Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

Forum Europe-Afrique 2022 le 17 mars 2022 à Marseille (France)

Publié le 5 Mars 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans Communiqué de Presse

C’est sous le thème « Métropoles européennes et africaines : les actrices de la relance mondiale » que se tiendra le forum Europe-Afrique 2022. On ne s’étonnera pas de le retrouver à Marseille, métropole active dans le renforcement des liens entre les continents. Le rendez-vous débute le 17 mars 2022, dès 9 heures.

Dans le cadre de sa présidence du Conseil de l’Union européenne, la France a fait du « renforcement du partenariat euro-africain » une de ses priorités du premier semestre 2022. En sa qualité de plus grand partenaire commercial de l’Afrique, ces liens doivent être renforcés pour créer de la valeur ajoutée et de l’emploi, explique-t-on, du côté français. L’événement s’inscrit dans la continuité du Sommet Union européenne-Union africaine des 17 et 18 février derniers, à Bruxelles.

Il entend rapprocher les citoyens des métropoles européennes et africaines sur des projets communs portés par la puissance publique et les entreprises.
Parmi les intervenants, signalons la présence de Souad Abderrahim, maire de Tunis, Thierry Breton, commissaire européen, Nicolas Kazadi, ministre des Finances de la RD Congo, Edem Kokou Tengue, ministre de l’Économie maritime (Togo). Sans oublier Nourddine Rhalmi (Alstom Maroc), Véra Somwe (CEA), Romuald Wadagni, ministre des Finances (Bénin).

En savoir plus sur : forum-europe-afrique.fr

Source New African

commentaires

Le Sénégal dit non au recrutement des mercenaires et volontaires pour l'Ukraine

Publié le 5 Mars 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans International

 

Le Ministère sénégalais des Affaires étrangères a déclaré qu'une publication sur Facebook de l'ambassade d'Ukraine appelant les volontaires sénégalais à s'engager dans la lutte contre la Russie était illégale.
Que dit le Sénégal ?
Dans un communiqué, le ministère a déclaré que le recrutement de volontaires, de mercenaires et d'autres combattants étrangers était illégal dans le pays et puni par la loi.
L'ambassadeur d'Ukraine, Yurii Pyvovarov, a été convoqué au ministère pour expliquer le poste de jeudi.
Après avoir vérifié sa légitimité, il lui a été demandé de le retirer, indique le communiqué.

 

commentaires

Le Marché SUKISSA de Ouenzé en pleine activités d’installation et réinstallation des commerçants

Publié le 5 Mars 2022 par André LOUNDA dans société

Le processus d’installation et réinstallation des vendeurs et vendeuses du Marché Sukissa de l’Arrondissement 5 de Brazzaville se poursuit. A cet effet, Dan-Orphée IBIASSI, le Responsable de la Communication du Projet DURQUAP a fait une communication le vendredi 04 mars 2022 pour éclairer la lanterne des vendeurs et vendeuses sur la méthodologie et le processus d’installation et de réinstallation des ayants droits et nouveaux vendeurs.

Dans sa communication, Dan-Orphée IBIASSI a fait savoir que 720 places ont été conçues pour améliorer les conditions de vente des commerçants au marché Sukissa, la réinstallation a été faite sur la base des critères suivants : être propriétaire et en règle avec la mairie; identifié par le projet comme exploitant et bénéficiaire des plans d’action qui ont été mis en place; enregistré sur la liste montée par le comité de marché.

« Nous sommes en train de procéder progressivement afin d’être sûrs que les personnes installées méritent d’occuper l’espace. Les cas litigieux seront traités à partir du 12 mars prochain. Avant de relever que lors de l’enregistrement, il y avait à peine 411 personnes identifiées.  Heureusement que le marché est conçu avec des places supplémentaires pour satisfaire plus de personnes », a fait savoir Dan-Orphée IBIASSI.

Par ailleurs, il a indiqué que nous avions établi ces deux (2) listes et les noms des vendeuses et vendeurs du marché sont sortis. Il y a donc à peu près 219 personnes qui ont été installées ici en ce moment, mais il reste plus de 500 places d'autant que le marché a plus de 520 places.

Pour conclure, Dan Orphée IBIASSI a rappelé qu’il y a suffisamment de places et c'est ce que nous voulons passer comme message aux Mamans et Papas qui exploitent ce marché. Il n'y avait que 411 personnes identifiées comme exploitants historiques. Aujourd'hui, nous avons un marché de plus 720 places et il y a une marge telle que ces personnes qui se considèrent peut être à raison comme victimes à ce stade, mais ne le soient pas finalement. Nous leur demandons simplement de prendre leur mal en patience, car les installations sont en train de se faire progressivement.

 A noter que la construction de ce marché domanial a été financée par la Banque Mondiale, à hauteur de 1,2 milliard F CFA, dans le cadre du Projet DURQUAP.  Outre les 720 places pour les vendeurs, le marché dispose également d’un bâtiment commercial (seize boutiques, une chambre frigorifique et un local technique), d’un forage et d’autres équipements d’eau, d’une voie d’accès au marché, et d’un bâtiment administratif (une infirmerie, un dépôt, deux espaces verts) et que ce  marché  est destiné à booster les activités socio-économiques deux quartiers à savoir : le quartier 58 de  Moukondo, de l’Arrondissement 4, Moungali et le quartier Sukissa de l’Arrondissement 5, Ouenzé. 

 

commentaires

Résolution de l'Assemblée générale des Nations unies

Publié le 5 Mars 2022 par Nations unies dans International

           

 

                   Agression contre l’Ukraine

L’Assemblée  générale,Réaffirmant l’importance primordiale de la Charte des Nations unies pour la promotion du respect de la légalité parmi les nations,

Rappelant que, en vertu de l’article 2 de la Charte, tous les États sont tenus de s’abstenir, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations unies, et de régler leurs différends internationaux par des moyens pacifiques,

Rappelant également que, en vertu du paragraphe 2 de l’article 2 de la Charte, les  membres de  l’Organisation, afin  d’assurer à  tous  la  jouissance des  droits  et avantages résultant de leur qualité de membre, doivent remplir de bonne foi les obligations qu’ils ont assumées aux termes de la Charte,

Prenant  note de la résolution 2623 (2022) du Conseil de sécurité en date du 27 février 2022, par laquelle celui-ci a convoqué une session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée générale pour examiner la question figurant dans le document publié sous la cote S/Agenda/8979,

Rappelant sa résolution 377 A (V) du 3 novembre 1950, intitulée « L’union pour le maintien de la paix », et considérant que l’absence d’unanimité parmi les membres permanents  du  Conseil  de  sécurité  lors  de  sa  8979ème    séance  a  empêché  celui-ci d’exercer sa responsabilité principale en  matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales,

Rappelant également sa résolution 2625 (XXV) du 24 octobre 1970, par laquelle elle a approuvé la Déclaration relative aux principes du droit international touchant les relations amicales et la coopération entre les États conformément à la Charte des Nations unies, et réaffirmant les principes qui y sont énoncés, à savoir que le territoire d’un État ne saurait faire l’objet d’une acquisition par un autre État à la suite du recours à la menace ou à l’emploi de la force, et que toute action visant à rompre partiellement    ou    totalement    l’unité    nationale,    l’intégrité    territoriale    ou l’indépendance politique d’un État ou d’un pays est incompatible avec les buts et les principes de la Charte,

Rappelant en outre sa résolution 3314 (XXIX) du 14 décembre 1974, dans laquelle elle a défini l’agression comme l’emploi de la force armée par un État contre la souveraineté, l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique d’un autre État, ou de toute autre manière incompatible avec la Charte ,

Ayant  à   l’esprit   qu’il   importe   de   maintenir   et   de   consolider   la   paix internationale, qui repose sur la liberté, l’égalité, la justice et le respect des droits humains, et de développer des relations amicales entre les nations, quel que soit le système politique, économique ou social ou leur niveau de développement,

Rappelant l’Acte final de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, signé à Helsinki le 1er août 1975, et le Mémorandum concernant les garanties de sécurité liées à l’adhésion de l’Ukraine au Traité sur la non -prolifération des armes nucléaires (Mémorandum de Budapest) du 5 décembre 1994,

Condamnant la déclaration du 24 février 2022 dans laquelle la Fédération de Russie a annoncé le lancement d’une « opération militaire spéciale » en Ukraine,

Réaffirmant que nulle acquisition territoriale obtenue par la menace ou l’emploi de la force ne sera reconnue comme légale,

Se déclarant gravement préoccupée par les informations faisant état d’attaques contre des établissements civils tels que des logements, des écoles et des hôpitaux, ainsi que de victimes civiles, dont des femmes, des personnes âgées, des personnes en situation de handicap et des enfants,

Constatant que les opérations militaires russes menées à l’intérieur du territoire souverain de l’Ukraine auxquelles la communauté internationale assiste sont d’une ampleur jamais vue en Europe depuis des décennies et considérant que des mesures doivent être prises d’urgence pour sauver cette génération du fléau de la guerre,

Faisant sienne la déclaration du Secrétaire général en date 24 février 2022, dans laquelle celui-ci a rappelé que l’emploi de la force par un pays contre un autre était une  répudiation  des  principes  que  tout  pays  s’était  engagé  à  respecter  et  que l’offensive militaire actuelle de la Fédération de Russie était contraire à la Charte des Nations unies,

Condamnant la décision de la Fédération de Russie d’augmenter le niveau de préparation de ses forces nucléaires,

Se déclarant gravement préoccupée par la détérioration de la situation humanitaire en Ukraine et aux alentours, qui se traduit par un accroissement du nombre de déplacés et de réfugiés ayant besoin d’une aide humanitaire,

Se déclarant préoccupée également par le fait que le conflit pourrait exacerber l’insécurité alimentaire à l’échelle planétaire, l’Ukraine et la région étant parmi les plus gros exportateurs mondiaux de céréales et de produits agricoles, alors que des millions de personnes sont en proie à la famine ou exposées à un risque immédiat de famine ou à une grave insécurité alimentaire dans plusieurs régions du monde, et avoir des répercussions sur la sécurité énergétique,

Se félicitant des efforts incessants que déploient le Secrétaire général, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe et d’autres organisations internationales et régionales pour désamorcer la situation concernant l’Ukraine, et encourageant la poursuite du dialogue,

1.      Réaffirme son engagement envers la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues, s’étendant à ses eaux territoriales ;

2.      Déplore dans les termes les plus énergiques l’agression commise par la Fédération de Russie contre l’Ukraine en violation du paragraphe 4 de l’Article 2 de la Charte ;

3.      Exige que la Fédération de Russie cesse immédiatement d’employer la force contre l’Ukraine et s’abstienne de tout nouveau recours illicite à la menace ou

à l’emploi de la force contre tout État membre ;

4.     Exige également que la Fédération de Russie retire immédiatement, complètement et sans condition toutes ses forces militaires du territoire ukrainien à l’intérieur des frontières internationalement reconnues du pays ;

5.      Déplore la décision prise le 21 février 2022 par la Fédération de Russie concernant le statut de certaines zones des régions ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk, qui constitue une violation de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Ukraine et contrevient aux principes de la Charte ;

6.      Exige  que  la  Fédération  de  Russie  revienne  immédiatement  et  sans condition sur sa décision relative au statut de certaines zones des régions ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk ;

7.      Demande à la Fédération de Russie de se conformer aux principes énoncés dans la Charte et dans la Déclaration relative aux principes du droit international touchant les relations amicales et la coopération entre les États conformément à la Charte des Nations Unies1 ;

8.      Exhorte les parties à respecter les accords de Minsk et à œuvrer de manière constructive dans les cadres internationaux pertinents, notamment le format normand et le Groupe de contact trilatéral, en vue de leur plein e application ;

9.      Demande instamment à toutes les parties de permettre des voies de sortie sûres et sans restrictions du territoire ukrainien et de faciliter l’acheminement rapide, en toute sécurité et sans entrave, de l’aide humanitaire aux personnes qui en ont besoin en Ukraine, de protéger les civils, notamment le personnel humanitaire et les personnes en situation vulnérable, en particulier les femmes, les personnes âgées, les  personnes en situation de handicap, les peuples autochtones, les personnes migrantes et les enfants, et de respecter les droits humains ;

10.    Déplore que la Biélorussie se soit associé à ce recours illégal à la force contre l’Ukraine et lui demande de respecter ses obligations internationales ;

11.   Condamne toutes les violations du droit international humanitaire, les violations des droits humains et les atteintes à ces droits, et engage toutes les parties

à respecter strictement les dispositions applicables du droit international humanitaire, notamment les Conventions de Genève de 19492 et le Protocole additionnel I de 1977 s’y rapportant, selon qu’il conviendra, et à respecter le droit international des droits de l’homme, et, à cet égard, enjoint à toutes les parties de garantir le respect et la protection de l’ensemble du personnel médical et des agents humanitaires dont l’activité est d’ordre exclusivement médical, de leurs moyens de transport et de leur matériel, ainsi que des hôpitaux et des autres installations médicales ;

12.    Exige de toutes les parties qu’elles respectent pleinement les obligations que leur impose le droit international humanitaire, à savoir bien veiller à épargner la population civile et les biens de caractère civil, s’abstenir d’attaquer, de détruire, d’enlever ou de mettre hors d’usage des biens indispensables à la survie de la population civile, et respecter et protéger le personnel humanitaire et les articles destinés aux opérations de secours humanitaire ;

13.   Prie le coordonnateur des secours d’urgence de fournir, 30 jours après l’adoption de la présente résolution, un rapport sur la situation humanitaire en Ukraine et sur l’action humanitaire ;

14.   Demande instamment que le conflit entre la Fédération de Russie et l’Ukraine soit immédiatement réglé de manière pacifique par le dialogue, la négociation, la médiation et d’autres moyens pacifiques ;

15.    Se félicite des efforts soutenus déployés par le secrétaire général, les États membres, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe et d’autres organisations internationales et régionales pour désamorcer la situation actuelle, ainsi que des mesures prises par l’Organisation des Nations unies, notamment par le coordonnateur des Nations unies pour la crise en Ukraine, et par les organisations humanitaires pour intervenir face à la crise humanitaire et à la crise des réfugiés engendrées par l’agression de la Fédération de Russie, et encourage la poursuite de ces efforts ;

16.   Décide d’ajourner à titre provisoire sa onzième session extraordinaire d’urgence et d’autoriser son président à la rouvrir à la demande des États membres.

                                                           Nations unies

 

 

commentaires

Le Traumatologue CEGRA Karl, dans un nouveau Maxi Single, NEXT  LEVEL

Publié le 3 Mars 2022 par André LOUNDA dans Culture et Arts

NEXT LEVEL est le titre d’un nouveau maxi single de CEGRA Karl, qui arrive avec force et c’est lourd pour les mélomanes de la Rumba congolaise des deux rives. Le 08 mars 2022, l’artiste-musicien, le Traumatologue CEGRA Karl mettra sur le marché du disque ce nouvel album. Déniché sur le terrain par notre équipe de reportage en plein Centre-Ville de Brazzaville, le  mercredi 02 mars 2022 ce dernier était en plein tournage. Aussi tôt abordé, CEGRA Karl n’as pas hésité de répondre à quelques préoccupations des Journalistes Dans un face à face avec les journalistes de notre équipe de reportage, ce dernier  n’a pas caché ses mots.

-Bonjour Monsieur l’Artiste CEGRA Karl,  nous vous avons rencontrés en plein tournage clip de votre nouveau maxi single qui sera bientôt mis sur le marché du disque congolais, est-ce qu’on peut en savoir d’avantage pour nos lecteurs ?

CEGRA Karl : Oui, merci déjà ! C’est une très belle occasion et je vous remercie encore beaucoup ! Nous sommes en plein tournage du spot de mon nouvel album qui sera sur le marché le 08 mars 2022 et c’est dans quelques jours ! Je pense qu’il y aura un autre tournage des clips vidéo avant la fin de ce mois de mars. La bonne nouvelle, c’est la sortie de notre nouvel album.

-Quelle surprise avez-vous gardé à vos  différents mélomanes qui sont dans l’attente de votre nouveau maxi single ?

CEGRA Karl : Dans cet album, NEXT Level , il  y a la Rumba avec un apport nouveau parce que c’est de la Rumba aujourd’hui, qu’on a essayé de rénover.  Je dirais même tout simplement avec des chansons comme « ELOMBE », qui est une chanson qui a m’a fait vendre ailleurs, qui a fait de moi une révélation dans les années passées 2019 en Afrique centrale, Révélation du Studio 2010, Prix spécial du Jury Sanza ! Je pense qu’après cela, il fallait qu’on fasse un nouveau Maxi Single et je crois tout simplement, que c’est le meilleur.

-C’est vrai et oui ! Parce que jusque-là, j’ai votre chanson dans mon téléphone ! Est-ce que pour cette inspiration, il n’y a pas une chanson qui a supplanté « ELOMBE » Jusqu’à aujourd’hui à mon avis ?

CEGRA Karl : Oui, c’est vrai et oui, parce que jusque-là, je pense qu’il y a eu la pandémie à COVID-19 ! Et il y a eu baisse des activités artistiques dans tous les groupes et nous étions tous confinés à la maison dans cette période ! J’ai eu a sortir une chanson sur la COVID-19 et une autre chanson sur l’amour qui n’a pas marché par faute des marchés dues  à cette crise sanitaire. Donc, en ce moment, nous reprenons les choses en main avec ce nouveau maxi single NEXT Level.

Quel appel lancez-vous à tous vos mélomanes, aux auditeurs et à tous les lecteurs ?

CEGRA Karl :  Je leur demande simplement, d’écouter et de se procurer de cet album qui est riche et varié en mélodies. En tout cas, nous sommes dans l’émotion parce que depuis un certain temps, on a comme impression que la Rumba congolaise disparaît, c’est-à-dire que la Rumba congolaise du Congo-Brazzaville, disparaît un peu du marché et nous venons de la réintégrer avec NEXT Level.

 

commentaires

Roga Roga porte désormais l’étendard de la marque MTN Congo

Publié le 3 Mars 2022 par André LOUNDA dans Culture et Arts

C’est au cours d’une Conférence de presse animé le mercredi 02 février 2022 à Brazzaville par  Philippe WHAGA, Directeur de Marketing de MTN Congo et l’artiste musicien Roga Roga que l’annonce a été faite. La Star de la Rumba congolaise, Roga Roga et Philippe WHAGA ont signé un contrat d’une durée d’une année permettant à cet artiste d’être le nouvel Ambassadeur de la Marque MTN Congo.

Des critères de sélections ont concourus au choix de cet artiste-musicien. Philippe WHAGA, le Directeur de Marketing de MTN Congo a laissé entendre qu’attend MTN Congo de Roga Roga, que va-t-il rapporter de plus ? Notre vocation, vous le savez que nous soutenons la culture locale, nous soutenons les acteurs locaux, nous portant haut et fort les couleurs du Congo pour les bonnes initiatives et pratiques. Le contrat que MTN Congo a signé avec l’artiste musicien Roga Roga va permettre à l’artiste de rayonner d’avantage, de porter les couleurs du Congo et surtout de pouvoir vivre de son œuvre, contribué à promouvoir ses prochaines sorties au cours d’une tournée nationale que nous allons organisées dans tout le pays.

Pour Roga Roga, c’est un grand plaisir d’associer mon image avec la marque MTN. Je pense que si j’ai été désigné ambassadeur de cette marque, c’est grâce au travail. Associer mon image avec MTN est un combat. Seul, je ne pourrai pas, mais avec l’appui de MTN nous allons réussir.

commentaires

D’après Angios NGANGUIA ENGAMBE, l’heure a sonné pour faire de la démocratie réelle au Congo

Publié le 2 Mars 2022 par André LOUNDA dans Politique

C’est ce qui ressort de la Conférence de Presse que le Président du Parti pour l’Action de la République (PAR-MA), Anguios NGANGUIA ENGAMBE, a animé le 02 mars 2022 à Brazzaville avant son départ pour Owando, dans le département de la Cuvette, où il participera à la concertation politique prévue du 3 au 6 mars 2022 tout en déplorant la voie du boycott choisie par une frange de l’opposition, il est optimiste quant à l’issue de cette rencontre que l’heure a sonné pour faire de la démocratie réelle au Congo

Selon Angios NGANGUIA ENGAMBE, « Je ne vais pas pour faire l’analyse du texte, c’est-à-dire défendre une idée. Je vais à Owando pour installer la démocratie, parler des élections législatives et locales ainsi  que de la politique du pays. Je regrette le fait que nos collègues de l’opposition ne sont pas partis pour Owando ». 

Poursuivant, il a indiqué aux Journalistes qu’il partait avec un ordre du jour qu’il a analysé avec le bureau exécutif national de son Parti et parmi les points qu’il entend inscrire, il y a : l’organisation des primaires dans le choix des candidats comme cela se passe au sein de son parti depuis des années. 

« A la différence des précédentes concertations, Owando 2022,  c’est le point de départ de la démocratie. La vraie démocratie va commencer à Owando, là où notre pays a eu deux présidents de la République. J’y vais pour participer et non pour cautionner. Chez nous, ce sont les arguments qui comptent, une personne peut convaincre des milliers de gens », a fait savoir Angios NGANGUIA ENGAMBE.

Signalons qu’il a fait observer une minute de silence en mémoire de , Guy Brice Parfait KOLELAS, Président fondateur de l’UDH-Yuki, décédé en mars 2021. Mais aussi, il a réclamé un dialogue national inclusif à la place de la concertation politique, pour aborder des sujets comme des prisonniers politiques et l’instauration d’une  vraie gouvernance politique au Congo.

 

commentaires

AMMAA, 25ème Anniversaire : «  Les Matsouanistes croient en MATSOUA, nous aussi, nous croyons en Mama MOUEBARA », a déclaré Madame Michelle Célestine OUAMBA AWOLA

Publié le 2 Mars 2022 par André LOUNDA dans Social et Humanitaire

AMMAA, 25ème Anniversaire : «  Les Matsouanistes croient en MATSOUA, nous aussi, nous croyons en Mama MOUEBARA », a déclaré Madame Michelle Célestine OUAMBA AWOLAAMMAA, 25ème Anniversaire : «  Les Matsouanistes croient en MATSOUA, nous aussi, nous croyons en Mama MOUEBARA », a déclaré Madame Michelle Célestine OUAMBA AWOLA

Dans le cadre de la célébration du 25ème Anniversaire de l’Association Maman MOUEBARA Action et Aide que dirige Madame Michelle Célestine OUAMBA AWOLA, l’assistance et l’aide ont été au centre de cette célébration. Tour à tour, le lundi 28 février 2022, cette association a effectué une ronde dans quatre sites sélectionnés à savoir : l’église Pentecôtiste de Papa Esaïe ; l’orphelinat Yamaba Ngaï, l’orphelinat des sœurs de la charité de Bifouiti et le Temple KINATA de l’église Ngunza-Matsouaniste de Bacongo. Ses sites ont bénéficié des dons composés des vivres et non vivres.

Cette ronde qui a eu pour point de départ, l’église Pentecôtiste et qui a eu pour point de chute le Temple KINATA de la Communauté Spirituelle Ngunza-Matsouaniste, l’AMMAA a fait des dons composés des matelas, des sceaux, des récipients, des assiettes, des poissons salés, des boîtes de conserves, des bidon d’huile, des spaghettis, des bidons d’huile, du sel, des pagnes, moustiquaires  et bien d’autres. Ceci, c’est pour marquer la célébration du 25ème Anniversaire ce cette association à caractère social et humanitaire.

Au Temple KINATA, la délégation conduite par Madame Michelle Célestine OUAMBA AWOLA, Présidente de cette association a été reçu dans ce temple par des chants exécutés par la chorale et les fidèles, la prière, le mot de bienvenue et par l’exhortation du Guide Spirituel, Mbuta MASSENGO MBEMBA qui a porté sur les trois piliers de la foi Matsouanistes et des anciens qui sont : la liberté, l’étude ou la connaissance et la prière et pour les anciens, la force, le courage et le travail et les deux ne font qu’un en MATSOUA.

Au terme de sa ronde, Madame Michelle Célestine OUAMBA AWOLA répondant à quelques préoccupations des Journalistes sur lac quintessence de ce geste a fait savoir que partout où je suis passée, mes impressions sont bonnes, nous avons été bien, accueillis, les gens ont été contents et ce que nous avons fait, c’est avec l(effort de la SNPC notre sponsor et ce qui s’est fait , c’est dans le cadre de la commémoration du 25ème Anniversaire de l’Association Maman MOUEBARA Action et Aide en sigle AMMAA et nous avons choisis quatre sites à savoir : : l’église Pentecôtiste de Papa Esaïe ; l’orphelinat Yamaba Ngaï, l’orphelinat des sœurs de la charité de Bifouiti et le Temple KINATA de l’église Ngunza-Matsouaniste de Bacongo. Pourquoi avions nous choisit l’église Matsouaniste ? Si nous avons choisi l’église Matsouaniste, c’est parce qu’ils croient en MTSOUA et nous, nous croyons à Mama MOUEBARA. Pour les Matsouanistes, MATSOUA est vivant et il est esprit et nous aussi, nous croyons en Maman MOUEBARA parce qu’elle est aussi esprit. C’est pour cette raison que nous avons choisi cette église.

En ce qui concerne l’église Pentecôtiste Papa Esaïe, vous le savez que cette église héberge beaucoup des gens et lorsque ces gens se rendent à l’asile au cabano, vous le savez très bien qu’on les envoie à l’église Pentecôtiste de Papa Esaïe qui fut un grand homme de Dieu qui a marqué l’histoire de notre pays et ils ont des charges !  Nous nous sommes dit pourquoi ne pas y faire un don ? Si je ne me trompe pas, si l’on peut revenir en arrière, il s’est passé déjà 25 ou 24 ans de cela que Papa Esaïe fut secoué parce qu’il a avait annoncé une prophétie qui avait effrayé des gens? C’est ce qui a fait qu’il soit combattu ! Et c’est en signe de reconnaissance que nous sommes passés par là pour y faire un don.

S’agissant des sœurs de la charité, elles sont vraiment très sensibles et il faut avoir un cœur pour s’occuper des enfants orphelins. Je leurs ai vu dans la joie, dans la gaïté et elles m’ont reçu avec un cœur ouvert et je leur ai même dit que vous êtes belles ! Parce qu’elles ont donné leur amour pour les orphelins. Lorsqu’on m’a parlé de ce site, j’avais pris note parce que j’avais deux autres orphelinats que je devrais visiter et je crois que la prochaine fois, je passerais pour leurs faire un don et je ferai même sans la presse.

Quant à l’Orphélinat Yamba Ngaï ! C’est le premier des orphelinats que j’avais visité lorsque je vivais à l’OCH et maintenant, c’est après 25 ans que j’y suis revenue.

 

commentaires

Concertation politique d’Owando : source d’amertume à l’opposition congolaise

Publié le 2 Mars 2022 par André LOUNDA dans Politique

« Nous n’allons pas à Owando. Nous avons remis au ministre un dossier qui a une simple orientation : la nécessité et l’urgence de tenir dans ce pays un dialogue national inclusif ; c’est la nécessité de libérer tous les prisonniers politiques pour que nous allions de l’avant », « la concertation d’Owando n’est pas une priorité. « Les Congolais, dans cette situation de crise multiforme et multidimensionnelle, doivent se réconcilier et se retrouver. Mais, il y a des Congolais en prison pour rien », « Pour des raisons d’amour pour ce pays, de fidélité à ce pays et des raisons de transparence, nous avons décidé de ne pas nous mêler à l’amusement qui va se faire à Owando. Qu’ils fassent et viennent nous rendre compte. On verra comment le pays va recevoir », c’est par ces propos que les dirigeants de l’Opposition congolaise Mathias DZON, Clément MIERASSA et Jean ITADI au cours d’une conférence de presse  qu’ils ont animé le lundi 01 mars 2022 à Brazzaville donne leur position en de ne pas participer à ce rituel de partage de butin, une stratégie pour faire avaliser les décisions prises unilatéralement par le pouvoir de Brazzaville.

C’est   au cours d’un face à face avec les chevaliers de la plume, du micro et du web de la presse nationale et internationale que les dirigeants du Collectif des Partis de l’Opposition Congolaise et de la Fédération de l’Opposition Congolaise en présence des dirigeants de la Composante J3M que Clément MIERRASSA dans son mot liminaire pour éclairer l’opinion nationale et internationale a donné le point de vue de l’Opposition congolaise sur le pourquoi qu’ils ne prendra pas part à cette messe d’Owando du 03 au 06 mars 2022.

 Les forces politiques de l’opposition constatent avec amertume que malgré la tenue des précédentes concertations politiques pré électorales (Brazzaville 2009, Ewo 2011, Dolisie 2013, Sibiti 2015, Ouesso 2017 et Madingou 2020), aucune résolution sérieuse de ces dites concertations n’a été mise en œuvre. Ainsi, toutes les élections organisées depuis 2002, n’ont jamais été ni libres, ni crédibles, ni justes, ni transparentes, ni compétitives dans notre pays. Elles ont toujours été sources de violences meurtrières. A l’image des concertations antérieures, celle d’Owando est tout simplement une stratégie pour faire avaliser en contrepartie d’espèces sonnantes et trébuchante, les décisions prises unilatéralement par le pouvoir. Par ces manœuvres de diversion et de ruse politique de conserver le pouvoir, le gouvernement confisque et verrouille tout le processus électoral par tous les moyens. Force est de constater que le projet de succession est à l’ordre du jour. Comme on le voit, la machine à tricher du PCT est déjà mise en marche pour un nouveau gangstérisme électoral. Il s’agit ici de créer les conditions d4une monarchique du pouvoir. L’opposition congolaise est fermement opposée à la concertation politique d’Owando et pense que les conditions actuelles de crise multidimensionnelle que vit notre pays, la tenue en urgence d’un véritable dialogue national inclusif rassemblant toutes les forces vives de la Nation est un impératif catégorique.

Pour l’Opposition congolaise, à un moment où les populations vivent un véritable enfer social et sont confrontées à des souffrances atroces, investir près d’une dizaine de milliards de Francs CFA, en vue d’acheter des consciences pour se donner à l’hémicycle, une majorité mécanique, c’est un crime économie. Les élections de juillet 2022 ne devraient pas être la première priorité aujourd’hui,  les urgences sociales (pensions des retraités, bourses des étudiants, les emplois des jeunes, la santé, l’éducation, etc.) constituent la priorité absolue.

Au regard de ce qui précède, les forces politiques opposées à la concertation politique d’Owando qui refusent de prendre part à cette mascarade, exigent du pouvoir : la tenue en urgence d’un véritable dialogue politique inclusif, la libération de tous les prisonniers politique et d’opinions, le retour de tous les exilés politiques.

Pour sortir le Congo de la crise multidimensionnelle dans laquelle, il est plongé, les forces politiques opposées à la concertation politique d’Owando lancent un vibrant appel à toutes les forces vives de la Nation et à la communauté internationale à soutenir cette démarche salutaire.

 

commentaires

Déclaration de l'Union Africaine sur les mauvais traitements infligés aux Africains qui tentent de quitter l'Ukraine

Publié le 1 Mars 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans International

28 février 2022, Addis Abeba : Le Président en exercice de l'Union Africaine et Président de la République du Sénégal, S.E. Macky Sall, et le Président de la Commission de l'Union Africaine, S.E. Moussa Faki Mahamat, suivent de près l'évolution de la situation en Ukraine et sont particulièrement préoccupés par les informations rapportées selon lesquelles les citoyens Africains, se trouvant du côté Ukrainien de la frontière, se verraient refuser le droit de traverser la frontière pour se mettre en sécurité.

Les deux Présidents rappellent que toute personne a le droit de franchir les frontières internationales pendant un conflit et, à ce titre, devrait bénéficier des mêmes droits de traverser la frontière pour se mettre à l'abri du conflit en Ukraine, quelle que soit sa nationalité ou son identité raciale. Les rapports selon lesquels les Africains sont l’objet d’un traitement différent inacceptable seraient choquants et racistes et violeraient le droit international.

 À cet égard, les Présidents exhortent tous les pays à respecter le droit international et à faire preuve de la même empathie et du même soutien envers toutes les personnes qui fuient la guerre, nonobstant leur identité raciale.

Les Présidents saluent l'extraordinaire mobilisation des États membres de l’UA et de leurs Ambassades dans les pays voisins pour accueillir et orienter les citoyens Africains et leurs familles qui tentent de traverser la frontière de l'Ukraine pour se mettre en sécurité.

commentaires
<< < 1 2 3 4