Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

Clôture des travaux relatifs à l’élaboration et à la validation de la norme congolaise sur la farine de manioc comestible

Publié le 31 Août 2022 par André LOUNDA dans Economie

Clôture des travaux relatifs à l’élaboration et à la validation de la norme congolaise sur la farine de manioc comestible

Dans le cadre du programme de vérification de la conformité et de  réglementation de tous les produits mise en place par L’Agence  congolaise de normalisation et de la qualité (ACONOQ), il s’est tenu un atelier d’élaboration et de validation de la norme congolaise sur la farine de manioc comestible, lancé depuis le mois de mars dernier au cours duquel il y avait eu la signature du protocole de partenariat entre la FAO et l’ACONOQ qui crée ces conditions de travail, dont la cérémonie de clôture a eu lieu le 31 août 2022 à Brazzaville.

Clôturant les travaux y relatifs, Madame Rolande Ingrid FOUEMINA, Directrice Générale de cette agence  dans son mot a rappelé que le manioc est l’un des aliments les plus consommés en République du Congo. Ces racines constituent, transformées ou non l’aliment de base des congolais. Cet aliment de base consommé par plus de 90% de la population n’apporte pas la garanties qu’il faudrait en terme de sécurité sanitaire de l’aliment qu’il représente et de sur quoi pas la garantie en ce qui concerne la santé et la sécurité des consommateurs. Et c’est pour apporter des réponses mais aussi des informations qui encadreraient cette situation, que la volonté du gouvernement a été de proposer une norme qui apporterai ces garantis. Le PAM avec ses partenaires ont enjoint cette volonté du gouvernement et ont créé le cadre technique avec l’ACONOQ pour réaliser les travaux des comités techniques qui sont tenus depuis le mois d’avril dernier.

Poursuivant, Madame Rolande Ingrid FOUEMINA a déclaré que c’est ici l’occasion de saluer les partenaires techniques du gouvernement que je venais de citer plus haut notamment le PAM et la FAO pour le financement du projet.

S’agissant du comité technique 01 technologie alimentaire, il leur à remercier pour leur participation à l’élaboration de la norme congolaise sur la farine de manioc comestible.

La Directrice Générale de l’ACONOQ a laissé entendre qu’en effet, durant 6 mois, le comité technique s’est réuni quatre fois, avec le concours du consultant de la FAO et du Secrétariat technique, qui a organisé des missions de terrain pour récolter les informations auprès des parties prenantes impliquées dans le domaine de la production de la farine de manioc comestible dans les départements du Pool, la Bouenza, le Niari, le Kouilou et la Cuvette. Des prélèvements des échantillons ont été faits à cet effet pour des fins d’analyses. L’élaboration de la norme sur la farine de manioc comestible a suivi et respecté les principes d’élaboration d’une norme.Pour conclure, il a souhaité un bon retour aux participants dans leurs structures respectives et leurs a encouragés pour leur expérience qu’ils ont mise au service de la nation.

 

commentaires

L’ACAT CONGO lance un vibrant appel aux pouvoirs publics de mobiliser plus de partenaire pour la réinsertion sociale des ex-détenus

Publié le 31 Août 2022 par André LOUNDA dans société

« La Problématique de la Réinsertion sociale des Ex-Détenus dans la Société en République du Congo », constitue le thème de la conférence de presse que Christian LOUBASSOU, Président de l’Action Chrétiens pour l’Abolition de la Torture au Congo (ACAT CONGO) a animé le 30 août 2022 à Brazzaville dont l’objectif principal a été : Sensibiliser l’opinion publique congolaise sur la nécessité de considérer la réinsertion sociale comme moyen de lutte contre le récidive et un atout pour les détenus et aussi informer la population congolaise sur le fait que la prison ne doit toujours pas être considérée comme une fatalité mais plutôt une opportunité pour acquérir de nouveaux outils et s’intégrer dans la société.

Dans son mot introductif dans un face à face avec les professionnels des médias, le Président de l’ACAT CONGO, Christian LOUBASSOU a indiqué que la peine de prison vient punir un crime ou un délit et, éloigner un individu dont le comportement présente des risques pour le reste de la société. Mais pour être véritablement efficace, cette peine doit pousser à la réflexion, à la remise en question et finalement donner une nouvelle chance à l’individu pour choisir une autre voie lors de son retour à la société. Pour mieux faire ce choix, il faut lui offrir la possibilité de le faire en purgeant sa peine, d’acquérir de nouveaux outils pour s’intégrer dans la société.

Poursuivant son propos, Christian LOUBASSOU a laissé entendre que cette mission de faire respecter ce droit est dévolue à l’administration pénitentiaire dont l’unique mission n’est pas seulement la garde des personnes sous-main de justice mais également, de prévenir malgré ses moyens précaires la récidive et de contribuer à l’insertion ou à la réinsertion par le travail, l’éducation et la formation professionnelle, des personnes qui lui sont confiées par l’autorité judiciaire. C’est ce qui fait que dans les lieux de détention, l’instruction des analphabètes soit obligatoire, qu’une bibliothèque soit mise à disposition, que la formation professionnelle soit donnée aux détenus en priorité aux mineurs et jeunes adultes incarcérés ainsi qu’aux majeurs sans qualification, ni diplôme, notamment les illettrés. Mais hélas, dans les faits, l’essentiel de ces droits ne sont malheureusement pas respectés et, l’administration pénitentiaire peine toujours à financer ces activités dans ses établissements. Or une réinsertion sociale et économique réussie ne peut que mettre le détenu à l’abri de la récidive et protéger la société. « L’absence d’une politique claire de réinsertion fait malheureusement le lit à la récidive et cause un réel problème à la communauté », a déploré Christian LOUBASSOU.

Pour répondre à cette problématique, devant cette évidence, l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT CONGO) et la Fédération Internationale des ACAT (FIACAT) se proposent à travers cette conférence de presse, de mettre au centre des préoccupations du gouvernement la question de la réinsertion sociale des anciens détenus en général et des femmes et des mineurs en particulier dans la société. Car, l’opinion publique congolaise continue à considérer la détention comme un fatalisme supposé et non une opportunité à la rééducation ainsi que à la formation.

Pour conclure, Christian LOUBASSOU a fait savoir que les pouvoirs publics doivent élaborer une politique d’ordre général qu’ils doivent mener sur la réinsertion et il a aussi rappelé sur les cas d’espèce des enfants de la rue, la responsabilité parentale est nécessaire pour les délinquants qui sont dans la rue et qui vivent au milieu de nous aussi, il a fait savoir que les gens doivent s’approprier des documents juridiques tels que le code pénitentiaire du Congo.

 

commentaires

Le COPEPCO sollicite du gouvernement sa participation aux Etats généraux de l’Enseignement et à la formation  du programme PRASED

Publié le 31 Août 2022 par A dans société

            

Le Collège des Promoteurs des Écoles Privées au Congo en sigle COPEPCO a tenu son Assemblée Générale le 26 juillet 2022 à Brazzaville. Assemblée au cours de laquelle les membres du COPEPCO ont été édifiés sur le Programme AFRIC-SCHOOL de la société de téléphonie mobile MTN sur la solution 8 en 1 qui facilite la gestion administrative, académique et financière d’un établissement scolaire dans le cadre de la gestion des apprenants, les évaluations statistiques, la gestion de la comptabilité, l’édition automatique des relevés des notes ,l’envoie des notes et informations par Sms ainsi que la gestion du personnel et de la paie.

Après les travaux dans une déclaration rendue public on a noté que les membres du COPEPCO constatant qu’il n’y a pas de communication entre les parlementaires et le gouvernement sur le paiement du dossier COVID 19 de la crise sanitaire de 2020. Le COPEPCO sollicite son paiement avant la rentrée scolaire 2022-2023. Les membres du COPEPCO dénoncent avec force le rackétage des écoles privées par les inspections de Brazzaville et de Pointe Noire et invitent le ministère en charge de bien vouloir revoir ce point. Le COPEPCO déplore les points saillants tels que l’exclusion du secteur privé de l’enseignement du privé à la formation sur le nouveau programme du PRASED étant donné que le décret N°95-221 du 13 mai 1996 portant réglementation de l’exercice privé de l’enseignement qui stipule que la formation est du ressort de l’Etat et le COPEPCO sollicite la participation du secteur privé aux états généraux de l’enseignement et à la formation du programme PRASED.

 

commentaires

Le Top de la Marche de 100 jours a été lancé, vive la santé !

Publié le 29 Août 2022 par André LOUNDA dans Sport

 

Après près de trois ans d’hibernation dus à la lutte contre la COVID-19, le dimanche 28 juillet 2022, c’est la reprise en pompe de la Marche des 100 jours organisée sur le thème : « Marchons dans l’Unité pour Préserver notre Santé et Garantir le Vivre Ensemble », les marcheurs venant de tous les quartiers de Brazzaville et ceux venus de Kinshasa et Matadi en RDC ont pris le départ à l’Esplanade de la Mairie de Ouenzé de Brazzaville à 9 heures 00 sur un parcours de 16 kilomètres pour la marche annuelle organisée chaque année par Marcel GANONGO, l’Administrateur-Maire de l’Arrondissement 5.

Donnant le top départ, Marcel NGANONGO a premièrement remercié les clubs des marcheurs qui ont répondu présent à cette rencontre, aussi, il a remercié les nouveaux clubs qui ont pris part à cette édition puis il a salué les marcheurs qui sont venus de Matadi et Kinshasa pour prendre part à cette rencontre. « J’aimerais tout juste vous dire que particulièrement que cela fait près de trois ans suite à la pandémie de la COVID 19 que les activités sportives furent arrêtées et je crois que toutes les activités ont reprises mais entretemps on n’avait pas encore repris avec les activités de regroupement des clubs et nous avons lancé comme nous le disons le concept des 100 jours. Vous le savez que nous nous retrouvons après 100 jours. L’année a 365 jours donc si on peut diviser l’année cela fait dire que pendant l’année nous pouvons trois fois organisé nos rencontres. Aujourd’hui, c’est la reprise des 100 jours merci pour les clubs parce que vous êtes toujours là. Pour les nouveaux clubs nous vous applaudissons et pour les anciens félicitations pour la persévérance », a fait savoir Marcel GANONGO.

Tout étant prêt pour le départ, l’Administrateur-Maire de Ouenzé le concepteur de la Marche des 100 jours a rassuré les marcheurs que toutes les conditions sont réunies, il y a la Croix Rouge, l’ambulance ainsi que les médicaments.

Les marcheurs ont pris le départ à l'esplanade de la Mairie de Ouenzé en longeant l’Avenue des trois Martyrs en passant par le Boulevard Alfred Raoul, l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique, le Palais du Peuple, la Corniche par derrière le Ministère de la Défense, le Restaurant Bar MAMIWATA, Radisson BLU, le Trésor Public, SCLOG, la Pointe Hollandaise et pour finir la Marche au point de départ la Mairie de Ouenzé.

Pour Marcel GANONGO au cours d’une interview qu’il a accordé à la presse a laissé entendre que cela fait partie de notre objectif car vous savez bien que nous sommes en partenariat avec les marcheurs du Congo Quand la COVID-19 est passée par là, nous avons interrompu toute activité. Mais aujourd'hui Dieu le veut avec la politique du gouvernement qui est celle d'organiser avec le peuple qui est le vecteur de la démocratie. Et je crois bien que nous allons le faire tout en invitant les pays voisins à l'instar de la RD Congo comme vous le constatez. Nous allons donc faire en sorte que ce mouvement que nous avons commencé se perpétuer. Quant aux marcheurs, ils ont répondu massivement à l'appel lancé en l'occurrence tous les clubs des marcheurs et même les individualités qui sont arrivées. Certes, beaucoup n'avaient pas l'information mais je crois bien qu'ils ne vont pas regretter, ils vont voir à la télévision. Ainsi, nous appelons tous les clubs surtout les nouveaux qui sont créés pour venir se joindre à nous parce que c'est leur air d'expression car plus on est nombreux plus nous devenons une force agissante.

Pour conclure, il a déclaré que cette initiative n’est pas soutenue faute de sponsors et des partenaires et pour la prochaine édition des 100 jours, il entend mobiliser et faire venir des marcheurs du Cameroun et de la Centrafrique comme il le fait souvent avec ceux de la RDC.

 

 

 

 

 

commentaires

IN MEMORIAM : 2012-2022, Célébration de l’eucharistie pour le repos de l'âme de Gérard BITSINDOU « Ya Gérard »

Publié le 29 Août 2022 par André LOUNDA dans Religion

Voici 10 ans que Gérard BITSINDOU, « Ya Gérard » a quitté la terre des hommes pour l’éternité et le repos en Dieu en sa mémoire, une messe d’actions de Grâce a été dite le samedi 27 août 2022 en l’église Saint-Paul de Madibou, Arrondissement 8, de Brazzaville.

Au cours de cette messe demandée par sa fille unique Andrée Carole,  le Curé de la Paroisse a édifié l’auditoire sur les promesses du Christ derrière la mémoire de Gérard BITSINDOU en se basant sur l’amour de Dieu, une belle manière de rendre hommage à Gérard BITSINDOU tout en implorant la miséricorde de Dieu. Si le grain de blé que l’on met en terre refuse de mourir, la moisson de l’espoir des hommes ne pourra jamais fleurir.

Pour YOULOU BAKIT dans son témoignage a fait savoir que, Gérard BITSINDOU, l’ancien Président de la Cour Constitutionnel est le compositeur de « Pasi ya pamba », « L'Amore » et bien d’autres chansons célèbres en Italien et en Lari, il fut membre du « Club Kallé »de Brazzaville et de l' African-Jazz « Mokili Mobimba » et « Matanga »,de 1962 à 1966, également il est l'auteur-compositeur du grand succès « Bunsana mama » et « Lolita » de l'African-Jazz.

Né à Kaka dans le Département du Pool, le 15 novembre 1941, très tôt il rentre dans les rouages de l’administration (dès 1969) d’abord en qualité de rond-de-cuir, ensuite en tant que dur à cuir qu’aucun gouvernement n’aura jamais déboulonné. Il a exercé sans interruption ses charges au point d’être représentatif au Congo de ce que les sociologues désignent « phénomène bureaucratique » avec ce que cela suppose comme manipulations des hommes. Ce trait intéressa un obscur ministre de la Défense en 1976 qui jeta son dévolu sur lui. SASSOU N’GUESSO et c’est lui qui  fit de lui son « petit de confiance  ». Depuis, le duo fut inséparable. Sa mort dans la nuit de dimanche 26 août 2012 à Paris a fait beaucoup de bruit dans le milieu congolais en France.

 

commentaires

En cette rentrée scolaire 2022-2023, l’Académie Foot Etudes «  Jean Jacques NDOMBA », le Géomètre ouvrira ses portes

Publié le 28 Août 2022 par André LOUNDA dans société

C’est ce qui ressort de l’Assemblée Générale de l’Association pour l’Amour de la Jeunesse et du Football en sigle l’APAJF que dirige le Général Paul Victor MOIGNY, tenue le vendredi 26 août 2022 dans la salle de conférences de l’Hôtel de la Préfecture de Brazzaville. Faire le point et rendre compte ders activités que cette association  mène depuis la première Assemblée Générale Constitutive ont été les objectifs que se sont fixés le staff dirigeants de l’APAJF.

Dans le but de la recherche des solutions pour relever le niveau du football congolais, Paul Victor MOIGNY et le staff dirigeant de l’association qui a une vision claire pour relever le niveau du football congolais en perte de vitesse depuis plusieurs années, mènent des actions concrètes pour faire en sorte que la jeunesse soit réellement prise en compte et prise en charge en créant l’Académie Football-Etudes Jean Jacques NDOMBA, « le Géomètre » (ACAFET). C’est un centre de d’études et de formation créé à Ngania dans la Sous-Préfecture d’Ollombo dans le Département des Plateaux en honneur de  tous ceux qui ont constitué la gloire et l’honneur du football dans notre pays de toute l’histoire dans lequel les enfants vont aller non seulement apprendre à jouer au football et aussi pouvoir continuer leurs études normalement. Le matin, ils vont à l’école et l’après-midi ils jouent au ballon.

Pour le Général Paul Victor MOIGNY faire démarrer la scolarité classique au mois d’octobre prochain et la rentrée académique en ouvrant les classes en octobre comme tous les établissements classique au Congo et c’est sur la base des visites faites par le Ministre en charge de l’Enseignement et il est possible d’ouvrir un Lycée pour compléter le collège et l’école primaire qui y sont déjà. « Nous sommes à l’étape de finition des travaux afin d’y former les footballeurs complets, surtout

dans la construction des bâtiments des salles de classes et celui du dortoir où les enfants seront logés, nourris à l’académie, les parents ne payeront pas les frais de scolarité », a expliqué le Paul Victor MOIGNY.

« Quant à l’ACAFET, c’est un établissement à caractère commerciale qui va recevoir des enfants du Congo venant de tous les départements à titre gratuit. L’association a signé un partenariat avec le gouvernement pour le transfert des enseignants, nous, nous donnons les bâtiments et 100 enfants vont entrer à l’académie, au collège et au Lycée et surtout même les enfants des alentours », a rassuré Paul Victor MOIGNY.

Répondant au questionnement de certaines personnes le Général a expliqué que la campagne de détection a déjà été effectuée et qu’il  y a eu des missions sur le terrain dans tous les départements du pays. Des techniciens sont descendus dans chaque Chef-lieu de Département pour détecter les jeunes talents. Les meilleurs ont été sélectionnés et admis à l’académie suivant les quotas bien définis par département pour permettre aux jeunes congolais de pratiquer davantage le football depuis le petit âge et surtout aussi de faire en sorte que les clubs congolais y compris l’équipe nationale puissent avoir de grands talents et des grands joueurs nationaux dans les grands championnats du monde.

S’agissant des critères de sélections, d’après le Président de l’APAJF, Paul Victor MOIGNY, les critères de sélection tiennent compte de l’état physique des enfants candidats et leur moyenne d’âge. En effet, l’académie compte former les U-15 notamment les enfants de 11à 14 ans et les U-20  ceux de 15 à19 ans tout en s’appuyant sur leur niveau d’études de la 6e et 3e pour la première catégorie et seconde et terminale pour la seconde.

Au terme de la rencontre, dans les divers, le Général Paul Victor MOIGNY a présenté à l’auditoire, le projet de l’organigramme de l’ACAFET ainsi que le logo conçu et il a lancé un appel à tous ceux qui veulent adhérer à l’APAJF et que les cotisations statutaires s’élèvent à 5.000 Frs CFA.

A titre de rappel, la pose de la première pierre a été posée le 17 février 2020 à Ngania dans la Sous-Préfecture d’Ollombo dans le Département des Plateaux.

commentaires

le coup de gueule de Mgr Bienvenu contre les maux qui freinent la foi en milieu chorale

Publié le 26 Août 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans Religion

le coup de gueule de Mgr Bienvenu contre les maux qui freinent la foi en milieu chorale

 

 

commentaires

La Transformation de l’éducation et l’accélération de l’atteinte des cibles de l’Agenda ODD 4 d’ici 2030

Publié le 26 Août 2022 par André LOUNDA dans Education

Dans la cadre des consultations Nationales sur la Transformation de l’éducation organises par le gouvernement de la République du Congo en partenariat avec la coordination du Système des Nations Unies et les Agences de coopération bilatérale et multilatérale, une cérémonie relative à l’adoption des recommandations et de la déclaration nationale sur la Transformation de l’éducation s’est tenue le jeudi 25 août 2022 à Brazzaville.

Placée sous le haut patronage de Monsieur Jean Luc MOUNTHOU, Ministre de l’Enseignement Préscolaire, Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation,  en présence de Madame Edith Delphine Emmanuel ADOUKI, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, de Monsieur Thierry MANGESSA EBOME, Ministre en charge de l’Enseignement Technique, de Monsieur Chris MBURU, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et de bien d’autres invités, la cérémonie y relative a connu trois temps fort à savoir : la lecture des recommandations et la déclaration nationale sur la Transformation de l’éducation , l’allocution de Monsieur le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et le discours du Ministre de l’Enseignement Préscolaire, Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation.

En effet, le Congo  adopte le rapport sur la transformation de l’éducation, Le Ministre de l’Enseignement  Préscolaire, Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation Jean Luc MOUTHOU dans son discours de circonstance a indiqué que l’adoption du rapport des conclusions  des consultations nationales sur la transformation de l’éducation, permettra  au Congo de participer au sommet mondial, visant à réinventer le système éducatif. « Les consultations nationales menées  du 12 au 13 août dernier, ont permis à la communauté éducative congolaise, d’identifier les défis, définir les grandes orientations stratégiques  pour dessiner le futur de l’éducation  sur le plan national et international. Cette  vaste réflexion à laquelle tous les partenaires de l’éducation ont été associés, a sortie des recommandations qui contribueront à l’amélioration du système éducatif en vue relever ce secteur », a fait savoir le Ministre.

Et que l’ensemble des acteurs impliqués ont formulé plusieurs recommandations pour assurer la transformation de l’éducation d’ici 2030, parmi lesquelles l’intégration du numérique ; la formation des enseignants  sur la pédagogie de l’apprentissage du numérique ; la maîtrise de l’utilisation des Technologies de l’information et de la communication et la gestion de l’enseignement à distance font partie des recommandations adoptées.

  Entre autre parmi ses recommandations,  le recrutement du personnel enseignant,  et  la dotation  des établissements scolaires publics des enseignants formés et qualifiés disposant des compétences techniques et pédagogiques en apprentissage du numérique.

Quant à Chris MBURU, le Coordinateur du Système des Nations Unies, ces concertations ont permis de cerner  les mécanismes  visant à construire  un système éducatif plus fort ,équitable , adaptable et plus résilient. Et que conscient des défis auxquels le système éducatif est confronté, les Nations Unies réitère son engagement pour accompagner  les  pays du monde dans la redynamisation de leur  système éducatif, afin atteindre l’objectif du développement durable 4.

A noter que cette rencontre de  validation du rapport des Consultations Nationales sur la Transformation de l’éducation a été une occasion favorable pour annoncer la tenue du Sommet Mondial  sur la Transformation de l’éducation qui se tiendra au mois de septembre, à New-York aux Etats-Unis et que notre pays le Congo y sera représenté par le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence  Denis SASSOU N’GUESSO.

 

commentaires

Sommes-nous vraiment et réellement indépendants et souverains ?

Publié le 23 Août 2022 par André LOUNDA dans société

Nous sommes indépendants depuis 62 ans et le célébrons chaque année, avec faste et pompe, tam-tam et au pas de la danse, en plus. A l’occasion, entre accueil, entre accueil des hôtes, restauration, luxe de tous genres, des milliards de frs CFA sortent du Trésor public, pendant que quotidiennement la population meurt de faim et soif, vit dans des conditions de précarité. En Afrique les indépendances nous avaient été accordées, certains les ont même arrachées au prix de bien de luttes et cela est écrit noir sur blanc dans nos manuels d’histoire. Mais, entre nous soit disant, notre pays, les pays africain, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest, sont-ils vraiment et réellement libres et souverains ?

Répondre par  l’affirmative serait faire preuve de cécité, de mauvaise foi et de beaucoup de superficialité.  A dire vrai et à voir la réalité en face, l’emprise et le contrôle des multinationales européennes, américaines, chinoises et  mais encore de très actives puissances coloniales sur l’entière vie sociale, politique et économique surtout culturelles et scientifique n’ont diminué en rien.  Personne n’en parle. On ne parle que des guerres tribales et de la misère en Afrique. Pour quel motif les tribus doivent-elles se battre puisqu’elles ont toujours vécu ensemble ? Pour quel motif les africains doivent-ils accepter de souffrir et de se faire souffrir éternellement ? Pourquoi l’Afrique se contente-elle de vivre dans un état d’émergence humanitaire chronique ? Pourquoi manque-t-il un vrai « protagonisme » politique et diplomatique africain ? Alors que les autres, l’Afrique est un véritable paradis fiscal, pourquoi est-elle devenue un enfer pour les africains eux-mêmes ?

Aujourd’hui, la colonisation sous forme de néocolonialisme ou néolibéralisme, de mondialisation, nouvelle forme d’impérialisme, est revenue avec force sur le continent. Alors que la démocratie était censée instaurer de vrais et authentiques États de droits en Afrique et garantir la bonne gouvernance, il n’en est pas encore ainsi dans les faits. C’est une démocratie contrôlée, encadrée par ceux qui ont beaucoup d’intérêts à préserver en Afrique et ce, contre la volonté du peuple. Malgré le choix officiel du régime démocratique, les Constitutions jouissent encore et toujours d’une flexibilité dynamique et elles s’apparentent souvent à de la pâte à modeler, pour les besoins de la cause. C’est la réalité quotidienne des populations africaines que personnes n’a jamais écrite. Il sied de noter en passant que dans la plupart de pays dit démocratique d’Afrique, il n’est pas toujours reconnu le droit de ne pas être d’accord avec certains choix du parti au pouvoir, de dire vraiment et sincèrement ce que l’on pense, on est obligé d’applaudir, de chanter et de danser. Et puisque la plupart des juges ne sont que des simples fonctionnaires à la solde de l’exécutif, l’on assiste à une parole de justice.

commentaires

Doumba-Rey, la 4ème réserve de biosphère camerounaise approuvée par l'UNESCO

Publié le 23 Août 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans Environnement

Depuis juin 2022, l’Organisation des Nations Unies pour l'Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) a approuvé 11 nouvelles réserves de biosphère dans 9 pays dont Doumba-Rey au Cameroun.

D’après les informations disponibles, cette réserve de biosphère est davantage connue pour sa population d'oiseaux de plus de 100 espèces identifiées et sa flore fortement diversifiée. Localisée entre les savanes et forêts, selon les experts, Doumba-Rey joue un rôle important dans la séquestration du carbone et accueille des espèces phénoménales telles que les éléphants. Cette aire compte une soixantaine de villages dont les tribus dominantes sont les Gbaya, Mboum et Mbéré.

Avec ces 11 nouvelles réserves, le réseau mondial des réserves de biosphère compte dorénavant 738 sites dans 134 pays (dont 22 sites transfrontaliers) de la planète.

Les trois autres réserves de biosphère du Cameroun à l’UNESCO sont : Waza (Extrême-nord), le Dja (Sud-est) et la Bénoué (Nord).

Il est à rappeler que les réserves de biosphère sont des «lieux d’apprentissage du développement durable» dans divers contextes écologiques, sociaux et économiques, qui touchent la vie de plus de 250 millions de personnes. Ce sont des sites qui permettent de tester des approches interdisciplinaires afin de comprendre et de gérer les changements et les interactions entre systèmes sociaux et écologiques, y compris la prévention des conflits et la gestion de la biodiversité. Ces endroits atypiques apportent des solutions locales à des problèmes mondiaux. Les réserves de biosphère comprennent des écosystèmes terrestres, marins et côtiers. Chaque réserve favorise des solutions conciliant la conservation de la biodiversité et son utilisation durable.

commentaires
1 2 3 4 5 > >>