Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

eduaction

2ème édition de la BIENNALE INTERNATIONALE DE PHILOSOPHIE ET DES SCIENCES DE L’ÉDUCATION DE BRAZZAVILLE

Publié le 23 Novembre 2022 par André LOUN DA dans Eduaction

« L’éthique et les enjeux de la formation professionnelle », c’est sur ce thème que se tient du 23 au 24 novembre 2022 à Brazzaville, la 2ème édition de la BIENNALE INTERNATIONALE DE PHILOSOPHIE ET DES SCIENCES ET DES SCIENCES DE L’ÉDUCATION DE BRAZZAVILLE. L’objectif de cette édition est de proposer un espace de réflexion, de questionnement, d’interprétation et d’orientation, partant des différents cadres théoriques disciplinaires entre autres la philosophie, sciences de l’éducation, médecine…etc, et leurs épistémologies respectives, les modalités opératoires réflexives pouvant revitaliser et enrichir les contenus de formation et les pratiques professionnelle en matière d’éthique. L’idéal de cette 2ème édition est celui de former l’esprit critique des étudiants, futurs professionnels, ou des professionnels déjà en exercice à ce qu’ils soient équipés « d’outils théoriques » qui leur permettent de décrypter les logiques à l’œuvre dans les activités humaines et ainsi d’accroître leur capacité réflexive dans la manière d’y répondre, aussi bien face aux situations concrètes ordinaires que complexes.

Organisée par la Faculté des Lettres, des Arts et des Sciences Humaines (FLASH) de l’Université Marien NGOUABI de Brazzaville, la cérémonie officielle y relative rehaussé par la Présence du Ministre de l'Enseignement Technique et Professionnel, Ghislain Thierry MANGUESSA EBOME a été patronnée par le Professeur Gontran ONDZOTTO, Président de ladite université en présence de l’initiateur du projet, Alfred Romuald GAMBOU, Enseignant-chercheur en Philosophie de l’éducation, à l’Université Catholique de l’Ouest de Nantes et à l’École Normale Supérieure de Brazzaville et de Luc MISSIDIMBAZI, Président de l’ONG PRATIC.

Ouvrant les travaux, le Professeur Gontran ONDZOTTO a souhaité la bienvenue aux participants nationaux et internationaux, et à titre de rappel, il a peint la 1ère édition tenue en 2020 et a présenté l’ouvrage conçu à cet effet. Puis il a exhorté les participants sur les attentes de cette édition face aux défis constaté par les usagers dans la manière dont les professionnels de l’éducation, de la santé, des corps sociaux et  bien d’autres, ont à prendre en charge l’autre dans ce qu’il est, en tant qu’être inachevable et vulnérable, de lui reconnaître sa dignité et son humanité, et par conséquent d’y agir en responsables, le besoin de formation en éthique.

De sa part, Alfred Romuald GAMBOU s’est appesanti sur l’historique de ce projet qu’il souhaite qu’il atteigne une dimension internationale. Accompagné par l’ONG PRATIC par son modeste soutien et que ce partenariat soit durable.

Quant à Luc MISSIDIMBAZI dans un bref aperçu a présenté cette ONG dont il a la responsabilité en ce qui concerne les technologies de l’information et la communication est prête pour accompagner l’Université Marien NGOUABI en la matière.

Du déroulement des travaux en mode hybride, les participants ont suivi avec une attention particulière en Conférence Inaugurale, un exposé du Professeur Abel KOUVOUAMA, sur les exigences éthiques et « sens pratique » du métier d’enseignant-chercheur en philosophie et en anthropologie : retours d’expérience ». Et en atelier sur l’éthique et la formation professionnelle des enseignants, l’Assistant au Département d’Histoire de l’Ecole Normale Supérieure de l’Université de Bertoua (Cameroun)  MOUMBAGNA Youssouf-Laplage a fait un exposé qui a porté sur les écoles normales supérieures du Cameroun face à la crise de vocation : entre perte de normes éthiques et couse d’emploi (1963-2018). De son côté, en atelier BAKINGU BAKIBANGOU Yvette, Maître –Assistante CAMES, dans la spécialité des Sciences de l’éducation de l’Université Marien NGOUABI, s’est appesanti sur l’Ethique professionnelle des instituteurs su secteur public à Brazzaville : analyse des écarts entre travail prescrit et travail réel. Pour en conclure la matinée de cette première journée, l’Enseignant-chercheur au Département de Didactique des Disciplines de la Faculté des Sciences de l’Education de l’Université de Ngaoundéré au Cameroun,  PANYA PADAMA a fait une présentation sur l’Enseignement de l’éthique dans les écoles normales : état de lieux et perspectives pour une formation professionnelle efficace des enseignants.

A noter qu’au cours de cette 2ème édition, les participants vont échanger et trouver des pistes de solutions en matière d’éthique et ses enjeux et comment former les futurs professionnels, la place accordée à la formation continue en matière d’éthique, de savoir ses droits et devoirs, le permis et l’interdit, le convenable et le recommandable pour agir éthiquement. Comment et dans quelle mesure l’éthique déborde-elle le cadre déontologique pour se placer sur cette interrogation quasi permanente qui leur place d’emblée devant leurs choix, leurs décisions et leur responsabilité vis-à-vis de l’autre.

 

commentaires

L’Union européenne sollicite l’implication des jeunes congolais dans la gestion durable des ressources naturelles

Publié le 3 Novembre 2022 par André LOUNDA dans Eduaction

C’est au cours d'une table ronde d'échanges sur les enjeux climatiques et la problématique de gestion durable des écosystèmes forestiers organisée par la Délégation de l'Union Européenne au Congo qui s’est tenue ce 03 novembre 2022 dans la salle de conférences de la Présidence de l’Université Marien NGOUABI de Brazzaville , des jeunes élèves et étudiants ont été édifié dans une rencontre dédiée à la forêt, le FORESTVAL, qui a eu pour objectif : sensibiliser cette couche juvénile de la société congolaise et l’impliquer dans la recherche de solutions durables.  

Entre enjeux, politiques,, opportunité économiques et défis environnementaux, le FORESTIVAL se veut un cadre de dialogue de toutes les parties prenantes à la gestion forestière, à savoir entre autres :  les communautés locales et autochtones, les organisations de la société civile, les sociétés forestières, les pouvoirs publics et les universitaires. Initié par l’association France volontaires, en partenariat avec la délégation de l’Union européenne au Congo, le FORESTIVAL ouvert à toutes et à tous, dédié à la forêt du Congo, pour mieux la connaître et la célébrer, un concours photo a été lancé et des nombreux prix ont été attribué au lauréats le 02 novembre à l’Hôtel PEFACO la cérémonie y relative a été rehaussé par Monsieur Clesh ATIPO NGAPI, 2ème Vice-président du Conseil Départemental et Municipal de la ville de Brazzaville en présence de son Excellence l’Ambassadeur de l’Union Européenne en République du Congo, Giacomo DURAZZO et du Représentant de France Volontaires au Congo. Pour l'Ambassadeur de l'UE, il s'agit de rendre plus tangible le partenariat l'UE-Afrique sur le continent et de connecter la jeunesse davantage à leurs projets. "Je voudrais donc remercier les participants à ce concours et dans le cadre de la thématique qui était au cœur de la compétition ont su saisir un moment de synergie entre l'homme et la forêt, ont interpellé, ont déroulé, ont dévoilé la forêt...".

le FORESTIVAL s’est déroulé autour des tables rondes, d'un concours photo, d'un salon de présentation des projets relatifs à la forêt, des ateliers, des projections-débats, d'un concert et d'un conte.

Comme thème principal de la table ronde « Gestion durable des forêts : entre enjeux politiques, opportunités économiques et défis environnementaux » qui a eu pour panélistes Madame Rosalie MATONDO, Ministre de l’Économie Forestière, de Ses Excellences l’ambassadeur de l’Union Européenne au Congo, Giacomo DURAZZO et François BARATEAU de la République Française au Congo, de son Excellence de l'Ambassadeur de l'Allemagne en République et Son Excellence l'Ambassadeur d'Italie au Congo en présence de Madame Delphine Edith Emmanuel ADOUKI, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique; 

Pour le  gouvernement congolais le message au cours de ce panel d’échange avec les jeunes a été celui de les inviter à planter les arbres, notamment en marge de la Journée Nationale de l’arbre célébrée le 6 novembre de chaque année. Ce geste contribue à la lutte contre la déforestation et le réchauffement climatique. « Je suis heureuse de voir comment nos jeunes sont intéressés à la problématique de gestion durable des écosystèmes forestiers. Le message que nous voulons faire passer, c’est que la protection de l’environnement nous concerne tous, chacun de nous a sa partition à jouer. Nous avons été très surpris de voir les jeunes soulever des questions pertinentes liées aux enjeux climatiques. C’est ainsi que nous avons décidé de les intégrer dans la gestion durable », a laissé entendre Rosalie MATONDO pour manifester sa joie sur l’intérêt que porte les jeunes sur la gestion durable des forêts.

De sa part Son Excellence Giacomo DURAZZO a fait savoir que le Congo peut compter sur le soutien de ses partenaires et de l’Union Européenne pour l’aider à assurer la conservation et la gestion des ressources forestières. La coopération va se poursuivre, avec la signature par le Chef de l’État congolais et la Présidente de la Commission de l’Union Européenne d’un document de partenariat sur les forêts au Congo, en marge de la Cop27 en Égypte. Des projets et programmes vont être lancés en matière de gestion durable des forêts, de conservation des parcs nationaux, d’écotourisme. « Entre les enjeux politiques, opportunités économiques et défis environnementaux, la réponse n’est pas simple. Mais le Congo dispose de tous les instruments juridiques pour savoir ce qu’il faut faire pour assurer l’équilibre. C’est une question de capacités et des moyens », a conseillé l’ambassadeur de l’UE.  A noter que des ateliers, des projections-débats et concert seront organisés le vendredi 04 novembre à l’IFC.

 

commentaires

PROMOTION MOUSSOKI MAYODI Grâce Marina, une innovation de l’IMB

Publié le 5 Octobre 2022 par André LOUNDA dans Eduaction

PROMOTION MOUSSOKI MAYODI Grâce Marina, une innovation de l’IMB

L’Institut Management de Brazzaville en sigle IMB a organisé la cérémonie de remise des diplômes aux étudiants finalistes de licence professionnelle de la 17ème promotion au titre de l’année 2021-2022 dans la salle des conférences du palais des congrès  de Brazzaville pleine à craquer le 1er octobre 2022.

C’est devant une multitude d’invités provenant de plusieurs quartiers de la capitale du Congo dont, les représentants du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, des ambassades accréditées au Congo, de la préfecture de Brazzaville, du conseil départemental et municipal, Maire de Poto Poto, des représentants des président des Universités Marien NGOUABI et Denis SASSOU N’GUESSO, des représentants des entreprises publiques et privées, les parents d’élèves et du corps enseignant de l’Institut de Management de Brazzaville que dirige Monsieur Sylvain YANGANGBWA SYOGE a  couronné  au cours de la cérémonie dédiée à l’adoubement des 355 étudiants finalistes de licence professionnelle de la 17ème promotion 2022 dénommée promotion MOUSSOKI MAYODI Grâce Marina, la major de cette 17ème  promotion 2022.

D’après le Président Directeur Général de l’IMB, Monsieur Sylvain YANGANGBWA SYOGE cette congratulation est une innovation de l’IMB, qui désormais constituera un rite ponctuant le cursus universitaire des étudiants afin de cristalliser les efforts d’apprentissage consentis par ces derniers pendant les trois années de dur labeur, de persévérance et de détermination par les enseignements de qualité reçus, avec le soutien inconditionnel de leurs parents ou tuteurs.

« L’Institut Management de Brazzaville qui a su forger son image depuis sa création en 2003, est un établissement fier de la détermination de son équipe pédagogique et administrative qui travaille sans relâche pour les offres de formation correspondants aux normes académiques et aux besoins d’un marché du travail de plus en plus exigeant et en changement continue. L’IMB se donne pour mission de satisfaire les besoins de développement des compétences des jeunes, des adultes, des entreprises et des organisations conformément aux standards universitaires, sociétaux et culturels. Elle envisage dans son idéal transformationnel de l’employabilité des jeunes d’élaborer trois pôles de formation : pôle tertiaire, pôle agricole et agroalimentaire et le pôle polytechnique, afin de diversifier les offres de formation répondant aux besoins variés de notre tissus économique mais aussi à la volonté de promouvoir l’enseignement de qualité au Congo », a-t-il fait savoir dans son allocution de circonstance.

 Il a aussi rappelé que l’IMB dans sa gibecière, compte un trophée d’excellence du festival Feux de Brazza pour avoir développé l’esprit d’entreprise et d’innovation, de même elle a remporté à Dakar, un trophée de l’ambassadeur Lauréat plénipotentiaire de la TAC 2022 couplée avec celui du réseau de grandes écoles africaines en entrepreneuriat. En avril 2013, l’IMB a signé un accord-cadre avec l’université d’Evry Val d’ESSONNE (France), la même année, l’IMB consacre son entrée dans le réseau des écoles membres de la Fédération Européenne des écoles-FEDE qui réunit plus de 500 établissements d’enseignement supérieur dans 47 pays. Récemment, l’IMB a signé des accords académiques avec : la HEC -La roche d’ABIDJAN, de l’IST de Ouagadougou ; l’ESEBAT de Dakar et HECF de Niamey.

Dans sa politique de formation, Monsieur Sylvain YANGANGBWA SYOGE a rassuré que l’IMB associe le savoir académique et le savoir professionnel. A travers cette approche, l’IMB entend initier ses apprenants, non seulement aux réalités professionnelles, mais aussi à la culture entrepreneuriale nécessaire pour le développement de notre pays le Congo. L’IMB, dans son ambition de transformer le cursus universitaire d’étudiants en une opportunité de création d’entreprise organise depuis deux ans années les trois journées de l’entrepreneuriat avec le Ministère des Petites et Moyennes Entreprises et des partenaires sociaux.

S’adressant à l’endroit des heureux récipiendaires finalistes, Monsieur Sylvain YANGANGBWA SYOGE après les avoir félicités, leurs a exhortés à plus de persévérance dans la recherche de l’emploi en ces quelques mots : « Aujourd’hui est un jour important de votre vie, ce diplôme est un accomplissement, une réussite et je vous félicite pour cette belle étape qui marque le début de votre carrière professionnelle. L’étape que vous venez de franchir n’est pas négligeable, mais ce n’est non plus la dernière. La prochaine concernera à trouver un emploi ou un travail pour mettre en pratique toutes les connaissances acquises pendant votre formation. Mais n’attendez pas le travail venir vous chercher à la maison, vous devez maintenant sortir pour aller dénicher le travail là où il se trouve : Ne dit-on pas que, qui cherche trouve ? Ne soyez pas hypnotiser par les dires des paresseux qui chantent nuits et jours qu’il n’y a pas de travail au Congo. Je parle sous l’oreille attentive des chefs d’entreprises ici représentés qui pourront profiter de cette occasion pour répondre à leurs besoins en personnel qualifié. J’invite les chefs d’entreprises à ne pas hésiter à recourir à leurs services… »

Monsieur Sylvain YANGANGBWA SYOGE dans ses propos a salué les enseignants qui ont consacré leur temps pour former ces jeunes. « Je vous dis merci du fond du cœur. Permettez-moi de saluer aussi le personnel administratif au passage. Dans la suite de son message, il rendu un hommage aux autres partenaires publics tant que privés sans oublier d’exprimer sa profonde gratitude aux parents qui ont fait confiance en envoyant leurs enfants se former à l’IMB Business School ».

A noter que cette cérémonie a été marquée par le discours de l’Administrateur Maire de Poto Poto, Jacques ELION et du mot de circonstance de MOUSSOKI MAYODI Grâce Marina, le major de cette 17ème  promotion 2022 et tour à tour les heureux récipiendaires ont reçu leur diplôme par groupe de 8 lauréats. Ces étudiants finalistes ont obtenu leur licence professionnelle en gestion des ressources humaines, comptabilité, marketing, commerce international, transport et logistique, banque et micro finance, management hôtellerie et restauration.

 

commentaires

La rentrée scolaire 2022-2023 au centre des préoccupations du Ministre Ghislain Thierry MANGUESSA EBOME

Publié le 3 Octobre 2022 par André LOUNDA dans Eduaction

Après trois mois des vacances les élèves de l’enseignement technique et professionnel ont renoué le 03 octobre 2022 à la reprise des cours dans leurs établissements respectifs et pour les nouveaux à la découverte d’un nouveau cadre d’enseignement qu’ils n’ont pas connu au paravent.

Tour à tour du Lycée de l’Enseignement Technique Industriel  1er Mai au Lycée de de l’Enseignement Technique Commercial du 1er Mai, Ghislain Thierry MANGUESSA, Ministre de l’Enseignement Technique Professionnel  a constaté l’effectivité de la rentrée scolaire 2022-2023 au cours de sa ronde, il a donné ses impressions sur l’effectivité de cette rentrée scolaire et sur les dispositions prises du côté du gouvernement. Cette rentrée scolaire, c’est celle de mettre toutes les conditions humaines, matérielles et financières pour la réussite de cette rentrée scolaire. Du côté  de nos partenaires sociaux, c’est l’appel  au calme comme vous le constatez, c’est l’une des rentrée scolaire qui se fait dans la calme possible sans avis de grève et nous tenons cela à féliciter nos partenaires sociaux et nous constatons que les parents ont suivi l’appel du gouvernement parce qu’il y a la présence importante comparativement aux années antérieures des élèves dans les salles des classes. Nous avons aussi constaté avec honneur, lac présence des personnels administratif et enseignant sur les lieux de service. C’est ce qui nous donne l’assurance d’une année scolaire réussie et nous pensons que cela se fera tout le long de l’année. C’est ce  qui peut procurer des résultats meilleurs.

En quelques mots, Ghislain Thierry MANGUESSA EBOME a donné des instructions aux personnels administratifs et aux élèves. Et il leurs a rassuré que les instructions qu’il leurs a donné, «  c’est de tels moments, sont des moments un peu déplorables et ils nous permettent parfois de réitérer de vive voix d’autres instructions passées par la voie écrite évidemment, nous avons appelés le tout son  avenir personnel enseignant et lev personnel administratif à ne un peu plus de responsabilité et aux élèves,  nous n’avons fait que rappeler une règle déjà connu, celle qui consiste à leur dire que c’est le premier jour que l’on prépare un examen et peut-être même, c’est dès le premier jour de la rentrée scolaire que l’on prépare tout son avenir et il y a eu certainement des élèves qui n’ont pas fait le mouvement de l’école ce matin, nous lançons un appel à faire de telle sorte que dès demain, ses enfants retrouvent les salles des classes parce que c’est ici leur avenir ce n’est pas ailleurs ».

A noter que compte tenu de son calendrier chargé, c’est son Directeur de Cabinet qui a poursuivi la ronde en partant du Lycée d’Enseignement Technique Commercial Premier Mai au Lycée Professionnel Agricole Amilcar Cabral a eu pour point de chute le Lycée d’Enseignement Technique 5 février 1979. Des consignes ont été donné aux gestionnaires pour la bonne gestion des matériels didactiques mis à leurs dispositions en cette rentrée scolaire 2022-2023 par le Gouvernement congolais.

 

 

 

commentaires

EEC : L’Enseignement Protestant vers des nouveaux horizons

Publié le 27 Septembre 2022 par André LOUNDA dans Eduaction

« Vers une Viabilité Structurelle, Organisationnelle et Fonctionnelle de l’Enseignement Protestant », constitue le thème de la 6ème Session du Conseil National de l’Enseignement Protestant qui se tient à Brazzaville du 26 au 28 septembre 2022. La  cérémonie d’ouverture y relative a été placée sous le Très Haut Patronage du Révérend Juste Alain Gonard BAKOUA, Président de l’Eglise Évangélique du Congo, en présence du Directeur Général, le Chef du Département Synodal de l’Enseignement Protestant, Delphin BAHAKOULA. « Doter le département synodal de l’enseignement protestant de textes juridiques viables », est l’objectif principal que vise cette 6ème Session dudit conseil.

Au nombre d’actions planifiées au cours de l’année 2022, se trouve en bonne place la tenue des assises de la 6ème Session Ordinaire du Conseil National de l’Enseignement Protestant(CNEP). Ces assises sont placées sous le contexte de la poursuite de l’effort de redressement administratif, pédagogique, financier, matériel et logistique, en général et de la viabilité juridique du département synodal de l’enseignement protestant (      DSEP) en particulier. Malheureusement, force est de constater que son arsenal structurel, organisationnel et fonctionnel souffre d’obsolescence, depuis plus d’une décennie, période à laquelle s’étaient effectuées ses dernières réformes.. Il lui faut nécessairement une nouvelle réforme adaptée aux enjeux actuels, afin de rendre dynamique et compétitive l’action de toutes les structures scolaires du DSEP et de les arriver à la viabilité et au développement intégral de l’école protestante de l’Eglise Évangélique du Congo.

Pour le Révérend Juste Alain Gonard BAKOUA, ouvrant les travaux après un culte rendu en l’honneur de l'Éternel des Armées, le Dieu Vivant a fait savoir que pour améliorer le fonctionnement et la gestion du département synodal de l’enseignement protestant, cette réforme se focalisera sur : la validation du projet d’acte portant création et accréditation du DSEP ; la validation de la décision portant approbation des statuts et le projet des statuts du DSEP ; la validation du règlement intérieur et la décision portant organisation et fonctionnement du Conseil National de l’Enseignement Protestant ; la gestion des carrières et des avancements du personnel contractuel du DSEP ; la définition de la vision du département synodal de l’enseignement protestant pour l’Ecole Évangélique de Formation Professionnelle (EEFP). Ces textes juridique permettront au DSEP une visibilité et une organisation viables, tant au niveau national qu’international, dont l’impact de l’enjeu sera inévitablement son fonctionnement optimal ainsi que sa bonne gestion, pour des résultats efficients. D’où la justification de la tenue de ces assises placées sous le thème général, à savoir : « Vers une viabilité structurelle, organisationnelle et fonctionnelle de l’enseignement protestant ».

Rappelons que l’Eglise Évangélique du Congo (EEC) a hérité, depuis sa naissance, des sociétés missionnaires nordiques la lourde responsabilité de continuer l’œuvre évangélique et sociale entreprise par ces dernières reposant sur l’enseignement de la Parole de Dieu, l’éducation et la santé. Pour y parvenir, l’(EEC a choisi trois principaux champs d’apostolat comme le précise les textes fondamentaux qui stipulent : « Pour donner une pleine dimension à la mission qui consiste à proclamer l'évangile de Jésus-Christ (Mat 28, 19-20), l’EEC crée, soutient et reconnait des œuvres spécialisées (enseignement de la Parole de Dieu, éducation et santé ». C’est dans ce contexte de l’éducation que l’Eglise Évangélique du Congo a créé ou créé des écoles dans les paroisses pou dans des propriétés immobilières lui appartenant pour accompagner l’Etat dans l’offre des services à l’enfant congolais. Soumises aux différentes mutations subies par le système éducatif congolais, l’EEC a signé en 2001 une convention sur l’enseignement avec le Gouvernement congolais. Ce texte juridique a permis à l’EEC de créer une coordination (direction) générale des écoles évangéliques, une des deux composantes de l’actuel département synodal de l’enseignement protestant (DSEP) qui sert d’interface entre le Gouvernement congolais, à travers ses ministères des enseignements, et l’Eglise Évangélique du Congo. La mission principale du DSEP est de concevoir et de mettre en place la politique de l’EEC en matière d’enseignement des jeunes congolais. Ses attributions sont : gérer les écoles protestantes, le personnel enseignant y compris ; assurer le bon fonctionnement des écoles protestantes ; œuvre pour le développement de l’enseignement protestant ; former des cadres compétents, dévoués, honnêtes véritables défenseurs de l’Etat et de la nation congolaise.

 

 

commentaires

Tourisme durable : une étudiante de l'université de Yaoundé 1 soutient un mémoire de projet tutoré parc Aqua NEMAa

Publié le 3 Septembre 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans Eduaction

Après 09 mois de formation continue au département de Tourisme et d’Hôtellerie de l’Université de Yaoundé 1, l’étudiante de niveau 3 (Licence professionnelle Développement et Aménagement touristiques des territoires) Alima Amougou Amandine Aurelie a rédigé et soutenu solennellement, le 25 juillet 2022 à Yaoundé, un mémoire de projet tutoré ayant pour thème : «Aménagement d’un parc aquatique dans la localité d’Afanoyoa» (dans le centre-Cameroun).

La problématique posée à travers ce thème est l’insuffisance d’établissements de loisirs dans la localité d’Afanoyoa.

En effet, le parc Aqua NEMA a dont il est question est une SARL qui offre des activités de loisirs concentrés sur l’eau et dont le produit phare est la natation.

Après des recherches et études menées à travers des enquêtes, questionnaires, et entretiens, une étude de faisabilité dudit projet a été réalisée par le biais d’un expert.

Et pour une exploitation peu coûteuse de l’aquarium, il a été, selon l’étudiante, recommandé par un expert agro-forestier et chercheur de l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD), la technique de l’aquaponie (qui associe l’élevage des poissons et des plantes, dont les légumes dans ce cas de figure).

Pour un suivi et évaluation efficiente de son projet sur le plan environnemental, l’étudiante a fait une étude d’impact environnemental et social. Cette dernière a permis de savoir que le projet n’aura pas un grand impact sur l’environnement qui l’entoure et pourra être conduit de manière durable si les matériaux utilisés sont pour l’essentiel écologiques, et les actions d’atténuation ou de compensation des impacts rigoureusement respectées.

D’après l’étudiante, la finalité à moyen terme de son projet est de développer l’esprit de tourisme durable au sein de la population; organiser des activités inclusives (danse, peinture, élevage, agriculture, cuisine, défilé de mode, pêche…) et bénéfiques pour les jeunes pendant les congés; créer de l’emploi et faire du bénéfice. Et à long terme, promouvoir la destination Afanoyoa, développer l’activité touristique, promouvoir des jeunes talents et des éco gestes au

commentaires

« Il faut saisir les opportunités du numérique, si on ne les saisit pas nous serons déphasés », a déclaré Job ETOKABEKA

Publié le 7 Août 2022 par André LOUNDA dans Eduaction

« CHIMIE, ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT EN AFRIQUE » : Enjeux : Matières premières ; Défis : Industriels et Technologiques, ont été au centre d’une Conférence organisée par la Faculté des Sciences et Technique de l’Université Marien NGOUABI qui s’est tenue le samedi 06 août 2022 dans la salle de conférence de la Grande Bibliothèque Universitaire de Brazzaville. Conférence animée tour à tour à l’endroit des étudiants de ladite faculté par le Docteur Cyrille MBEMBA, CNRS, France et Monsieur Job ETOKABEKA, OGP sas.

Dans son mot de circonstance, Hubert MAKOUMBOU, Chairman de la Conférence a premièrement souhaité la bienvenue à tous les participants, puis il a souligné l’importance de cette rencontre scientifique pour l’avenir de la science dans notre pays et sa contribution au développement socioéconomique des États africains.

En premier, Job ETOKABEKA dans sa communication sur les opportunités de la transformation digitale sur le développement de l’Afrique, impact sur l’environnement, il s’est focalisé sur la dynamique de la révolution numérique, les gains, les opportunités que ce secteur apporte et le rôle de la société civile pour une réelle croissance, la bancarisation, les mobiles money. Sur les enjeux de la transformation digitale. Il a déclaré que la transformation digitale est un sujet stratégique et incontournable pour l’ensemble des entreprises pour devenir plus performantes ou développer de nouvelles activités, les entreprises doivent agir, s’adapter et innover. La transformation digitale représente un levier de compétitivité et offre aux entreprises et aux administrations des perspectives de croissances nouvelles et durables. Certaines entreprises se concentrent sur la digitalisation des processus et l’introduction de nouvelles technologies émergentes ayant pour objectif d’améliorer et optimiser l’efficacité opérationnelle, d’autres privilégient l’amélioration de l’expérience client et en profitent pour reconsidérer la relation client. Au-delà de l’introduction des nouvelles technologies, la transformation digitale invite les entreprises à repenser leur organisation et leur processus, à instaurer de nouvelles façons de collaborer, à créer une culture d’innovation et de créativité, et enfin, à faire preuve d’agilité et de proactivité.

Par ailleurs, Job ETOKABEKA a souligné que l’intégration de nouvelles technologies ouvre de nouvelles perspectives en matière d’innovation et donne lieu à de nouveaux usages, de nouveaux modes de fonctionnement, de nouveaux produits, de nouveaux modèles économiques et de nouvelles façons de faire et de communiquer. « Il faut saisir les opportunités du numérique, si on ne les saisit pas nous serons déphasés », a-t-il lancé.

« La mise en place d’une transformation digitale est un projet de transformation tout autant technologique, organisationnel que culturel et présume des chantiers complexes de nature multidisciplinaire et nécessitant l’adhésion de l’ensemble des collaborateurs. Avec ce fond de transformation digitale, l’humain est au cœur des enjeux », a-t-il rappelé.

En ce qui concerne le pilotage de la digitalisation de l’entreprise, Job ETOKABEKA a donné quelques pistes pour une réelle transformation digitale. Il a dit premièrement, il faut avoir une vision claire ; des stratégies permettant à l’entreprisse d’acquérir un avantage compétitif ; réduction des coûts ; différenciation, expérience client, employé augmenté.

Secondo, le Pilotage nécessite la mobilisation des parties prenante pour atteindre les objectifs fixés ; une nouvelle façon de penser. Il a indiqué que 70% des projets de transformation digitale échouent tant dans le privé que dans le public.

Tertio, nécessité de mise en place d’un Conseil National du Numérique (Institution indépendante du Gouvernement) ; nécessité d’un accompagnement par les spécialistes du numérique.

Pour conclure, Job ETOKABEKA a rassuré qu’OGP sas intervient pour accompagner les entreprises dans la réussite de leurs projets de transformation digitale.

S’agissant du deuxième thème portant sur le Développement de l’Afrique à travers les matières premières, le deuxième intervenant, Cyrille MBEMBA, Docteur en chimie organique, Maître de conférences, dans sa présentation sur les enjeux : matières premières ; défis : industriels, technologiques a d’abord situé les participants sur la problématique de l’évolution démographique en Afrique qui a atteint un milliards quatre cent millions d’habitant, comment les nourrir ? Interaction et matières premières en Afrique, le circuit de distribution des produits finis. Il a invité les participants à s’impliquer à la transformation des matières premières par la création des usines. « C’est la transformation des matières premières qui apporte la richesse et non l’extraction », a rappelé le Dr Cyrille MBEMBA tout en prenant un exemple sur la transformation de la bauxite en aluminium dans le cadre des activités chimiques et solutions aux enjeux du développement durable, cas particulier de la chimie analytique.

« Une industrialisation pensée, optimisée sur le choix des usines pour les ressources internes au territoire, l’industrie doit tenir compte de l’aspect intensif de l’implication (éviter le comportement émotif), l’industrie doit répondre aux enjeux environnementaux, elle doit être efficiente et innovante, l’industrie doit être stratégique, elle doit prévenir les risques d’accident (répondre aux normes de sécurité). Le potentiel humain, par la formation adaptée ; outils et méthodologies ; faisabilité du projet ; adaptabilité pour que le produit possède bien les propriétés attendues ; vérification de la productivité, et la disponibilité de l’énergie », ce paragraphe constitue  des pistes de solutions qu’il a suggérées aux participants avant les échanges interactifs avec les étudiants et le corps enseignant de la Faculté des Sciences et Techniques

 A noter que la société OGP sas sponsor de cette conférence accompagne la transformation digitale des entreprises par ses services d’audit ; conseil stratégie ; accompagnement et le développement des compétences.

Pour tout contact : ogp-in.com

Email : job.etokabeka@ogp-in.com

Tél : +242044747447

commentaires

Auto-détermination à l'éducation : une ménagère bachelière à 45 ans au Cameroun

Publié le 6 Août 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans Eduaction

Suzanne Carole Odjolo Ndongo Épse Mbono Pierre. C’est le nom de la quadragénaire qui a décroché son baccalauréat littéraire (A4 Espagnol, mention passable) au cours de la session des examens 2022 au Cameroun. Mariée très vite, la nouvelle bachelière se trouvant dans un pays où les personnes adultes ont généralement honte d’aller à l’école pour s’instruire vient de démontrer que l’éducation n’a pas d’âge.

Sans complexe, devant son fils aîné (de 23 ans) et licencié en travaux informatiques depuis 2020, la ménagère volontariste avec 5 ans en charge a accepté de reprendre le chemin de l’école, en faisant les cours du soir au Collège polyvalent Saint Augustin (COPOSA) à Yaoundé.

«Ma motivation d'aller tardivement à l'école vient du fait qu'après la classe de 5ème, mes parents ont présenté une incapacité de supporter ma scolarité, faute de moyens financiers. Aussitôt, je me suis retrouvé épouse et mère. C'est après 25 ans que j'ai exprimé à mon cher époux le désir de repartir à l'école pour me rendre utile à la société. Mon désir depuis ma tendre enfance», a exprimé Mme Odjolo Ndongo venant d’apprendre qu’elle fait partie des 89 522 candidats déclarés admis au bac (centre d’examen du Lycée bilingue de Nkol-Eton à Yaoundé), le 28 juillet 2022.

Et souhaitant devenir infirmière diplômée d’État (IDE), sans moyens pour se former dans les structures à caractère privé du pays, elle implore l’indulgence des pouvoirs publics pour lui permettre de présenter le concours des infirmières, étant donné qu’elle ne répond plus aux conditions d’âge requises.

«Je lance un appel au gouvernement camerounais, qui a toujours su se préoccuper des cas exceptionnels comme le mien, de me venir en aide et à la première Dame du Cameroun, Mme Chantal Biya, qui a toujours été sensible aux préoccupations et causes de la gent féminine. J'appelle son soutien dans mon projet qui me tient tant à cœur, à savoir bénéficier d’une formation professionnelle dans le domaine de la santé», sollicite-t-elle.

Aux personnes âgées, l’originaire de la localité de Biatangana par Mbangassina dans le département du Mbam et Kim (Centre) conseille : «Il n'y a pas de honte à aller à l'école pour poursuivre son rêve. Il faut sortir du complexe d’âge et poursuivre son rêve».

commentaires

De-Petencia KAYILA MORGADO casse la baraque et empoche un Doctorat

Publié le 25 Juillet 2022 par André LOUNDA dans Eduaction

« DYNAMISM OF CONFLICTS AND VIOLENCE IN NIGERIA », est le titre de la thèse de Doctorat unique présentée et soutenue publiquement, le samedi 23 juillet 2022 à l'auditorium de la Grande Bibliothèque Universitaire de Brazzaville par De-Petencia KYILA MORGADO pour lobtention du grade de Docteur de l'Université Marien NGOUABI, Parcours: Langues vivantes étrangères; Option: Littératures et Civilisations du monde anglophone; Spécialité: Civilisations africaines de la Formation Doctorale: ELLIC (Espace Littéraires, Linguistiques et Culturels) de la Faculté des Lettres, des Arts et des Sciences Humaines. Placé sous la Direction de thèse du Professeur Basile Marius NGASSAKI.

En effet, le Jury composé de : Président : Basile TORONZONI NGAMA NZOMBIO, Rapporteur externe, Jean TANDELE MAKIAZEL, Professeur, UPN, Kinshasa, RDC ; Rapporteur interne : Jean Marie SOUNGOUA, Maître de Conférences, UMNGDans un face-à-face avec les membres du Jury le récipiendaire De Pentencia KAYILA MORGADO a résumé sa thèse de 322 pages, subdivisée en huit chapitres comme ce qui suit : Ce travail a été centré sur les facteurs moteurs des conflits et violences au Nigéria. Parmi les facteurs qui ont déclenchés l'instabilité dans ce pays, il y a la création artificielle du Nigéria les racines historiques n la guerre civile de 1967, les différents règnes militaires qui ont aussi affecté profondément le comportement de de Nigérians, certains sont devenus assoiffés de conflits et violence. Par ailleurs, les identités religieuses et ethniques ont été largement mal orientées et devenues une force au service du mal poussant les trois tribus majeurs Haoussa, Yoruba et Igbo dans un conflit constant au sujet du pouvoir et à la quête de l hégémonie. De même le manque de connexion et la transparence entre la richesse du pays, la pauvreté criarde ainsi que le chômage des jeunes qui prévaut au sein du Nigéria décrit un échec sérieux des gouvernements successifs. Toutefois, aucun pays ne peut ignorer l'impact de la pauvreté et de la corruption dans le processus de paix et de développement. Cet état fragile du Nigeria révèle un terrain fertile pour les groupes extrémistes comme Boko Haram qui recrute facilement les désœuvrés, Pour les membres de cette secte, le Nigéria est pleinement corrompu jusqu'à la moelle et ils sont entrain de le purifier en utilisant la violence. Cette réalité oppose fortement le monde Islamique et Chrétien, créant une atmosphère de peur et de méfiance qui met le pays au bord d'une guerre civile religieuse. Ainsi, les questions liées à la gouvernance, la pauvreté, la corruption, le chômage, les identités religieuses et ethniques devraient être traités autrement.

Après la séance des questions-réponses entre les membres du Jury et l'intéressé, après délibération, le Jury a fait un constat suivant : le travail de Monsieur De-Pretencia KAYILA MORGADO est bien documenté, il s’agit d’un travail bien écrit, sa prestation orale est de très bonne. En conséquence, le Jury après avoir délibéré lui a décerné la grade de Docteur de l’Université Marien NGOUABI avec la mention « Très Honorable avec les Félicitations du Jury » et lui recommande de citer quelques exemples économiques. Cette mention est justifiée par l’originalité, la qualité de la thèse insufflée par les hypothèses et approches méthodologiques qui lui ont servi d'outils d’analyse.

 

 

 

 

commentaires

Théodore LEKOGO hissé au perchoir du savoir, dans sa gibecière, un Doctorat

Publié le 23 Juillet 2022 par André LOUNDA dans Eduaction

« THE PSYCHOLOGICAL IMPACTS OF SOCIO-CULTURAL CHANGES IN ADICHIE'S FICTIONAL WORLD: THE CASE OF PURPLE HIBSCUS AND HALL OF A YELLOW SUN », constitue le titre de la thèse de Doctorat Unique pour l'obtention du diplôme de Doctorat de l' Université Marien NGOUABI dans le Domaine: Lettres; Formation Doctorale: Espace Littéraires, Linguistiques et Culturels; Parcours/Option: Littératures et Civilisations de l'Afrique anglophone; Spécialité: Littératures de l' Afrique anglophone, présentée et soutenue publiquement le 22 juillet 2022 dans la salle de conférences de la Grande Bibliothèque Universitaire de Brazzaville par Théodore LEKOGO, Titulaire d'un Master Recherche (2013) en Littératures et Civilisations de l'Afrique anglophone. Placé sous la Direction de thèse du Professeur Basile Marius NGASSAKI.

En effet, le Jury composé de : Président : Basile TORONZONI NGAMA NZOMBIO, Professeur Ordinaire de l'Université Pédagogique Nationale, Kinshasa (RDC) ; Rapporteur externe : Daniel René AKENDENGUE, Professeur Titulaire, Université Omar BONGO, Libreville, Gabon ; Rapporteur interne : Didier Arcade Ange LOUMBOUNZI, Maître de conférences, UMNG ; Examinateur : Jean Makiazel TANDELE, Professeur, Université Pédagogique Nationale, Kinshasa (RDC). -

Dans sa présentation au cours d'un face à face avec les membres Jury, le récipiendaire a résumé sa thèse comme suit : Purple Hibiscus et Half of A Yellow Sun de Chimamanda Ngozi Ardichie, explorent les nombreux bouleversement politiques auxquels est confronté le Nigeria postcolonial. Purple Hibiscus, son premier roman nous présente la nature et les effets dévastateurs du régime militaire. Half of A Yellow Sun, sa deuxième œuvre, traite des nombreux coups d'états et contre coups et de la traumatisante gueRre du Biafra des années 1960. Par conséquent, cette thèse examine les effets psychologiques de ses deux environnements hostiles sur les personnages. Elle a pour mots clés : le Nigéria postcolonial, le régime militaire, civile, psychanalyse.

Le Jury après avoir suivi, écouté et échangé avec le récipiendaire, pour conclure après avoir délibéré a rendu publique son rapport de soutenance de la thèse de Théodore LEKOGO en ses termes: Après avoir suivi le résumé de la thèse , après la séance des questions-réponses entre les membres du Jury et l'intéressé, après délibération, le Jury a fait un constat suivant: le travail de Monsieur Théodore LEKOGO est bien documenté, il s’agit d’un travail bien écrit, sa prestation orale est de très bonne facture. En conséquence, le Jury après avoir délibéré lui a décerné la grade de Docteur de l’Université Marien NGOUABI avec la mention « Très Honorable avec les Félicitations du Jury ».

 

 

commentaires
1 2 3 > >>