Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

Initiatives francophones nationales : appel à manifestation d’intérêt 2023-2026

Publié le 20 Juin 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans Communiqué de Presse

L’OIF lance un nouvel appel à manifestation d’intérêt relatif aux Initiatives Francophones Nationales (IFN) pour la période 2023-2026 dans le cadre des actions menées pour la langue française et la diversité linguistique dans les relations internationales. 

L’OIF souhaite, par le biais des IFN, accompagner les Etats, gouvernements et établissements nationaux de formation à améliorer de façon significative les capacités en langue française de leurs administrations : ces initiatives visent le renforcement des compétences professionnelles et techniques en langue française des diplomates et fonctionnaires nationaux (cadres et experts) en charge de dossiers internationaux et amenés à représenter leur pays dans les réunions internationales (UE, UA, ONU, etc.). Elles sont déclinées en plans annuels de formation et sont cofinancés par l’OIF.  

L’OIF s’engage à accompagner pendant 4 ans les projets d’IFN sélectionnés dans le cadre de cet appel à manifestation d’intérêt. Ces projets peuvent être portés par un Etat, un gouvernement ou un établissement national de formation, dès lors que les actions envisagées s’adressent aux diplomates et fonctionnaires nationaux. Les anciennes initiatives francophones d’établissement (IFE) visant le renforcement des compétences des agents nationaux seront désormais considérées comme des IFN.

Retrouvez toutes les informations pratiques pour répondre à cet appelcliquez ici

commentaires

OMS : Les défis de la santé pour tous, « walk the talk », 

Publié le 20 Juin 2022 par André LOUNDA dans Santé

Le Bureau régional de l'Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) pour l'Afrique, a organisé le dimanche 19 juin 2022 à Brazzaville en collaboration avec les Ministères en charge de la santé et des sports une Marche sportive dénommée : « walk the talk », dans le cadre de la mise en œuvre de l’une des recommandations prises lors de l’Assemblée Générale  Mondiale de la Santé.

Cette marche s’est tenue sur le tronçon de la corniche de Brazzaville, entre le Restaurant Mami-Wata et la case de Gaulle, plus d’un millier d’acteurs représentant  les clubs de marcheurs, les délégués des ministères, les travailleurs délégués des administrations publiques, des entreprises privées, les personnes désireuses y ont participais. Elle a eu pour objectif, de sensibiliser les personnes à  l’importance de l’exercice physique.

Face aux participants à la marche, la Directrice du bureau régional de l'OMS pour l'Afrique, le Docteur Matshidiso MOETI dans son discours de circonstance a expliqué certains facteurs de risques conduisant à la maladie et a exhorté les participants de ne pas manger trop gras, trop sucré ou salé. Sur la ligne et l’équilibre en matière de santé, la marche de santé permet de brûler 200 à 300Kcal/h, de surtout muscler jambes et fessiers mais aussi abdos et dorsaux. Outre l'esthétisme, ce gain en masse maigre et tonique favorise la faculté d’équilibre et l'augmentation du métabolisme de base qui permet de brûler des calories au repos Aussi, elle leurs a encouragé à la pratique de l’exercice physique, le manque de l’exercice physique occasionne de nombreuses maladies comme le diabète, le cancer...et bien d’autres. Elle a glorifié les mérites de l’exercice physique en général et de la marche en particulier sur la santé humaine. « Je suis très étonnée et ravie de voir autant de personnes répondre à cette invitation. Cette marche nous invite à prêcher par l’exemple. Cette édition est organisée par l’OMS en collaboration avec le gouvernement pour réaffirmer notre engagement en faveur de la santé et le bien-être pour tous. Certaines maladies peuvent être évitées par un changement de mode de vie », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti.

Pour Séraphin Saturnin Hervé ICKA, Conseiller Administratif et Juridique au Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Formation Qualifiante. « La marche est un excellent exercice cardio, non traumatisant pour les articulations. La marche sportive permet de muscler, perdre du poids et se détendre ! Elle active ainsi l'ensemble du corps de la tête aux pieds. Trente minutes de marche par jour est donc gage de bonne santé et de longévité. Multiplier les pas entretient de surcroît la masse musculaire, renforce le capital osseux, développe la capacité respiratoire, booster le système immunitaire et évite la prise de poids, ainsi que toutes les maladies qui en découlent ».

 Quant à Jean Ignace TENDELET, le Directeur de cabinet du Ministre de la Santé et de la Population, a fait savoir: « Même si la marche n'est pas une activité aussi intense que la course, elle n'en demeure pas moins un sport complet. En plus de vous aider à maintenir une bonne forme physique, la marche permet de faire travailler les articulations, les muscles, les tendons ainsi que le système cardiorespiratoire. Il existe une astuce pour obtenir rapidement un ventre plat : pendant vos séances de marche, pensez à contracter votre ventre et à respirer avec le ventre. Cette technique vous permet de faire travailler vos abdominaux, ce qui raffermit votre ventre et fait rentrer la poche stomacale ».

Signalons que c’est dans le calme et sans incident majeur, ces personnes ont marché durant près d’une heure. Avant la marche, un coach a été mis à la disposition de cette foule de personnes pour les encadrer autour des exercices afin de stimuler les muscles : jambes, fessiers, abdos et dorsaux.

commentaires

OBJECTIVATION, APHASIE COLONIALE ET HISTOIRE DE LA DÉPORTATION DES MATSOUANISTES DE BRAZZAVILLE(1959)

Publié le 16 Juin 2022 par André LOUNDA dans Religion

Les Matsouanistes un mouvement religieux issu d'un mouvement de résistance anticolonialiste fondé à Paris en 1926 par André Génard MATSOUA. En 1959 les matsouanistes constituaient un groupe de personnes qu’on projetait de faire disparaître qui furent déportées de Brazzaville vers le nord du pays, le 28 juillet 1959. Ce fut une période douloureuse, les matsouanistes traités d’objets indésirables, la solution adoptée fut de les déporter vers Fort-Rousset (Owando), Boundji, Kéllé, Makoua, Djambala, Lékana, Abala, Gamoma, Sibiti, Mossendjo et Mvouti. A titre de mémoire la Communauté Ngunza-Matsouaniste a organisé un grand culte commémoratif le mercredi 15 juin 2022 au temple KOMOKO KINATA de Bacongo et une conférence-débat sur l’histoire de la Déportation sera animée le samedi 18 juin à 14 heures au N°12-14, rue Nkouka Batéké à Bcongo Brazzaville.

Dans sa prédication, Mbuta MASSENGO MBEMBA, Ngudi Nganga (Chef Spirituel) de la dite communauté a exhorté les fidèles sur le thème : « La Bravoure de ces femmes et de ces hommes ».

UNA U TATA : Quelle est la fonction primitive du langage ?

De manière générale, c’est d’établir une communication en vue d’une cooopération. Par le langage, on transmet des ordres ou des avertissements ; il prescrit ou bien il décrit. C’est l’appel à l’action immédiate, c’est aussi le signalement de la chose ou de certaines de ses propriétés, en vue de l’action future.

Des femmes et des hommes armés seulement, de leur courage, de la force de leurs convictions et de la prière se sont dressés cotre la tyrannie afin de tracer la voie qui mène à la réalisation de leur idéal.

Un sage nous a dit, «  on ne peut d’ailleurs pas comprendre l’entrée de ces nations dans la modernité sans évoquer la lutte livrée par ces personnages, leurs idées et leurs victoires, leurs aspirations et leurs échecs ».

Je ne suis pas le seul à être captive par l’action de Mfumu MATSOUA. Il a fasciné ses contemporains. D’abord les autorités coloniales au Congo, qu’il a tour à tour convaincues, intriguées et menacées à un point tel que ses moindres mouvements ont été épiés, ses lettres saisies, sa liberté physique confisquée.

La surveillance dont il a fait l’objet et les enquêtes menées sur ce que les services coloniaux ont tôt fait de baptiser « l’affaire Balali » ou « balalisme » a suscité une correspondance inouïe qui couvre un bon quart de siècle, de 1926 à 1950.

En effet, la femme ou l’homme de mérite doit accepter toutes les réputations qui aliènent et déshonorent afin d’honorer notre humanité.

La condamnation ne me fait pas peur, a dit Mfumu MATSOUA, d’autres viendront qui reprendront mon action. Je voudrais que cela soit clair une fois pour toute. Contrairement à ce qui est dit, l’action de Mfumu MATSOUA ne se limite pas à sa tribu.

Notre organisation est spirituelle et se situe au-dessus des régions, au-dessus des races. Elle se propose d’élever le niveau moral et intellectuel de la femme ou l’homme.

L’Amicale créé par Mfumu MATSOUA se définit par un bureau dont le Président est la pierre angulaire et il est inamovible, a dit Mfumu MATSOUA. Mais on y trouve aussi des membres honoraires tel que le Gouverneur Général, le Ministre des colonies, le directeur de la samaritaines…ect.

Le Ngunza aspire à une harmonie sereine, à la conquête du sens de la culture et la civilisation, de la civilisation rapportée à ce qu’il a plus fondamental dans l’être-humain et qui lui permet de se déployer selon toutes ses ressources intérieures.

                       « MAMA, TATA, (Papa, Maman) agis comme un apprenant »

Il est temps de nous remettre en cause et de revoir notre façon de faire, de se concentrer non pas sur des querelles mais plutôt sur la progression afin de faire avancer la société, a-t-on appris.

Plusieurs courants, doctrines et modes de pensée sot véhiculées autour de nous, ce qui peut dérouler certains esprits « fragiles » ; car dans ce monde où les uns se ferment aux autres, la femme tolérante ou l’homme tolérant devient l’enseignant de lui-même. Celui qui est maître de lui-même est plus grand que celui qui est maître du monde. Il faut se connaître pour être maître de soi faire renaître l’espoir de vivres.

                          « MAMA, TATA, comporte-toi comme un sauveur »

Certes, la vie ne te donne pas les personnes que tu veux ; elle te donne ceux dont tu as besoin, pour t’aider, pour te blesser, pour t’aimer, pour te quitter, et pour faire de toi la personne que tu es ; c’est alors que le kimoko nous rappelle que s’engager, c’est se lier à une cause, promettre de la servir et de se soumettre aux obligations qu’elle impose.

L’engagement donne un sens à l’action. L’équilibre intérieur de l’engagé est de construire son temple intérieur ; ce temple de NZAMBIA A MPUNGU. Telle est l’une des missions assignées aux femmes et aux hommes d’aujourd’hui dans cette société où la montée de la violence éloigne la femme ou l’homme du chemin de la vérité.

                   « MAMA, TATA, sois comme une femme ou un homme de sanctification »

Le Ngunza est l’expression vivante et parlante de l’amour.

Comment avoir la prétention d’aimer les autres ou de les aider si on n’a pas tout réglé avec soi-même ?

Nous entendons souvent, autour de nous, ce qui suit, « nous ne sommes que des femmes ou des hommes avec nos défauts ». Dire cela, ressemble à un constat d’échec, et que le travail spirituel s’est donc arrêté. Or nous savons que le travail ne s’arrête jamais.


Rappelant qu’en juillet 1959, la colère des jeunes de l’UDDIA se rattache explicitement aux violents événements de février de la même année. Ce lien, la lecture attentive des documents fait apparaître que les rapports le construisent délibérément. Ainsi, quand le rapport du Bureau des études 27 précise que les Balali (du Sud, partisans de Fulbert Youlou) désirent, animés par un sentiment de victoire, éliminer les Mbochi (des gens du Nord, partisans de Jacques Opangault), la même phrase est reprise le même mois dans un rapport politique. Mais là, les matsouanistes sont substitués aux Mbochi. Autrement dit, si selon le premier rapport les Balali veulent s’en prendre aux Mbochi, le second indique que ce sont les matsouanistes qui sont visés par les Balali. Bien que politiquement indifférents, en théorie, les matsouanistes se retrouvèrent mêlés au conflit politique opposant Youlou et
Opangault, alors qu’ils ne soutenaient ni l’un ni l’autre. Jean- Pierre Bat estime que ce sont les événements de février qui poussèrent les autorités françaises à consolider le pouvoir de Youlou, dans l’espoir d’éviter l’escalade de la violence.

Ici, le glissement de « Mbochi » à « Matsouanistes », destiné à faire de ces derniers les objets de l’agression, est lourd de sens. 
Prétendre que les matsouanistes sont devenus l’objet d’agressions par les partisans de Youlou après les violents affrontements de février 1959, c’est là une invention des administrateurs français dont on peut supposer qu’elle correspond à un changement de politique délibéré.
Depuis les événements de février 1959, les incidents s’étaient répétés périodiquement. Après les élections de juin, la violence s’intensifia. Sans surprise : « Tout le monde savait qu’ils allaient pourchasser les matsouanistes. »
                                                                                        

commentaires

Ouverture de l’école CIMPA sur la Géométrie et Applications à Brazzaville

Publié le 16 Juin 2022 par André LOUNDA dans Eduaction

   

 

« A l’ère de la Nouvelle technologie, nous nous saurons parler de développement, d’innovation et d’avancées technologiques, sans les sciences, en général, car les nouvelles technologies ne peuvent se passer des Mathématiques en particulier, à un niveau ou un autre. C’est ainsi que les Mathématiques sont le langage de l’innovation. Ainsi, l’école se veut non seulement d’être un lieu de partage de connaissances et aussi d’échanges entre les imminents Professeurs qui n’ont ménagé de leur temps et de leur énergie afin de préparer des cours de Haute qualité qu’il nous partageront durant ces deux semaines », c’est par ces propos que Madame Yolande Berton ONFOUEME, Vice-présidente chargée des Affaires Académiques de l’Université Marien NGOUABI a procédé à l’ouverture officielle le 15 juin 2022 à la Présidence de ladite université,  de l’école CIMPA sur la Géométrie et Applications qui se tient du 13 au 25 juin 2022.

« L’ école CIMPA (Centre International de Mathématiques Pures et Appliquées) a non seulement pour objectif de montrer aux étudiants des niveaux de deuxième année de master, aux doctorants et aux jeunes chercheurs les différents types de Géométrie et la richesse des sujets développables mais aussi de proposer, à son tour, des sujets de recherche en vue des collaborations dans le cadre des codirections des thèses de doctorat », a laissé entendre le Professeur Yolande Berton ONFOUEME.

Dans l’optique de la perspective de la culture des Mathématiques, de la diversité dans le domaine de la Géométrie, de l’enrichissement des parcours de l’Université Marien NGOUABI avec ses différentes spécialités, elle a invité les étudiants à rester concentrer durant ces deux semaines de cours afin d’en tirer, au maximum de profit. Puis, elle a remercié les différents partenaires qui accompagnent et soutiennent dans l’accomplissement de leur mission notamment, UMNG, CIMPA, IRSEN, IMU et l’ICTP. Pour conclure, elle a déclaré que l’homme a toujours cherché à comprendre le monde qui l’entoure et, dans ce processus, Galilée, par exemple, est parvenu à la conclusion selon laquelle je cite : «  Les Mathématiques sont le langage avec lequel Dieu créa l’univers ». Par cette célèbre pensée de Galilée, elle  a déclaré au nom du Président de l’Université Marien NGOUABI ouverte l’école CIMPA sur la Géométrie et Applications.

Quant Professeur Basile Guy Richard BOSSOTO, Président du Comité Local d’Organisation du CIMPA, dans son mot de circonstance a fixé les objectifs de l’école CIMPA et, présenté les offres de formations et les sujets des recherches qui seront proposés aux doctorants dans le cadre des directions de thèses de doctorat. Pour cette école, l’Université Marien NGOUABI a accueilli des étudiants venus du Niger, de la Côte d’Ivoire, du Bénin, de la RDC et le Congo notre pays. Au total trente-trois (33) étudiants venus de l’extérieur vont participer à cette école plus vingt-deux (22) étudiants au niveau de Brazzaville. Poursuivant, Le Professeur Basile Guy Richard BOSSOTO a procédé à la présentation des enseignants qui pour la plupart sont venus de France.

De sa part, Madame Stéphanie NIVOCHE, Représentante du CIMPA a fait une présentation du CIMPA, sa création, ses missions et les opportunités qu’il offre aux étudiants.

                                                                                               

commentaires

« Une famille divisée ne peut pas vivre le miracle de Dieu parce que Dieu n’est pas en eux », dixit le Révérend Carl BICKYDOUX

Publié le 13 Juin 2022 par André LOUNDA dans Religion

« La Délivrance des Familles, Esther 4, » versets 15 à 17 qui stipule : « 15 Esther envoya dire à Mardochée:16 Va, rassemble tous les Juifs qui se trouvent à Suse, et jeûnez pour moi, sans manger ni boire pendant trois jours, ni la nuit ni le jour. Moi aussi, je jeûnerai de même avec mes servantes, puis j'entrerai chez le roi, malgré la loi; et si je dois périr, je périrai.17 Mardochée s'en alla, et fit tout ce qu'Esther lui avait ordonné », constitue le thème du Culte Spécial que le Centre Evangélique Christ Notre Rédempteur (CECR) a célébré le dimanche 12 juin 2022 à Brazzaville.

Un Culte de guérison et de bénédiction des familles qui s’est déroulé à Moukondo-Mazala, un quartier de Brazzaville, dans sa prédication sur la Délivrance des Familles, le Révérend Pasteur Carl BICKYDOUX, s’est appuyé sur la Parole de Dieu dans le livre d’Esther 4, versets 15 à 17 en introduisant son message comme suit : « J’espère que vous êtes convaincus comme moi que dans toutes les familles d’Afrique, il y a des sorciers ! Dans toutes les familles du Congo, qu’il y a des sorciers et cela s’est fait par des alliances scellées par nos ancêtres. Ces alliances sont sources des blocages dans nos vies. Les difficultés apparaissent dans les familles, on ne sait pas ce qui se passe dans le monde spirituel et c’est le moment idéal de voler les enfants des autres pour les sacrifiés », a laissé entendre le Révérend Carl BICKYDOUX.

« Nous avons besoin des hommes et des femmes de prière pour avoir la victoire », a lancé le Pasteur Carl BICKYDOUX.

Dans le passage Biblique d’Esther 4, versets 15 à 17, le Révérend BICKYDOUX a fait un aperçu imagé sur les quatre principaux personnages à savoir : le Roi Assuérus par l’image de Jésus-Christ, Mardochée par l’image du Saint-Esprit, Esther par l’épouse du Christ et Hamann par Satan. « Combien des gens sont contents quand le malheur nous atteint ? A cette interrogation, le Révérend Carl BICKYDOUX a exhorté et encouragé les fidèles de prier et de jeûner. « La Bible est claire, il y a des esprits qui ne sortent que par le jeûne et la prière ». Si tu veux l’élévation, tu dois apprendre à jeûner et à prier », a lancé le Révérend.

Aussi, il a ajouté qu’il y a des esprits qui sont attachés à toi jusqu’à aujourd’hui, c’est parce que tu ne jeûnes pas et tu ne pries pas. « Une famille divisée ne peut pas vivre le miracle de Dieu parce que Dieu n’est pas en eux », a déclaré le Pasteur Carl BICKYDOUX.

Poursuivant sa prédication, l’orateur s’est appesanti sur les caractéristiques des lois spirituelles établies qui sont à l’origine des blocages et des malheurs tout en définissant qu’est-ce qu’une loi.

Décortiquant ces différentes lois, le Révérend a commencé par la loi de l’instabilité, une loi très présente dans les coutumes et familles. Ce dernier a exhorté les fidèles que pour sortir de l’instabilité, il faut se séparer de ses parents et apprendre à se prendre en charge. Plusieurs ont atteint 40 ans et qui attendent encore une assiette chez les parents, il y a la loi du célibat, plusieurs personnes sont dans un célibat chronique qui se caractérise à donner des naissances chez les parents, impossibilité de se marier. Il a avoué que ce sont des choses que l’on doit combattre. La loi de veuvage, dès que tu trouves un mari après le mariage, le mari meut, il a donné quelques exemples palpables vécu dans la ville de Brazzaville. Le révérend a martelé sur la loi de la stérilité la loi de la pauvreté, il a indiqué que si vous n’avez pas des moyens ne cherchez pas à remplir la terre, c’est l’esprit de la pauvreté. « S’il faut souffrir, il faut souffrir seul que d’aller vivre encore chez les parent », a-t-il souligné.

La loi des maladies, à cette loi le Révérend a donné un sens en déclarant qu’on ne veut pas te voir mourir mais on veut voir souffrir par une maladie.

La loi du chômage, pour le Révérend BICKYDOUX, il y a des gens qui travaillent mais qui ne progressent pas ! Quelqu’un pense qu’il travaille or, il est esclave.

En qui concerne la loi du manque de voyage depuis qu’il est né à Ngamakosso, il n’a jamais été même à Ignié et pour d’autres leurs voyages ne s’arrêtent qu’à Kintélé ou Ngangalingolo. Le Révérend conclu son message par la loi d’être un objet de malheur partout où tu passes, tu n’apportes que la poisse, tout ce que tu touches ne peux pas prospérer, de faire attention à toute personne qui s’approche ou qui marche avec toi dès que tu lui dis que dans quelques jours tu vas te marier, son cœur ne sera pas tranquille.

Ces lois spirituelles que nous pouvons encore appeler par les « liens malsains » sont établis par des individus qui nous sont attachés de près, quand il s’agit de la famille, et de loin, quand il s’agit des autres relations établies dans le monde soit dans les sectes, soit dans les rapports sexuels…etc. La délivrance de l’emprise de la sorcellerie nécessite le brisement des liens malsains des familles et autres liens susceptibles d’établir les contacts impurs avec toutes sortes de puissances occultes par le jeûne et la prière.

Après son message, d’intenses prières de délivrance ont servi de clé pour la délivrance des familles sur certains aspects liés aux lois spirituelles qui bloquent les vies des chrétiens.

Le prochain rendez-vous est pris pour le dimanche 19 juin 2022 au Centre Evangélique Christ Notre Rédempteur, situé au N°08 avenue de la Démocratie Moukondo-Mazala à Brazzaville.

SOYEZ LES BIENVENUES !

commentaires

Le Certificat d’Etudes Primaires Élémentaires (CEPE) de juin 2022, s’est passé avec satisfaction

Publié le 10 Juin 2022 par André LOUNDA dans Eduaction

Après les épreuves orales qui ont eu lieu les 7 et 8 juin 2022, un total de 135 186 candidats dont 66.651 filles ont passés les épreuves écrites du Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires (CEPE), le  9 juin 2022 sur toute l’étendue du territoire national. Le Ministre de l’Enseignement Préscolaire, Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation, Jean-Luc MOUTHOU a procédé au lancement le jeudi 9 juin 2022, à l’Ecole Primaire Publique NKEOUA Joseph de l’Arrondissement 2 Bacongo, les épreuves écrites du Certificat d’Études Primaires Élémentaires (CEPE), session de juin 2022. Plusieurs autorités et acteurs de l’éducation ont rehaussé de leur présence.

Pour Brazzaville, la capitale de la République du Congo ils ont été 55.985 candidats, répartis dans 135 centres et dans la ville océane Pointe-Noire, la capitale économique  32 750 candidats inscrits ont tous été répartis dans 80 centres. Sur toute l’étendue du territoire national, tous les candidats ont passé les épreuves écrites dans les épreuves suivantes : Mathématiques, Dictée et Questions, Expression Écrite, Calcul Rapide, Questions de Cours ainsi que l’Art Plastique.

L’Ecole NKEOUA Joseph de Bacongo dans le 2ème  arrondissement de Brazzaville, le Ministre MOUTHOU, en compagnie des autorités nationales et internationales de la communauté éducative, a procédé au lancement officiel des épreuves écrites du CEPË. Tour à tour, il  a visité les centres de l’Ecole de la Poste au Centre-Ville  et l’école 31 juillet 1968 dans le 6ème Arrondissement Talangaï pour s’imprégner des conditions du déroulement de cet examen. Jean Luc MOUTHOU, manifestant son satisfecit sur le déroulement des épreuves écrites du CEPE au terme de sa ronde a déclaré qu’on peut déjà se réjouir de ce que le lancement des épreuves sur l’ensemble du territoire national ait été effectif. Et nous sommes également venus soutenir ses candidats pour que les résultats soient particulièrement intéressants cette année. À l’issue de cette visite de centres, il ajouté que nous martelons indéfiniment auprès de nos apprenants pour que chacun de nous se souvienne que le chemin de l’école, c’est le chemin de la vie et de la réussite.

 

 

commentaires

Renforcement des capacités des femmes congolaises sur les concepts et les outils de base, leurs faire prendre conscience des enjeux de la représentation équilibrée homme/femme dans les organes de prise de décisions

Publié le 9 Juin 2022 par André LOUNDA dans Politique

Anatole Collinet MAKOSSO, Premier Ministre, Chef du Gouvernement congolais, a lancé officiellement, le 7 juin 2022 au Palais des congrès de Brazzaville, le Programme de formations des femmes des femmes en politique en République du Congo. Organisé par le Ministère de la Promotion de la Femme et de l’Intégration des Femmes au Développement en partenariat avec les agences du Système des Nations Unies, ce programme vise, entre autres, à accroître la représentativité des femmes dans les organes de prise de décisions et de promouvoir leur participation à la vie publique.

Pour Anatole Collinet MAKOSSO, le but est de renforcer les capacités des participantes sur les concepts et les outils de base ; faire prendre conscience des enjeux de la représentation équilibrée homme/femme dans les organes de prise de décisions. Les autres attentes étant le renforcement des capacités managériales et organisationnelles des femmes lors des campagnes électorales ainsi qu’en matière de formulation d’une stratégie de campagne électorale et de sa conduite.

En effet, la République du Congo a adopté plusieurs textes relatifs aux droits des femmes tout en leur reconnaissant le droit de participer pleinement au processus de développement sans discrimination En investissant dans une participation politique qui tient compte de l’approche genre, notre pays se rapproche de la réalisation des droits humains fondamentaux des femmes et des filles ainsi que celui des Objectifs de développement durable (ODD), notamment l’ODD 5 qui vise à parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles.

La sensibilisation, l’éducation et la formation sont des composantes essentielles de toute stratégie visant à améliorer la représentation homme/femme dans les organes de prise de décisions à tous les échelons de la vie nationale.

Ainsi, Il a invité les femmes à la solidarité, à la persévérance et à la prise de conscience des mesures prises en leur faveur afin d’accéder dans le processus décisionnaire.

Initiatrice du programme de formation, Inès Néfer Bertille INGANI, Ministre de la Promotion de la Femme et de l’Intégration des Femmes au Développement a rappelé qu’en République du Congo les femmes représentent près de 52% de la population et sont présentes dans la quasi-totalité des secteurs vitaux du pays.  Mais, leur rang dans la société demeure encore de moins en moins valorisé en raison de leur présence insuffisante dans les sphères de prise de décisions à tous les niveaux. Dans le cadre du renforcement du statut politique de la femme, ce ministère entend organiser, dans la perspective des élections législatives et locales de cette année, un plaidoyer et un suivi de la révision du cadre légal et réglementaire des élections et l’amendement des statuts et règlements intérieurs des partis politiques ; la formation des formateurs. La réalisation de toutes ces activités est, d’une importance capitale car elle concourt à la promotion et à la représentation équitable homme/femme dans les sphères de prise de décisions publiques et administratives. « En effet, la réduction des parités liées au genre et le renforcement de la participation des femmes au développement sont essentiels non seulement pour la construction d’une société juste, mais aussi d’une condition préalable pour instaurer durablement la stabilité politique, sociale, économique, culturelle et environnementale entre les communautés de notre pays », a déclaré  Inès Nefer Bertille INGANI, tout en précisant qu’en dépit de tous ces efforts réalisés, le Congo figure parmi les derniers pays en matière de représentation des femmes dans les postes de prise de décisions et dans les instances électives. Selon Inès Néfer Bertille INGANI , la représentation actuelle des femmes au niveau du gouvernement et du parlement constitue un véritable handicap pour l’éclosion d’un leadership féminin au Congo et pour son développement inclusif.

Quant à Maleye Diop, Représentant du Programme des Nations Unies pour le Développement au Congo (PNUD), a reconnu les efforts que fournit  le pays en la matière, ainsi, il a rappelé la nécessité d’améliorer et d’encourager la participation des femmes en politique pour atteindre les objectifs de développement inclusif et durable.

A noter que le Congo occupe la 167e place dans le classement mondial de l’Union interparlementaire.

commentaires

Clément MIERASSA, Président de la Fédération de l’Opposition Congolaise (FOC) conteste que les législatives et les locales de juillet sont un coup de force et elle n’y participera pas et par conséquent, continuera son combat à l’opposition extraparlementaire.

Publié le 8 Juin 2022 par André LOUNDA dans Politique

 

C’est au cours d’une conférence de presse relative à l’analyse de deux recours en inconstitutionnalité introduite auprès de la Cour Constitutionnelle qu’il a animé le 07 juin 2022 à Brazzaville, en sa qualité de citoyen congolais, Clément MIERASSA avait saisi sur pied de requête, par deux reprises, entre 2020 et 2022, la Cour Constitutionnelle aux fins de recueillir son avis contre un certain nombre d’actes jugés non conformes à la Constitution du 25 octobre 2015, c’est de ce contexte qu’il a échangé avec les chevaliers de la plume du micro et du web.

Dans son mot introductif, Clément MIERASSA a laissé entendre que pour la première saisine, sa demande faite le 20 juillet 2020 avait consisté à déclarer non conforme à la constitution : « L’élection ayant reconduit lors du 5ème Congrès Ordinaire du Parti Congolais du Travail Monsieur Dénis SASSOU N’GUESSO comme Président du Comité Central dudit Parti ».

Par décision N°005/DCC/SVA/20 du 31 juillet 2020, la Cour Constitutionnelle s’était déclarée incompétente et avait choisi d’en faire notification à Monsieur le Président de la République, le Président du Sénat, le Président de l’Assemblée Nationale, au Ministre de la Justice, des Droits Humains et de la Promotion des Peuples Autochtones et de la faire publier au Journal Officiel.

Jusqu’à ce jour, ce problème n’a pas toujours trouvé de solution.

S’agissant de de la seconde demande, qui s’était articulée autour de l’article 6 de la loi N°4-2019 du 7 février 2019, relative à l’obligation de déclaration de patrimoine par tout citoyen élu ou nommé à une haute fonction publique.

Dans ce cadre, Clément MIERRASSA a indiqué que :

  1. Les orientations dégagées lors de la Conférence Nationale Souveraine accordaient une attention toute particulière à la bonne gouvernance et à la transparence dans la gestion des affaires publiques.
  2. Cela s’est traduit dans la Constitution du 15 mars 1992 dans laquelle l’article 74 circonscrit clairement que :

Ils (le Président de la République et les membres du gouvernement) sont tenus, lors de leur entrée en fonction et à la fin de celle-ci de faire sur l’honneur une déclaration écrite de tous leurs biens et patrimoines et de l’adresser à la Cour des Comptes.

  1. Cet aspect important sur la déclaration de patrimoine apparaît pas dans l’Acte fondamental du 24 octobre 1997 qui a abrogé la Constitution du 15 mars 1992 et a été exécuté comme Constitution de l’Etat.

Toutefois, les dispositions de l’article 84 de cet acte stipulent que : «  Les institutions politique de la transition fonctionnent jusqu’à l’installation effective des organes issues des élections ».

  1. Dans la Constitution du 20 janvier 2002, l’article 48 dispose que : « Tout citoyen, élu ou nommé à une haute fonction publique est tenu de déclarer son patrimoine lors de sa prise de fonctions et la cessation de celles-ci, conformément à la loi. L’inobservation de cette obligation entraine la déchéance des fonctions dans les conditions fixées par la loi ».

Selon Clément MIERRASSA, dans la pratique, aucune déclaration ne sera faite. Le précieux fallacieux évoqué c’est celui du manque de texte d’application. Mais quand devait-on le prendre et qui devait le prendre ?

Celui-ci devrait être pris pendant la période de transition, initialement prévu de trois (03) ans mais qui en a finalement duré cinq (5) ans.

Pour Clément MIERASSA, il y a eu visiblement un manque manifeste de volonté politique et aussi la peur de la transparence. En réalité, tout le monde aurait dû être déchu de ses fonctions.

  1. Avec le changement de Constitution, l’aspect relatif à la déclaration de patrimoine a été repris dans l’article 55, en allégeant les conséquences de son inobservation, c’est-à-dire en faisant disparaître l’aspect qui parle de la déchéance. C’est ainsi que l’article 55 de ce texte indique que : « Tout citoyen, élu ou nommé à une haute fonction publique est tenu de déclarer son patrimoine lors de sa prise de fonction et à la cessation de celle-ci conformément à la loi. La loi déterminer les fonctions soumises à l’obligation ci-dessus indiquée, ainsi que les modalités de déclarations du patrimoine ».

Malgré cette disposition, aucune déclaration de patrimoine ne sera effective.

  1. Il faut reconnaître très franchement que, c’est sous la pression des institutions internationales à l’instar du Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale que la loi N°4-2019 du 7 février, relative à l’obligation de déclaration de patrimoine par tout citoyen élu ou nommé à une haute fonction publique, sera promulguée et que le décret N°2019-230 du 12 novembre 2019 fixant les modalités d’application de ladite loi a été publié.

     

Mais ces textes ne seront pas immédiatement mis en application.

  1. Le déclic sera donné par le Premier Ministre Anatole Collinet MAKOSSO, le 21 juin 2021 lors de la présentation du programme d’action gouvernementale.
  2. Malheureusement, il va y avoir des problèmes au niveau de l’interprétation de la loi. En effet, l’article 1er  de ce texte énonce que : « Tout citoyen, élu ou nommé à une haute fonction publique, est tenu de déclarer son patrimoine lors de sa prise de fonction et de la cessation de celle-ci ». L’article 8 du décret N°2019-320 du 12 novembre fixant les modalités d’application de la loi relative à la déclaration de patrimoine par des citoyens élus ou nommés à une fonction publique précise que : « La déclaration de patrimoine est déposée, après notification par le Premier Président de la Cour Suprême, dans les trois mois, à compter de la prise de fonction du déclarant ou de la cessation de celles-ci ».

Il est bien dit, dans les trois mois à compter de la prise du déclarant ou de la cessation de celles-ci.

Le Juge suprême a donné le 16 juillet 2021 une autre interprétation différente de ces dispositions. Selon lui, « …A partir du moment où vous avez reçu votre notification, vous disposez de trois mois pour le faire », ceci en s’adressant aux personnalités assujetties à l’obligation de déclaration du patrimoine.

On peut aussi noter à cet effet, sur le caractère rétroactif, au cours de l'année 2021, 146 déclarations de patrimoine ont été enregistrées.

Au moins 24 personnalités, soit 16,4% ont donné des dates de prises de fonction en marge des anciennes (fonctions antérieurement exercées).

25 personnalités, soit 17,1% n'ont pas indiqué leur date de prise de fonction. Ce qui conduit à se demander sur quelle base, elles ont fait leur déclaration de patrimoine.

97 autres personnalités, soit 66,5% ont donné leur date de prise de fonction, mais elles ont fait leur déclaration de patrimoine en dehors des délais prescrits par les textes.

À vrai dire, aucune de ces déclarations n'est, ni à la Constitution, ni à la loi relative à la déclaration de patrimoine.

C’est ainsi qu’au cours des échanges avec les professionnels des médias, le Président de la Fédération de l’Opposition Congolaise revendique et exige la libération des acteurs politiques en prison, André OKOMBI SALISSA et Jean Marie Michel MOKOKO et ils sont dans l’attente d’un dialogue pour sortir le Congo du gouffre de l’inconstitutionnalité où il est plongé. Le constate de cette plateforme de l’opposition est que la plupart des partis de la majorité ne sont pas réguliers.

« Le PCT n’est pas un parti régulier du point de vue de la loi. Le Président de la République n’est pas en conformité avec la loi, pour avoir été reconduit par le 5ème congrès ordinaire du PCT, contrairement aux prescriptions légales », a déclaré Clément MIERASSA.

Il a aussi relevé qu’aucune des 146 déclarations de patrimoine n’est conforme ni à la constitution, ni à la loi relative à la déclaration de patrimoine dont il venait d’obtenir la déclaration d’inconstitutionnalité de l’article 6 alinéa 1er par la cour constitutionnelle. Une crise qui s’ajoute à celles existantes.

Pour le Président de la Fédération de l’Opposition Congolaise pense que dans ce contexte, les législatives et locales sont un coup de force.

 Et il a ajouté que nous allons relancer le combat. Le silence n’est pas une réponse à un problème. Nous nous battrons pour qu’il, y ait remise en ordre, la restauration de l’autorité de l’Etat et de l’Etat de droit.

S’agissant du bilan de ses vingt (20) ans dans l’opposition extraparlementaire, Clément MIERASSA a rassuré que le combat politique est un combat de longue haleine et il  continuera à se battre. « On s’est battu pour la Conférence Nationale Souveraine. On l’a obtenue. Je ne me décourage pas dans mon combat », a-t-il conclu.

 

 

commentaires

UKRAINE : Nika tera sous la puissance de feu russe

Publié le 7 Juin 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans International

 

Cette nuit du 05 juin 2022, toutes les infrastructures du port de Nika Tera en Ukraine ont été détruites à 100% par des missiles hypersoniques russes de haut niveau tirés depuis Nikolaev. Tous les missiles hypersoniques russes ont atteintes leurs cibles, aucun d'entre eux n'est disponible dans le matériel que l'OTAN fournit en Ukraine. Rien ne peut résister aux missiles hypersoniques missiles russes qui détruisent tout ce qu'ils visent !

La légion étrangère internationale fiancée par l’OTAN est un véritable échec contre la Russie. Plusieurs soldats australiens, français, américains ont perdus leurs vies cette nuit. Le Président Zelensky pointé du doigt, l'armée ukrainienne et les politiciens locaux commencent à ne plus être d'accord avec Zelensky qui insiste encore et qui prend des humains  pour des animaux de guerre pour continuer la bataille. Les soldats et les politiciens ukrainiens sentent maintenant qu'ils ne sont pas pris en compte par l’importation des armes en Ukraine. Qu’est-ce qui se passe ? C’est parce que l'armée russe est en train de détruire toutes les capitale stratégique de l'Ukraine et elles sont devenues russes. Toutes les capitales stratégiques Ukrainiennes sont maintenant complètement détruites, Zelensky ne veut pas abandonner, il est inquiet, trahit par les alliés parce qu’il n’avait pas encore compris que l’OTAN ne vise que ses intérêts.

UKRAINE : Nika tera sous la puissance de feu russeUKRAINE : Nika tera sous la puissance de feu russe
commentaires

« Aujourd’hui, c’est le jour de la Pentecôte où Dieu a accompli ses promesses. C’est un jour de Fête et nous ne devrions pas être dans la tristesse », a déclaré le Révérend Carl BICKYDOUX

Publié le 6 Juin 2022 par André LOUNDA dans Religion

Pentecôte : « cinquantième jour », est une fête chrétienne  qui célèbre l'effusion du Saint-Esprit le cinquantième jour à partir de la Pâques sur un groupe de disciples de Jésus-Christ dont le douze Apôtres. Cet épisode est relaté dans la Bible par les Actes des Apôtres. Pour ne pas rester en marge de cet événement chrétien, le Centre Evangélique Christ Roi Notre Rédempteur en sigle CECRR qui a pour vision : « Ouvrir les Yeux des Aveugles », selon les Actes des Apôtres au chapitre 26 et au verset 18, après avoir animé un Séminaire durant 3 jours du 02 au 03 juin 2022 sous le thème : « Les Effets de la Puissance du Saint-Esprit ». Le Dimanche 05 juin 2022 au N°08 de l’Avenue de la Démocratie à Moukondo-Mazala a célébré le Jour de la Moisson de Dieu, l’Effusion du Saint-Esprit, le Grand Jour du salut, la Pentecôte par un grand culte d’actions de grâce rendu au Grand Roi, l’Eternel des Armées.

En effet, les fidèles de cette assemblée des saints ont commencé ce culte par la louange, l’adoration, la repentance, les actions de grâce et la prière.

Prenant la parole en premier, le Révérend Pasteur Gilbert BIKINDOU, le Visionnaire de l’église en état de convalescence a rendu grâce à Dieu par un vibrant témoignage sur ce qu’il a vécu dans le coma. « J’ai reçu la visite de notre Seigneur Jésus-Christ quand j’étais dans le coma. N’haïssons personne, ne chassons personne dans nos maisons, nous devrions nous aimer et j’ai pleuré », a-t-il déclaré. Puis il a exhorté les fidèles sur la mission de Jonas à Ninive. Il a demandé aux fidèles de changer de comportement car ils ont  besoin. « Si ton cœur est mauvais, Dieu ne vous recevra pas ! Dans la salle de l’hôpital où j’étais, j’ai vu des gens mourir ! Il faut faire du bien aux gens, d’éviter de faire le mal, il faut bénir ce qui vous font du mal ! », a-t-il ajouté.

Jonas envoyé par Dieu, change de direction, il est parti ailleurs dans une terre de joie. Dans le navire où il était la panique y a régné et quand on l’appelle, il est allé se caché ! Il faut savoir d’abord qu’elle est la personne qui est à côté de toi ? Jonas, lorsqu’on la posé la question, il a dit que j’ai fui Dieu !

« Il faut faire attention avec ceux qui sont proches de toi », a-t-il martelé. D’autres ne sont que des ennemis qui s’approchent de toi pour te décourager afin que tu puisses échouer. Prions et adorons Jésus, il est réel et il nous demande de nous aimer les uns et les autres et il faut que nous soyons unanime et c’est à partir de là que les choses vont marcher. Frères, sœurs, Papa, Maman aidons les autres. Jonas a fui l’œuvre de Dieu, enseignant la Parole de Dieu à ceux qui sont autour de nous ! Aimons-nous les uns et les autres, c’est le message que j’ai reçu du Seigneur. Pardonnons leurs de tout le mal qu’ils nous ont fait.

De son côté, le Révérend Pasteur Carl BICKYDOUX, le prédicateur du jour a déclaré qu’Aujourd’hui, c’est le jour de la Pentecôte où Dieu a accompli ses promesses. C’est un jour de Fête et nous ne devrions pas être dans la tristesse, 1 corinthiens 12, verset 8 à 10, Actes 1, verset 8, ces versets Bibliques  sur la mission des Apôtres, lui ont servi de base pour sa prédication. Il a rappelé l’auditoire que dix (10) jours après l’ascension de Jésus-Christ, c’est là où ils ont reçu le Saint-Esprit. Pierre, le peureux était devenu courageux ce jour-là ! Les Apôtres attendaient la promesse de Jésus et ils l’ont reçu ce qu’ils attendaient dans la prière et le jeûne et se sont les effets de la puissance de Dieu.

Poursuivant sa prédication, le Révérend BICKYDOUX a présenté le thème du jour : « Le Don de foi », c’est ce qui permet à un Serviteur de Dieu d’opérer les miracles de manière extraordinaire tout en s’appuyant sur les saintes écritures de Jean 14, versets 38 à 40, il a révélé que c’est là où Jésus nous a démonté le don de foi. « Tout le monde peut t’abandonner mais Jésus-Christ n’abandonne personne », a-t-il lancé. « Car je suis avec vous jusqu’à la fin des temps », une promesse de Jésus-Christ.

Qui pouvait croire que Lazare devrait ressusciter ? Mathieu 17, versets 14 à 20.

« Le Saint-Esprit change de vie, là où on était malheureux on devient joyeux ! Dieu ne ment jamais on ne peut pas parler du Saint-Esprit et partir comme l’on est venu ».

-« Le don de guérisons », sur ce principe, le Révérend Pasteur a expliqué qu’il y a la guérison morale, physique et spirituelle. Partout où Jésus passait, il y avait des guérisons, Actes 3, verset 1, Le Révérend BICKYDOUX a pris l’exemple sur la guérison d’un boiteux qui s’asseyait devant le Temple de Jérusalem et qui attendait de l’aumône et qui fut guéri par Pierre, Actes 8, versets 7 à 8. Aussi, il a ajouté que Philippe avait aussi un don de guérison et opérait des miracles.

Pour conclure sa prédication par un dernier point, « le don des miracles », c’est ce qui signifie que tu opère de façon surnaturelle les miracles, les signes et les prodiges marchent ensemble. La peur s’installe au milieu des hommes là où tu foules tes pieds. Lorsqu’on parle des miracles, il y a les signes. Actes 9, versets 38 à 42, Tabitha était morte mais par la prière des Apôtres et la puissance du Saint-Esprit, elle était appelé par la ressuscitée. Et pour terminer dans 1 Corinthiens 11, verset 23 suivi par la prière de guérison des malades, la délivrance des captifs, par la manifestations du Saint-Esprit dans cette église, les captifs ont été libérés, Dieu s’est manifesté et le grand jour s’est levé, Dieu donne le plein salut, le Saint-Esprit est là !

Le rendez-vous est pris pour le dimanche 12 juin 2022 par un culte spécial placé sous le thème : «  La Délivrance des Familles » de 09 heures à 12 heures au N°08 Avenue de la Démocratie, Moukondo-Mazala.

 Soyez bénis !

commentaires
<< < 1 2 3 > >>