règle qui sera mise en place soit respectées ».

 

commentaires

Une déclaration du Mouvement pour la Défense du Kimbanguisme a été rendue publique aujourd’hui pour le salut de l'église

Publié le 18 Février 2022 par André LOUNDA dans Religion

 

 

C’est suite à la crise que traverse l’Église de Jésus-Christ sur la Terre par son Envoyé Simon KIMBANGU, le Mouvement pour la Défense du Kimanguisme de la Paroisse de Talangaî à Brazzaville a fait une déclaration le jeudi 17 février 2022 à Brazzaville.
Portant sur quatre points conformément aux textes en vigueur régissant cette église a fait savoir le Président de ce mouvement : (i) Sur l’autonomie administrative de la Paroisse de Talangaï vis–vis de l’administration de Nkamba en République Démocratique du Congo, du Collège Exécutif National et celle du Département de Brazzaville ; (ii) la fidélité au Chef spirituel et Représentant légal de l’Église de Kimbanguiste ; (iii) l’appel aux autres Paroisse à se joindre à ce mouvement, en vue de la libération de l’Église, prise en otage par un groupe des fidèles entretenus par le Conseiller Spécial direct du Chef Spirituel et Représentant légal, en la personne de Papa BITUVUIDI KIANGANI Zacko ; (iv) l’appel, dès ce vendredi 18 juillet 2022, après la soirée spirituelle, de tous les fidèles Kimanguistes (anciens et nouveaux) pour une grande rencontre dans la paroisse de Talangaï, en vue d’une quête relative aux travaux du Temple.

 

commentaires

Le Congo s’engage pour l’acquisition d'un  Plan Stratégique de la Réforme de l’Etat 

Publié le 16 Février 2022 par André LOUNDA dans Politique

« Depuis 2003, notre pays s’est engagé à améliorer  de la gestion l’action publique en offrant en chantier la Réforme de l’Etat. C’est pour suivre l’ouvrage et donner une dynamique à ce vaste chantier que le Président de la République Son Excellence Monsieur Dénis SASSOU N’GUESSO a confié au Premier-Ministre, Chef du Gouvernement. La mission, de la Réforme de l’Etat laquelle est mise en œuvre au quotidien par le Ministre délégué. Déjà, dans son discours sur l’état de la Nation le 14 août 2003, il paraît, je cite : « La Réforme de l’Etat pour notre pays, est un impératif majeur parce qu’elle est une condition d’émergence d’une société moderne », fin de citation. C’est par ces propos que son Excellence Anatole Collinet MAKOSSO, Premier-Ministre, Chef du Gouvernement a procédé au lancement officiel des Travaux d’Actualisation de l’Avant-Projet du Plan Stratégique de la Réforme de l’Etat, le mercredi 16 février 2022 à Brazzaville en présence de plusieurs membres du Gouvernement, les représentants des organismes du Système des Nations Unies, des représentants du corps diplomatique et bien d’autres invités. Cet important Atelier a pour objectif général de recueillir les analyses et les propositions des participants en vue de l’actualisation de l’avant-projet du Plan Stratégique de la Réforme de l’Etat.

En 2017, le Plan National de la Réforme de l’Etat élaboré à la suite du forum national sur la réforme de l’Etat a été révisé pour formuler l’avant-projet du Plan Stratégique de la Réforme de l’Etat (PSRE). La mise en œuvre du PSRE a été confrontée à des contraintes institutionnelles et financières qui n’ont pas permis d’atteindre les résultats escomptés. En définitive, malgré l’engagement politique et les efforts notables accomplis par le Gouvernement dans la mise en œuvre des réformes, à ce jour, le processus de réforme de l’Etat n’a pas abouti aux résultats escomptés, notamment la mise en place d’une Administration publique moderne et performante au service des citoyens. Pour réaffirmer sa volonté de réaliser les objectifs relatifs à la réforme de l’Etat, le Président de la République a créé par décret N°2021-300 du 15 mai 2021 le Ministère en charge de la Réforme de l’Etat, délégué auprès du Premier ministre, Chef du Gouvernement dont les attributions ont été fixées par décret N°2021-346 du 06 juillet 2021. En considération des dispositions de la constitution en son article 125, du projet de société du Président de la République « Ensemble, poursuivons la marche » et du programme d’action gouvernemental qui en découle, ainsi que les engagements pris par l Congo aux niveaux continental et international, notamment son  adhésion à l’agenda 2063 de l’Union africaine et l’agenda 2030 des Nations Unies, l’actualisation de l’avant-projet du plan stratégique de la réforme de l’Etat s’avère opportune et nécessaire. Ce, en vue de le mettre en cohérence avec ces différents référentiels politiques et stratégiques. C’est dans cette perspective que le Ministère en charge de la réforme de l’Etat, sous le haut patronage de son Excellence Anatole Collinet MAKOSSO, Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a engagé le processus d’actualisation du PSRE en organisant cet atelier qui durant deux constitue une étape importante de ce processus.

Pour Malaye DIOP, Représentant du PNUD au Congo a indiqué qu’en effet, c’est depuis pratiquement 2011 qu’avec l’appui du PNUD un avant-projet de plan de réforme de l’Etat avait été élaboré, suivi de l’élaboration et la validation en 2017 du Plan Stratégique de la Réforme de l’Etat qui, après quatre années de timide mise en œuvre, va être actualisé à la faveur des travaux qui s’ouvrent ce jour. Comme il a eu à le faire par le passé, et conformément à son mandat d’accompagnement des pays partenaires dans leurs efforts constants d’améliorer le fonctionnement de l’Etat et la gouvernance, le PNUD considère que la réforme et la modernisation de l’Etat constituent des acteurs déterminants de la gestion publique, particulièrement dans le contexte de recentrage du rôle régalien de l’Etat.

« Ainsi entendue, la réforme de l’Etat a pour finalité de doter le pays d’une administration restructurée et moderne en tant que bras séculier de l’Etat et cadre opératoire des politiques publiques efficaces. Le but ultime étant de faire de l’administration publique, réputée lente et bureaucratique, la locomotive de l’ambition du pays de continuer sa marche vers le développement et l’émergence », a-t-il renchéri.

De sa part Ousmane Bachir DEME, chargé de projet PRISP, représentant Madame la Représentante Résidente de la Banque Mondiale en République du Congo a signalé que la Banque Mondiale et la République du Congo ont conclu le 23 juin 2017, un accord de prêt pour la mise en œuvre des réformes intégrées du secteur public, en sigle PRISP pour un montant de 40 millions de dollars. Ce Projet PRISP, dont l’objectif de développement est d’améliorer la gestion des ressources publiques (hors pétroles) et la redevabilité en République du Congo a été mis en place pour accompagner les efforts du Gouvernement pour relever les défis de gouvernance économique et financière. E, effet, le cadre de partenariat pays 2019-2024 du groupe de la Banque Mondiale avec la République du Congo qui soutient la mise en œuvre de ses objectifs de développement met en effectivement un accent sur le renforcement de la gestion économique afin de promouvoir une croissance inclusive.

Aussi, il a laissé entendre que le PRISP est cet outil stratégique dans l’amélioration de la qualité de la gouvernance à travers la mobilisation des recettes non pétrolières, le renforcement des mécanismes de reddition de comptes. Le Ministère de la Réforme de l'Etat figure parmi les bénéficiaires du PRISP, inscrit dans la composante deux (02) du projet, relative à la modernisation de l’administration publique.

Quant à Luc Joseph OKIO, Ministre délégué auprès du Premier Ministre, chargé de la réforme de l’Etat dans son mot de circonstance a rappelé que c’est depuis plus d’une décennie, la réforme de l’Etat constitue un axe majeur des différents projets de société du Président de la République. En effet, dans le cadre de la mise en œuvre de ce processus, le Gouvernement n’a cessé d’entreprendre des réformes dans différents secteurs d’activités en vue d’entreprendre des réformes dans différents secteurs d’activités en vue de rationaliser l’organisation et le fonctionnement de l’administration publiques et la qualité des services publics, de rapprocher l’administration des administrés.

Poursuivant, il a fixé les objectifs principaux que vise ce présent atelier dont revisiter le projet du plan stratégique de la réforme de l’Etat pour assurer son alignement stratégique à la vision de l’Etat ; réviser les axes stratégiques du projet du plan stratégique en tenant compte de cet alignement stratégique ; proposer des stratégies opérationnelles relatives aux nouveaux axes stratégiques qui seront identifiés au cours de cet atelier.

Pour conclure, il a invité les participants et participantes de formuler des propositions pertinentes sur les nouveaux axes stratégiques du PRSE et à la production d’un rapport disponible de l’atelier.

 

commentaires
1 2 3 > >>