Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

education

Les Experts de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) sont en conclave à Brazzaville

Publié le 6 Octobre 2021 par André LOUNDA dans Education

La Commission Régionale des Experts d’Afrique Centrale et des Grands Lacs, ce regroupement des experts est en réunion du 05 au 07 octobre 2021 à Brazzaville. La cérémonie d’ouverture y des travaux a été présidée par le Vice-président de l’Université Marien NGOUABI, représentant le Pr Gontran ONDZOTO empêché en présence du Pr Jacques ETAME, Président de la Commission Régionale d’experts et du Pr Yolande Berthon OFOUEME, Vice-président de la Commission d’experts.

La cérémonie y relative a été ponctué par le discours en virtuel de Madame Aïssatou SY-WONYU, Directrice Régionale de l’AUF, de l’Allocution du Pr Jacques ETAME et du discours d’ouverture au nom du Président de l’UMNG.

« L’ensemble des recommandations que nous allons formuler viendront donc enrichir et soutenir le plan d’action 2021-2022. Cette réunion qui se tient au lendemain de la conférence de la francophonie. Ici, nous allons élaborer les différents thèmes qui évoquent les enjeux du domaine de la santé et des sciences et techniques. Cette réunion qui se tient à Brazzaville pendant deux jours les 05 et 07 octobre 2021 portera sur l’appel d’offre international AUF COVID-19 dans sa version numéro 2. Ensuite, nous aborderons l’appel à candidature pour le programme de mobilité sur l’étude de l’AUF et le progrès dans les sciences environnementales et nous terminerons donc à l’examen et la validation des rapports des projets structurés tout en tenant compte des disposition prise par l’ensemble des participants », a fait savoir le Pr Jacques ETAME.

De son côté ouvrant les travaux au nom du Président de l’UMNG, le Vice-président a déclaré que nous sommes très reconnaissant à la direction régionale et au Président de la CRE pour leur soutiens multiformes. A cette occasion, j’aimerais solennellement évoquer les nombreuses initiatives de soutien des équipes de recherche qui ont eu lieu durant ces dernières années avec l’Agence Universitaire de la Francophonie, entre autres les projets du Professeur Raymond ELENGA, du Docteur Guy MOUKANDI et de moi-même qui vous parle.

Poursuivant son propos, il a fait savoir aux experts que nous avons donc la chance de bénéficier de l’appui d’un grand réseau. Comme vous le savez, toute une série de réformes sont mises en place par le grand réseau AUF. Notre Alma mater en serai particulièrement bien placé et intéressant de connaître les priorités et les évolutions de plusieurs acteurs locaux, régionaux et internationaux. Ce qui est merveilleux avec l’AUF, c’est la perspective internationale que notre établissement apporte à cette réunion.

« J’espère sincèrement que vous saurez apprécier la convivialité, l’hospitalité et le réseautage de ces trois (03) journées de rencontre », a lancé le Vice-président de l’UMNG avant de déclaré ouvert les travaux de la réunion d‘experts avec un grand honneur.

A noter qu’au cours de cette rencontre, les experts examineront minutieusement l’appel d’offre international de l’AUF sur la COVID-19 et les appels à candidature.

 

 

commentaires

Le processus de digitalisation des cours du préscolaire, du primaire et du secondaire par les inspecteurs et enseignants formés a été lancé au Congo

Publié le 1 Octobre 2021 par André LOUNDA dans Education

Madame Régine TCHICAYA OBOA, la Directrice de Cabinet du Ministre de l’Enseignement Préscolaire, Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation a procédé le 28 septembre 2021 au Lycée de la Révolution de Brazzaville au lancement de l’Atelier de Formation des Acteurs de la Chaîne d’Encadrement en Ingénierie Pédagogique de l’Enseignement à Distance et à la Prévention du COVID-19. Dont l’objectif global est de renforcer les capacités des acteurs de la chaîne d’encadrement pédagogique en ingénierie pédagogique de l’enseignement à distance, à l’utilisation des dispositifs d’enseignement à distance et à la prévention du COVID-19.

Dans le cadre de la mise en œuvre du plan national de riposte contre l’impact de la COVID-19 dans le secteur de l’éducation et de la formation, le Partenariat Mondial pour l’Education a accordé un don de 7 millions de dollars US à la République du Congo pour appuyer la mise en œuvre des activités du plan opérationnel donc un des objectifs est d’assurer la continuité pédagogique pour tous les élèves dans l’éducation de base (pré-primaire, le primaire, et le premier cycle du secondaire général, ainsi que l’éducation non formelle y compris les enfants à besoins spécifiques. A cet effet, la mise en place d’un dispositif national intégré et multidimensionnel d’enseignement à distance à travers la radio, la télévision, l’internet et la distribution des supports pédagogiques imprimés en vue d’assurer la continuité des apprentissages à travers un accès équitable et inclusif. Bien que le processus de digitalisation des cours du préscolaire, du primaire et du secondaire par les inspecteurs et enseignants formés à cet effet soit déjà lancé, certaines difficultés persistent chez ces derniers pour la production des certaines ressources pédagogique telle que les leçons interactives, les leçons en langages de signe et les scripts radio. C’est pour doter les encadreurs pédagogiques de ces compétences requises pour la poursuite de la digitalisation des ressources pédagogiques et une appropriation du dispositif d’enseignement à distance que des TDRs ont été élaborés.

Ouvrant les travaux, Régine TCHICAYA OBOA a r défini l’école est le premier levier pour assurer le progrès économique et social pour assoir durablement la cohésion nationale. Le prochain PND 2022-2026 obéit à cette exigence. Les caractères connus de l’enseignement à distance sans la séparation spatiale et temporelle avec la présence des médias et la technologie pour permettre la bonne communication. Ensuit cela peut se faire par des documents audio-visuels ou via réseaux sociaux notamment, l’internet. En effet, les compétences vont s’articuler sur nouvelles technologies de l’enseignement.

De son côté, le représentant de la Représentante de l’UNESCO au Congo

A rassurer que pour apporter une réponse adaptée, liée à cette crise sanitaire dans les pays d’Afrique centrale, l’UNESCO de par sa mission d’appui conseil et de renforcer des capacités, a privilégié une approche mixte/hybride, utilisant des solutions de haute technologie, de faible technologie, impliquant des matériaux alternatifs d’apprentissage en ligne, la diffusion de programmes de radio et de télévision (tel est le cas des cours diffusés sans interruption par TELE CONGO, durant toute la période d’avril à juillet, complétée par des copies imprimées de supports éducatifs, pour atteindre le plus grand nombre de bénéficiaires. Et ce, en vue de répondre aux défis, problèmes imminents liées à la connectivité, la disponibilité des équipements et des appareils, l’inclusion et l’équité pour « ne laisser aucun enfant pour compte ». C’est dans cette optique que l’UNESCO se tient prête, à fournir son expertise et son savoir-faire, dans la formation de réponses éducatives adaptées aux situations de crises.

Au cours de cet atelier de formation qui durant cinq jours du 28 septembre au 2 octobre 2021, il s’agira de doter, de façons inclusives, le corps d’inspecteurs et d’encadreurs pédagogiques, d’une formation en ingénierie de formation à distance pour garnir ce corps de métiers, des connaissances technologiques d’apprentissage en ligne. Entre autres, de faire découvrir à tous les participants la plateforme Moodle, outil de médiation qui va faire de lien entre les apprenants et la formation ; de former 50 encadreurs de la chaîne de supervision pédagogique à la production et à la supervision des ressources numériques multi format avec les outils de l’assurance qualité ; de former 10 acteurs de la chaîne d’encadrement pédagogique à l’administration de la plateforme en mettant un accent sur le chargement des contenus et d’élaborer la feuille de route assortie d’un calendrier détaillé pour la suite des activités et des rencontres périodiques de conservation.

 

commentaires

Le Congo s’est doté d’un cadre national de certification des parcours qualifiants

Publié le 28 Septembre 2021 par André LOUNDA dans Education

Ghislain Thierry MANGUESSA EBOME, Ministre de l’Enseignement Technique et Professionnel congolais a procédé en présence du Coordonnateur national  du PDCE, Auxence OKOMBI et de la Responsable de la Banque Mondiale.  le 27 septembre 2021 à Brazzaville au lancement des travaux de l’Atelier de validation du cadre national de certification professionnelle. Ce cadre permettra d’harmoniser la certification des parcours qualifiants dont ceux relatifs aux formations de courte durée , mis en œuvre dans le cadre du Programme de Développement des Compétences (PDCE) en vue de mieux répondre à la problématique de la certification de compétences et des qualifications des jeunes formés.

Ouvrant les travaux dans son Allocution, Ghislain Thierry MANGUESSA EBOME s’est appuyé sur l’importance de ce cadre national de certification qui vient à point nommé résoudre le sempiternel problème de l’employabilité des jeunes.  "Je dois préciser que la certification ne vient pas mettre fin à la formation professionnelle. Bien au contraire, elle complète celle-ci en offrant plus d’opportunités d’emplois aux jeunes. Celle-ci permet de recadrer l’exclusivité accordée aux formations diplômantes pour basculer dans un système de compétence. Elle ouvre le formel à l’informel par le Projet de Développement des Compétences pour l'Employabilité".

Faire valider par les parties prenantes, le projet de cadre national de certification professionnel élaboré avec l’assistance technique d’Expertise France a été l’objectif principal de cet atelier pour faciliter son opérationnalisation et son appropriation par toutes les parties prenantes.

De son côté, Auxence OKOMBI, Coordonnateur du PDCE, le processus engagé devrait aboutir, entre autres, à une méthodologie de certification des formations qualifiantes et à l’établissement des nouveaux diplômes pour des formations professionnelles de courte durée développées par le PDCE. Au développement d’une méthodologie de re-certification des compétences de ceux qui sont formés des canaux informels, à travers la validation des acquis de l’expérience, dans le cadre du partenariat professionnel/industrie et le secteur privé.

Le constat fait sur le marché de la formation professionnelle et/ou qualifiante au Congo est que celui-ci est caractérisé, entre autres, par une multitude de certificateurs ; une disparité de certifications ; une utilisation anarchique des outils, avec des méthodes pédagogiques ne répondant pas aux normes et standards dans le domaine de la formation professionnelle ou qualifiante.

Par ailleurs, ce cadre vise à encadrer un secteur dont la multitude des acteurs et les outils utilisés ne pouvaient pas faciliter l’accès à l’emploi et la mobilité professionnelle aux jeunes sortis de ce système

A noté que ce projet a été lancé depuis l’année dernière, et les travaux d’élaboration du nouveau dispositif ont été conduits par les cadres du Ministère de l’Enseignement Technique et Professionnel, avec l’appui technique d’Expertise France et que le processus de certification des parcours qualifiants et de la VAE, en cours d’élaboration, couvre environ trente filières dans les domaines des métiers ruraux, des services, de l’industrie et du bâtiment.

.

 

 

commentaires

« Ne pas procréer est une liberté qui est accordée à tout un chacun, à tout individu », a déclaré AMISSELEVE Edith Bertille

Publié le 27 Septembre 2021 par André LOUNDA dans Education

« La volonté de ne pas procréer au Congo à la lumière des expériences européennes », constitue le titre de la soutenance de thèse pour l’obtention du Diplôme de Doctorat dans le Domaine du Droit, Formation Doctorale de la Faculté de Droit ; Parcours et Option : Droit Privé ; Spécialité : Droit Civil. Présentée et soutenue publiquement par AMISSELEVE Edith Bertille, Titulaire d’un Master en Droit Privé, Recherche Fondamentale, sous la Direction de Thèse de Placide MOUDOUDOU, Maître de Conférences Agrégé, Doyen Honoraire de la Faculté de Droit de l’Université Marien NGOUABI en République du Congo, le 24 septembre 2021 dans la salle de conférence de la Présidence de l'Université Marien NGOUABI à Brazzaville.

Le Jury constitué du Président : Séraphin NENE BIBOTI, Professeur Titulaire d’Histoire du Développement des Institutions et des Idées Politiques, Université Alassane OUATTARA, Doyen Honoraire de la Faculté de Droit de Bouaké (Côte d’Ivoire) ; Rapporteurs : Robert NEMEDEU, Professeur Titulaire de Droit Privé et Sciences Criminelles, Université de Yaoundé 2- SOA (Cameroun), Rapporteur Externe ; Jean Robert MABIALA-BABELA, Professeur Titulaire de Pédiatrie et Génétique Médicale, Université Marien NGOUABI, Rapporteur Interne ; Examinateurs : Elie Joseph LOCKO BALOSSA, Maître de Conférences de Droit Privé et Sciences Criminelles, Université Marien NGOUABI ; Raoul KIENGUE-KIENGUE ITOUDI, Professeur Ordinaire, Université de Kinshasa (RDC).

«La volonté de ne pas procréer date dans les années antérieures. Elle a des origines très lointaines car, plusieurs doctrines comme celles de Platon et d'Épicure ont soulevé cette question. Sur ce fait plusieurs textes ont été pris à titre d’illustration la loi du 31 juillet 1920 prônant la politique antinataliste. La volonté de ne pas procréer a une existence entre autre dans la famille qui parfois était élargie avant de s’effondrer et d’évoluer et dans le mariage.

Aujourd’hui, ne pas procréer est de plus en plus une liberté, car le législateur a autorisé les politiques contraceptives qui étaient hier des tabous. La régulation des naissances et la loi sur l’interruption volontaire de grossesse du 15 janvier 1975 ont pris le dessus sur la procréation.

Si hier, la famille prenait ses fondements sur la procréation, car lorsqu’on parlait mariage en faisait allusion aux enfants, un couple qui n’avait pas d’enfant était voué au divorce. Une femme stérile était une malédiction pour sa famille, la venue d’un enfant relevait d’un mystère, d’un miracle. Mais aujourd’hui, les avancées scientifiques ont prouvé que ne pas procréer est une question de choix ou de volonté. On peut donc choisir librement de se mettre en couple homosexuel ou hétérosexuel sans désirer de procréer ou tout simplement décider de ne pas procréer tout juste pour être heureux, pour aspirer au bonheur seul car, l’enfant vient prendre une part d’amour, l’enfant devient par conséquent une charge.

Ainsi, certains couples font recours aux mères porteuses (la gestation pour autrui à la biotique). Cette volonté est cependant limitée car, elle fait intervenir certains de ces acteurs jouissent d’une liberté de conscience qui les protèges en cas de préjudice d’où la difficulté de la sanction. Du coup, nous concluons que de ne pas procréer est un droit, une réalité en Europe ou les lois sont bien établies et pratiquées»Tel qu' a été le résumé de cette thèse de 389 pages subdivisée en deux parties et huit chapitres présenté, soutenue et défendue publiquement par l’impétrante AMISSELEVE Edith Bertille.

  En effet, le Jury a décerné à la candidate AMISSELEVE Edith Bertille, le grade de Docteur de l’Université Marien NGOUABI avec la mention « Très Honorable avec les félicitations du Jury ». Cette mention est justifiée par l’originalité et la qualité de la thèse, insufflées par les approches des lois et conventions internationales que le Congo a ratifié qui lui ont servi d’outils d’analyse. Au cours d’une interview qu’elle nous a accordée, AMISSELEVE Edith Bertille, désormais Docteur en Droit de l’Université Marien NGOUABI, n’a pas manqué de mots sur l’intérêt de ce sujet qu'elle a traité.

AMISSELEVE Edith Bertille : « Merci de m’avoir accordé la parole, l’intérêt de ce sujet est qu’à côté de la volonté de ne pas procréer, il existe une volonté de procréer. Voilà tout l’intérêt de ce sujet et de ne pas procréer, c’est une liberté, c’est un droit qui est bien encadré tel que je l’ai dit dans mes travaux qui est textuel, qui est fondamental. Ce droit se repose donc sur les textes qui sont-là et au niveau de la République du Congo, le Congo a eu à ratifier des textes qui vont dans ce sens-là. Donc, c’est pour dire au commun des mortels ne pas procréer est une liberté qui est accordé à tout un chacun à tout individu. Donc, la personne est libre soit d’voir des enfants ou bien de ne pas avoir des enfants mais,, ici le problème se pose au niveau du Congo parce que le titre de ma thèse est intitulée : » La volonté de ne pas procréer au Congo à la lumière des expériences européennes ». Effectivement, quand nous allons dans les sources du droit, nous avons la loi mais en dehors de la loi, nous avons également la coutume qui est également une source de droit et ici au niveau de la République du Congo on se dit certes le législateur a pensé mettre en place les lois qui en cachent cette volonté de ne pas procréer mais que dis la coutume congolaise ? Que dis la coutume ? Ici, au niveau du Congo quand tu ne fais pas des enfants, tu n’es pas bien côté ! Quand un homme et une femme ce sont mariés et que dans leur couple, ils n’ont pas d’enfant ce couple-là généralement est voué au divorce.

-Docteur, en parlant de la procréation et du non procréation, faites-vous également état aux homosexuels ?

AMISSELEVE Edith Bertille : Effectivement, quand on parle de ne pas procréer nous voyons beaucoup plus des homosexuels parce qu’à nos jours dans les pays développés cela a été opté, il y a des lois, il y a des textes sur les mariages, c’est-à-dire deux femmes peuvent se mariées, deux hommes également peuvent se mariés ! Et c’est ce qui fait en sorte que la volonté de ne pas procréer puisse être bien assis et bien encadré.

 

A noter que née le 25 juillet 1972 à Kingani, Mademoiselle AMISSELEVE Edith Bertille est titulaire d’un Master en Droit Privé (Recherche Fondamentale) à l’Université Marien NGOUABI de Brazzaville. Elle est depuis 2007 Huissier de Justice, Commissaire-Priseur Près de la Cour d’Appel de Brazzaville et chargée des travaux dirigés à la Faculté de Droit en qualité de vacataire de 2018 à nos jours.

 

commentaires

EEC : le relèvement de l’église par l’enseignement, les enjeux et les défis à relever au centre d’une rencontre

Publié le 20 Septembre 2021 par André LOUNDA dans Education

EEC : le relèvement de l’église par l’enseignement, les enjeux et les défis à relever au centre d’une rencontre

« Défis et enjeux d’une bonne gouvernance de l’école prive conventionnée évangélique, pour le relèvement de l’Eglise Évangélique du Congo », constitue le thème de la 5ème Session du Conseil National de l’Enseignement Protestant en République du Congo que Brazzaville abrite du 20 au 22 septembre 2021 dans la salle de conférences du Ministère de la Justice, des Droits Humains et de la Promotion des Peuples Autochtones.

Convoquée par décision N° 081-2021/EEC/BS portant convocation de la 5ème Session Ordinaire du Conseil National de l’Enseignement Protestant, la cérémonie officielle d’ouverture a été placée sous le patronage du Révérend Alain Gonard BAKOUA, Président de l’EEC en présence de Delphin BAHAKOULA, Directeur Général, Chef de Département Synodal de l’Enseignement Protestant(DSEP) et de plus autres invités, la cérémonie officielle y relative a été marquée par un culte d’ouverture officié par le Directeur Général, Chef de ce département de l’EEC qui a connu 12 temps forts à savoir : la lecture de la Parole de Dieu introductive tirée des Psaumes de David des versets 33 à 40 ; par l’exécution du chant : « Dieu Tout Puissant » ; d’une prière d’Actions de Grâce faite par un Chef de Division ; du discours d’accueil et de bienvenue du Président de l’EEC ; Motivations de la tenue du CNEP et présentation de la composition du CNEP par le Directeur Général du DSEP, Chef de département ; Exécution du Chant « Nasepeli kosalela ; la Prédication du Président de l’EEC suivi d’une prière en faveur de la prédication par une Directrice d’une école et de la leçon inaugurale et l’Allocution d’ouverture du Président de l’EEC. Un chant « Jésus est le chemin, la vérité et la vie » et des offrandes ont été levés pour terminer par une prière de bénédiction. 

Dans sa prédication tirée des Proverbes 2 des versets 1 à 6, le Président de l’EEC, le Révérend Alain Gonard BAKOUA a fait savoir aux participants que c’est le Seigneur qui donne la sagesse et le thème de la méditation des proverbes nous instruit sur la notion de la sagesse, celle qui procède de Dieu, celle qu’Il nous a donné. C’est cette sagesse qui façonne pour être utile et efficace dans toutes nos entreprises, elle n’est pas humaine, elle vient de Dieu. Connaitre Dieu, c’est la sagesse, elle doit être notre première préoccupation, la vrai science qui est le fondement de notre relation avec Dieu et c’est à travers la sagesse qu’on comprend ce qui est bon et de ce qui est mal et même dans l’exercice de nos responsabilités. Il faut rechercher ce qui est loyale, efficace, excellente si nous voulons faire la différence avec ceux qui sont encrés avec ceux qui sont dans la médiocrité. En réalité on ne peut pas être enfant de Dieu sans la sagesse. C’est une quête qu’il faut toujours rechercher. La sagesse nous permet de discerner l’orientation de Dieu.

Poursuivant sa prédication, le Président de l’EEC a rappelé les participants que si le département est tombé parce qu’il a été un mauvais élève qu’il faut relever et que ce thème ne sort pas du néant car, Dieu dans sa bonté nous a donné la sagesse pour sortir de ce qui nous a ramené en arrière.

De son côté, le Directeur Général, Chef de Département de l’Enseignement Protestant, Delphin BAHAKOULA dans son allocution à titre de rappel a fait un bref aperçu historique des écoles confessionnelles de la période coloniale, la nationalisation à nos jours. « Rappelons-le que de l’époque coloniale jusqu’à l’accession de notre pays à l’indépendance, deux secteurs coexistent dans le système éducatif congolais, calqués sur le modèle français jusqu’en 1965 : le public et le privé fut essentiellement représenté par les institutions confessionnelles tenues par les missionnaires, dont le respect, la rigueur des normes organisationnelles et les bons résultats scolaires en furent leurs caractéristiques essentielles. La résultante en était que les sujets sortis en leur sein étaient en général appréciés de tous. C’est dire la solidité et surtout le sérieux de l’éducation missionnaire, d’où le grand nombre de cadres de notre pays dans l’administration générale comme en politique en sont le produit probant et incontestable, nous rendons pour cela, énormément grâce à notre Dieu ».

Aussi, il a indiqué que de 2000 à 2021 ; vingt-et-un  (21) ans se sont écoulés, jours pour jours, depuis que le processus de rétrocession par l’Etat des écoles confessionnelles aux ayants droits fut déclenché dans notre pays, le Congo Brazzaville. Concernant l’Eglise Évangélique du Congo (EEC), c’est plus précisément le 10 janvier 2021 qu’elle avait signé sa convention, sur l’enseignement avec l’Etat congolais dont l’effet immédiat fut la rétrocession progressive d’une infime partie de certaines de ses écoles(un peu plus d’une vingtaine sur cent-trente (tout type confondu) que l’EEC possédait prélude à la nationalisation en 1965. Il y a donc déjà vingt ans (2001-2021) depuis que la gestion de ses écoles de type 1 et de type II, est passée aux mains de l’EEEC elle-même. Aujourd’hui, ce paradigme de gestion poursuit son bonhomme de chemin dans la continuité de ce qui fut la caractéristique de ce type d’école, en dépit des contraintes tous azimuts liées notamment à la conjoncture qui ne cesse de se dégrader, aggravée malheureusement par la pandémie à COVID-19, avec de nos jours la manifestation de ses formes dont la plus remarquable reste le « variant delta », limitant ainsi les capacités de développement et de résilience des institutions de nos différents pays. Aussi, les écoles privées conventionnées évangéliques ne font pas exception à la règle. C’est d’ailleurs dans ce contexte difficile qu’il s’est imposée à nous, dès la prise en main du département, de procéder préalablement à faire un état des lieux. Ce dernier a mis à nu les problèmes saillants restés à l’état chronique. Il s’agit entre autres : la situation sociale des personnels du DEP, manquant de contrat, accusant une stagnation des salaires non revalorisés depuis 15 ans, non recyclés ; la lancinante question de prise en charge des enseignants pendant les vacances ; la cacophonie qui est restée persistante dans les relations entre les conseils paroissiaux abritant les écoles de types 2 et les staff de ces écoles, sur les mécanismes de fonctionnement à tous les niveaux et dans la maitrise de ces normes fonctionnelles ; « Nous voulons ici dire que les Conseils paroissiaux ou consistoriaux laissent les professionnels de la pédagogie gérer les écoles sous leur supervision et qu’il demandent les comptes à ceux-là qu’ils ont nommés eux-mêmes. Et non être  la fois gestionnaire et contrôleur » ; les questions de l’orthodoxie gages de la santé financière et matérielle de l’école ; les questions relatives à l’éthique protestant dans nos école.  Aujourd’hui, nous sommes heureux de constater poindre une lueur d’espoir dans la mesure où nous sentons une nette amélioration à venir. Ce début de changement positif est dû aux actions vigoureuses que nous sommes en train d’entreprendre, notamment : la prise en compte du défi de la situation administrative et professionnelle du personnel du DEP (condition de signature de contrat, amélioration des conditions de travail et de leur traitement, y compris pendant les vacances) constituera une grande réflexion parmi tant d’autres que vous, conseillers trouverez dans vos documents de travail et mènerez au cours des présents assises des pertinents réflexions ; l’assainissement et la reprise des bons rapport entre les pasteurs délégués des écoles de type 2 et leurs staffs à travers nos réunions de concertation, de conscientisation et d’explication sur les normes de l’école et de son fonctionnement adéquat, amènent maintenant une bonne atmosphère de travail ; les séminaires de renforcement des capacités des équipes de maitrise et des enseignants au moyen des recyclages sont un bon levier du développement de l’école ; la formation particulière des ordonnateurs et des gestionnaires des écoles au principes de bonne gestion financière a abouti à une salutaire harmonisation des outils financier (budget, pièces comptables) ; nos différentes adresses à la communauté éducative lors de nos tournés d’inspection dans les écoles a mis en exergue les questions d’éthique afin de revenir à la pratique des principes chers au protestantismes, et cela commencent à produire du bon fruit.

A noter que Défis et enjeux d’une bonne gouvernance de l’école prive conventionnée évangélique, pour le relèvement de l’EEC, qu’évoque ce thème met en évidence la problématique fondamentale de la gouvernance administrative, pédagogique, économique et financière et des ressources humaines afin que l’école privée évangélique s’arrime à la modernité constitue la toile de fond de la 5ème Session du Conseil National de l’Enseignement Protestant. Conformément à l’agenda les participants durant trois jours successifs seront édifiés sur les problématiques que mettront en lumière les exposés suivants : 1-Exposé de cadrage : Défis et enjeux d’une bonne gouvernance de l’école conventionnée évangélique pour le relèvement de l’EEC, Restitution et présentation des recommandations du conseil national de l’enseignement 2020-2021 ; Communication sur la gestion du personnel ; Présentation des rapports annuels des directeurs départementaux de l’enseignement protestant ; Restitution des résolutions du forum des directeurs départementaux élargis au coordonnateurs des écoles conventionnées de type 2 de Brazzaville ; 6-Communication de la Société CONGO TELECOM ; 7-Communication des Assurances Nouvelles du Congo ; 8-Communication de E-SCHOOL.

 

commentaires

Richard Macaire LENGO est maintenant Docteur en Sociologie de l’Université Marien NGOUABI

Publié le 12 Août 2021 par André LOUNDA dans Education

« L’Eglise Evangélique du Congo (EEC) : l’Ethos Protestant à l’Épreuve des Pratiques du « Monde » et des Mutations Sociales », constitue le titre de la soutenance de thèse pour l’obtention du diplôme de Doctorat en Sociologie de l’Université Marien NGOUABI, Domaine : Sciences de l’Homme et de la Société ; Formation Doctorale : Espaces Littéraires, Linguistiques et Culturels ; Spécialité : Sociologie ; Option : Sociologie du Religieux et des Mutations Sociales présentée et soutenue publiquement à la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines, le 11 août 2021 à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque Universitaire de Brazzaville par l’impétrant Richard Macaire LENGO, Titulaire du Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) de Sociologie (2014).

Le Jury constitué du Président Joseph TONDA, Professer Titulaire, CAMES, Université Omar BONGO (Gabon) ; Rapporteur Externe ; Abel KOUVOUAMA, Professeur Emérite, Université de Pau, France ; Rapporteur Interne : Julien MBAMBI, Maître de Conférence, CAMES, Université Marien NGOUABI (Congo) ; Examinateur : Moustapha TAMBA, Professeur Titulaire, CAMES, Université Cheik Anta DIOP (Sénégal) et Directrice de Thèse : Régine TCHICAYA-OBOA, Maître de Conférence, CAMES, Université Marien NGOUABI (Congo).

Dans son exposé,  Richard Macaire LENGO a fait une présentation sur son travail de recherche axé sur« L’Eglise Évangélique du Congo (EEC) : l’Ethos Protestant à l’Épreuve des Pratiques du « Monde » et des Mutations Sociales »,  dont voici le résumé : Cette étude consiste en une analyse historico-comparative entre l’église protestante d’hier et celle d’aujourd’hui. L’objectif général de cette étude est d’identifier les facteurs de l’expression des logiques du « monde » au sein de l’Eglise Évangélique du Congo aujourd’hui, ainsi que d’expliquer comment la conjonction de ces facteurs ainsi identifiés, contribue à la mutation de l’éthos protestant. En clair, notre thèse se propose d’analyser les mécanismes déterminants la mutation de l’éthos protestant au Congo. L’enjeu théorique ici est donc de comprendre comment une organisation chargée de gérer les biens de salut, reposant sur un code moral strict et qui vise à convertir le monde ; est devenue le lieu où se développent des comportements « déviants » reflétant les logiques du « monde ». Au bout du compte, la mutation de l’éthos protestant constitue un phénomène global. Et ce travail 438 pages a eu pour Mots-clés : éthos protestant, éthos de professionnalisation ou de fonctionnariat, éthos de vocation, dynamique sociale, dynamique du dedans, dynamique du dehors, pratiques du « monde », église-providence, mutations sociales.

En effet, Au terme de cette rencontre scientifique le Jury a décerné à l’impétrant Richard Macaire LENGO, le grade de Docteur de l’Université Marien NGOUABI avec la mention « Très Honorable avec les félicitations du Jury ». Cette mention est justifiée par l’originalité et la qualité de la thèse, insufflées par les approches de Balandier qui lui ont servi d’outils d’analyse et au cours d’une interview qu’il nous a accordée, Richard Macaire LENGA, désormais Docteur en Sociologie de l’Université Marien NGOUABI, n’a pas manqué de mots pour exprimer sa joie, « Cette thèse, je la soutiens depuis six années et la thèse ce n’est pas du gâteau ! Si l’on veut réellement faire une thèse sans bricoler, si l’on veut faire un travail sérieux, ce n’est vraiment pas du gâteau ! Donc, c’est le fait de beaucoup de sacrifice comme je l’ai dit tantôt ! Le plus important, c’est que l’on soit là aujourd’hui. Vous-même vous avez été témoins, je rends grâce à Dieu pour m’avoir soutenu durant toute cette période-là ! C’était compliqué sans moyen ce n’était pas vraiment évident. Je remercie également le Service Protestant des Missions qui m’a accordée un séjour de recherche de trois mois de décembre 2019 à février 2020 et au cours duquel j’ai étoffé une Bibliographie dans des Bibliothèques de renommées internationales comme la Bibliothèque Georges PAMPIDOU, la Bibliothèque Nationale de France qu’on appelle BNF, la Bibliothèque François MITTERAND et le résultat, il est là ! Et bien quant au reste, c’est la carrière qui va commencer mais vraiment, nous rendons grâce à Dieu parce que ce n’était pas évident ».

-Et comment se fera cette carrière ?

Richard Macaire LENGO : On est là et on va continuer à enseigner, partager notre connaissance aux étudiants dans la limite de nos attitudes, c’est ça ce qui nous attends. Nous le faisons depuis un certain nombre de temps, on va continuer à le faire, continuer avec les publications des articles sur les maux qui minent l’église et qui minent la société. C’est là où nous appelons en tant que chercheur, il y a beaucoup de situations beaucoup de problèmes, beaucoup de maux cela doit nous interpeller en tant que chercheur, faire des études pour essayer d’aider la société à pouvoir aller de l’avant.

-Est-ce que dans votre thèse avez-vous donné quelques solutions pour essayer de gérer tant soit peu les mots qui minent la société de l’église ?

Richard Macaire LENGO : Ok ! Je pense que les membres du Jury l’on dit qu’il faut faire la nuance entre une étude commanditée qui est assortie des recommandations et ne recherche où on peut faire avancer la connaissance. Est-ce  que nous avons fait une recherche pour faire avancer la connaissance ? Ce n’est pas une étude commanditée où il faut faire des préconisations voilà le problème qui s’est posé ! On a identifié, on a aussi donc les solutions pour régler ce problème, c’est choses différentes entre une étude commanditées et une recherche. En fait, si vous avez suivi la thèse ou la soutenance voulais-je dire on est parti du constat ! Vous savez l’Eglise Évangélique du Congo a été pendant longtemps dans notre pays une référence, c’est une référence avec le « kédika » qui est une traduction littérale de la vérité en langue « kongo ». Les protestants ont été pendant longtemps un modèle ! Il y a eu des témoignages qui disent que par le passé, si on voulait recruter un comptable ou tous ceux qui sont dans la gestion on allait d’abord aller chercher chez les protestants ! Parce qu’ils avaient cet étoffe-là qui les caractérisait, qui incarnait l’honnêteté, de l’intégrité. Donc, ils étaient dans la promotion des valeurs morales et éthiques. Aujourd’hui, on se rend compte que tout ce passe là, tout cet héritage-là a été balayé d’un revers de main. Donc, on se trouve dans une situation où il y a multiplication de comportements déviants où il y a ce que j’ai appelé la fin de l’exceptionalisme protestant. Les protestants deviennent comme des gens ordinaires comme les autres, ils ne font plus exception comme par le passé et sont comme ceux qui ont appelé l’Eglise Évangélique du Congo si vous suivez l’actualité, les dernières années non ! Vous sentez qu’on était dans des clivages hors du commun qui est totalement incompatible avec les valeurs qu’elle-même est entrain de réclamer totalement contraire. Et il s’est posé même des questions, qu’est-ce qui se passe au sein de cette église ? Qu’est-ce qui se passe réellement ? Qu’est-ce qu’il y a ? On sait que les protestants par le passé, c’étaient des gens sur lesquels on comptait ! Si vous avez suivi mon introduction, j’ai dit qu’au sortir de la guerre quand on a eu a donné….etc, l’Etat a alloué une certaine somme pour la réfection d’un temple de l’église mais la question, selon le témoignage que nous avons été calamiteuse et l’autorité s’était exclamé « même les protestants ! », c’est insolite mais c’est plein de sens parce que ça veut dire que si sur qui l’on compte devient comme les autres alors-là, c’est compliqué ».

 

 

 

 

 

commentaires

UMNG : Physique de la Matière condensée et sciences des Matériaux au centre des soutenances de thèses de Doctorat au Congo

Publié le 2 Août 2021 par André LOUNDA dans Education

UMNG : Physique de la Matière condensée et sciences des Matériaux au centre des soutenances de thèses de Doctorat au Congo

La Faculté des Sciences et Techniques de l’Université Marien NGOUABI(UMNG) a organisé les 27, 28 et 30 juillet 2021 à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque Universitaire de Brazzaville la deuxième série de soutenances de thèses de Doctorat de l’UNMG ; Spécialités : Physique de la Matière condensée et Sciences  des Matériaux. Durant ces trois jours, trois étudiants ont soutenus et défendus publiquement leurs thèses à savoir : MALONGA MATANOU Christien Léger ; TCHIBOTA POATY Lodvert et MBAKOU-MBODO  Christian Achille.

: « Adsorption et activation de l’acide isocyanique (HNCO) et de l’acide cyanique (HOCN) sur la surface (001) du Rhodium avec et sans adatome : une étude par la fonctionnelle de la densité », constitue le titre de la thèse soutenue et défendu par l’étudiant MALONGA MATANOU Christien Léger de la Formation Doctorale : Sciences Physiques et Chimiques de la Facultés des Sciences et Techniques de l’UMNG, le 27 juillet 2021 à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque Universitaire de Brazzaville. Cette thèse qui a pour mots clés : Adsorption ; Dissociation ; vdW-DF-ReVBE ; CI-NEB ; se résume comme suit : Dans cette thèse, nous avons étudié l’adsorption de quatre adsorbats (HNCO, HOCN, CO et NH) et la dissociation de HNCO en NH + CO sur la surface Rh(001) avec et sans adatome de Rh, en utilisant les calculs DFT+GGA-PBE et DFT+ vdW-DF-revPBE. En fait, nous avons constaté que les sites les plus stables sur le plan énergétique sont le hollow pour le NH et le bridge pour la molécule CO ainsi que la molécule HNCO (HOCN). Cependant, l’insertion d’une correction de dispersion dans la fonctionnelle PBE modifie l’ordre préférentiel de site d’adsorption pour la molécule CO alors que le site préférentiel de l’adsorbat NH reste le même. En outre, la méthode (CI-NEB) est utilisée pour déterminer la trajectoire énergétique minimale de dissociation de HNCO en NH + CO. Nous avons trouvé une énergie d’activation de 0.55 eV pour la fonctionnelle PBE standard, tandis que l’inclusion de la dispersion vdW-DF-revPBE donne une énergie d’activation de 0.51 eV.

Le Jury constitué à cet effet, se présente de la manière suivante : Président : MAMPOUYA David, Professeur Titulaire, Université Marien NGOUABI ; Rapporteur externe : NDJAKA Jean-Marie Bienvenu, Professeur Titulaire, Université de Yaoundé 1 ; Rapporteur interne : NSONGO Timothée, Professeur Titulaire, Université Marien NGOUABI ; Examinateur : MOUTOU J.-M. Saint Bastia, Maître de Conférences, Université Marien NGOUABI ; Directeur de thèse : MOUSSOUNDA Paul-Sand, Professeur Titulaire, Université Marien NGOUABI. Ainsi, le Jury a déclaré l’impétrant MALONGA MATANOU Christien Léger Docteur de l’Université Marien NGOUABI et il lui a décerné la mention « Très Honorables avec les félicitations du Jury ». Cette mention est justifiée par la qualité de son travail de recherche et des efforts qu’il a consentis. Le fait est que les évaluateurs ont apprécié à sa juste valeur la qualité exceptionnelle de cette thèse car, l’impétrant en utilisant comme cadre théorique l’approximation de la fonctionnelle de densité (DFT) très utilisée dans les domaines tel que la physique de la matière condensée et les sciences des matériaux. Pour ce travail très intéressant,  l’impétrant a montré une bonne maîtrise de la problématique, les hypothèses, les objectifs et, les résultats obtenus dans le cadre de cette recherche. Il a su intérioriser les outils théoriques et méthodologiques qui lui ont permis de constituer et d’analyser le corpus. Et le questionnement des membres du jury s’est focalisé nécessairement sur ces aspects ainsi que sur la cohérence du raisonnement et la qualité de la rédaction de cette thèse.

: Titre de la thèse : Etude ab initio des processus de décomposition solaire de l’eau sur les surfaces α-Fe2O3(0001) soutenue et défendue publiquement par l’étudiant TCHIBOTA POATY Lodvert, le 28 juillet 2021 à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque Universitaire de Brazzaville.

Le Jury constitué du Président : NSONGO Timothée, Professeur Titulaire, Université Marien NGOUABI ; Rapporteur externe : NDJAKA Jean-Marie Bienvenu, Professeur Titulaire, Université de Yaoundé 1 ; Rapporteur interne : MOUSSOUNDA Paul-Sand, Professeur Titulaire, Université Marien NGOUABI ; Examinateurs : TCHOUMOU Martin, Maître de Conférences, Université Marien NGOUABI ; MALONDA BOUNGOU Brice R., Maître de Conférences, Université Marien NGOUABI ; Directeur de thèse : M’PASSI MABIALA Bernard, Professeur Titulaire, Université Marien NGOUABI.

« Ce travail traite de l’étude ab initio des processus de décomposition solaire de l’eau (H2O) sur les surfaces α-Fe2O3(0001). Ces processus aboutissent à la production et au stockage de l’hydrogène sous forme chimique. Pour tenter de comprendre pourquoi un potentiel excédentaire de 0.82 V est nécessaire à la réalisation de l’étape de la OER la plus coûteuse en énergie sur α-Fe2O3(0001), nous étudions la structure électronique des intermédiaires oxo et peroxo pouvant coexister lors de cette étape. La valeur de la barrière d’énergie de 0.86 eV trouvée dans ce travail témoigne de la drastique différence de structure électronique entre les deux états. Nous examinons ensuite la possibilité d’optimiser la capacité de l’hématite à décomposer l’eau par la formation des systèmes composites avec les nanotubes de carbone. Nos résultats montrent le potentiel excédentaire qui est très important dans les CNTs isolés est significativement réduit. L’étude de l’adsorption de l’hydrogène sur les systèmes CNT-Fe2O3 a montré que ces systèmes sont potentiellement de meilleurs milieux de stockage du H2 que les CNTs isolés », ce paragraphe constitue le résumé de cette étude menée par  l’étudiant TCHIBOTA POATY Lodvert.

Après l’exposé de l’impétrant et des échanges interactifs, le Jury a décerné le grade de Docteur de l’Université Marien NGOUABI à l’étudiant TCHIBOTA POATY Lodvert pour son travail abattu.  Si les évaluateurs lui ont décerné le grade de Docteur avec la mention « Très Honorable avec les félicitations du Jury », ce grade de Docteur et cette mention se justifie par la qualité de la thèse insufflée par des approches qui lui ont servi d’outils d’analyse. A ce titre, l’étudiant TCHIBOTA POATY Lodvert a pu maîtriser la problématique, les hypothèses, les objectifs et, les résultats de sa recherche aussi, il a également intériorisé les outils théoriques et méthodologiques qui lui ont permis de constituer et d’analyser les résultats de sa recherche, par son raisonnement et la qualité de la rédaction de son travail.

: Titre de la thèse : Étude ab initio de l’adsorption et de la décomposition des molécules MH3 (M = N, P, As, B) sur la surface (001) de l’oxyde de palladium (PdO). C’est le titre du travail de recherche de la thèse de l’étudiant MBAKOU-MBODO Christian Achille de la Formation Doctorale ; Sciences Physiques et Chimiques de la Matière condensée ; Spécialité : Physique et Chimie des surfaces, qu’il a soutenue et défendue publiquement, le 30 juillet 2021 à l’Auditorium de la Grande Bibliothèque Universitaire de Brazzaville sous la Direction de Thèse de N’DOLLO Martin, Maître de Conférences de l’Université Marient NGOUABI.

Le Jury constitué du Président : M’PASSI MABIALA Bernard, Professeur Titulaire, Université Marien NGOUABI ; Rapporteur externe : NDJAKA Jean Marie Bienvenue, Professeur Titulaire, Université de YAOUNDE 1 (Cameroun) ; Rapporteur interne : NSONGO Timothée, Professeur Titulaire, Université Marien NGOUABI ; Examinateurs : MAMPOUYA David, Professeur Titulaire, Université Marien NGOUABI et MALONDA BOUNGOU Brice Rodrigue, Maître de Conférences, Université Marien NGOUABI.

« Le présent travail se focalise sur une étude ab initio de l’adsorption et de la décomposition des molécules MH3 (M = N, P, As, B) sur la surface (001) de PdO. L’étude de NH3 a été réalisée avec la GGA-PW91, les résultats montrent que les sites H et B2 respectivement pour les surfaces PdO-O(001) et PdO-Pd(001) avec une couverture de 0.25 MC sont les plus stables énergétiquement, enfin la thermochimie de NH3 est favorable sur le PdO-O(001), tandis que sur le PdO-Pd(001) certains chemins réactionnels sont défavorables. L’adsorption de PH3 et de AsH3 avec l’utilisation des fonctionnelles GGA-PBE et vdW-DF2-C09 est très stable énergétiquement, d’une part, pour le PH3 sur les sites B1 et T des surfaces PdO-O(001) et PdO-Pd(001) respectivement, et d’autre part, pour le AsH3 sur les sites B2 et T des surfaces PdO-O(001) et PdO-Pd(001) respectivement avec une couverture de 0.25 MC. Avec la GGA-PBE, la décomposition thermochimique de PH3 et de AsH3 est favorable, tandis qu’avec le vdW-DF2-C09 certaines étapes sont défavorables. Le résultat de l’étude ab initio de l’adsorption et de la décomposition de BH3 sur le PdO(001), montre que sur le PdO-Pd(001) avec une couverture de 0.25 MC, l’adsorption de BH3 est très favorable énergétiquement avec l’utilisation des fonctionnelles GGA-PBE, GGA-PBE+U, vdW-DF2-C09 et DFT -D3. Enfin l’étude de la thermochimie de BH3 est favorable sur le PdO-O(001) avec la GGA-PBE, ensuite sur le PdO-Pd(001) elle est favorable avec le vdW-DF2-C09, tandis qu’elle est défavorable sur certains chemins réactionnels avec la GGA-PBE, la GGA-PBE+U et le DFT-D3 », tel se résume la thèse de Doctorat soutenue par MBAKOU-MBODO  Christian Achille.

Face aux membres du Jury, dans son exposé le constat est que son travail de recherche s’est focalisé sur les bases  théoriques et méthodologiques de l’Approximation de Born Oppenheimer ; l’Approximation du Champ auto cohérent de Hartree-Foch, l’équation de Kohn  Sham et le paramètre de Hubbard. Si bien que le questionnement et l'appréciation des membres du Jury s’est articulé sur ce cadre et sur  la clarté de son langage. L’impétrant a maîtrisé le sujet et que le Président du Jury a qualifié cette thèse par sa clarté et son volume que c’était une Bible.

L'exposé de l'impétrant MBAKOU-MBODO a été clair. Il a répondu favorablement aux questions du Jury, il avait la maîtrise du sujet, le manuscrit est bien soigné et les résultats présentés sont très intéressant et doivent servir à la production d'un ouvrage scientifique. Ces travaux ont des perspectives de hautes portées et ainsi le Jury la décerné le grade de Docteur de l'Université Marien NGOUABI avec "Très Honorables avec les félicitations du Jury".

Au terme de la soutenance, le Docteur MBAKOU-MBONDO a remercié les membres du Jury, le Directeur de Thèse, les étudiants de la Faculté des Sciences et Techniques et les parents qui l'ont suivi et soutenu.

 

 

UMNG : Physique de la Matière condensée et sciences des Matériaux au centre des soutenances de thèses de Doctorat au Congo
UMNG : Physique de la Matière condensée et sciences des Matériaux au centre des soutenances de thèses de Doctorat au Congo
UMNG : Physique de la Matière condensée et sciences des Matériaux au centre des soutenances de thèses de Doctorat au Congo
commentaires

EDUCATION L’Abbé Dave Espoir NGOMA LOAMBA est désormais docteur de l’Université Marien NGOUABI de Brazzaville

Publié le 29 Juillet 2021 par André LOUNDA dans Education

« L’Evolution Sociale des Pays du Vicariat du Loango sous l’Impulsion de l’Action des Père du Saint-Esprit (1880-1930) constitue le thème de la Soutenance Publique soutenue et défendue par l’Abbé Dave Espoir NGOMA LOUAMBA, le 27 juillet 2021 à l’auditorium de la Grande Bibliothèque Universitaire de Brazzaville sous la direction de thèse de Feu Professeur Dominique NGOïE NGALLA, Professeur Titulaire de l’Université Marien NGOUABI et pour Codirecteur de thèse, Michel Alain MOMBO, Professeur Titulaire de l’Université Marien NGOUABI.

A cet effet, le Jury constitué : (Président), Edouard NGAMOUNTSIKA, Professeur Titulaire de l’Université Marien NGOUABI (UMNG) ; (Examinateur), Yvon Norbert GAMBEG, Professeur Titulaire de l’UMNG ; (Rapporteur Interne), Dominique OBA, Maître de Conférence, UMNG ; (Rapporteur Externe), Brice Arsène MANKOU, Maître de Conférence Reims-DYSOLAB, Université de Rouen, Normandie (France) a déclaré l’Abbé Dave Espoir NGOMA LOAMBA docteur de l’Université Marien NGOUABI avec les félicitations du Jury pour son travail abattu.

Au cours de cette soutenance dans sa communication,  l’impétrant a fait une présentation sur son travail de recherche axé sur l’Evolution Sociale des Pays du Vicariat du Loango sous l’Impulsion de l’Action des Père du Saint-Esprit (1880-1930) dont voici le résumé : «  Pays du Vicariat du Loango sous l’impulsion de l’action des Pères du Saint-Esprit (1880-1930) se donne pour objectif de mieux connaître les civilisations des pays qui allaient former le Vicariat du Loango pour mieux évaluer leur niveau de dégradation au XIXème siècle afin de prendre la mesure du sacrifice des missionnaires. Nous avons analysé le processus des sobres mutations dans lequel, les populations que nous décrivons s’étaient trouvés jetés à la suite des ravages de la traite négrière. Nous avons présenté donc, un tableau complet de la vie politique de deux blocs à savoir : Bloc Téké et Bloc Kongo. Nous avons analysés la pensée et l’action des missionnaires confrontés à l’urgence de réhabiliter ces sociétés sur lesquelles s’étaient implanté le Vicariat du Loango. Les pionniers de la mission dans le Vicariat du Loango ce sont fortement affrontés aux multiples questions touchant la foi, mais avaient moins de trente années ont reçu un véritable bain pastoral. Ces missionnaires ne regardent pas l’étendue de leur juridiction rencontraient des obstacles de tailles parmi lesquels : le portage des matériaux, l’accueil dans les villages, les difficultés de parler les langues locales. A côté de ces obstacles, ils ont été les auxiliaires ou les catéchistes et ils ont bénéficié aussi de l’apport des colonisateurs ».

En effet, si le Jury a décerné à l’impétrant, Dave Espoir NGOMA LOAMBA, le grade de Docteur de l’Université Marien NGOUABI avec la mention « Très Honorable avec les félicitations du Jury ». Cette mention est justifiée par l’originalité et la qualité de la thèse, insufflées par les approches qui ont servi d’outils d’analyse à l’impétrant. Et au terme de cette soutenance de thèse de Doctorat Unique, au cours d’une interview qu’il nous a accordée, l’Abbé Docteur Dave Espoir NGOMA LOAMBA aujourd’hui déclaré Docteur de l’Université Marien NGOUABI, satisfait des résultats de sa recherche n’a pas manqué de mots pour exprimer sa joie et le choix de ce thème. Et il nous a fait savoir par rapport à la décision finale du Jury que je suis très content de la décision du Jury, je suis très content de la décision finale du Jury parce que dès aujourd’hui, je suis déclaré Docteur et ça me fait une joie, je la partage à tout le monde, mes parents d’abord, mes amis et connaissances qui sont arrivés, je suis très content de cette décision et je m’en réjouis. En ce qui concerne ma motivation sur le choix de ce thème, Loango pour moi, c’est la source même du soubassement de mon pastorat parce que j’ai commencé au Séminaire de Loango dans les années préparatoires dans deux grands séminaires. C’est pour cela que je dis que j’ai un lien spéciale qui me lie avec Loango, j’ai été impressionné par le paysage de Loango et aujourd’hui, je me le disais avec ce paysage, je dois faire une thèse sur Loango. Voilà pourquoi j’ai soutenu ma thèse et travailler sur Loango mais mon Directeur de thèse m’a conseillé de travailler beaucoup plus sur l’histoire du Vicariat du Loango qui date bien sûr et voilà le choix de ma thèse.

Cette œuvre gigantesque que je vois toujours à travers le travail que j’ai abattu, c’est vraiment l’œuvre des missionnaires, des premiers missionnaires du Loango les Pères du Saint-Esprit, ils ont été de beaucoup dans la mission ecclésiastique dans notre pays le Congo, c’est là où est parti vraiment le premier pas de la mission et donc, je dirais que les premiers missionnaires ont travaillé mais le travail n’est pas achevé. Si vous avez bien suivi, j’ai parlé d’une troisième évangélisation, c’est-à-dire que nos anciens ont commencé et nous, nous allons l’achever. Nous n’allons pas peut être l’achevé totalement, ils viendront aussi, ceux qui vont contribuer à l’évolution de la mission.

 

commentaires

Jean Luc MOUNTHOU a procédé au coup d'envoi des épreuves écrites du Baccalauréat Général 2021

Publié le 14 Juillet 2021 par André LOUNDA dans Education

Peut être une image de 3 personnes, personnes debout et plein air

Le 13 juillet 2021, au Congo Brazzaville 93097 candidats ont entamé les épreuves du Baccalauréat Général, Session de juillet 2021 sur toute l'étendue du territoire national reparti dans 246 centres dont deux à Luanda et Cabinda en Angola. 46.406 candidats à Brazzaville reparti dans 108 centres.

Peut être une image de 2 personnes, personnes debout et intérieur

À cet effet, Jean Luc MOUNTHOU, Ministre de l'Enseignement Préscolaire, Primaire, Secondaire et de l'alphabétisation a procédé au lancement officiel des épreuves du Baccalauréat Général au Lycée Antonio A. Néto de Ngamakosso dans le sixième Arrondissement, Talangaï à Brazzaville en présence de Pierre Séber ONANGA IBOKO, Préfet du Département de Brazzaville, des Représentantes de l'UNESCO et de l'UNICEF au Congo, de quelques autorités locales et ensuite, il a effectué la ronde de quatre autres centres de Brazzaville à savoir : le Lycée de la Révolution ; le complexe scolaire Immaculée Conception de Ouenzé; le complexe scolaire Anne Marie Javouhey pour terminer au Lycée Sébastien Mafouta dans l'arrondissent 8 , Madibou.

Peut être une image de 2 personnes, personnes assises et personnes debout

En lançant les épreuves du Baccalauréat Général au Lycée A.A Néto, le Ministre Jean Luc MOUTHOU a encouragé et exhorté les candidats à plus d’efforts personnels et à bannir la fraude, « liant de la satisfaction dans l’air de notre côté, c’est l’occasion pour nous d’attirer l’attention encore des candidats. Il s’agit de rappeler aux enfants des bonnes mœurs, des bonnes valeurs, des valeurs de travail pour qu’ils ne puissent compter que sur ceux qu’ils ont appris pour être admis au Baccalauréat ».

Peut être une image de 1 personne, position debout et intérieur

A cette occasion, le Ministre a également expérimenté les cadenas intelligents qui ont permis de sceller les malles pour éviter la fraude s’est dit satisfait du bon déroulement des épreuves. « Tout le monde n’a pas ouvert au même moment, c’est bien vrai mais les malles ont finies par être ouvertes et c’est du bonheur de voir que notre technologie a fonctionné. L’année prochaine ceux seront les enveloppes des sujets qui seront scellées avec un dispositif d’ouverture également à distance et là, ça permettra encore de rendre un peu plus coédite l’accès au sujets ».

Signalons que les épreuves écrites du Baccalauréat Général, session de juillet 2021 prendront fin le vendredi 16 juillet 2021.

Peut être une image de 1 personne, position debout et intérieur

Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout et plein air

commentaires

AU REVOIR LES AMIS, AU REVOIR LES ENSEIGNANTS, VIVE LES VACANCES ! VIVE L'ÉCOLE MODERNE LA MAÏEUTIQUE !

Publié le 12 Juillet 2021 par André LOUNDA dans Education

L’élève MAKITA Linda a été sacrée meilleure élève de l’Ecole Moderne la Maïeutique au cours de cette année scolaire 2020-2021. C’est à l’occasion de l’Emulation Scolaire célébrée le samedi 10 juillet 2021 au site B dudit établissement scolaire de Brazzaville, les élèves ont été primés, ont reçus des diplômes d’excellence, d’honneur et d’encouragement au rythmes de la musique.

La cérémonie d’Emulation Scolaire a été marquée par le discours de circonstance du Directeur Général de l’établissement, du mot de remerciement des élèves suivi de l’animation culturelle.

Prenant la parole, l’Inspecteur Simon PAMBA, Directeur Général de l’Ecole Moderne la Maïeutique a vivement salué la présence du Chef de la Circonscription préscolaire de Moungali 2, le Chef du Quartier CQ 42, les parents d’élèves et ses collègues, il les a remerciés infiniment d’avoir répondu à leur invitation et d’avoir sacrifié une partie de leur temps pour fêter ensemble cette journée d’émulation qui clôture la fin de l’année scolaire 2020-2021. « En dépit du contexte de la COVID-19 qui nous menace tous et pouvant mettre à tout instant en difficulté le bon fonctionnement de l’école ; Dieu merci nous y sommes arrivés en fin de parcours. De ce fait, nous maintenons le cap de notre sacré principe à savoir : vaut mieux avoir moins d’enfants formés que d’en avoir beaucoup mal formés, collaborée par le propos suivant faisant office de règle quinze (15) élèves par classe pédagogique pas plus pour une action pédagogique identique performante. La pédagogie, est un dynamisme, nous continuerons avec le concours de nos hiérarchies du Ministère de l’Enseignement Préscolaire, Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation, les institutions de l’inspection,, de notre mouvement syndicale la CONAPEPCO a conjugué nos efforts de bien instruire. Chers parents faites-nous confiance en inscrivant et en réinscrivant vos enfants dans notre établissement » a fait savoir Simon PAMBA.

Il a ensuite remercié les parents d’élèves parce qu’ils sont les véritables actionnaires de leur œuvre commune. Et quant aux élèves et les enseignants de l’Ecole Moderne la Maïeutique, Simon PAMBA a déclaré que vous avez su jouer chacun sa partition pour aboutir aux résultats réalisés. Tous vous n’avez ménagé aucun effort pour y parvenir. La tradition de notre école est qu’elle prime en fin d’année les élèves les plus méritants. C’est ainsi que mes chers élèves, les uns vont recevoir leurs diplôme d’excellence et les autres des diplômes d’honneur et pourquoi pas les diplômes d’encouragement. Aux admis, nos félicitations, pour les recalés, du courage dans la paix et le calme.

Le discours du Directeur Général a été suivi par le mot de remerciement des élèves lu par un élève.

« Merci chers parents de nous avoir inscrits à l’Ecole Moderne la Maïeutique où nous avons bénéficié tout au long de cette année scolaire 2020-2021 des enseignements convenables digne du système français dans le travail, l’amour et la discipline. Toute notre gratitude à l’endroit des enseignants qui nous ont encadré en général et à notre Directeur Général, l’Inspecteur Simon PAMBA en particulier. Aux amis, nos félicitations ! Aux recalés, je leurs dis du courage au nom de tous les élèves ici présents, je vous dis une fois de plus distingués invités, chers parents merci et bonne fête de fin d’année ».

La fête a été belle par une ambiance due à l’animation culturelle, des chants, musique, poésie, démonstration sur l’apprentissage de la musique et la lecture. La remise des diplômes d’excellence, d’honneur et d’encouragement et aussi des prix aux deux meilleurs élèves de l’année scolaire 2020-2021 dont la meilleure élève de l’établissement, MAKITA Linda.

Au terme de la cérémonie, l’Inspecteur Simon PAMBA, le Directeur Général de l’établissement satisfait, n’a pas caché ses mots et a échangé avec les journalistes sur le déroulement de l’Emulation et le système d’enseignement.

-Monsieur le Directeur Général aujourd’hui, c’est l’Emulation Scolaire au sein de votre établissement l’Ecole Moderne la Maïeutique. Qu’est-ce qui vous anime comme sentiment en ce moment après cette cérémonie ?

Simon PAMBA/ C’est un sentiment de satisfaction en tout cas si les années antérieures nous avons fait des événements de la même nature, cette année en tout cas on a senti qu’il y a eu une évolution sur le plan organisationnel, sur le plan matériel disant que la fête d’aujourd’hui consacrée à l’Emulation Scolaire contraste avec les fêtes passées au point de vue de sa qualité. C’est une satisfaction pour cette année 2020-2021.

-Est-ce que vous avez un message particulier à passer aux parents d’élèves et aux élèves aujourd’hui ?

Simon PAMBA/ Je dirais aux parents d’élèves de porter une attention particulière à l’éducation des enfants. L’éducation des enfants est primordiale, si un enfant a une mauvaise scolarisation durant toute son enfance, c’est sûr et certain qu’il serait un piètre citoyen. C’est pourquoi les parents doivent s’investir totalement à l’éducation des enfants tels que nous le sommes et que nous nous préoccupons également aussi. Je ne suis pas de votre génération, je suis un sexagénaire et j’ai roulé ma bosse dans système éducatif depuis très longtemps et je garde ce souci en tout cas de bonne éducation, une bonne instruction des enfants s’intègrent mieux et qu’ils puissent dans les années avenirs porté la main et l’esprit pour le développement de notre Nation.

-Monsieur le Directeur Général, cent (100) élèves par ici, quatre-vingt (80) élèves par là et par classe à la Maïeutique, c’est quinze (15) au maximum par classe, c’est un aspect important et je pense que c’est l’occasion d’expliquer au public pourquoi à votre école, il n’y a que quinze (15) élèves par classe ?

Simon PAMBA/ Merci Monsieur le Journaliste d’avoir évoqué cet aspect de problème. Vous savez que si jamais vous entretenez une œuvre sociale qui a un impact sur le développement national, quel que soit sa nature, que ça soit des organisations d’ordre sociale ou culturelle, il faut au préalable concevoir son cadre théorique de référence. Lorsque j’ai érigé cet établissement au service de notre Nation, l’Ecole Moderne la Maïeutique, j’avais pris le soin d’élaborer, de concevoir son cadre théorique de référence devant guidé son action.  Son cadre théorique de référence se repose sur deux principes fondamentaux : le premier principe attrait à la loi numérique laquelle vous faites allusion, moins d’enfants vous le savez mieux ! Vaut mieux avoir moins d’enfants bien formés que d’en avoir beaucoup mal formés. Donc, il est vrai que la quantité et va qualité sont inversement proportionnelle. Qu’est-ce que ça veut dire ? ça veut dire que dans une classe pédagogique si la quantité des enfants augmente, la qualité d’enseignement diminue et vice versa et nous ici, nous observons justement ce principe. C’est le principe phare. C’est pourquoi nous avons beaucoup de témoignages élogieux des enfants qui sont passés dans notre institution du point de vue des acquis et disposent des éléments fondamentaux dans n’importe quelle compétition culturelle.

-C’est cela qui fait de votre école ; une école d’excellence ?

Simon PAMBA/ Oui ! Nous ne sommes plus à l’étape de se jeter les fleurs, je prends à témoin les parents d’élèves ceux qui ont eu la chance d’inscrire leurs enfants dans notre établissement. En tout cas nous disons que nous sommes une école d’excellence parce que nous avons des principes clairs qui guident notre action notamment, ce principe cardinal qui est attrait à la loi numérique, à la loi des nombres, aux effectifs réduits. En ce qui concerne les examens d’Etat, à nos élèves, je dirais il faut se concentrer, il faut s’armer mais je crois que mes enfants sont suffisamment préparés parce qu’ils ont mon discours et je suis sûr et certains que nous ferons de très bons résultats parce que les principes de formation sont clairs et pour les résultats, ils vont y enjamber.

AU REVOIR LES AMIS, AU REVOIR LES ENSEIGNANTS, VIVE LES VACANCES ! VIVE L'ÉCOLE MODERNE LA MAÏEUTIQUE !
AU REVOIR LES AMIS, AU REVOIR LES ENSEIGNANTS, VIVE LES VACANCES ! VIVE L'ÉCOLE MODERNE LA MAÏEUTIQUE !AU REVOIR LES AMIS, AU REVOIR LES ENSEIGNANTS, VIVE LES VACANCES ! VIVE L'ÉCOLE MODERNE LA MAÏEUTIQUE !
AU REVOIR LES AMIS, AU REVOIR LES ENSEIGNANTS, VIVE LES VACANCES ! VIVE L'ÉCOLE MODERNE LA MAÏEUTIQUE !AU REVOIR LES AMIS, AU REVOIR LES ENSEIGNANTS, VIVE LES VACANCES ! VIVE L'ÉCOLE MODERNE LA MAÏEUTIQUE !
commentaires
1 2 > >>