Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

« Le sport du travail, c’est avant tout la santé, la convivialité et l’esprit de camaraderie », a déclaré Rodrigues NDINGA MBOUMI

Publié le 31 Mai 2022 par André LOUNDA dans sports

« Mesdames Messieurs les sportifs, distingués invité en vos rang grades et qualité, l’honneur m’est choix de ma trouver en cet endroit mythique rempli d’histoire sportives pour procéder à la clôture des jeux de football et de nzango. Durant deux mois qui se sont déroulées avec succès et procédé à la remise des trophées aux heureux récipiendaires. Que puis-je vous dire d’autres tout est bien qui finit bien ainsi, je déclare clos les jeux de football et de nzango organisé par NSIA Assurances en partenariat avec la Ligue Départementale du Sport du Travail de Brazzaville, sponsorisé par NSIA Assurances. Je vous souhaite aux  et aux autres bons retours chez-vous et je vous donne rendez-vous à la prochaine édition », c’est par ces propos que Clesh ATIPO NGAPI, 1er Secrétaire du Conseil Départemental et Municipal de la Ville de Brazzaville en présence de Rodrigues NDINGA MBOUNI a procédé à la clôture à la Finale du Championnat NSIA Assurance du Sport du Travail, le dimanche 29 mai 2022 au Stade Michel d’ORNANO de Brazzaville.

Lancé le 21 mars 2022, chaque week-end, la ville de Brazzaville a vibré sous le rythme du football et du nzango. Au terme de ce championnat du sport du travail placé sous l’autorité de Clesh ATIPO NGAPI, en nzango les Amazones du CNRTV ont raflé la palme d’or face aux dames de l’ANAC 33 à 27  et au football, les joueurs de la DGID en réalisé un grand exploit face à la DGFE et sont champions de Brazzaville par un score de 3 buts à 2. Remplie de joie Alex  BISSEYOU MOUKIMI, la capitaine du CNRTV a déclaré que c’est la détermination qui leur a permis d’arriver jusqu’à la finale. Les Amazones du CNRTV ont dédié cette victoire à titre posthume à leur Coach Alain Serge ELENGA décédé en plein confinement et ont remercié le Directeur Général de Télé Congo André ONDELE pour son soutien multiforme jusqu’à la fin de ce championnat et à tout le personnel du CNRTV. « Nous sommes très satisfaites. Si nous étions dans une course de Cogelo, nous serions des outsiders. Nous sommes allées jusqu’au bout avec pour secret la détermination. Nous avons cru à notre chance quand nous nous sommes qualifiées pour les demi-finales... Nous nous rendons compte que l’équipe est maintenant au point. Nous sommes prêtes à affronter n’importe quelle adversaire lors des prochaines compétitions », a déclaré Alex BISSEYOU MOUKIMI.

De sa part Rodrigues NDINGA MBOUMI, Président de la Ligue Départementale du Sport de Travail a exprimé sa joie pour cette aventure qui a démarré depuis le 21 mars 2022. « Nous sommes le 29 mai et que vous jouez et nous jouons ensemble pour faire en sorte que tout se passe très bien. Pour tout ce que j’ai vu aujourd’hui, c’est un jour des champions, vous êtes tous des champions », a-t-il  lancé.

Du côté de la DGID, Quentin AYOLO a remercié le Directeur Général des Impôts, Monsieur Ludovic ITOUA qui a mis les moyens à leur disposition pour atteindre ce niveau et ce trophée revient à toute la DGID. Aussi, il a félicité l’équipe de la DGFE qui est une équipe brillante qu’ils ont d’ailleurs croisé dès le premier match de ce championnat qu’ils ont battu à 2 buts à 1 et cette fois-ci à la finale par 3 buts à 2. «  Nous avons eu en face de nous une équipe très brillante. On l'a croisée lors de notre premier match du championnat. Le score était à 2-1 et nous la retrouvons en finale. Nous avons eu droit à deux matches âprement disputés. Les entraînements et la rigueur ont été notre secret. Nous souhaitons que ce genre de compétition puisse être pérennisé. Nous garantissons notre présence au tournoi futsal qui sera organisé par  la Ligue départementale du sport de travail ».  

A noter qu’au football l’équipe du Centre Hospitalier et Universitaire de Brazzaville a pris la troisième place  en battant Averda aux tirs au but, 5-4, après un score de 0-0 au temps règlementaire et au nzango, l’équipe de la  Direction Générale de la Sécurité Présidentielle s’est contentée de la troisième place par une victoire de 37-30, face à celle de  la Banque des Etats de l’Afrique centrale.

 

commentaires

Espoir 1er KAMBI  est désormais Docteur es lettres dans une Analyse Ethnographique et Sociolinguistique du Mariage Traditionnel Bakouélés

Publié le 28 Mai 2022 par André LOUNDA dans Eduaction

« AN ETHNOLOGRAPHIC AN SOCIOLINGUISTIC ANALYSIS OF BEKWEL TRADITIONAL WEDING CEREMONY », (UNE ANALYSE ETHNOGRAPHIQUE ET SOCIOLINGUISTIQUE DU MARIAGE TRADITIONNEL BAKOUELES) », constitue le titre de la soutenance de thèse de Doctorat Unique pour l’obtention du grade de docteur de l’Université Marien NGOUABI (UMNG) dans le Domaine des lettres, Département de la Formation Doctorales ; Parcours-Type : Espace Littéraire, Linguistique et Culturels (ELLIC) ; Mention : Littérature et Civilisation des pays de la langue anglaise ; Spécialité : Linguistique anglaise de la Faculté des Lettres, des Arts et des Sciences Humaines de l’Université Marien NGOUABI, soutenue et défendue publiquement par Espoir 1er KAMBI, Titulaire d’un Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) 2013, le 28 mai 2022 dans la salle des conférences de la Présidence de l’UMNG à Brazzaville. Cette thèse vise à faire connaître la culture Bakouélés et les caractéristiques ethnographiques et socioculturels du mariage dans cette communauté.

  En effet, le Jury composé de : Président : Souleymane FAYE, Professeur Titulaire CAMES, Université Cheik Anta Diop-Dakar, Sénégal ; Rapporteur Interne : Yvon Pierre NDONGO-IBARA, Professeur Titulaire CAMES, UMNG-Congo ; Rapporteur Externe : Daniel René AKENDENGUE, Professeur Titulaire CAMES, Université Omar BONGO, Gabon ; Examinateur Paul Achille MAVOUNGOU, Maître de conférences CAMES, UMNG-Congo ; Directeur de thèse : Jean Pierre NKARA, Maître de conférences CAMES, UMNG-Congo. Pour le Jury cette thèse de 303 pages dont les chapitres sont bien rédigés, faciles à lire, l’impétrant a écrit un événement social, le mariage chez les Bakouélés et les résultats de sa recherche ont révélé que l’événement des mariages provient de leur coutume.    Après l’avoir écouté et échangé avec l’impétrant sur le travail  qu'il a effectué a maîtrisé le sujet, la méthodologie et les hypothèses ont été bonnes et appréciées et a répondu favorablement au questionnement du Jury  ainsi, le Jury lui a décerné le grade de Docteur es lettres de l'Université Marien NGOUABI avec la mention "Très Honorables et les félicitations du Jury". Cette mention est justifiée par l’originalité, la qualité de la thèse insufflée par les hypothèses et approches méthodologiques qui lui ont servi d'outils d’analyse.

Pour Espoir 1er KAMBI, très heureux des résultats de sa recherche et pour ce travail très mouvant et satisfaisant, le message qu’il a véhiculé, c’est sur le mariage chez les Bakouélés. «  À travers cette étude, j’ai voulu étudier comment est-ce que les Bakouélés se marient et comme mes recherches sont basés sur l’ethnolinguistique, j’ai voulu savoir comment est-ce les Bakouélés utilisent leurs langues pendant la cérémonie de mariage. Il ressort de cette étude que les Porte-paroles qui animent les cérémonies de mariage s’expriment d’une manière imagée en utilisant des figures et des signes de la langue Bakouélés. A travers cette étude, le but principal a été d’abord celui de comprendre premièrement la culture de chez-nous et deuxièmement, c’est de contribuer aux œuvres scientifiques parce que nous sommes entrain de faire de la recherche scientifique. Au niveau du monde, nous devrions valoriser notre culture et au niveau des  travaux de recherches, c’est aussi de préserver notre culture. Suivant la culture occidentale, nous tendons vers la perte de connaissance de notre culture et que les nouvelles générations pensent que notre culture n’a plus de valeur. Peut-être nous devons adopter ou encore la culture européenne à travers cette thèse nous avons voulu fournir un document qui leur sera utile afin que dans leur travaux de recherches, qu’ils comprennent les Bakouélés. En ce qui me concerne, les Bakouélés dans leur mariage, comment ils utilisent leur langue et voilà ».

 

commentaires

Populations du Congo : « le Notaire est à votre porte », n’hésitez pas à le rencontrer

Publié le 27 Mai 2022 par André LOUNDA dans société

« Impact du Notariat au sein des Populations Congolaises », constitue le thème des Journées Portes Ouvertes du Notariat en République du Congo du 30 au 31 mai 2022 à Brazzaville, Pointe Noire et bien d’autres localités en vue de faire connaître aux populations congolaises le métier du Notaire et son rôle dans la société. Ces journées dénommées, « le Notaire à votre porte » dont le lancement officiel placé sous le patronage du Ministre de la Justice, des Droits Humains et de la Promotion des Populations Autochtones a eu lieu ce vendredi 27 mai 2022 dans la salle des conférences de ce ministère a été présidé par Monsieur Guy Ruffin KAMPAKOL, Conseiller Juridique du Ministre en charge de la Justice en présence de Maître Bertrand PANDI, Président de la Chambre Nationale du Notariat et  bien d’autres.

 Durant deux jours des rencontres au menu, dans les sièges de trois Arrondissements de Brazzaville à savoir : Bacongo, Mongali et  Ouenzé, les participants seront sensibilisés et échangés avec les Notaires sur les sous-thèmes suivants : l’Authentification des Actes sering privé ; les Régimes Matrimoniaux (Contrat de mariage) ; les Donations et Testaments ; la Dévolution Successorale ; les Ventes Immobilières.

La cérémonie officielle de lancement de ces Journées Portes Ouvertes ont été marqué par trois discours. Le premier a été celui du Président de la Chambre du Département de Brazzaville, le second par le Président Nationale de la Chambre du Notariat Congolais et celui de l’ouverture par le Conseiller Juridique du Ministre de la Justice, des Droits Humains et de lac Promotion des Populations Autochtones. Cette activité, se tient par la volonté de la profession des Notaires en proposant une thématique et des résumés de justice. Elle est dons la preuve que cette institution constitue un maillon important de la chaîne judiciaire de notre pays.

En effet, Brazzavillois, Brazzavilloises, Ponténegrins et Ponténégrines…etc,  profiter de ces occasions que vous offrent les Notaires afin de connaître vos droits et le rôle du Notaire et les Actes notariats.

commentaires

Ce que nous devrions connaître de l’Afrique

Publié le 25 Mai 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans Culture et Arts

 

Les choses qu’on ne vous apprendra jamais à l’école !

Superficie Afrique = 30,37 millions de kilomètres carrés *

Superficie de la Chine = 9,6 millions de kilomètres carrés

Superficie américaine = 9,8 millions de kilomètres carrés

Superficie Europe = 10,18 millions de kilomètres carrés

● L'Afrique est plus grande que toute l'Europe, la Chine et les États-Unis réunis.

● Mais dans la plupart des cartes mondiales, l'Afrique est représentée en taille réduite.

Ceci est fait exprès pour créer l'impact visuel de la petite Afrique pour manipuler les africains et les laver le cerveau et les tromper où qu'ils soient.

L'Afrique possède 60% des terres qui sont bonnes pour l'agriculture ;

L'Afrique possède 90% des réserves de matières premières ;

- L'Afrique possède 40% de la réserve d'or mondiale.

- Afrique, 33% de réserve de diamants.

- L'Afrique possède 80% des réserves mondiales de coltan (métal pour la production de téléphones et d'électronique), surtout au Congo démocratique.

- L'Afrique possède 60% de la sauvegarde mondiale de Cobalt (métal pour la fabrication de batteries de voitures)

L'Afrique est riche en pétrole et en gaz naturel.

L'Afrique (Namibie) a les plages de pêche les plus riches au monde.

- L'Afrique est riche en manganèse, fer et bois.

- L'espace de l'Afrique est trois fois l'espace de la Chine, trois fois celui de l'Europe et trois fois celui des États-Unis.

- La superficie de l'Afrique est de trente millions de kilomètres carrés (30,875,415 kilomètres carrés) ;

- La population de l'Afrique est de 1,3 milliard de NIS (la population chinoise est de 1,4 milliard de NEIS avec une superficie de plus de 9,6 millions de kilomètres carrés

Ce qui veut dire que l'Afrique est inhabitée.

-Les terres agricoles en République démocratique du Congo sont capables de nourrir toute l'Afrique.

Et toutes les terres agricoles en Afrique sont une corde pour nourrir le monde entier.

- Le Congo démocratique a des rivières importantes qui peuvent illuminer l'Afrique.

Le problème est que les occidentaux, leurs entreprises et certaines marionnettes africaines ont perturbé la stabilité de l'Afrique depuis des décennies.

- L'Afrique est un continent culturellement diversifié en termes de danse, musique, architecture, sculpture, etc.

L'Afrique abrite 30 mille prescriptions et herbes médicinales modifiées par l'occident dans son laboratoire.

- La population mondiale des jeunes en Afrique devrait atteindre 2,5 milliards d'ici 2050.

L'Afrique représente l'avenir de l'humanité…

 

Source web

#buildingmyself #mindset

 

commentaires

FORUM SUR LE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ KINTÉLÉ, DU 30 AU 31 MAI 2022 | SUR RÉSERVATION

Publié le 22 Mai 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans Communiqué de Presse

« Inciter les acteurs privés à investir en République du Congo », est l’objectif principal que vise le Forum Partenariat Public-Privé qui se tiendra du 30 au 31 mai 2022 au Centre de Conférence International de Kintélé, Placé sous le Très Haut Patronage de Son Excellence, Monsieur Dénis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat, le Forum PPP a pour thème « Partenariat Levier du PND ». Les secteurs ciblés par ce Forum sont les suivants: l'agriculture ; le tourisme ; les mines ; le numérique ; les énergiesles ZES.

Pour tout renseignement : https://www.cooperation.gouv.cg/forumppp/#info

commentaires

CHU-B: évaluation des conditions d'accueil des malades et communication hospitalière

Publié le 22 Mai 2022 par André LOUNDA dans société

Le Ministère du Contrôle d’Etat et de la Qualité du service public, a procédé au lancement, le vendredi 20 mai 2022 au Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville, le Projet d’Evaluation de la Qualité du Service Public dans le Volet Accueil des Malades et Communication Hospitalière. Cette étude devra mettre à la portée de tout le personnel les questions de l’accueil et leurs impacts sur la qualité des soins, la satisfaction des malades et l’image de cet hôpital.

Placé sous le patronage du Professeur  Jean Rosaire IBARA, Ministre en charge du Contrôle d’Etat, de la Qualité du service public et de la Lutte contre les Antivaleurs, en présence de Thierry Raoul GOMBE, Directeur Général du CHU-B, le but du projet est de garantir aux malades et autres usagers du CHU une satisfaction optimale avant, pendant et après leur séjour par un accueil et une communication de qualité ; implémenter la démarche qualité au CHU afin de contribuer à l’amélioration de son image. L’objectif principal est d'accompagner le CHU et son personnel à améliorer la qualité de l’accueil des malades et la communication hospitalière par le renforcement ou la mise en place d’un système de management qualité répondant à un certain nombre d’indicateurs. De façon spécifique, il s’agira d’identifier les études réalisées au niveau de cette structure et récolter les données de l’accueil des malades et de la communication hospitalière.

Procédant au lancement de ce Projet, le Professeur Jean Rosaire IBARA a indiqué à l’endroit du personnel du CHU-B que ce projet se fonde sur deux volets : le premier concerne la satisfaction des patients, un petit questionnaire a été élaboré. Les patients ou leurs accompagnateurs seront interrogés. Le second, le plus important, concernera l’atelier d’échange avec l’attaché de presse du ministère en charge du projet. Le clou, ceux qui peuvent apporter les améliorations pour que la mauvaise image du CHU soit progressivement améliorée ; pour que demain, qu’on puisse parler autrement de cette image.

De sa part, Thierry GOMBE a laissé entendre  que dans le défi de redressement qui nous a été confié par le président de la République, il y a plusieurs aspects ; le premier est celui qui tient compte du plateau technique qu’il faut refaire, mais il y a aussi un aspect fondamental, c’est celui de l’homme, parce que nous entendons souvent dire ici au CHU, si l’homme ne change pas, ce sera vain. Lorsque je dis ça, nous entendons ce que la population nous reproche et là, évidemment faire un constat, un diagnostic sans détours, il y a beaucoup de problème, puis, il a souligné que le personnel est totalement disponible et disposé à accepter tous les enseignements qui pourront lui être portés pour améliorer ses prestations en termes de soins et d’accueil de malades.

A noter que s’en est suivi la présentation du projet et des échanges interactifs avec le participants.

 

commentaires

Les travailleurs de la SOPECO dans l’attente d’une nouvelle Direction Générale

Publié le 19 Mai 2022 par André LOUNDA dans société

Des délibérations et recommandations formulées le 17 mai 2022 au cours de la session ordinaire du Comité de Direction de la Société des Postes et Epargne du Congo, « portant dotation d’une existence juridique à la SOPECO ; portant engagement de l’Etat propriétaire de la SOPECO à prendre ses responsabilités dans la résolution de crise actuelle ; portant prise en charge de la dette de la SOPECO par l’Etat ; portant inventaire des niches possibles de ressources de la SOPECO délibération portant adoption des procédures comptables et financières ; portant assainissement du climat social de la SOPECOL, sur l’attention particulière à porter à la situation administrative et financières de la SOPECO, dans la prise des décisions », sont les conclusions qui y ressortent afin d’assainir le climat social de cette entreprise en perte de vitesse.

C’était au cours de sa session du Conseil d’Administration placé sous les auspices de Jean Joseph PAKA, Président du Comité de Direction en présence d’Yves ICKONGA, Représentant de la Présidence de la République, d’André KAMBA, Représentant de la Présidence de la République, de Madame Ludovique MBOSSA MABWERE, Directrice Générale de la SOPECO et bien d’autres. Cette 1ère session du comité de direction qui se tient tous les quatre ans après avait dans son ordre du jour 12 points entre autres, la revue des délibérations du dernier Comité de Direction 2018 ; l’examen du rapport d’Audit du cabinet Exco CACOGES ; Gouvernance et orientations stratégiques ; Responsabilité de l’Etat dans la situation actuelle de la SOPECO, la Revue des partenariats, Panorama de la situation sociale.

Cette session ordinaire, s’est tenue dans un contexte difficile caractérisé par la crise qui frappe à plein fouet la SOPECO comme l’a signifié Jean Joseph PAKA, le Président du Comité de Direction dans son mot d’ouverture. « Il est peu de dire, que le présent comité de direction se tient dans un contexte difficile, voire explosif, au double plan de la situation interne de l’entreprise, et de l’environnement économique et financier, au niveau national et même international. En effet, les graves problèmes sans cesse croissant que connaît depuis plusieurs années la SOPECO, ont précipité ces derniers temps l’entreprise dans une vraie tourmente ; et l’actualité récente n’a pas manqué de mettre en exergue en réalité, les convulsions d’une entité agonisante, empêtrée dans des difficultés inextricables et jetée en pâture auprès de l’opinion. Ce tableau peu reluisant de l’opérateur historique public en matière de postes, ces dernières années, a été davantage potentialisé par l’absence notoire de la capacité d’intervention des pouvoirs publics, propre à soutenir les secteurs de l’économie nationale en difficulté. », a laissé entendre Jean Joseph PAKA.

De sa part Madame Ludovique MBOSSA MABWERE croit encore à la réinvention de la SOPECO dont elle a la charge et que les maux qui minent cette structure émanent de la liquidation de l’ex ONPT et la liquidation de cette entreprise était mal finalisée d’où les conséquences qu’ils ont aujourd’hui de la situation délicate de la SOPECO. « La SOPECO n’a jamais été créée réellement, juridiquement conformément selon les textes que ce soit la charte de l’entreprise d’Etat ou que ce soit selon la charte de l’OHADA. Il est donc aujourd’hui question de doter la SOPECO d’un véritable capital, d’un patrimoine qui n’a jamais été défini pour donner à la SOPECO l’aisance de pouvoir se développer comme une vraie entreprise », a-t-elle rappelé.

Quant à Stal Jeuvin GABIOT, Représentant du personnel de la SOPECO s’exprimant dans une interview qu’il a accordé aux médias au nom des travailleurs de la SOPECO est sorti de cette session insatisfaite parce que ce comité de direction tant attendu n’a pas répondu aux attentes des travailleurs de la SOPECO. « Et nous si nous tournons en rang, c’est parce que ce comité de direction n’a pas respecté la ligne établie du Premier Ministre qui était celle de prendre des décisions fortes et pour les travailleurs de la SOPECO, la décision forte pour qu’elle décolle, c’est qu’on fasse asseoir cette Direction Générale, que cette administration s’asseye, que l’on nomme et qu’on change de management. C’est le management qui est au cœur de cette crise. Voilà pourquoi dès les jours avenirs, nous allons convoquer tous les travailleurs de la SOPECO afin de statuer de tout ce qui s’est passé aujourd’hui. Nous sommes en total insatisfaction parce que de tous les points abordés et les vrais sujets qui minent le bon fonctionnement de la SOPECO n’ont pas été prise en compte. Voilà pourquoi, nous disons aujourd’hui que chacun de nous doit tirer sa responsabilité sur tout ce qui s’est passé aujourd’hui. Notre attente auprès du Gouvernement, auprès du Sénat, elle est simple, en un mot ce que nous disons, cette administration a montré son inefficacité et nous ce que nous voulons, c’est que cette administration soit changée conformément aux statuts de la SOPECO. Ce Comité de Direction n’a pas eu la capacité, ce courage de prendre cette décision forte de faire asseoir cette administration. Voilà pourquoi nous disons ceci, une Assemblée Générale sera organisée où tous les travailleurs seront conviés pour statuer à cette question. Ce que nous reprochons clairement à cette direction, c’est le manque de management et si nous nous référons à la lettre du Premier Ministre qu’il a adressé au Ministre des Postes, des Télécommunication qui a bien fait allusion au manque de management qui est à la cause qui mine la SOPECO depuis 4 ans, il faut de l’amélioration dans la gouvernance ».

Signalons que la Société Postes et Epargne du Congo traverse depuis plusieurs années une crise sociale provoquée par la baisse de ses activités. Les 241 agents de l’entreprise publique de la poste accumulent à ce jour plus de vingt-huit mois de salaires impayés et plusieurs mois de cotisations sociales non versées. Ils évoluent dans un environnement de travail jugé précaire et sans protection juridique.

 

commentaires

Brazzaville, Pointe Noire et Kintélé ont désormais des Plans Locaux d’Urbanisme

Publié le 18 Mai 2022 par André LOUNDA dans société

Les Plans Locaux d’Urbanisme de Brazzaville et Pointe Noire ont été l’objet d’un Atelier de présentation de ces nouveaux outils d’aménagement urbain, le 17 mai 2022 à Brazzaville. Organisé par le Projet Développement Urbain et Restauration des Quartiers Précaires en sigle DURQUAP, cette rencontre avait pour objectif, le renforcement des capacités des acteurs du secteur urbain  sur la mise en œuvre de ces plans. Cet atelier placé sous le patronage de Jean Jacques BOUYA, Ministre de l’Aménagement du Territoire, des Infrastructures et de l’Entretien Routier a été rehaussé par la présence du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Foncière et du Domaine Publique, Pierre MABIALA, de Madame Ingrid Olga Ghislaine EBOUCKA-BABAKAS, Ministre en charge du Plan, de la Statistique et de l’Intégration Régionale, de Madame Arlette Soudan NONAULT, Ministre de l’Environnement et du Bassin du Congo et bien d’autres invités.

Ouvrant les travaux de l’atelier de présentation de ces plans,  Jean Jacques BOUYA, Ministre en charge de l’Aménagement du Territoire, a indiqué que  ces deux plans locaux d’urbanisme et les propositions faites fournissent au ministère de la Construction, de l’Urbanisme et de l’Habitat, aux mairies de Brazzaville, Pointe-Noire et Kintélé ainsi qu’à l’ensemble des acteurs déconcentrés, des outils de planification, de gestion d’occupation du sol . Aussi, il a appelé les acteurs de ce secteur à une forte complicité agissante afin que ces plans soient impactant, « Ces plans ne seront impactant que si une synergie en complaisance s’instaure entre les dirigeants et les dirigés dans une complicité agissante avec en prime l’application des législations nationales et locales sinon, c’est peine perdue. Je déclare ouvert les travaux de l’Atelier de validation des Plans Locaux de la ville de Brazzaville, Pointe Noire et Kintélé ».

Pour sa part, Dieudonné BANTSIMBA, Président du Conseil Municipal, Maire de la ville de Brazzaville, a fait savoir que le plan d’urbanisme revêt une importance capitale, car il permet de maîtriser le développement de la cité. « Les stratégies de planification et de gestion participative, de concertation, de sensibilisation et de formation des différents acteurs dans le cadre du DURQUAP, traduisent notre engagement à assurer un transfert effectif et progressif des différents ouvrages, des compétences et des ressources indispensables au développement de nos quartiers », a-t-il laissé entendre.

Après avoir été doté d’un plan d’urbanisme en 2016, d’un schéma directeur d’urbanisme à l’horizon 2035, les villes de Brazzaville et Pointe Noire viennent de bénéficier des Plans Locaux d’Urbanisme. Pour mener à bien ces plans, un Atelier de renforcement des capacités des acteurs du secteur urbain pour la mise en œuvre de ces plans ont été  organisé du 18 et 19 mai 2022. Monsieur Alain Alfred ELALI, Coordonnateur du Projet DURQUAP sur les enjeux et les objectifs de cet atelier a déclaré que le contenu de la formation prévu, pour ce faire, s’appuiera sur le principe de « formation des formateurs » afin que les cadres qui participeront aux deux sessions de formations, puissent à leur tour renforcer les capacités de leurs collègues directs, au quotidien et dans le cadre de leur missions. L’objectif principal des différentes sessions de renforcement des capacités est, donc, de former les bénéficiaires sur la mise en application du PLU. La formation sera axée sur les enjeux et orientations stratégiques du PLU, les contraintes, cadre réglementaire et principes d’aménagement, le zoning et règlement, la mise en œuvre du PLU.

Signalons que s'en est suivi la présentation du plan local d’urbanisme de Brazzaville par le responsable du groupe URBA plan-Afric URBA-CAP consultant’ et ces plans ont été réalisé par ce groupement  consultant dans le cadre du Projet Développement Urbain et de Restructuration des Quartiers Précaires (DURQUAP), et ces Plans Locaux d’Urbanisme permettront de localiser l’ensemble des domaines publics, de définir avec précision ce que sera l’accroissement de la ville les prochaines années.

 

commentaires

La loi sur l’Affacturage, un nouvel outil de financement des PME, PMI et TPE en République du Congo

Publié le 17 Mai 2022 par André LOUNDA dans Economie

Le Centre de conférence International de Kintélé en République du Congo a abrité du 12 au 13 mai 2022, la Conférence Régionale pour la Promotion de l’Affacturage et le Financement des Créances en Afrique Centrale. Cette conférence organisée par AFREXIMBANK en partenariat avec la Faciltating Open Account-Receivalables Finance en sigle FCI, la cérémonie d’ouverture officielle y relative a été placée sous le Très Haut Patronage de Son Excellence Anatole Collinet MAKOSSO, Premier Ministre, Chef du Gouvernement, présidée par Rigobert Roger ANDELY, Ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille Public. L’objectif principal de cette conférence a été non seulement de proposer une législation sur l’Affacturage, mais aussi de pérenniser cette activité dans tout le réseau bancaire de notre pays. Elle a visé à faciliter et promouvoir l’Affacturage en offrant aux banques une solution locale complète.

Ouvrant les travaux, Rigobert Roger ANDELY a souligné que sur les orientations du Président e la République, Chef de l’Etat, son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO, les autorités congolaises se sont investies depuis des années dans la recherche des solutions innovantes pour apporter aux entreprises, aux PME, aux Petites et Moyennes Industries et aux Très Petites Entreprises un environnement favorable à la recherche de financement d’une entreprise, une activité commerciale saine, performante et créatrice d’emplois. En effet, la promulgation le 31 décembre 2021 par le Président de la République de deux lois importantes régissant l’une des activités d’Affacturage et l’autre celle du crédit-bail participe de la volonté des autorités congolaises de soutenir les entreprises évoluant dans notre pays et particulièrement les PME et PMI.

« Cette initiative de la République du Congo servira de modèle aux autre pays africains qui n’ont pas encore adopté une loi sur l’Affacturage mais particulièrement aux Etats de l’Afrique Centrale » a rappelé Rigobert Roger ANDELY.

Le premier jour, les participant ont suivi avec attention et échanger avec les communicateurs sur les thématiques suivantes : Introduction à FCI, Techniques de Structuration des Opérations d’Affacturage ; Table ronde sur les opportunités et les difficultés rencontrées par l’inclusion de l’Affacturage et le financement des créances en CEMAC ; un Environnement Juridique et Règlementaire pour l’affacturage au Congo, Principales Disposition de la loi sur l’affacturage du Congo, Perspectives Juridique de l’Affacturage en France, Principales Dispositions de la Loi Type Afreximbank sur l’affacturage ; Eléments Clés de la Réussite dans la mise en Place des Activités d’Affacturage, Rôle de FCI et Avantages de l’Adhésion au FCI, la formation FCI, l’expérience turque, suivi des questions réponses pour cette  première journée.

Monsieur Calixte TABANGOLI, Directeur Général de la Banque Postale du Congo au terme de la première journée, au cours d’une interview qu’il nous a accordé a souligné le pas que le Congo vient d’avancer pour booster l’entrepreneuriat congolais qui était confrontée aux difficultés de financement. « La Conférence Régionale sur l’Affacturage ouvre des perspectives nouvelles pour certaines entreprises qui ont toujours des problèmes de trésorerie, elle apporte une solution innovante qui aujourd’hui existe dans les pays anglo-saxons mais en Afrique Centrale, elle est encore très timide. Timidement non pas parce que c’est compliqué et difficile ! Mais c’est tout simplement parce qu’ils n’ont pas d’informations. Il existe aujourd’hui une alternative aux financements des PME. Pendant plus d’une dizaine d’années, dans ce pays on a posé beaucoup des problèmes des PME, des structures inconnues, des structures qui sont en proie et qui sont des maillons essentiels de l’activité économique. Aujourd’hui on nous apporte une solution qui permet aux entreprises de ne plus avoir des préoccupations par rapport aux garantis. Ce qu’on peut retenir de cette première journée, il y a deux choses : d’abord tout le monde est satisfait de la promulgation de la loi par le Chef de l’Etat, de la loi sur l’affacturage, c’était essentiel. La loi, est un élément nécessaire pas suffisant après l’avoir promulgué la loi et il faut qu’il soit un effet d’entrainement des entreprises pour qu’elles s’appuient sur cette loi, les entreprises et les banques doivent s’appuyer sur cette loi, cet outil juridique est très important. Aujourd’hui ce qu’il faut retenir l’Affacturage est un élément qui vient pour permettre aux entreprises de souffler, de pouvoir continuer à mener leurs activités sans difficulté ».

S’agissant sur la question de l’implication de la Banque Postale du Congo à l’Affacturage, le Directeur Général Calixte TABANGOLI a rappelé que s’il faut le dire que c’est depuis 2020 au niveau de la Banque Postale, cette réflexion n’existait pas ! Lorsque nous faisions le point sur les solutions qui étaient proposées pour les entreprises, nous étions toujours butés à cette question liée aux garantis, c’était toujours un problème ! Et dans nos recherches, nous nous sommes rendus compte qu’il y a un moyen de financer les PME sans véritablement avoir besoin des garanties réelles à travers ce mécanisme de l’Affacturage et nous avons compris pour nous que c’est la panacée, c’est-à-dire, la solution idéale et cela a été dit durant toute la journée d’aujourd’hui. C’est la solution idéale et la loi est venue apporter du réconfort, l’assurance dans ce que nous avions pensé il y a maintenant trois ans. Nous avons effectué nos premières opérations en 2020 mais, elles n’étaient pas encadrées par une loi ! Mais nous le faisons sur la base des contrats que nous signons avec les entreprises. Aujourd’hui, la loi vient donner un élément de support important. Voilà pourquoi le constat, c’est qu’effectivement est que vous voyez la Banque Postale qui a beaucoup travaillé avec la Banque Mondiale, la Banque des Etats d’Afrique Centrale pour pouvoir travailler et réfléchir sur le sens de cette loi et nous sommes fiers aujourd’hui, c’est un de nos responsables qui a été élu Ambassadeur Afrique Centrale pour promouvoir l’Affacturage. C’est une fierté pour le pays, c’est une fierté légitime et le peuple peut attendre à travers ces entreprises et ce que les entreprises peuvent faire ? C’est qu’elles vont recruter ! Et la demande du peuple, c’est d’avoir du travail et si l’on peut peser d’une manière ou d’une autre, c’est pour permettre justement qu’il y est plus d’emplois avec des entreprises qui sont saines, viables alors on a réussi. Merci ! ».

La deuxième journée, les participants ont  sur : les Activités de l’Affacturages d’Afreximbank en Afrique ; L’assurance-crédit en Afrique : les difficultés et façons d’avancer ; Table ronde sur comment l’affacturage aide les PME : les difficultés et les solutions ; L’expérience de l’affacturage en Afrique Centrale, le cas de la Banque Postale du Congo (BPC) ; une session des questions-réponses et pour terminer par les remarques de clôture.

Rigobert Roger ANDELY clôturant les travaux a apprécié la qualité des échanges, «  Les échanges, riches, francs et directs ont mis en lumière quelques aspects importants qu’il convient de souligner ici, pour marquer la particularité de ce mode de financement alternatif. Notamment : une distinction nette et claire entre l’affacturage et les autres modes de financement, faisant ressortir ses avantages spécifiques ; la notion de subrogation, propre à l’affacturage ; l’épineuse question des garanties exigées des banques, qui, dans le cas de l’affacturage, n’est plus à l’ordre du jour ».

Ajoutant qu’ « il ne fait aucun doute que l’organisation d’une telle conférence en Afrique centrale aura un impact sur le lancement et le développement de l’affacturage dans notre sous-région, surtout que les activités d’affacturage bénéficieront de l’appui technique et financier des partenaires comme Afreximbank ou la FCI.

Rigobert Roger ANDELY n’a pas manqué de remercier l’organisateur et les partenaires de cette conférence, afreximbank et Factors Chain International (FCI), le sponsor officiel la Banque Postale du Congo pour les moyens très importants mis en jeu, afin de promouvoir l’affacturage et participer, ainsi, au développement futur du commerce intra et extra-africain.

A noter que le congolais Avant Gotene, Responsable de l’affacturage à la Banque Postale du Congo a été élu Ambassadeur Afrique Centrale pour promouvoir l’Affacturage. La Banque Postale du Congo, Sponsor officielle de la conférence.

 

commentaires

Le FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à Brazzaville

Publié le 16 Mai 2022 par André LOUNDA dans Religion

Le FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à BrazzavilleLe FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à Brazzaville

En République du Congo, les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de l’halieutique constituent un des piliers de la croissance et de la diversification économique qui doivent contribuer significativement à la création d’emplois durables, à la sécurité et à la souveraineté alimentaire. Pour relever les défis qui subsistent encore et participer à la diversification de l’économie, créer des emplois et contribuer à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté prônées par le Président de la République, Chef de l’Etat son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO dans son projet de société, « Poursuivons la marche », c’est dans ce contexte que la Fondation Papa Simon KIMBANGU de l’Eglise de Jésus-Christ sur la Terre par son envoyé Spécial Simon KIMBANGU a procédé le dimanche 15 mai 2022 à la Paroisse Kimbanguiste du Plateau des 15 ans de Brazzaville à la signature d’un contrat de partenariat avec le Fonds d’Impulsion et de Garantie et d’Accompagnement des PME, des Très Petites Entreprises  et de l’Artisanat en sigle FIGA.

La cérémonie officielle y  relative avec l’appui et le soutien du Président de la République, Chef de l’Etat, son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO le grand Bâtisseur des projets agropastoraux pour la matérialisation en République du Congo, de l’initiative « Tolona mpe Tobokola » (Cultivons et Elevons) lancée par Papa Simon KIMBANGU KIANGANI, Chef Spirituel Légal de ladite église à travers son interface socio-économique, la Fondation Papa Simon KIMBANGU (FSK), à travers son bureau de représentation nationale en République du Congo en vue de relancer les activités agropastorales dans le Centre Agricole Kimbanguiste Pilote de Koudzoulou a été rehaussée par la présence de Madame Stella MENSAH SASSOU NGUESSO, Présidente du Conseil Départemental et Municipal, Député et Administrateur-Maire de la Commune Urbaine de Kintélé, de Prince Bertrand BAHAMBOULA, Directeur de Cabinet de Madame la Ministre en charge des PME, de Fridolin MBOULOUKOUE, Directeur Général du FIGA, de l’Administrateur-Maire de Moungali et bien d’autres invités.

Du déroulement de la cérémonie

« L’autosuffisance alimentaire partira de Kounzoulou, nous devrions rétablir notre relation avec Dieu », a déclaré la Révérende Pasteur Francine Sylvie NKALA au cours de sa prédication en s’appuyant des livres des Saintes Ecritures des Psaumes 100, versets 1 à 5 ; Exode 20, versets 1 à 17 ; Esaïe 7, verset 14 ; Genèse 2, versets 5, 7, 8, 15. Elle a rappelé l’auditoire que le mois de mai est un mois de paix, le mois qu’ils célèbrent la naissance du Christ, le mois de la louange et le mois de partage. « Que tous les peuples de la terre glorifient le Seigneur en entrant dans ses parvis par des cantiques et louanges », a –t-elle lancée. Poursuivant sa prédication, elle a rappelé l’auditoire que Noël, c’est le temps du pardon et nous devrions pardonner à tous ceux qui nous ont offensé. En ce qui concerne le travail, la Révérende a fait savoir qu’à l’époque coloniale nous avons cru que le travail, c’est de l’esclavage ! Parce qu’on voyait  l’homme blanc qui était assis et qui ne donnait que des ordres et on le portait en tipoye. « Si tu ne travailles pas, c’est un péché », « c’est le travail qui donne l’équilibre à l’homme, c’est le travail qui donne la santé, le travail est bon », a-t-elle renchéri.

2 Thessaloniciens 3, versets 10 à 12, dans ce passage, la révérende a souligné que les Thessaloniciens étaient dans l’oisiveté et l’immoralité s’y installé parce que les gens ne travaillaient pas ! On attend Dieu par le travail, l’inactivité n’a pas de place dans la vie d’un chrétien.

« Si le Congo doit devenir un paradis terrestre, c’est par le travail, le précieux trésor d’un homme, c’est son travail. Plusieurs gens se sont détournés du travail et sont dans le vol », a conclu la Révérende Francine Sylvie NKALA.

Dans son discours de circonstance, Madame Stella MENSAH SASSOU N’GUESSO la marraine de l’événement prenant la parole sur la relance des activités agricoles au Centre agropastoral Kimbanguiste de Kounzoulou dans le district de Ngabé dans le Département du Pool a déclaré ce qui suit : En effet, lors du centenaire de l’église Kimbangiste tenu le 06 avril 2021 à Nkamba dans la province du Congo central en République Démocratique du Congo, je demandais à cette occasion à Papa Simon KIMBANGU KIANGANI, Chef Spirituel et Représentant Légal, la relance des activités agro-pastorales de Kounzoulou du fait qu’elle rêvait un intérêt de survie collective pour l’être humain. Le Congo notre pays, a toujours entrepris, sous la vision éclairée de notre Président de la République, Chef de l’Etat Son Excellence Monsieur Dénis SASSOU N’GUESSO, plusieurs initiatives dans le secteur de l’agriculture, la pêche et l’élevage, afin d’assurer l’auto-alimentation de son peuple. Parmi les partenaires à ce combat figurait l’église Kimbanguiste avec ce Centre de Kounzoulou dans le cadre du plan quinquennal 1982-1986, initié par notre Président de la République, qui est un grand artisan des métiers de la terre.

Poursuivant son propos, elle a pris un engagement et l’affirme par ce propos, « A cet effet, je défendrai et je soutiendrai le partenariat avec les Kimbaguistes pour la simple raison, le Dieu Tout Puissant dès la création du monde avait déjà confié l’exploitation et la gestion rationnelle des terres aux hommes de Dieu, conformément au livre de Genèse 2 : 15 « L’Eternel Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin pour le cultiver et pour le garder ».

Pour conclure, elle a lancé un appel pressant aux décideurs politiques et administratifs, aux partenaires multiformes, aux fidèles et sympathisants Kimbanguistes, à participer à l’attente des objectifs de ce grand chantier agro-pastoral qui va contribuer énormément à l’amélioration de l’alimentation dans nos ménages. « Croyez-moi, l’envoyé Spécial Papa Simon KIMBANGU, s’est battu non seulement pour l’indépendance politique, mais également pour une indépendance dans d’autres domaines de la vie, tels que : l’indépendance alimentaire, qui conduit entre autres à la souveraineté d’un peuple ». « Je demande à nous tous ici présent, de s’impliquer sans relâche dans l’atteinte des objectifs assignés pour ce projet que je baptise humblement Kounzoulou espoir de tout un peuple.

« Kimbanguiste, to lona pe to bokola pona koleyisa mokili »(Kimbanguistes, plantons et élevons pour nourrir la planète », a lancé Stella MENSAH SASSOU N'GUESSO.

De sa part Armel NKUMBI, le Chef de la délégation venue de Nkamba dans son discours au nom de Sa Divinité Papa Simon KIMBANGU KIANGANI, Chef Spirituel et Représentant Légal de l’Eglise Kimbanguiste, Président du Conseil des Membres Fondateurs de la Fondation Papa Simon KIMBANGU « FSK » a dit comme suit : « Ce jour, cette cérémonie marque le début du partenariat entre le FIGA et l’Eglise Kimbanguiste à travers son interface socio-économique qui est la Fondation Papa Simon KIMBAGOU « FSK ». Ce partenariat revêt une importance capitale pour les deux parties en ce qu’il vise la promotion de la politique de l’autosuffisance alimentaire et la lutte contre la pauvreté prônées par Monsieur Dénis SASSOU N’GUESSO dans son plan quinquennal 2021-2026. Pour l petite histoire, Papa DIANGIENDA KUNTIMA Joseph, Fils cadet de Papa Simon KIMBANGU et 1er Chef Spirituel et Représentant Légal de Eglise Kimnanguiste avait annoncé le dimanche 22 mai 1983 ici même à Brazzaville, dans cette paroisse Kimbanguiste de Plateau des 15 ans, la création du Centre Agricole de Kounzoulou, et posera la première pierre le 13 juillet de la même année, suivi du début des travaux, en présence des membres du Collège Exécutif National de l’Eglise Kimbanguiste en République du Congo et de plusieurs invités dont notamment le Ministre de l’agriculture de l’époque, le sous-préfet de Ngabé, sans oublier les autorités traditionnelles des villages Mbé, Imbama et Kounzoulou. Il y avait également la présence remarquée d’une quinzaine de jeunes venus de Kinshasa en provenance d’un autre centre agricole Kimbanguiste, celui du Plateau Batéké à Ndunu à quelques kilomètres du Centre-ville. Avec l’implication personnelle de Papa DIANUENDA KUNTIMA Joseph et le dévouement de tous les fidèles Kimbanguistes, en majorité des jeunes, la première campagne de 1983-1984 avait couronnée de franc succès.  La suite a été très éloquente si bien qu’en 1988, ce centre a été surnommé « Le Grenier du Congo et le nourricier du monde ». Un produit foire, le coton, sorti de terre de ce centre de Kounzoulou, fut reconnu de meilleure qualité dans le monde entier.

Après la signature du contrat de partenariat entre le FGA par son Directeur Général et le Directeur National de la Fondation Papa Simon KIMBANGU,  ETOU ALALI Armel,  pour Fridolin MBOULOUKOUE, il s’agit du soutien que le FIGA apporte à la Fondation Papa Simon KIMBANGU vu son engagement dans le domaine agricole.

A noter que le Centre de Kouzoulou couvre une superficie de 9.888 hectares, situé dans la sous-préfecture de Ngabé, Département du Pool, il s’étend : au Nord : du village Idouani en allant vers le village de Mbé et le district de Ngabé ; au Sud : la rivière Maï-Mpiri qui coule vers Maloukou en constitue une frontière naturelle ; à l’Est : le village  Kounzoulou et le fleuve Congo lui lui sont frontaliers ; à l’Ouest : le village Bourou et Imbama sur la route Odziba/Ngabé lui sont voisin. Le Centre Agricole Kimbanguiste Pilote de Kounzoulou est couvet par le permis d’Occuper N°012/2011/MID/DP/NGA/SG du 03 février 2011 signé par le Sous-Préfet de Ngabé ; Il est relié à d’autres localités administratives du district de Ngabé par la route nationale N°2. L’accès est facile. Pour manifester leur engagement les fidèles kimbanguiste tour à tour au cours de cette célébration par groupe ont apporté leurs contributions en matériels et en argent dans une ambiance festive impulsée par l’animation de la Fanfare Kimbanguiste et les Flûtistes Kimbanguistes.

Le FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à BrazzavilleLe FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à Brazzaville
Le FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à BrazzavilleLe FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à Brazzaville
commentaires
1 2 3 > >>