Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

religion

« Le culte de la violence faite aux maux Matsouanistes nous fait rêver ! Aucune fois nos ancêtres ne nous avaient demandé de nous venger », a déclaré Ntumua NGANGA

Publié le 20 Juin 2022 par André LOUNDA dans Religion

L'Histoire de la Déportation des Matsounistes de Brazzaville en 1959 a été au centre d'une conférence-débats organisée le samedi 18 juin 2022 au Kimoko KINATA de Bacongo à Brazzaville par la Communauté Spirituelle Ngunza-Matsouaniste que dirige Mbuta MASSENGO MBEMBA. Au menu de cette rencontre, expliquer et enseigner la véritable histoire que les anciens Matsouanistes ont vécu en 1959 à leurs fidèles et aux curieux. Maman LIKIBI et Ntumua NGANGA ont développé quatre sous thèmes suivants: Le courant Culturaliste, Violence Faite aux Matsouanistes, La Force de l'Engagement et la Bravoure de ces Femmes et de ces Hommes. La Déportation est pour les Matsouanistes un moment où Dieu a aidé les anciens d’avancer vers leur idéal, un moment de capitaliser leur résistance.

La vérité historique de la déportation des Matsouanistes en 1959 par les colons français n'est jamais bien enseignée au Congo Brazzaville. La violence faite aux Matsouaniste est un fait réel et même au niveau des pouvoirs publics de notre pays, c’est reconnu. Cette violence ne commence pas en 1959 mais, c’est depuis le Royaume Kongo, pillé, saccagé et ce fut un moment difficile et Kimpa Vta était envoyé pour le restaurer, elle est morte au bûcher. Et comme si l'ombre du colonisateur continue à planer sur les congolais. Mais d'où viennent-ils, ces Matsouanistes ? Et que veulent-ils ? Pourrait-on s'interroger ! Adeptes d’ André Grénard MATSOUA, successeur de Simon KIMBANGU et de Kimpa kia Mvita, des illuminés du Royaume Kongo, ce grand royaume qui jadis s'étendait de l'Angola au Congo, en passant par la République Démocratique du Congo, les Matsouanistes considérés par les colons comme des têtus, eux-mêmes se prennent pour des hommes et femmes intègres, respectueux des biens de l'Etat. S'agissant de la violence subie par les Matsouanistes, parmi eux s'y trouvaient des traîtres, tel MALANDA Roch les blancs avaient corrompus certains Matsouanistes afin qu’ils trahissent leur communauté.C'est . Toutefois, bien qu'ayant enduré les tortures et les violences, les Matsouanistes les considèrent comme un sacrifice. Pour l'orateur, la vérité historique des Matsouanistes est une dimension spirituelle de cette communauté. D'où l'implication spirituelle aux actuels Matsouanistes qui croient tenir bon dans la pérennisation de l'œuvre de Mfumu MATSOUA. Ainsi, la violence faite aux Matsouanistes devrait engendrer une solidarité de leur part. Car, en toute chose, il y a un prix à payer.

 Maman LIKIBI, la première oratrice dans sa communication a abordé le Courant Culturaliste. Il est dit sen kongo," MIA KU MBAZI MIA BANTU; MIE KU KATI MIA NZAMBI". En effet, le courant culturaliste semble transposer la notion de nature humaine du niveau des habitudes et des comportements imposés aux individus par la société, respect vénérable de l'institution familiale, respect de la propriété, comportement insolent des moins anciens envers les plus anciens.

Nzambia A Mpungui Tulendo sonde le cœur de chacune et chacun de nous; Nzabia  A Mpungu Tulendo aime la droiture", a-t-elle déclaré. Comme elles se présentent, nos traditions et nos croyances ne valent que pour notre société, et c'est peut-être pour cela que nous avons tant de mal à admettre les valeurs des autres civilisations. Leurs coutumes n'étant pas les nôtres, elles en deviennent méprisables ou ridicules. Ne soyez esclave d'aucune créature, même de son propre corps; se servir sans crainte de différentes choses, mais savoir où, quand, comment et jusqu'à quel point s'en servir.

"MAMA, TATA, souviens toi que, les pensées mènent tout le monde, alors que personne ne pense"

Nous constatons que la plupart des femmes ou des hommes rangent leur opinion du côté du plus grand nombre, et l'opinion finit par être celle du tout, effaçant ainsi toute originalité. L'expérience des anciens démontre l'importance insoupçonnée de ce phénomène que vous auriez du mal à imaginer. Observons ensemble l'expérience très édifiante suivante: Un homme est placé dans une salle à côté d'autres personnes qu'il croit être comme lui des volontaires. En réalité, les autres sont tous des acteurs. Des tests visuels aux réponses évidentes sont proposés les uns après les autres au soi-disant groupe de volontaires. Chaque intitulé de question est projeté sur un écran. L'expérimentateur a expliqué au stagiaire qu'il devait répondre dans un premier temps en utilisant une feuille et un stylo; ensuite, au bout d'une minute de réflexion,, chaque membre du groupe exprimera oralement sa réponse à chaque question; chacun parlant à tour de rôle, selon un ordre déterminé au hasard. Le stagiaire a alors la possibilité de modifier sa réponse en fonction des réponses des autres personnes du groupe, s'il s'est rendu compte qu'il s'est trompé.

MAMA, TATA, il est dit en lingala,"BA JUGES YA NZELA", autrement dit en français, «les juges de la rue"

Les Juges de la rue comme des techniciens de manipulation des foules utilisent cette méthode. Les techniques de manipulation comme la publicité, sont fondées sur les observations issues de ces expériences de comportement de groupe. Le fidèle, le ngunza, a fait l'effort de renaître pour réapprendre. Le rôle du NGUNZA est de lui procurer des sensations dont l'interprétation ne soit pas faussée. Notre parcours spirituel semble, en cela, conforme à la vision de nos ancêtres car, ils entendaient par ngunza, un envoyé, un représentant, un messager, qui parlait au nom d'un chef, d'un héros ou d'un prophète; ou encore comme quelque chose de grand, NZAU NGUNZA, grand éléphant. La conversion nous fait passer par une suite d'épreuves qui avertissent le ngunza que l'interprétation qu'il fait des sensations en provenance du monde extérieur peut l'égarer.

Dans la communauté NGUNZA, la coutume ne va plus de soi, seul règne le rituel, intemporel, au milieu des symboles dont notre vision et notre pensée se disputent les influences.

Le travail sur les symboles fait travailler nos sens et notre pensée, il met en jeu notre cerveau. Petit à petit, il nous fait prendre conscience d'une fait travailler nos sens et notre pensée, il met en jeu notre cerveau. Petit à petit, il nous fait prendre conscience d’une autre réalité, loin des influences auxquelles sont soumis les non spirituels. La vie pendant le kimoko fournit aux fidèles une réalité tangible. Cette réalité se manifeste au travers d’un rituel dont les actions sont répétées inlassablement. Le ngunza doit comprendre que l’enchainement d’actions inlassablement répété n’a pas forcément valeur de causalité, et encore moins de vérité. Il entame alors un chemin difficile, en entrant dans une démarche d’analyse critique des raisonnements et des valeurs qu’ils n’avaient jamais remis en doute, mais qui reposent pourtant sur des coutumes et des usages imposés par un conformisme social puissant.

Nous sommes en recherche d’une harmonie entre la pensée et l’action, harmonie qui se traduit par la création parfaite, en équilibre avec son environnement, et conforme aux souhaits de celle ou celui qui en est à l’origine.

« Il n’y a pas de vengeance chez les Matsouianistes, l’humiliation vécue par nos ancêtres doit être enseigné de générations en générations. Cette violence exige en nous une grande solidarité, l’amour. Elle a un caractère sacré pour les Matsouanistes. Qu’est-ce que les Matsouanistes avaient fait pour mériter ce supplice ? », a conclu Ntumua NGANGA

commentaires

OBJECTIVATION, APHASIE COLONIALE ET HISTOIRE DE LA DÉPORTATION DES MATSOUANISTES DE BRAZZAVILLE(1959)

Publié le 16 Juin 2022 par André LOUNDA dans Religion

Les Matsouanistes un mouvement religieux issu d'un mouvement de résistance anticolonialiste fondé à Paris en 1926 par André Génard MATSOUA. En 1959 les matsouanistes constituaient un groupe de personnes qu’on projetait de faire disparaître qui furent déportées de Brazzaville vers le nord du pays, le 28 juillet 1959. Ce fut une période douloureuse, les matsouanistes traités d’objets indésirables, la solution adoptée fut de les déporter vers Fort-Rousset (Owando), Boundji, Kéllé, Makoua, Djambala, Lékana, Abala, Gamoma, Sibiti, Mossendjo et Mvouti. A titre de mémoire la Communauté Ngunza-Matsouaniste a organisé un grand culte commémoratif le mercredi 15 juin 2022 au temple KOMOKO KINATA de Bacongo et une conférence-débat sur l’histoire de la Déportation sera animée le samedi 18 juin à 14 heures au N°12-14, rue Nkouka Batéké à Bcongo Brazzaville.

Dans sa prédication, Mbuta MASSENGO MBEMBA, Ngudi Nganga (Chef Spirituel) de la dite communauté a exhorté les fidèles sur le thème : « La Bravoure de ces femmes et de ces hommes ».

UNA U TATA : Quelle est la fonction primitive du langage ?

De manière générale, c’est d’établir une communication en vue d’une cooopération. Par le langage, on transmet des ordres ou des avertissements ; il prescrit ou bien il décrit. C’est l’appel à l’action immédiate, c’est aussi le signalement de la chose ou de certaines de ses propriétés, en vue de l’action future.

Des femmes et des hommes armés seulement, de leur courage, de la force de leurs convictions et de la prière se sont dressés cotre la tyrannie afin de tracer la voie qui mène à la réalisation de leur idéal.

Un sage nous a dit, «  on ne peut d’ailleurs pas comprendre l’entrée de ces nations dans la modernité sans évoquer la lutte livrée par ces personnages, leurs idées et leurs victoires, leurs aspirations et leurs échecs ».

Je ne suis pas le seul à être captive par l’action de Mfumu MATSOUA. Il a fasciné ses contemporains. D’abord les autorités coloniales au Congo, qu’il a tour à tour convaincues, intriguées et menacées à un point tel que ses moindres mouvements ont été épiés, ses lettres saisies, sa liberté physique confisquée.

La surveillance dont il a fait l’objet et les enquêtes menées sur ce que les services coloniaux ont tôt fait de baptiser « l’affaire Balali » ou « balalisme » a suscité une correspondance inouïe qui couvre un bon quart de siècle, de 1926 à 1950.

En effet, la femme ou l’homme de mérite doit accepter toutes les réputations qui aliènent et déshonorent afin d’honorer notre humanité.

La condamnation ne me fait pas peur, a dit Mfumu MATSOUA, d’autres viendront qui reprendront mon action. Je voudrais que cela soit clair une fois pour toute. Contrairement à ce qui est dit, l’action de Mfumu MATSOUA ne se limite pas à sa tribu.

Notre organisation est spirituelle et se situe au-dessus des régions, au-dessus des races. Elle se propose d’élever le niveau moral et intellectuel de la femme ou l’homme.

L’Amicale créé par Mfumu MATSOUA se définit par un bureau dont le Président est la pierre angulaire et il est inamovible, a dit Mfumu MATSOUA. Mais on y trouve aussi des membres honoraires tel que le Gouverneur Général, le Ministre des colonies, le directeur de la samaritaines…ect.

Le Ngunza aspire à une harmonie sereine, à la conquête du sens de la culture et la civilisation, de la civilisation rapportée à ce qu’il a plus fondamental dans l’être-humain et qui lui permet de se déployer selon toutes ses ressources intérieures.

                       « MAMA, TATA, (Papa, Maman) agis comme un apprenant »

Il est temps de nous remettre en cause et de revoir notre façon de faire, de se concentrer non pas sur des querelles mais plutôt sur la progression afin de faire avancer la société, a-t-on appris.

Plusieurs courants, doctrines et modes de pensée sot véhiculées autour de nous, ce qui peut dérouler certains esprits « fragiles » ; car dans ce monde où les uns se ferment aux autres, la femme tolérante ou l’homme tolérant devient l’enseignant de lui-même. Celui qui est maître de lui-même est plus grand que celui qui est maître du monde. Il faut se connaître pour être maître de soi faire renaître l’espoir de vivres.

                          « MAMA, TATA, comporte-toi comme un sauveur »

Certes, la vie ne te donne pas les personnes que tu veux ; elle te donne ceux dont tu as besoin, pour t’aider, pour te blesser, pour t’aimer, pour te quitter, et pour faire de toi la personne que tu es ; c’est alors que le kimoko nous rappelle que s’engager, c’est se lier à une cause, promettre de la servir et de se soumettre aux obligations qu’elle impose.

L’engagement donne un sens à l’action. L’équilibre intérieur de l’engagé est de construire son temple intérieur ; ce temple de NZAMBIA A MPUNGU. Telle est l’une des missions assignées aux femmes et aux hommes d’aujourd’hui dans cette société où la montée de la violence éloigne la femme ou l’homme du chemin de la vérité.

                   « MAMA, TATA, sois comme une femme ou un homme de sanctification »

Le Ngunza est l’expression vivante et parlante de l’amour.

Comment avoir la prétention d’aimer les autres ou de les aider si on n’a pas tout réglé avec soi-même ?

Nous entendons souvent, autour de nous, ce qui suit, « nous ne sommes que des femmes ou des hommes avec nos défauts ». Dire cela, ressemble à un constat d’échec, et que le travail spirituel s’est donc arrêté. Or nous savons que le travail ne s’arrête jamais.


Rappelant qu’en juillet 1959, la colère des jeunes de l’UDDIA se rattache explicitement aux violents événements de février de la même année. Ce lien, la lecture attentive des documents fait apparaître que les rapports le construisent délibérément. Ainsi, quand le rapport du Bureau des études 27 précise que les Balali (du Sud, partisans de Fulbert Youlou) désirent, animés par un sentiment de victoire, éliminer les Mbochi (des gens du Nord, partisans de Jacques Opangault), la même phrase est reprise le même mois dans un rapport politique. Mais là, les matsouanistes sont substitués aux Mbochi. Autrement dit, si selon le premier rapport les Balali veulent s’en prendre aux Mbochi, le second indique que ce sont les matsouanistes qui sont visés par les Balali. Bien que politiquement indifférents, en théorie, les matsouanistes se retrouvèrent mêlés au conflit politique opposant Youlou et
Opangault, alors qu’ils ne soutenaient ni l’un ni l’autre. Jean- Pierre Bat estime que ce sont les événements de février qui poussèrent les autorités françaises à consolider le pouvoir de Youlou, dans l’espoir d’éviter l’escalade de la violence.

Ici, le glissement de « Mbochi » à « Matsouanistes », destiné à faire de ces derniers les objets de l’agression, est lourd de sens. 
Prétendre que les matsouanistes sont devenus l’objet d’agressions par les partisans de Youlou après les violents affrontements de février 1959, c’est là une invention des administrateurs français dont on peut supposer qu’elle correspond à un changement de politique délibéré.
Depuis les événements de février 1959, les incidents s’étaient répétés périodiquement. Après les élections de juin, la violence s’intensifia. Sans surprise : « Tout le monde savait qu’ils allaient pourchasser les matsouanistes. »
                                                                                        

commentaires

« Une famille divisée ne peut pas vivre le miracle de Dieu parce que Dieu n’est pas en eux », dixit le Révérend Carl BICKYDOUX

Publié le 13 Juin 2022 par André LOUNDA dans Religion

« La Délivrance des Familles, Esther 4, » versets 15 à 17 qui stipule : « 15 Esther envoya dire à Mardochée:16 Va, rassemble tous les Juifs qui se trouvent à Suse, et jeûnez pour moi, sans manger ni boire pendant trois jours, ni la nuit ni le jour. Moi aussi, je jeûnerai de même avec mes servantes, puis j'entrerai chez le roi, malgré la loi; et si je dois périr, je périrai.17 Mardochée s'en alla, et fit tout ce qu'Esther lui avait ordonné », constitue le thème du Culte Spécial que le Centre Evangélique Christ Notre Rédempteur (CECR) a célébré le dimanche 12 juin 2022 à Brazzaville.

Un Culte de guérison et de bénédiction des familles qui s’est déroulé à Moukondo-Mazala, un quartier de Brazzaville, dans sa prédication sur la Délivrance des Familles, le Révérend Pasteur Carl BICKYDOUX, s’est appuyé sur la Parole de Dieu dans le livre d’Esther 4, versets 15 à 17 en introduisant son message comme suit : « J’espère que vous êtes convaincus comme moi que dans toutes les familles d’Afrique, il y a des sorciers ! Dans toutes les familles du Congo, qu’il y a des sorciers et cela s’est fait par des alliances scellées par nos ancêtres. Ces alliances sont sources des blocages dans nos vies. Les difficultés apparaissent dans les familles, on ne sait pas ce qui se passe dans le monde spirituel et c’est le moment idéal de voler les enfants des autres pour les sacrifiés », a laissé entendre le Révérend Carl BICKYDOUX.

« Nous avons besoin des hommes et des femmes de prière pour avoir la victoire », a lancé le Pasteur Carl BICKYDOUX.

Dans le passage Biblique d’Esther 4, versets 15 à 17, le Révérend BICKYDOUX a fait un aperçu imagé sur les quatre principaux personnages à savoir : le Roi Assuérus par l’image de Jésus-Christ, Mardochée par l’image du Saint-Esprit, Esther par l’épouse du Christ et Hamann par Satan. « Combien des gens sont contents quand le malheur nous atteint ? A cette interrogation, le Révérend Carl BICKYDOUX a exhorté et encouragé les fidèles de prier et de jeûner. « La Bible est claire, il y a des esprits qui ne sortent que par le jeûne et la prière ». Si tu veux l’élévation, tu dois apprendre à jeûner et à prier », a lancé le Révérend.

Aussi, il a ajouté qu’il y a des esprits qui sont attachés à toi jusqu’à aujourd’hui, c’est parce que tu ne jeûnes pas et tu ne pries pas. « Une famille divisée ne peut pas vivre le miracle de Dieu parce que Dieu n’est pas en eux », a déclaré le Pasteur Carl BICKYDOUX.

Poursuivant sa prédication, l’orateur s’est appesanti sur les caractéristiques des lois spirituelles établies qui sont à l’origine des blocages et des malheurs tout en définissant qu’est-ce qu’une loi.

Décortiquant ces différentes lois, le Révérend a commencé par la loi de l’instabilité, une loi très présente dans les coutumes et familles. Ce dernier a exhorté les fidèles que pour sortir de l’instabilité, il faut se séparer de ses parents et apprendre à se prendre en charge. Plusieurs ont atteint 40 ans et qui attendent encore une assiette chez les parents, il y a la loi du célibat, plusieurs personnes sont dans un célibat chronique qui se caractérise à donner des naissances chez les parents, impossibilité de se marier. Il a avoué que ce sont des choses que l’on doit combattre. La loi de veuvage, dès que tu trouves un mari après le mariage, le mari meut, il a donné quelques exemples palpables vécu dans la ville de Brazzaville. Le révérend a martelé sur la loi de la stérilité la loi de la pauvreté, il a indiqué que si vous n’avez pas des moyens ne cherchez pas à remplir la terre, c’est l’esprit de la pauvreté. « S’il faut souffrir, il faut souffrir seul que d’aller vivre encore chez les parent », a-t-il souligné.

La loi des maladies, à cette loi le Révérend a donné un sens en déclarant qu’on ne veut pas te voir mourir mais on veut voir souffrir par une maladie.

La loi du chômage, pour le Révérend BICKYDOUX, il y a des gens qui travaillent mais qui ne progressent pas ! Quelqu’un pense qu’il travaille or, il est esclave.

En qui concerne la loi du manque de voyage depuis qu’il est né à Ngamakosso, il n’a jamais été même à Ignié et pour d’autres leurs voyages ne s’arrêtent qu’à Kintélé ou Ngangalingolo. Le Révérend conclu son message par la loi d’être un objet de malheur partout où tu passes, tu n’apportes que la poisse, tout ce que tu touches ne peux pas prospérer, de faire attention à toute personne qui s’approche ou qui marche avec toi dès que tu lui dis que dans quelques jours tu vas te marier, son cœur ne sera pas tranquille.

Ces lois spirituelles que nous pouvons encore appeler par les « liens malsains » sont établis par des individus qui nous sont attachés de près, quand il s’agit de la famille, et de loin, quand il s’agit des autres relations établies dans le monde soit dans les sectes, soit dans les rapports sexuels…etc. La délivrance de l’emprise de la sorcellerie nécessite le brisement des liens malsains des familles et autres liens susceptibles d’établir les contacts impurs avec toutes sortes de puissances occultes par le jeûne et la prière.

Après son message, d’intenses prières de délivrance ont servi de clé pour la délivrance des familles sur certains aspects liés aux lois spirituelles qui bloquent les vies des chrétiens.

Le prochain rendez-vous est pris pour le dimanche 19 juin 2022 au Centre Evangélique Christ Notre Rédempteur, situé au N°08 avenue de la Démocratie Moukondo-Mazala à Brazzaville.

SOYEZ LES BIENVENUES !

commentaires

« Aujourd’hui, c’est le jour de la Pentecôte où Dieu a accompli ses promesses. C’est un jour de Fête et nous ne devrions pas être dans la tristesse », a déclaré le Révérend Carl BICKYDOUX

Publié le 6 Juin 2022 par André LOUNDA dans Religion

Pentecôte : « cinquantième jour », est une fête chrétienne  qui célèbre l'effusion du Saint-Esprit le cinquantième jour à partir de la Pâques sur un groupe de disciples de Jésus-Christ dont le douze Apôtres. Cet épisode est relaté dans la Bible par les Actes des Apôtres. Pour ne pas rester en marge de cet événement chrétien, le Centre Evangélique Christ Roi Notre Rédempteur en sigle CECRR qui a pour vision : « Ouvrir les Yeux des Aveugles », selon les Actes des Apôtres au chapitre 26 et au verset 18, après avoir animé un Séminaire durant 3 jours du 02 au 03 juin 2022 sous le thème : « Les Effets de la Puissance du Saint-Esprit ». Le Dimanche 05 juin 2022 au N°08 de l’Avenue de la Démocratie à Moukondo-Mazala a célébré le Jour de la Moisson de Dieu, l’Effusion du Saint-Esprit, le Grand Jour du salut, la Pentecôte par un grand culte d’actions de grâce rendu au Grand Roi, l’Eternel des Armées.

En effet, les fidèles de cette assemblée des saints ont commencé ce culte par la louange, l’adoration, la repentance, les actions de grâce et la prière.

Prenant la parole en premier, le Révérend Pasteur Gilbert BIKINDOU, le Visionnaire de l’église en état de convalescence a rendu grâce à Dieu par un vibrant témoignage sur ce qu’il a vécu dans le coma. « J’ai reçu la visite de notre Seigneur Jésus-Christ quand j’étais dans le coma. N’haïssons personne, ne chassons personne dans nos maisons, nous devrions nous aimer et j’ai pleuré », a-t-il déclaré. Puis il a exhorté les fidèles sur la mission de Jonas à Ninive. Il a demandé aux fidèles de changer de comportement car ils ont  besoin. « Si ton cœur est mauvais, Dieu ne vous recevra pas ! Dans la salle de l’hôpital où j’étais, j’ai vu des gens mourir ! Il faut faire du bien aux gens, d’éviter de faire le mal, il faut bénir ce qui vous font du mal ! », a-t-il ajouté.

Jonas envoyé par Dieu, change de direction, il est parti ailleurs dans une terre de joie. Dans le navire où il était la panique y a régné et quand on l’appelle, il est allé se caché ! Il faut savoir d’abord qu’elle est la personne qui est à côté de toi ? Jonas, lorsqu’on la posé la question, il a dit que j’ai fui Dieu !

« Il faut faire attention avec ceux qui sont proches de toi », a-t-il martelé. D’autres ne sont que des ennemis qui s’approchent de toi pour te décourager afin que tu puisses échouer. Prions et adorons Jésus, il est réel et il nous demande de nous aimer les uns et les autres et il faut que nous soyons unanime et c’est à partir de là que les choses vont marcher. Frères, sœurs, Papa, Maman aidons les autres. Jonas a fui l’œuvre de Dieu, enseignant la Parole de Dieu à ceux qui sont autour de nous ! Aimons-nous les uns et les autres, c’est le message que j’ai reçu du Seigneur. Pardonnons leurs de tout le mal qu’ils nous ont fait.

De son côté, le Révérend Pasteur Carl BICKYDOUX, le prédicateur du jour a déclaré qu’Aujourd’hui, c’est le jour de la Pentecôte où Dieu a accompli ses promesses. C’est un jour de Fête et nous ne devrions pas être dans la tristesse, 1 corinthiens 12, verset 8 à 10, Actes 1, verset 8, ces versets Bibliques  sur la mission des Apôtres, lui ont servi de base pour sa prédication. Il a rappelé l’auditoire que dix (10) jours après l’ascension de Jésus-Christ, c’est là où ils ont reçu le Saint-Esprit. Pierre, le peureux était devenu courageux ce jour-là ! Les Apôtres attendaient la promesse de Jésus et ils l’ont reçu ce qu’ils attendaient dans la prière et le jeûne et se sont les effets de la puissance de Dieu.

Poursuivant sa prédication, le Révérend BICKYDOUX a présenté le thème du jour : « Le Don de foi », c’est ce qui permet à un Serviteur de Dieu d’opérer les miracles de manière extraordinaire tout en s’appuyant sur les saintes écritures de Jean 14, versets 38 à 40, il a révélé que c’est là où Jésus nous a démonté le don de foi. « Tout le monde peut t’abandonner mais Jésus-Christ n’abandonne personne », a-t-il lancé. « Car je suis avec vous jusqu’à la fin des temps », une promesse de Jésus-Christ.

Qui pouvait croire que Lazare devrait ressusciter ? Mathieu 17, versets 14 à 20.

« Le Saint-Esprit change de vie, là où on était malheureux on devient joyeux ! Dieu ne ment jamais on ne peut pas parler du Saint-Esprit et partir comme l’on est venu ».

-« Le don de guérisons », sur ce principe, le Révérend Pasteur a expliqué qu’il y a la guérison morale, physique et spirituelle. Partout où Jésus passait, il y avait des guérisons, Actes 3, verset 1, Le Révérend BICKYDOUX a pris l’exemple sur la guérison d’un boiteux qui s’asseyait devant le Temple de Jérusalem et qui attendait de l’aumône et qui fut guéri par Pierre, Actes 8, versets 7 à 8. Aussi, il a ajouté que Philippe avait aussi un don de guérison et opérait des miracles.

Pour conclure sa prédication par un dernier point, « le don des miracles », c’est ce qui signifie que tu opère de façon surnaturelle les miracles, les signes et les prodiges marchent ensemble. La peur s’installe au milieu des hommes là où tu foules tes pieds. Lorsqu’on parle des miracles, il y a les signes. Actes 9, versets 38 à 42, Tabitha était morte mais par la prière des Apôtres et la puissance du Saint-Esprit, elle était appelé par la ressuscitée. Et pour terminer dans 1 Corinthiens 11, verset 23 suivi par la prière de guérison des malades, la délivrance des captifs, par la manifestations du Saint-Esprit dans cette église, les captifs ont été libérés, Dieu s’est manifesté et le grand jour s’est levé, Dieu donne le plein salut, le Saint-Esprit est là !

Le rendez-vous est pris pour le dimanche 12 juin 2022 par un culte spécial placé sous le thème : «  La Délivrance des Familles » de 09 heures à 12 heures au N°08 Avenue de la Démocratie, Moukondo-Mazala.

 Soyez bénis !

commentaires

La Renaissance Sémite par le Nzobi

Publié le 5 Juin 2022 par André LOUNDA dans Religion

Grand Maître Rama IKINDA, Président de l’Association National des Nzobis du Congo a animé une conférence causerie-débats sur le Nzobi, le samedi 04 juin 2022 dans la salle des mariages de l’Arrondissement 5 de Brazzaville Ouenzé.

Dans sa communication, Grand Maître Rama IKINDA a fait savoir que dans le Nzobi, il n’y a pas des inconvénients mais, il faut respecter les principes et il faut éviter de faire le mal dans la société. Qu’il ; y a toujours des erreurs que l’on peut commettre mais, il y a le pardon et il y a des enseignements ésotériques pour les initiés dans le Nzobi. Pour Maître Rama, le Nzobi ne peut pas s’exporter en Europe ou ailleurs parce que c’est ici en Afrique où il y a des forêts sacrées. Un européen peut se faire soigner ou se faire protéger par le Nzobi. Selon lui, la trinité n’existe pas dans le Nzobi, elle fait partie des théories spirituelles européennes par contre, la réincarnation existe. Il a déclaré que Simon KIMBANGU et André Grenard MATSOUA sont des âmes réincarnés, c’est pour cela qu’ils étaient brillants. Si tu Prétends être un illuminé, est-ce que tu as été initié ? Si tu ne passes pas dans une école, tu ne feras rien !

Selon lui, le Nzobi, est la seule pratique initiatique qui n’a pas disparu pendant la colonisation. Au Gabon, à Zanaga , Mayoko et à Kéllé, le Nzobi n’a pas été vaincu par les colons, les blancs ont échoué. A Zanaga, le temple du Nzonbi existe encore depuis 1944.

Le Nzobi, est u,ne école initiatique différente du Ngunza. Dans le Nzobi, la foi n’existe pas, il n’y a que des arcanes (Mantsuéki). Le Ngunza, c’est la religion des noires, le Nzobi, c’est l’école ésotérique.

Au cours d’une interview qu’il nous a accordé, le Grand Maître du Nzobi,  Rama IKINDA nous a donné quelques explications sur le Nzobi.

Qu’est-ce que c’est le Nzobi ?

Pour le Grand Maître, le Nzobi, estb une forme de spiritualité de la race noire, qui, prône des valeurs morales et spirituelles et qui combat tous les antivaleurs dans la société sous toutes ses formes. Le Nzobi, n’est pas n’est non plus une secte et même moins une secte extrémiste, c’est une école ésotérique sémite ce qui signifie noire et Kongo. Le Nzobi est là pour apprendre à l’homme à être droit, à apprendre à l’homme à combattre le mal sous toutes ses formes. Le Nzobi éradique la sorcellerie cannibalisme, le Nzobi éradique les antivaleurs. Le Nzobi est par excellence, cette école de spiritualité qui redresse la conscience de l’être humain.

Cette conférence que nous avons animé, c’est dans le but de prôner et de contribuer à ce que nous appelons la renaissance Sémite. Nous sommes dans une ère où les noires se cherchent et veulent revenir à leur identité culturelles à une époque où l’homme noire veut revenir sur les rails. Donc, nous qui sommes les pionniers de cet événement, nous sommes-là, c’est pour dire à tous les noires pour que nous sortions de l’acculturation que nous sortions des importations religieuses et spirituelles. C’est ce j’aime bien appeler par la colonisation religieuse, culturelle encore appelé par l’aliénation culturelle parce que nous avons une identité culturelle et nous avons une histoire et une spiritualité. Et donc, notre mission, c’est d’aider les noires à être eux et à se retrouver en eux même afin que nous puissions évoluer ! Parce que jusqu’à présent l’Afrique est le dernier continent pour la simple et unique raison que Kama, ce qui signifie Afrique, l’Afrique a abandonné son histoire, a abandonné sa culture, a abandonné ses valeurs. Il y a eu un imminent homme politique de chez-nous, Pascal LISSOUBA qui disait que : « tout peuple qui ignore sa culture est un peuple sans avenir ». Et donc, aujourd’hui, nous ignorons notre culture, nous sommes perdus à jamais. C’est pourquoi, j’ai eu la noble mission de mes ancêtres de venir prêcher le retour 0 l’authenticité par le biais du Ngunza, du Nzobi qui fait partie de la spiritualité Ngunza.

-Quelle différence faites-vous entre le Nzobi et le christianisme ?

* Nous croyons au Nzobi parce que c’est local. Nous croyons au Nzobi parce que c’est une spiritualité de chez-nous ! Nous devons croire au Nzobi parce que c’est une spiritualité qui prônent les valeurs de chez-nous et qui combat les antivaleurs ! Dans notre pays, le Chef de l’Etat a bien insisté sur la lutte contre les antivaleurs ! Dans nos familles on ne peut pas s’épanouir et on ne peut pas se développer quand nous sommes des esclaves des antivaleurs, tant que nous sommes des esclaves des antivaleurs. On est là pour redresser l’homme pour combattre les antivaleurs et combattre le mal sur toutes ses formes. Donc, la différence entre le Nzobi et le christianisme, c’est que le christianisme est importé et on nous l’a imposé ! Je dis bien importé et imposé à un peuple. Nous n’avions jamais demandé aux colons de nous importer et imposer une religion ! Alors que le Nzobi n’a jamais été imposé et il est naturel, il est local et puis authentique, il est là pour la conservation des valeurs, la pérennisation de ses valeurs africaines et congolaises.

-Comment peut-on adhérer au Nzobi ou bien se convertir au Nzobi ?

*Il faut que vous devenez membre de notre association, il y a des droits d’adhésion à payer, ils sont modiques ce n’est pas aussi chers, vous devriez verser cette modique somme, apportez 2 cartes photo d’identité et en ce moment-là, vous êtes membre de l’ANC et ensuite, vous allez apprendre les principes du Nzobi au sein de notre association. On vous parlera et en vous expliquera le Nzobi et une fois que vous vous sentirez prêt de servir le Nzobi, à servir cette spiritualité, à être pervers aux méchants, à prôner les valeurs morales dans notre société, à être bienfaiteur en ce moment-là, on peut bien vous initiez dans le Nzobi pour que vous soyez utile dans votre famille, utile au continent africain.

A noter que Maître Rama IKINDA est Médecin-Biologiste, Directeur de l’école ésotérique ODK, Directeur du Centre LUSALUSU, Président de l’Association National des Nzobis du Congo en sigle ANC, écrivain, auteur de trois ouvrages à savoir : Les Secrets de la Guérison ; La Spiritualité Authentique et la Protection contre les Envoutements.

Contact :+242069913197

commentaires

Le FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à Brazzaville

Publié le 16 Mai 2022 par André LOUNDA dans Religion

Le FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à BrazzavilleLe FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à Brazzaville

En République du Congo, les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de l’halieutique constituent un des piliers de la croissance et de la diversification économique qui doivent contribuer significativement à la création d’emplois durables, à la sécurité et à la souveraineté alimentaire. Pour relever les défis qui subsistent encore et participer à la diversification de l’économie, créer des emplois et contribuer à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté prônées par le Président de la République, Chef de l’Etat son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO dans son projet de société, « Poursuivons la marche », c’est dans ce contexte que la Fondation Papa Simon KIMBANGU de l’Eglise de Jésus-Christ sur la Terre par son envoyé Spécial Simon KIMBANGU a procédé le dimanche 15 mai 2022 à la Paroisse Kimbanguiste du Plateau des 15 ans de Brazzaville à la signature d’un contrat de partenariat avec le Fonds d’Impulsion et de Garantie et d’Accompagnement des PME, des Très Petites Entreprises  et de l’Artisanat en sigle FIGA.

La cérémonie officielle y  relative avec l’appui et le soutien du Président de la République, Chef de l’Etat, son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO le grand Bâtisseur des projets agropastoraux pour la matérialisation en République du Congo, de l’initiative « Tolona mpe Tobokola » (Cultivons et Elevons) lancée par Papa Simon KIMBANGU KIANGANI, Chef Spirituel Légal de ladite église à travers son interface socio-économique, la Fondation Papa Simon KIMBANGU (FSK), à travers son bureau de représentation nationale en République du Congo en vue de relancer les activités agropastorales dans le Centre Agricole Kimbanguiste Pilote de Koudzoulou a été rehaussée par la présence de Madame Stella MENSAH SASSOU NGUESSO, Présidente du Conseil Départemental et Municipal, Député et Administrateur-Maire de la Commune Urbaine de Kintélé, de Prince Bertrand BAHAMBOULA, Directeur de Cabinet de Madame la Ministre en charge des PME, de Fridolin MBOULOUKOUE, Directeur Général du FIGA, de l’Administrateur-Maire de Moungali et bien d’autres invités.

Du déroulement de la cérémonie

« L’autosuffisance alimentaire partira de Kounzoulou, nous devrions rétablir notre relation avec Dieu », a déclaré la Révérende Pasteur Francine Sylvie NKALA au cours de sa prédication en s’appuyant des livres des Saintes Ecritures des Psaumes 100, versets 1 à 5 ; Exode 20, versets 1 à 17 ; Esaïe 7, verset 14 ; Genèse 2, versets 5, 7, 8, 15. Elle a rappelé l’auditoire que le mois de mai est un mois de paix, le mois qu’ils célèbrent la naissance du Christ, le mois de la louange et le mois de partage. « Que tous les peuples de la terre glorifient le Seigneur en entrant dans ses parvis par des cantiques et louanges », a –t-elle lancée. Poursuivant sa prédication, elle a rappelé l’auditoire que Noël, c’est le temps du pardon et nous devrions pardonner à tous ceux qui nous ont offensé. En ce qui concerne le travail, la Révérende a fait savoir qu’à l’époque coloniale nous avons cru que le travail, c’est de l’esclavage ! Parce qu’on voyait  l’homme blanc qui était assis et qui ne donnait que des ordres et on le portait en tipoye. « Si tu ne travailles pas, c’est un péché », « c’est le travail qui donne l’équilibre à l’homme, c’est le travail qui donne la santé, le travail est bon », a-t-elle renchéri.

2 Thessaloniciens 3, versets 10 à 12, dans ce passage, la révérende a souligné que les Thessaloniciens étaient dans l’oisiveté et l’immoralité s’y installé parce que les gens ne travaillaient pas ! On attend Dieu par le travail, l’inactivité n’a pas de place dans la vie d’un chrétien.

« Si le Congo doit devenir un paradis terrestre, c’est par le travail, le précieux trésor d’un homme, c’est son travail. Plusieurs gens se sont détournés du travail et sont dans le vol », a conclu la Révérende Francine Sylvie NKALA.

Dans son discours de circonstance, Madame Stella MENSAH SASSOU N’GUESSO la marraine de l’événement prenant la parole sur la relance des activités agricoles au Centre agropastoral Kimbanguiste de Kounzoulou dans le district de Ngabé dans le Département du Pool a déclaré ce qui suit : En effet, lors du centenaire de l’église Kimbangiste tenu le 06 avril 2021 à Nkamba dans la province du Congo central en République Démocratique du Congo, je demandais à cette occasion à Papa Simon KIMBANGU KIANGANI, Chef Spirituel et Représentant Légal, la relance des activités agro-pastorales de Kounzoulou du fait qu’elle rêvait un intérêt de survie collective pour l’être humain. Le Congo notre pays, a toujours entrepris, sous la vision éclairée de notre Président de la République, Chef de l’Etat Son Excellence Monsieur Dénis SASSOU N’GUESSO, plusieurs initiatives dans le secteur de l’agriculture, la pêche et l’élevage, afin d’assurer l’auto-alimentation de son peuple. Parmi les partenaires à ce combat figurait l’église Kimbanguiste avec ce Centre de Kounzoulou dans le cadre du plan quinquennal 1982-1986, initié par notre Président de la République, qui est un grand artisan des métiers de la terre.

Poursuivant son propos, elle a pris un engagement et l’affirme par ce propos, « A cet effet, je défendrai et je soutiendrai le partenariat avec les Kimbaguistes pour la simple raison, le Dieu Tout Puissant dès la création du monde avait déjà confié l’exploitation et la gestion rationnelle des terres aux hommes de Dieu, conformément au livre de Genèse 2 : 15 « L’Eternel Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin pour le cultiver et pour le garder ».

Pour conclure, elle a lancé un appel pressant aux décideurs politiques et administratifs, aux partenaires multiformes, aux fidèles et sympathisants Kimbanguistes, à participer à l’attente des objectifs de ce grand chantier agro-pastoral qui va contribuer énormément à l’amélioration de l’alimentation dans nos ménages. « Croyez-moi, l’envoyé Spécial Papa Simon KIMBANGU, s’est battu non seulement pour l’indépendance politique, mais également pour une indépendance dans d’autres domaines de la vie, tels que : l’indépendance alimentaire, qui conduit entre autres à la souveraineté d’un peuple ». « Je demande à nous tous ici présent, de s’impliquer sans relâche dans l’atteinte des objectifs assignés pour ce projet que je baptise humblement Kounzoulou espoir de tout un peuple.

« Kimbanguiste, to lona pe to bokola pona koleyisa mokili »(Kimbanguistes, plantons et élevons pour nourrir la planète », a lancé Stella MENSAH SASSOU N'GUESSO.

De sa part Armel NKUMBI, le Chef de la délégation venue de Nkamba dans son discours au nom de Sa Divinité Papa Simon KIMBANGU KIANGANI, Chef Spirituel et Représentant Légal de l’Eglise Kimbanguiste, Président du Conseil des Membres Fondateurs de la Fondation Papa Simon KIMBANGU « FSK » a dit comme suit : « Ce jour, cette cérémonie marque le début du partenariat entre le FIGA et l’Eglise Kimbanguiste à travers son interface socio-économique qui est la Fondation Papa Simon KIMBAGOU « FSK ». Ce partenariat revêt une importance capitale pour les deux parties en ce qu’il vise la promotion de la politique de l’autosuffisance alimentaire et la lutte contre la pauvreté prônées par Monsieur Dénis SASSOU N’GUESSO dans son plan quinquennal 2021-2026. Pour l petite histoire, Papa DIANGIENDA KUNTIMA Joseph, Fils cadet de Papa Simon KIMBANGU et 1er Chef Spirituel et Représentant Légal de Eglise Kimnanguiste avait annoncé le dimanche 22 mai 1983 ici même à Brazzaville, dans cette paroisse Kimbanguiste de Plateau des 15 ans, la création du Centre Agricole de Kounzoulou, et posera la première pierre le 13 juillet de la même année, suivi du début des travaux, en présence des membres du Collège Exécutif National de l’Eglise Kimbanguiste en République du Congo et de plusieurs invités dont notamment le Ministre de l’agriculture de l’époque, le sous-préfet de Ngabé, sans oublier les autorités traditionnelles des villages Mbé, Imbama et Kounzoulou. Il y avait également la présence remarquée d’une quinzaine de jeunes venus de Kinshasa en provenance d’un autre centre agricole Kimbanguiste, celui du Plateau Batéké à Ndunu à quelques kilomètres du Centre-ville. Avec l’implication personnelle de Papa DIANUENDA KUNTIMA Joseph et le dévouement de tous les fidèles Kimbanguistes, en majorité des jeunes, la première campagne de 1983-1984 avait couronnée de franc succès.  La suite a été très éloquente si bien qu’en 1988, ce centre a été surnommé « Le Grenier du Congo et le nourricier du monde ». Un produit foire, le coton, sorti de terre de ce centre de Kounzoulou, fut reconnu de meilleure qualité dans le monde entier.

Après la signature du contrat de partenariat entre le FGA par son Directeur Général et le Directeur National de la Fondation Papa Simon KIMBANGU,  ETOU ALALI Armel,  pour Fridolin MBOULOUKOUE, il s’agit du soutien que le FIGA apporte à la Fondation Papa Simon KIMBANGU vu son engagement dans le domaine agricole.

A noter que le Centre de Kouzoulou couvre une superficie de 9.888 hectares, situé dans la sous-préfecture de Ngabé, Département du Pool, il s’étend : au Nord : du village Idouani en allant vers le village de Mbé et le district de Ngabé ; au Sud : la rivière Maï-Mpiri qui coule vers Maloukou en constitue une frontière naturelle ; à l’Est : le village  Kounzoulou et le fleuve Congo lui lui sont frontaliers ; à l’Ouest : le village Bourou et Imbama sur la route Odziba/Ngabé lui sont voisin. Le Centre Agricole Kimbanguiste Pilote de Kounzoulou est couvet par le permis d’Occuper N°012/2011/MID/DP/NGA/SG du 03 février 2011 signé par le Sous-Préfet de Ngabé ; Il est relié à d’autres localités administratives du district de Ngabé par la route nationale N°2. L’accès est facile. Pour manifester leur engagement les fidèles kimbanguiste tour à tour au cours de cette célébration par groupe ont apporté leurs contributions en matériels et en argent dans une ambiance festive impulsée par l’animation de la Fanfare Kimbanguiste et les Flûtistes Kimbanguistes.

Le FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à BrazzavilleLe FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à Brazzaville
Le FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à BrazzavilleLe FIGA entend accompagner  la Fondation Papa Simon KIMBANGU dans la relance de ses activités agricoles. Un protocole de partenariat a été signé à Brazzaville
commentaires

Louons l’Eternel avec, « Les Couleurs de SION » des Vainqueurs de Laodicée                                         

Publié le 9 Mai 2022 par André LOUNDA dans Religion

Louons l’Eternel avec, « Les Couleurs de SION » des Vainqueurs de Laodicée                                          
Louons l’Eternel avec, « Les Couleurs de SION » des Vainqueurs de Laodicée                                          

« Les Couleurs de Sion », est le titre d’un album de 13 titres du groupe chrétien dénommé le Vainqueurs de Laodicée de l’Eglise SION Tabernacle est mis sur le marché congolais du disque chrétien en République du Congo. A l’occasion de la sortie officielle de ce nouvel album, le dimanche 08 mai 2022 au palais des congrès de Brazzaville, un Méga concert dénommé "Le Rassemblement des Saints" a été animé avec la participation d’autres groupes et artistes chrétiens.

Débuté à 14 heures 30 minutes par la louanges et l’adoration, avant toutes choses, la salle du palais des congrès était prise d’assaut et une prière a été dite suivi par l’exhortation du Révérend Pasteur Germain MASSANGUI de l’Eglise SION Tabernacle, s’inspirant du Psaume 105 « Que tout ce qui respire loue l’Eternel », le Pasteur a expliqué que le but de son message est centré qu’autour de la louange. « Je dis deux choses : d’abord lorsque nous entrons dans le tabernacle ou dans le temple de l’ancien testament, on ne pouvait pas commencer à célébrer ou à faire le culte tant que tout qui était disposé dans le tabernacle ou dans le temple n’était pas mis en place depuis l’autel, d’abord on commençait par le lieu Très Saint, on avançait jusqu’à mettre l’autel des sacrifices et on devrait clôturer ça, c’est dans le tabernacle. Ce n’est qu’après quand tout est disposé que les sacrificateurs devraient célébrer dans le sanctuaire. Les 7 lampes sont allumées, les pains de prépositions disposés, tout est attablé, ce n’est qu’à partir de cet instant que l’adoration commençait. Amen et nous le savons que le tabernacle qui est devenu le temple dans l’ancien testament n’était qu’un modèle et que le vrai temple de Dieu, c’est l’église, c’est l’ensemble des élus. Cette grande maison, ce grand temple de Dieu. Dieu a commencé à la construire depuis le commencement.

Quand l’église est née le jour de la Pentecôte, on était entrain de disposer chaque élément du temple jusqu’à ce que la dernière chose arrive. Quand tout est disposé lorsque Salomon a consacré la maison et comme tout a été placé ! Vous savez ce qui était arrivé ! On a dit que les sacrificateurs n’ont pas pu célébrer parce que la nuée était entrée dans la maison. Or comme nous le savons, Dieu avait un grand rendez-vous avec l’humanité au temps de la fin. Depuis le commencement, il a commencé à monter ce grand édifice, brique sur brique et il a commencé avec Pierre, Jean et les autres, la chose a commencé à prendre place au fur et à mesure jusqu’à ce qu’arrive un William Marion Brahanam qui avait deux niveaux de ministère : restaurer ce que les Pierre avaient laissé qui avait été écrasé, Amen ! Et enfin, faire descendre la pierre faitière c’est-à-dire la révélation des 7 tonnerres, la révélation des 7 sceaux et quand tout cela descend, c’est en forme de nuée. La deuxième chose, la présence qu’il y a dans la louange, alors qu’Israël allait rentrer dans la terre promise, ils sont arrivés à la frontière, Moïse a envoyé des espions, ils sont partis, ils sont revenus avec le rapport. Et il y avait un obstacle devant eux à l’entrée pour empêcher Israël de rentrer dans la terre promise, cet obstacle s’appelait Jéricho ! Il fallait prendre la ville ! Je vous le dis que cette terre sur laquelle que nous marchons, n’est pas la propriété de Satan. Celui qui a crée cette terre, c’est ton Père, c’est ton Epoux, c’est ton Dieu ! Et, il a créé cette terre pour en faire la propriété de l’homme. Vous savez ! Qu’il y ait eu la chute et que l’homme a perdu le pouvoir de la terre mais la loi de Dieu dit, les terres ne se rendront point à perpétuité. Dieu avait établi le droit du rachat. Peu importe le temps et nous le savons que l’heure est arrivée pour que nous récupérerions notre propriété. Tout ce qu’il y a que nous voyons, qui nous emmerde, qui nous fait pleurer, qui nous introduit dans les deuils, des discours inutiles tout cela va bientôt passer…etc.

Du déroulement du concert,

Tour à tour les invités passaient et c’est le frère Duval MAYOMBO de SION Tabernacle qui a presté en premier par un cantique, « ça sera un coup », suivi du frère Pretty dans « A chacun sa place dans le tabernacle », le frère Médard ZOLA du Bethel Tabernacle dans « Un aiglon qui a écouté la voix de sa mère aigle et qui n’a pas pu se contenir », « Parmi nous, y a-t-il des aigles ? », a-t-il lancé.

Quand aux vainqueurs de Laodicée dans « Louez l’Eternel car sa miséricorde dure à toujours » ont presté les cantiques suivants : « A Golgotha, Jésus-Christ a versé son sang pour moi » de frère Roger, « Je veux te voir au ciel » de la sœur Esther, « Il y a trois choses à ne pas oublier » du frère Roger et bien d’autres cantiques riches en son, couleurs et bien arrangés ont été exécuté.

Le Producteur de cet album, satisfait pour sa contribution n’a pas manqué de maux à nos micros.

« Je suis le frère Joseph MOUKILA, chrétien de l’église SION Tabernacle. J’ai produit les Vainqueurs de Laodicée le groupe de notre église, je l’ai fait et si vous avez suivi certaines prestations qui sont passés ils parlaient de ce que chacun doit être à sa place. Je crois que dans l’église, il y a des prédicateurs, il y a des Pasteurs et il y a ceux qui soutiennent l’œuvre de Dieu, c’est tout cela pour bâtir l’œuvre de Dieu. L’album, « Les Couleurs de Sion » a treize (13) cantiques avec plusieurs intervenants. Après cet album, il y a des perspectives, et il faut commencer, quand on commence certainement ça ne sera pas moi qui produira, d’autres viendront pour continuer l’ouvre. Nous serons toujours disponibles si longtemps que les moyens nous les permettrons ! Nous serions toujours là pour soutenir l’œuvre de Dieu à travers nos moyens, à travers nos prédications.

En ce qui concerne le prix de cet album, il est vendu à 2.500 FCFA et il faut que tout le monde puisse s’en approprier. Mon dernier mot, c’est que tous devraient mettre justement lac main à la patte pour soutenir ce groupe. C’est un groupe assez important et on doit se battre pour soutenir l’œuvre de Dieu pour arracher les bénédictions, il faut oser ! Nous avons osé et que c’est une bonne chose ».

 

Louons l’Eternel avec, « Les Couleurs de SION » des Vainqueurs de Laodicée                                          
Louons l’Eternel avec, « Les Couleurs de SION » des Vainqueurs de Laodicée                                          
Louons l’Eternel avec, « Les Couleurs de SION » des Vainqueurs de Laodicée                                          
commentaires

CONFORM 2022 : Ah ! Qu’ils sont beaux les pas de ceux qui portent la Bonne Nouvelle qui annoncent le salut et la paix en Jésus-Christ

Publié le 25 Avril 2022 par André LOUNDA dans Religion

CONFORM 2022 : Ah ! Qu’ils sont beaux les pas de ceux qui portent la Bonne Nouvelle qui annoncent le salut et la paix en Jésus-ChristCONFORM 2022 : Ah ! Qu’ils sont beaux les pas de ceux qui portent la Bonne Nouvelle qui annoncent le salut et la paix en Jésus-Christ
CONFORM 2022 : Ah ! Qu’ils sont beaux les pas de ceux qui portent la Bonne Nouvelle qui annoncent le salut et la paix en Jésus-ChristCONFORM 2022 : Ah ! Qu’ils sont beaux les pas de ceux qui portent la Bonne Nouvelle qui annoncent le salut et la paix en Jésus-Christ

« Dans le Ciel, sur la terre tout lui est soumis à jamais », répondant favorablement aux attentes de ses serviteurs conformément au thème de la Convention Evangélique et le Réveil Missionnaire en sigle CONFORM 2022, Dieu le Père Très Haut au plus haut des cieux, le Seigneur des Seigneur s’est manifesté très tôt par une pluie diluvienne qui s’est abattu à Brazzaville dans la nuit du 19 avril et le 20 avril 2022 avant la cérémonie d’ouverture du conseil des ministre et du lancement de cette édition. Ainsi, « Sur la terre comme au ciel », a été confirmé par la présence du Saint-Esprit tout au long de cet évènement.

Les fidèles et les serviteurs de Dieu des différentes églises du Corps du Christ ; les fidèles d’autres confessions religieuses ; les appelés et d’autres invités ont répondus favorablement à cette invite du Roi des Rois, le Seigneur des Seigneurs, l’Agneau immolé, le Lion de la Tribu de Juda, l’Etoile du Matin, Jésus de Nazareth, le Bon Berger qui a guidé leurs pas pour l’adorer, le louer, le célébrer, le glorifier, le sanctifier et bénir son Saint Nom dans la salle mythique du palais des congrès de Brazzaville. Jésus-Christ a été au centre de l’événement, des âmes ont été sauvés, rachetés par le sang de l’Agneau, des destinées ont été libérées et propulsées, des malades guéris…etc. Tour à tour d’imminents Serviteurs de Dieu oints portant le mandat divin ont nourris tout un peuple qui avait faim et soif de la justice de Dieu, tout au long de ces cinq jours a reçu le pain de vie et s’est abreuvé à la source de vie. Les messages mercantiles prêchés par ci, par-là par des différents Serviteurs sans le Christ dans des différentes églises ont été recadrés afin que le Christ soit au centre de toute chose à la place des voyages, visas, travail, mariages et bien d’autres.

Matin et soir au cours de ces assises les missionnaires ont à éprouver et apprécier les évocations et les prédications d’éminents orateurs, des serviteurs de DIEU comme le Pasteur Gustave AMBENDZE, le Pasteur Roland ELENGA, l’Apôtre Clotaire MOUNDOUANGA, l’Apôtre Roland DALO de la RDC et Jeanne MONEY venue de la Côte d’Ivoire ont donné au peuple de Dieu des enseignements de qualité arrosés par des prières intenses qui ont à l’origine de nombreuses personnes ont été guéris et de miracles ressentis par les missionnaires touchés par le Saint esprit. Sous le thème « Sur la terre comme au ciel » suivant la programmation matinale de la conférence des ministres et les après-midis, cette 9e édition qui s’est tenu dans l’idéal d’élever les leaders et de propulser des destinées par des séances de prières et d’enseignements en plénières. Chaque jour la grande salle du palais des congrès a été prise d’assaut par des nombreux fidèles venant des neuf arrondissements de Brazzaville et de la commune urbaine de Kintélé suivirent des enseignements percutants pour la providence des serviteurs afin d’assurer la relève dans l’église de Dieu. Le leitmotiv « Sur la terre comme au ciel », avec des ovations a été très au cœur de l’événement.  Au cours de ses assises on assiste à des guérisons miraculeuses, les démons sont chassés, et des délivrances sont opérées par des paroles de feu qui sortaient des bouches des Serviteurs de Dieu.

L’Apôtre Richard FYLLA de Saint-Eudes en conclusion a déclaré que l’Eglise a besoin de tels messages pour la mission et c’est une grande délivrance.​​​​​​​

 

commentaires

CONFORM 2022 : Les chrétiens découragés  invités pour manifester leur leadership et à se propulser dans leurs destinées

Publié le 22 Avril 2022 par André LOUNDA dans Religion

« Il est temps que l'Église sur terre se conforme conformément aux modèles du Ciel pour prendre forme sur la terre », tel est le leitmotiv qui anime cette nouvelle édition de la Convention Flamme pour l’Œuvre et le Réveil Missionnaire (CONFORM 2022) qui se tient du 20 au 24 avril 2022 au palais des congrès de Brazzaville en République du Congo. Placée sous le thème : « Sur la terre comme au Ciel », cette édition a pour objectifs d’Elever des Leaders et de Propulser des Destinées.

Ce grand sommet des missionnaires, visionnaires et leaders, est une grande rencontre où le Seigneur veut élever les leaders et propulser les destinées, afin d'expérimenter le ciel sur la terre. Organisée par la Mission Évangélique Œuvre de Dieu (MEOD) que dirige l’Apôtre Richard FYLLA de Saint-Eudes, au menu de cet événement, chaque matin de 09 heures à 13 heures, Conférence Pastorale dénommée Conseil des Ministres et de 15 heures 30 mn à 19heures 30 mn, les participants se retrouvent en plénières et le grand culte d’action de Grâces est prévu, le dimanche 24 avril 2022 de de 15 heures 30 mn à 19heures 30 mn. Des Imminents serviteurs de Dieu venant de la Côte d’Ivoire, la Prophétesse Jeanne MONNEY ; de la République Démocratique du Congo, l’Apôtre Roland DALO et pour les locaux parmi les intervenants phares, le Révérend Gustave AMBENZE ; Pasteur Roland ELENGA et l’Apôtre Clotaire MOUNDOUANGA.

D’une façon succincte l’Apôtre Richard FYLLA de Saint-Eudes, l’hôte de l’événement, nous a expliqué cette initiative, «  c’est parti d’un fardeau initialement pour mes propres enfants de l’église que j’ai formé dans la mission selon la vision que Dieu m’avait donné, j’ai pensé qu’il fallait les réunir de toutes les localités où ils étaient, pour les équiper, leur donner des moyens d’accomplir la vision que Dieu m’avait donné, des moyens pour s’épanouir dans leurs ministères mais sous mon autorité. Donc, la première idée, c’est d’abord eux ! La première raison, c’est d’abord les formés et à partir de ce fardeau et plu tard, je veux que le corps du Christ, beaucoup de ministères avaient besoin de cette fibre missionnaire, de cette vision missionnaire parce qu’on a vécu jusqu’à aujourd’hui, une des missions pour mandat de l’église, il fallait aussi délocaliser après une dizaine d’année d’expériences missionnaires à Mossaka à l’intérieur. Donc, il fallait mettre à la disposition du Corps du Christ à Brazzaville et partout ailleurs cet espace missionnaire pour faire retentir un peu le son de trompette pour que les héros dans la mission que Dieu avait appelé d’aller plus loin se réveillent, retrouvent le mandat que Dieu leur avait donné. C’est ainsi qu’on avait commencé a organisé au palais des congrès, c’est symbolique parce que c’est un lieu des décisions, c’est un lieu historique, il fallait les tenir ici pour que ça trouve toute son importance et que les échos partent. Dieu nous soutient chaque année pour que nous rassemblions l’église sinon la représentation de l’église afin de faire entendre  cette trompette de l’heure. Donc voici en un mot  d’où vient CONFORM initialement pour nous et dans l’extension, nous la mettons à la disposition du Corps de Christ ».

-Pourquoi cette édition a pour thème : «  Sur le ciel comme sur la terre ? »

« C’est juste pour que la volonté de Dieu, Dieu a sa volonté depuis le ciel. Le ciel, c’est le domaine de décision, de vision, de conception de la volonté de Dieu. La terre, c’est  le domaine d’exécution, d’accomplissement et d’application de la vision. Cela veut aussi dire de la vision à la mission. Donc, que la volonté de Dieu soit faite sur la terre comme au ciel. Dieu a une volonté, Il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Dieu veut que l’homme s’épanouisse pour que la bénédiction de tout le monde, la volonté de Dieu n’est pas que les gens meurent dans leurs péchés, dans leurs maladies, dans leurs souffrances, c’est pourquoi il a envoyé Christ pour accomplir sa volonté et son cœur. La volonté, c’est son cœur, la volonté, c’est le cœur de Dieu, c’est l’image que Dieu a dans son esprit comme au ciel pour nos familles, pour nos nations, pour nos vies, cette volonté est brisée et occultée par le monde des ténèbres qui contrôlent la terre à cause du péché. Donc, la volonté de Dieu doit descendre pour briser le deuxième ciel qui est le monde des ténèbres où règne Satan et ses agents. Il faut que Dieu depuis le troisième ciel brise le deuxième ciel pour que sa lumière depuis le ciel éclaire la terre pour que sa volonté depuis le ciel  traverse le deuxième ciel, donc, c’est le deuxième ciel, le domaine de Satan où il y a l’obscurité où il y a l’ignorance, où il y a la perdition, où il y a des décisions des malédictions sur des familles, sur les localités, les nations. Donc, la volonté de Dieu sur la terre comme au ciel, c’est simplement pour ce qui est dans le cœur de Dieu s’accomplissent à travers de l’église et de ses messagers dans la vie des gens et dans nos nations ».

Au cours d’une interview, qu’ils nous ont accordé, tour à tour deux intervenants nous ont présenté les enjeux de ce premier grand événement chrétien tenu au palais des congrès en cette période post COVOD-19.

Gustave AMBENZE a fait savoir qu’on est là dans le cadre de ce grand sommet sur l’œuvre du réveil missionnaire, qui est un enjeux pour l’église du Christ, en matinée, nous avons ce que nous appelons le conseil des ministres.. Vous savez que ceux que Dieu a  appelés et établis sont des ministres de Dieu, nous sommes le conseil des ministres, nous échangeons, nous passons des consignes aussi, la Bible dit une génération s’en va et une autre vient où il y a des passations des consignes, on ne peut pas transformer sans former. Donc, il y a des formations, échanges d’expériences, c’est ce que nous faisons et nous sommes très bénis par la qualité des enseignements, la qualité des échanges, nous rendons grâce à Dieu pour cela et nous bénissons Dieu pour son Serviteur l’Apôtre Richard FYLLA pour cette vision qui est authentique, cette passion qu’il a et le zèle qu’il a et qu’il nous partage. Nous bénissons le Seigneur pour CONFORM. En ce qui concerne les résultats de ces deux premiers jours de l’événement, le Pasteur Gustave AMBENZE a rassuré les gens arrivent là depuis le matin jusqu’au soir et ils n’ont pas envie de partir. « Vous savez que l’église jusqu’à aujourd’hui on a souffert, il y a quelques deux années et un peu plus on a été tous confinés et il y a eu des restrictions qui touché également l’église, on avait soif de trouver ces moments avec le Seigneur, la présence de Dieu qui ne peut être remplacé par rien d’autres au monde. Vous voyez donc, c’est merveilleux, nous bénissons Dieu, les résultats sont-là, les malades sont guéris, matin-après-midi, la parole est donnée avec puissance, onction et c’est une parole de qualité, des orateurs que les Seigneur a inspiré, ses Serviteurs, ils sont-là et tout le monde peut se rendre compte que le Seigneur est au rendez-vous et tous ceux qui hésiteraient encore qu’ils nous rattrapent pour les deux ou trois jours qui restent, Dieu ne manquera pas, Dieu les béni en tout cas, c’est des grand moments des grandes bénédictions pour l’église du Congo », a conclu Gustave AMBENZE.

De son côté le Pasteur Roland ELENGA, venu de Pointe Noire pour cette conférence,  a donné son point de vue et ses impressions sur l’événement. « J’ai une double impression déjà de ce que je reçois, la qualité des enseignements, la qualité du programme, l’organisation aussi, c’est quelque chose de trop marquant les standards de l’église sont très-très élevés d’activités et quand je parle de double casquette moi-même aussi en tant qu’orateur, nous pouvons juste par la grâce du Seigneur l’église de Brazzaville et du Congo est entrain de passer de puissants moments ici », a-t-il rassuré.

Pour tous ceux qui hésitent de venir passer un moment de prière et de communion avec Dieu en ce lieu, Roland ELENGA, « Ecoutez il nous reste encore la journée de demain de samedi et de dimanche qui sera une journée de célébration, je ne sais pas dire quelque chose, on est pas là pour baratiner les gens en tant que tel mais, il y a des personnes qui viennent-là le matin, hier on a vu des gens qui ont dus braver la pluie le matin, il reste là même pendant une pause, ils ne partent pas, ils restent là jusqu’au soir, c’est pour dire que c’est vraiment des moments de qualité. Un grand Sommet, c’est une grosse réunion de famille entre les enfants de Dieu. Voilà donc, mon invitation est là pour tous ceux qui pour des raisons diverses ne sont pas là ou non pas pu être là pour ce soir et surtout demain et après-demain, je crois que le Seigneur a une bénédiction pour chacun qui participe à ce programme », a –t-il déclaré.

Que Dieu nous bénisse !

commentaires

Une déclaration du Mouvement pour la Défense du Kimbanguisme a été rendue publique aujourd’hui pour le salut de l'église

Publié le 18 Février 2022 par André LOUNDA dans Religion

 

 

C’est suite à la crise que traverse l’Église de Jésus-Christ sur la Terre par son Envoyé Simon KIMBANGU, le Mouvement pour la Défense du Kimanguisme de la Paroisse de Talangaî à Brazzaville a fait une déclaration le jeudi 17 février 2022 à Brazzaville.
Portant sur quatre points conformément aux textes en vigueur régissant cette église a fait savoir le Président de ce mouvement : (i) Sur l’autonomie administrative de la Paroisse de Talangaï vis–vis de l’administration de Nkamba en République Démocratique du Congo, du Collège Exécutif National et celle du Département de Brazzaville ; (ii) la fidélité au Chef spirituel et Représentant légal de l’Église de Kimbanguiste ; (iii) l’appel aux autres Paroisse à se joindre à ce mouvement, en vue de la libération de l’Église, prise en otage par un groupe des fidèles entretenus par le Conseiller Spécial direct du Chef Spirituel et Représentant légal, en la personne de Papa BITUVUIDI KIANGANI Zacko ; (iv) l’appel, dès ce vendredi 18 juillet 2022, après la soirée spirituelle, de tous les fidèles Kimanguistes (anciens et nouveaux) pour une grande rencontre dans la paroisse de Talangaï, en vue d’une quête relative aux travaux du Temple.

 

commentaires
1 2 3 > >>