Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GéoAfriqueMédias.cg

Agence d'Analyse de l'information et de la communication. Contacts: +242053318160//068796301.

sciences et innovations

 1er OpenLab IUCr-UNESCO de cristallographie en République du Congo

Publié le 14 Mai 2022 par André LOUNDA dans Sciences et Innovations, Culture et Arts

L’Union International de Cristallographie a organisé en partenariat avec l’Université Marien NGOUABI, le Centre de Recherche Géologique et Minières par l’entremise de l’Association Congolaise de Cristallographie (ACCr), le 1er OpenLab IUCr-UNESCO de cristallographie en République du Congo du 11 au 22 mai 2022 au campus numérique de Brazzaville. La cérémonie officielle y relative placée sous le patronage de Madame la Ministre de l’Enseignement Technique, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technique empêchée, a été présidé par le Professeur ATTIBAYEBA, Vice-président en charge de la Recherche Scientifique et de la Coopération de l’Université Marien NGOUABI en présence du Professeur émérite Claude LECOMTE, Président de l’Union Internationale de Cristallographie, Timothée NSONGO, Directeur de la Recherche Scientifique et de la Coopération du CRGM et du Président, et  du Président de l’Association Congolaise de Cristallographie

 Timothée NSONGO, Directeur de la Recherche Scientifique et de la Coopération du CRGM dans son Allocution a laissé entendre que ce jour, est une grâce historique pour la science au Congo et plus particulièrement celle de la cristallographie. C’est pourquoi, je me réjouis de prendre part au nom du Centre de Recherche Géologique et Minière (CRGM) au nom du Directeur Général le Professeur Hilaire ELENGA à la cérémonie inaugurale de ce 1er OpenLab organisé en République du Congo. Organisé par l’Union Internationale de la Cristallographie en partenariat avec l’Université Marien NGOUABI et le Centre de Recherche Géologique et Minière par l’entremise de l’Association Congolaise de Cristallographie. En effet, la cristallographie qui à l’origine était une science purement descriptive et constitue une branche de la minéralogie c’est-à-dire, la description et études des espèces constituant les roches naturelles est devenue une science à part et le pilier de plusieurs sciences notamment : la Biologie, la chimie et la physique. Ce 1er   OpenLab qui s’inscrit dans le cadre de renforcement des capacités dans l’enseignement et de la recherche scientifique soutient la politique de Son Excellence Dénis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat pour développer les industries et la recherche minière au Congo. Or, le développement de l’économie de notre pays passe nécessairement et non obligatoirement par le développement de la cristallographie. « Il ne peut donc pas y avoir développement sans développement de la cristallographie », a lancé Timothé NSONGO.

Poursuivant son propos, ce dernier a ajouté que c’est dans cette perspective que le CRGM devrait travailler avec d’autres partenaires industriels et de recherches minières de notre pays pour acquérir au moins un des stratamètres de dernier cri, ce principal appareil de classification des espèces miniers.

Quant au Président de l’Association Congolaise de Cristallographie, Joseph Marie MOUTOU a fait savoir que ce 1er OpenLab s’inscrit dans le cadre de la promotion de la cristallographie. En effet, l’une des missions principales de l’Union Internationale de la Cristallographie est de fournir aux doctorants et enseignants universitaires des pays en voie de développement de formation en enseignant de la cristallographie, ainsi que les finaliser aux méthodes de recherches moderne. « Nous pourrions alors connaître un essor dans la recherche médicale, pharmaceutique, des matériaux, des mines et de géologie pour un développement certain de notre pays », a rassuré le Président de l’ACCr.

Ainsi, il a ajouté qu’aujourd’hui, nous nous employons à former une expertise dans le domaine de la cristallographie. Ceci ne constitue qu’une première étape. En effet, dans le programme de l’Union Internationale de la Cristallographie, cette formation est suivie par la création d’un centre national de cristallographie, cadre nécessaire pour appliquer la cristallographie au service du développement de notre société. Le centre national de cristallographie pour être un lieu de perfectionnement et de stage pour les licenciés professionnels dans les sections chimie industrielle et chimie analytique et qualité de l’Université Dénis SASSOU N’GUESSO. Ce cadre sera le lieu pour les matériaux synthétisés par les chercheurs congolais.

Pour conclure, il a rappelé que cet OpenLab fait intervenir des formateurs venus de France, du Cameroun et du Gabon mais aussi, des participants de la RDC, du Gabon et du Cameroun.

 

 

commentaires

LA BIOLOGIE MAGNÉTIQUE, SCIENCE DE LA VIE, LA GRANDE CRISE ALIMENTAIRE FUTURE, L'AGRICULTURE DU FUTURE

Publié le 4 Mai 2022 par Ibara Maurice Itous Ibara dans Sciences et Innovations

Dans le future, il manquera à l'Homme tout ce qu'il lui faut pour se nourrir :les légumes, le poisson, la viande, les fruits, les boutures. Grâce à la nouvelle Biologie, appelée : BIOLOGIE MAGNETIQUE SCIENCE DE LA VIE, les Hommes trouveront les solutions pour se nourrir. Les guerres, les produits chimiques, la surpopulation mondiale entraîneront à une sécheresse végétale, "ALIMENTAIRE " spectaculaire. Il n'y aura même plus de boutures pour reboiser la terre en palmeraies, en champs de blés, de maniocs...Que faudra-il faire???

La solution durable est de "CRÉER" la "NOURRITURE DE LABORATOIRE". Nous y sommes déjà. Les "PALMIERS ET NOIX" en images ont pour point de départ : le "SOLEIL LIQUIDE". Je considère le Soleil comme toute matière qui passe par les trois états : liquide, solide et gazeux(notre Soleil lumineux).En Créant un SOLEIL liquide, je le mets en terre et ensuite je peux l'orienter vers le règne minéral, végétal et animal. Pour cet exercice, j'ai orienté mon soleil de Laboratoire vers les palmiers en images.

En ce qui concerne l'importance primordiale de ces plantes, nous distinguons deux sortes de plantes: les plantes renouvelables et non renouvelables. Les plantes renouvelables ont une longévité de 2700 ans. Les plantes non renouvelables, sont charbonnées la nuit et dégagent l'oxygène la journée. Les plantes renouvelables sont les plantes d'une grande capacité d'oxygène. Il faut ces deux catégories de plantes pour aller au règlement climatique à température zéro degré Celsius. Les plantes à grande capacité d'oxygène sont celles qui dégagent l'oxygène de jour comme de nuit, tel est le cas de ces palmiers.

 

 

commentaires

Qu’est-ce que représente l’Intelligence Artificielle pour l’Afrique ?

Publié le 25 Avril 2022 par André LOUNDA dans Sciences et Innovations

L’Intelligence Artificielle (IA) est un processus d’imitation de l’intelligence humaine qui repose sur la création et l’application d’algorithmes exécutés dans un environnement informatique dynamique. Son but est de permettre à des ordinateurs de penser et d’agir comme des êtres humains.

Pour répondre à cette question, nous allons nous appuyer sur les articles publiés par deux femmes africaines d’excellence : Dans son article : « Entrepreneuriat digital en Afrique : pilier d’un développement inclusif », Madame Bouchra RAHMOUNI BENHIDA, Professeur à l’Université HASSAN 1er au Maroc a écrit : « En Afrique, il est déjà question d’objets connectés qui changent la face du continent en répondant à des besoins précis des populations africaines. On dit bien que : « la nécessité est mère de l’invention ». L’entrepreneuriat numérique local devrait contribuer, en grande partie, à la lutte contre la précarité et l’exclusion en Afrique. Les entrepreneurs numériques africains, sont devenus de plus en plus capable de créer des produits pour leurs marchés locaux, qui constituent à la fois des sources d’inspiration.  Cette nouvelle génération d’entrepreneurs africains forme des communautés de startups numériques et développe des produits digitaux innovants qui permettront aux entreprises et aux consommateurs du continent Africain de profiter des technologies du 21ème siècle.

Dans son article intitulé : « Comment former la main-d’œuvre de l’Intelligence Artificielle en Afrique ? - Solutions et expériences », Madame Bethlehem DESSIE, Chef de projet, ICog-Labs, en Ethiopie a dit : « L’Intelligence Artificielle n’est pas une technologie récente. Mais en Afrique, elle est nouvelle pour tout le monde. L’Afrique doit maintenant s’approprier cette révolution technologique de l’Intelligence Artificielle. Si les africains ne contribuent pas à l’essor de ces technologies, elles seront biaisées et auront de mauvaises répercussions sur eux, une fois, une fois mises en œuvre. Ainsi, il convient de former une main d’œuvre qui formulera et mettra en œuvre ces solutions.

L’Intelligence Artificielle ne cogne pas à notre porte, mais s’impose comme la science de demain, cela par sa capacité à améliorer le bien-être de l’humanité.

En République du Congo, le Premier ministre, Anatole Collinet MAKOSSO, a lancé officiellement, le 24 février dernier, les activités du Centre africain de recherche en Intelligence Artificielle (CARIA). Logé à l’Université Denis-SASSOU N’GUESSO, à Kintélé, dans la banlieue nord de Brazzaville, le CARIA est consacré à la recherche sur l’homme et à l’utilisation de la technologie pour le développement socio-économique.

« Le savoir acquis le long de la formation nous donne non seulement la possibilité de sensibiliser les femmes à s’orienter dans les sciences de l’ingénieur, mais aussi à travailler pour concevoir des applications innovantes », a indiqué Audrelle BANZOUZI, donnant lecture du mot des participantes à l’atelier organisée par l’Agence Nationale de Valorisation des Résultats de la Recherche et de l’Innovation du 29 mars au 02 avril 2022, les étudiantes qui ont mis à jour leur savoir en la matière ont promis de passer à la pratique pour innover dans divers secteurs des sciences de l’ingénieur..  Un objectif fixé qui va dans le sens du thème de ladite formation : « La science au service de l’autonomisation des femmes : la femme congolaise à l’ère de l’intelligence artificielle ».

Le Directeur Général de l’Agence Nationale de Valorisation des Résultats de la Recherche et de l’Innovation, Patrick Obel OKELI, a indiqué que cette formation est un premier pas qui fera des participantes des entrepreneures scientifiques tournées vers le développement socio-économique du pays. En s’appuyant sur la stratégie nationale de développement de l’économie numérique, " Congo digital 2025", nous avons jugé plausible et pertinent d’éveiller particulièrement la femme congolaise pour susciter l’éveil scientifique dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Dans le rapport de l’UNESCO sur la Science intitulé, « Une course contre la montre pour un développement plus intelligent », il ressort que : Entre 2016 et 2020, plus de trente (30) pays ont adopté des stratégies spécifiquement consacrées à l’Intelligence Artificielle. Alors que le Canada aspire à être un acteur de premier plan dans le débat international sur l’impact potentiel de l’Intelligence Artificielle sur la société, la Chine, la Fédération de Russie et les Etats-Unis se font concurrence pour acquérir un avantage comparatif dans le domaine de l’Intelligence Artificielle proprement dit. En 2017, le Président de la Fédération de Russie, Vladimir POUTINE, a affirmé que « la personne qui prendrait les rênes dans ce domaine dirigerait le monde ». En Fédération de Russie, l’économie est tributaire du pétrole, du gaz, des métaux, des produits chimiques et des produits agricoles. Un décalage subsiste entre l’offre et la demande dans le domaine des connaissances et des technologies. La politique que mène le Gouvernement russe depuis 2015 témoigne de sa volonté de corriger ces déséquilibres structurels. Une illustration en est donnée par les 13 projets nationaux d’envergure prévus jusqu’en 2024, pour un financement total d’environ 26.000 milliards de roubles (équivalent à quelques 1.000 milliards de dollars PPA) sur six ans, qui mettent l’accent sur la collaboration entre scientifique et industriels. Les technologies quantiques et l’intelligence artificielle font partie des domaines prioritaires énoncés dans le Projet national « Economie numérique ». Ce dernier est complété par la Stratégie nationale pour le développement de l’intelligence artificielle qui couvre la période 2020-2030. Le projet national « Science » attribue un degré de priorité élevé au développement d’installations méga scientifiques et à l’émergence d’une « nouvelle géographie » de la science russe, de pair avec la mise en place de contres de recherche et d’éducation de classe internationale dans des régions déterminées. Le  Gouvernement a, de même, reconnu la nécessité de promouvoir une culture de l’innovation dans les structures gouvernementales par le biais de formations spécialisées et de procédures de sélection stratégique.  La Chine nourrit le dessin d’être « le premier centre mondial pour l’innovation en matière de l’IA » d’ici à 2030, comme l’indique son Plan de développement de la nouvelle génération d’intelligence artificielle. Déjà en tête du classement mondial des détenteurs de brevets d’IA, elle manque toutefois de talents de premier ordre dans ce secteur. Le Gouvernement a donc lancé des programmes titanesques à l’horizon 2030 dans le domaine des sciences et de l’ingénierie, notamment de l’informatique quantique et des neurosciences. Aux Etats-Unis, le projet de budget de recherche pour 2021 établi par le Gouvernement en 2020 prévoyait des augmentations importantes au profit de l’informatique quantique et de l’IA, conformément à l’objectif du Gouvernement de doubler, d’ici à 2022, les investissements publics dans la recherche dans ces deux domaines par rapport à 2019.

commentaires

Projet STI, les chercheurs des deux Congo envisagent un renforcement de coopération scientifique et technique au profit des populations

Publié le 17 Avril 2022 par GéoAfriqueMédias.cg dans Sciences et Innovations

Dans le cadre du Projet de Renforcement des Systèmes de science, technologie et innovation (STI) pour le Développement Durable en Afrique, financé par l’Agence Suédoise de Développement International (SIDA) en partenariat avec l’UNESCO,  sur la mise en œuvre de « la Recommandation 2017 » concernant la science et les chercheurs scientifiques dont les objectifs sont d’appuyer la création des institutions de recherche plus solide et contribuer à la régénération du capital humain pour la réalisation des agendas ODD 2030 des Nations Unies et 2063 de l’Union africaine, placé sous le cadrage du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique a été l’objet du conférence de presse animé le 16 avril 2022 à Brazzaville par les responsables de ce projet associés à la délégation des chercheurs de la République Démocratique du Congo poursuivant les mêmes objectifs, venue pour le lancement de la 9ème édition de la Science de la RDC qui se tiendra du 18 au 22 avril 2022 à Kinshasa et de procéder à la création d’un accord de coopération entre les deux pays pour le développement de la science et l’innovation technologique.

En effet, il s’est agi pour les responsables du projet STI , Richard BOUKA, Chargé des Sciences à l’UNESCO (Congo) ; Aimé MADIELE,Responsable de la Task Force, Coordonnateur du Projet et le Professeur Raïssa MALU, d’Investing People (RDC) en présence de Madame Fatoumata MARIEGA, la Représentante de l’UNESCO en République du Congo d’informer, sensibiliser, d’identifier les médias qui vont diffuser les résultats des recherches, échanger avec les professionnels des médias les actions de ce dit projet visant à améliorer les conditions de recherche scientifique et d’innovation technologique en République du Congo ; construire un écosystème cohérent de recherche et innovation des valeurs et principes universels fondés sur les droits humains et principe éthique ; faire comprendre les dix (10) thèmes de la Recommandation 2017 ; mobiliser les fonds et subventions de recherches innovations technologiques et de créer une plateforme de journalistes spécialisés en sciences et innovations technologiques. Mais aussi, de communiquer sur le lancement de la 9ème édition de la Semaine de la Science de Kinshasa en République Démocratique du Congo placée sous le thème : « Les Technologies Spatiales au service du Développement Durable en Afrique » organisée en partenariat entre les Ministères en charge de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique de la RDC et l’ASBL Investing People, l’Organisation Tod’Aers avec l’appui de l’UNESCO (RDC).

Raïssa MALOU de l’ASBL Investing People sur l’intérêt de l’implication de la presse dans ce projet a expliqué que notre objectif, c’est d’arriver à ce que l’on soit dans le domaine scientifique prioritaire à nos gouvernements autant de celui de la RDC et celui du Congo Brazzaville, il faudrait augmenter le budget de la recherche et pour ça, il faut informer le grand public, il faut aller informer ceux qui seront les dirigeants de demains. C’est pour cela que nous organisons depuis 2014 la Semaine de la Science en RDC avec cette 9ème édition ici, et ce que nous voulons, c’est de renforcer la coopération technique entre nos deux pays. « Je pense que l’on ne peut pas imaginer le développement des deux Congo sans la science et la technologie. Et on ne peut pas imaginer sans une coopération renforcée entre nos deux pays. On est plus fort ensemble. Ce que nous avons besoin, c’est qu’il y est un relais au niveau de la presse de tout ce qui est lié aux travaux de recherche et de tout ce qui est lié aux résultats de la recherche. C’est pour cala vous les professionnels des médias, vous avez un rôle important à jouer parce que vous aidez à faire passer l’information sur à quoi sert la recherche, quelles sont les bénéfices pour les populations locales parce que nous le savons tous que le but de la recherche, c’est d’améliorer les conditions de vies des populations et ce n’est que les médias qui peuvent nous aider à faire passer ce message », a déclaré le Professeur Raïssa MALU.

A noter que la Recommandation 2017 sur la science et les chercheurs scientifiques couvre un large éventail de questions et pour faciliter la mise en œuvre et le suivi, il a été demandé aux pays de se concentrer sur dix domaines clés.

 

commentaires

Brazzaville abrite un Atelier sur l’Intelligence Artificielle pour susciter l’éveil scientifique des femmes

Publié le 29 Mars 2022 par André LOUNDA dans Sciences et Innovations

« La Science au Service de l’Autonomisation des Femmes : la femme congolaise à l’intelligence artificielle », constitue le thème de l’Atelier sur l’Intelligence Artificielle co-organisé du 29 mars au 02 avril 2022 à la Cité Scientifique (Ex OROSTOM) par l’Agence Nationale de Valorisation des Résultats de la Recherche et de l’Innovation (ANVRI) dans une démarche à l’adoption d’une approche systémique pour éliminer les obstacles empêchant les femmes d’exercer leurs droits économiques, en partenariat avec la Direction Générale de l’Innovation Technologique (DGIT) , de l’Institut National de Recherche en Sciences de l’Ingénieur et l’Innovation Technologique (INRSIIT),  de Full Stack Embedded (FSE) et bien d’autres partenaires.

Ouvrant les travaux, Monsieur Patrick OBEL OKELI, Directeur Général de l’ANVRI en présence du Représentant du Directeur Général de la DGIT et du Directeur Général de l’INRSIIT dans son Allocution a premièrement fixé l’auditoire sur le thème central de cet atelier et dans son propos il s’est agi de l’autonomisation économique des femmes congolaises, à travers le développement de l’intelligence artificielle dans notre pays.

Mais qu’est-ce qu’on entend par l’autonomisation des femmes ?  Répondant à cette question, Patrick OBEL OKELI a emprunté la définition de l’ONG internationale Oxfam qui estime : « L’autonomisation des femmes est un processus par le biais duquel la vie des femmes est transformée, d’une situation dans laquelle elles ont des pouvoirs limités en raison des obstacles liés aux inégalités entre femmes et hommes à une situation elles disposent des mêmes pouvoirs que les hommes ». Pour Patrick OBEL OKELI dans discours estime qu’une autonomisation économique des femmes efficace ne peut exister que lorsque les femmes exercent leurs droits de contrôler et de bénéficier des ressources, des actifs, des revenus et de leur temps, et lorsqu’elles sont en mesure de gérer les risques et d’améliorer leur statut économique et leur bien-être. « Toutefois, pour que l’autonomisation économique des femmes soit significative, les femmes doivent également jouir de l’autonomie et de la confiance en elles nécessaires pour apporter des changements dans leur propre vie. Cela inclut notamment la possibilité et le pouvoir d’initier et d’influencer les prises de décision tout en bénéficiant des mêmes droit que les hommes en en subissant aucune violence », a laissé entendre le Directeur Général de l’ANVRI.

Mais qu’elle est la situation de la femme dans le monde ?

S’agissant de cette interrogatoire, Patrick OBEL OKELI s’est appuyé sur la base des données statistique de l’Organisation du Travail en sigle l’OIT (OIT-2015 et du DAES de l’ONU-2010) qui stipule qu’à l’échelle mondiale, 75% des hommes en âge de travailler (15 ans et plus) font partie de la population active, contre seulement la moitié des femmes de la même tranche d’âge. Parmi la population active en, poste, les femmes représentent près des deux tiers des « travailleurs familiaux », qui travaillent dans une entreprise familiale sans percevoir de salaire direct. Les femmes continuent de se voir refuser un salaire égal à travail équivalent et sont moins susceptibles que les hommes de percevoir une retraite, ce qui engendre de grandes inégalités de revenus tout au long de leur vie. « Et pourtant, dans toutes les régions du monde, les femmes travaillent plus que les hommes, en moyenne, elles effectuent près de deux fois et demie plus de travail de soin non rémunéré et de travail domestique que les hommes et si l’on prend en compte le travail rémunéré et non rémunéré, les femmes, dans presque tous les pays, travaillent plus longtemps que les hommes », a-t-il  indiqué.

Mais quelle est la situation de la femme congolaise ?

Partant de la lecture de l’étude des ménages congolais, ECOM 2005, pour Patrick OBEL OKELI on peut y tirer les enseignements  concernant le système éducatif ; la pauvreté selon le sexe du chef de ménage ; le chômage et l’emploi : l’alphabétisation et le secteur de l’agriculture.

Pour le DG de l’ANVRI selon les études, le système éducatif du Congo est caractérisé par une proportion élevée de la population alphabétisée (90% des hommes de 15-59 ans contre 78% des femmes de 15-49. Quant à la pauvreté, elle est plus importante dans les ménages dont le chef est une femme (58,2% chez la femme contre 48,87% chez l’homme). En termes d’intensité de la pauvreté, ce sont encore les ménages dont le chef est une femme.

Sur la situation du chômage et de l’emploi, elle se caractérise par un taux élevé de chômage (19,4%). Le taux de chômage est plus élevé pour les femmes que pour les hommes. La très grande majorité de femmes qui travaillent se concentre essentiellement dans le secteur informel.

Concernant l’alphabétisation, les taux d’alphabétisation est de 86,3% chez les hommes et de 68, 2% chez les femmes. Les femmes sont les plus exposées au phénomène.

S’agissant du secteur de l’agriculture au Congo, les actifs agricoles représentent 12,86%, de la population et il est composé essentiellement de femmes (65%) qui contribuent à près de 70% de la production agricole.

Pour répondre efficacement pour améliorer la situation de la femme congolaise, Patrick OBEL OKELI, Directeur Général de l’ANVRI a fait savoir que la définition des politiques et des pratiques économiques est fondamentalement biaisée à l’égard des femmes et des types de travail, rémunéré ou non, qu’elles prennent en charge. Selon Oxfam, « les femmes représentent la majorité des travailleurs les moins bien payés à l’échelle mondiale et ce sont elles qui occupent les emplois les plus précaires ». Le travail des femmes, dans sa globalité, n’est ni reconnu ni respecté.

C’est ainsi que Monsieur Ban Ki-Moon, ancien Secrétaire Général des Nations Unies avait dit : « Supprimer les obstacles qui excluent les femmes et les filles de la vie économique, sociale, culturelle et politique doit figurer parmi les principales priorités des entreprises, des gouvernements, des Nations Unies et de la société civile ».

Avant de déclaré ouvert les travaux de l’Atelier sur l’Intelligence Artificielle, Patrick OBEL OKELI a donné une réponse à la question suivante : Qu’est-ce que représente l’Intelligence Artificielle pour l’Afrique ?

Selon, le Directeur Général de l’ANVRI, « L’Intelligence artificielle (IA) est un processus d’imitation de l’intelligence humaine qui repose sur la création et l’application d’algorithmes exécutés dans un environnement informatique dynamique. Son but est de permettre à des ordinateurs de penser et d’agir comme des êtres humains. Pour répondre à cette question, les participantes sélectionnées vont s’appuyer sur les articles publiées par deux femmes d’excellence africaines dans un article intitulée : « Entrepreneuriat digital en Afrique : pilier d’un développement inclusif », de Madame Bouchra RAHMOUNI BENHIDA, Professeur, Université Hassan 1er, au Maroc a écrit : En Afrique, il est déjà question d’objets connectés qui changeront la face du continent en répondant à des besoins précis des populations africaines. On dit bien que : « la nécessité est mère de l’invention ». L’entrepreneuriat numérique local devrait contribuer, en grande partie, à la lutte contre la précarité et l’exclusion en Afrique. Les entrepreneurs numériques africains sont devenus de plus en plus capable de créer des produits pour leurs marchés de plus en plus capable de créer des produits pour leurs marchés locaux, qui constituent à la fois des sources d’inspiration. Cette nouvelle génération d’entrepreneurs africains forme des communautés de start-ups numériques et développe des produits digitaux innovants qui permettront aux entreprises et aux consommateurs du continent Africain de profiter des technologiques du 21ème siècle.

« L’Intelligence Artificielle, n’est pas une technologie récente. Mais en Afrique, elle est nouvelle pour tout le monde. L’Afrique doit maintenant s’approprier cette révolution technologique de l’intelligence artificielle. Si les Africains ne contribuent pas à l’essor de ces technologies, elles seront biaisées et auront de mauvaises répercussions sur eux, une fois mises en œuvre. Ainsi, il convient de former une main d’œuvre qui formulera et mettra en œuvre ces solutions de l’Intelligence Artificielle », a-t-il suggéré.

Pour conclure, Patrick OBEL OKELI a rappelé que l’intelligence artificielle ne cogne pas à nos porte, mais s’impose comme la science de demain, cela par sa capacité à améliorer le bien-être de l’humanité, c’est ainsi, pendant cinq (05) jours, 16 femmes sélectionnées sur la base d’un entretien  sur la base de leur connaissance dans les domaines de l’électronique et de l’intelligence artificielle seront formées par des différents formateurs nationaux et internationaux  depuis la France, le Ghana et la Chine en présentiel et  en distanciel par visioconférence.

« Mettre un accent particulier sur l’intelligence artificielle, car cela aura pour effet d’améliorer la condition de bien-être de l’humanité et de certains enjeux mondiaux. Nous sommes ici pour susciter l’éveil  scientifique féminin. Expressément nous avons choisi le mois de mars, tout simplement parce que c’est le mois dédié à la femme.  Ainsi, nous avons voulu l’honorer en organisant cet atelier. Par exemple, l’intelligence artificielle n’a pas commencé aujourd’hui avec l’existence de la calculatrice qui date depuis des années. Pour ces dames, elles vont travailler avec quelques appareils et une démonstration d’une innovation réalisée par un congolais partant d’un facteur principal sur un système d’arrosage automatique ». a déclaré le Directeur Général de l’ANVRI aux médias au cours d’une interview qu’il leurs a accordé au terme de la cérémonie d’ouverture.

Signalons que l’ANVRI a pour vocation au Congo de contribuer à faire de la science un bien commun au service du développement socio-économique et a pour domaines des compétences : la communication scientifique ; l’accompagnement des porteurs de projets innovants ; la vulgarisation des acquis de la recherche et de l’innovation aux les bénéfices des chercheurs, des innovateurs ; les producteurs et les entreprises.

commentaires

ANVRI/ Atelier de Renforcement des Capacités des Chercheurs et Chercheurs-Enseignants à la Rédaction Scientifique

Publié le 22 Mars 2022 par André LOUNDA dans Sciences et Innovations

Placé sous le patronage du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, l'Agence Nationale de la Valorisation des Résultats de Recherches et de l’Innovation Technologique (ANVRI) a organisé du 21 au 26 mars 2022 à l’Auditorium de la Présidence de l’Université Marien NGOUABI, un Atelier de Renforcement des Capacités des Chercheurs et Chercheurs-Enseignants à la Rédaction Scientifique, dont l’objectif principal est la maîtrise de la rédaction. La cérémonie y relative de lancement a été patronné par Madame Edith Delphine Emmanuel, le chef de département de ce département ministériel en présence du Directeur Général de l’ANVRI et de bien d’autres invités.

Ouvrant les travaux, Edith Delphine Emmanuel  née ADOUKI a rappelé que l’identité de l’organisateur du Présent Atelier ainsi que la thématique retenue sont révélateurs d’une double signification. D’une part, elle nous rappelle la mission particulière dévolue à l’Agence Nationale de la Valorisation des Résultats de Recherches et de l’Innovation Technologique. Cette institution, en effet, chargée au sein de l’écosystème national de la Recherche Scientifique et de l’Innovation technologique et développement. Et pour cela, l’ANVRI a un réel impact économique et qu’elle débouche, directement ou indirectement, sur les produits ou des procédés nouveaux ou améliorés, exploités par des entreprises existantes ou crées à cet effet. C’est en cela, que réside d’autre part tout l’intérêt du thème de l’Atelier de ce jour. En effet, il n’est plus a démontré que la science, la technologie et l’innovation sont des composantes clés du développement durable d’un Etat. Et, l’accès à la connaissance et à l’information scientifique concourent assurément à la croissance économique.

Cependant, un tel objectif ne peut être atteint que si les chercheurs, les scientifiques et les innovateurs produisent des documents de qualité qui répondent à des exigences de fond et de forme. Par ailleurs, cette production scientifique fort variable, savoir : des revues, des articles, des ouvrages, des mémoires et des thèses doit être respectueuse d’une méthodologie spécifique.

Poursuivant son propos,  justifiant la tenue de cet Atelier, elle a fait constater que la production scientifique congolaise, bien que brillante, n’est toujours pas suffisante et suffisamment diffusée,« L’absence de publication, de communication, des fiches techniques et scientifiques limite les possibilités d’obtention de bourses, de participation à des rencontres scientifiques, de promotion ou encore d’obtention de financement de projets de recherche », a-t-elle indiqué.

De sa part, Monsieur Patrick OBEL OKELI, Directeur Général de l’ANVRI a fait savoir que  la rédaction d’articles en vue de leur diffusion  reste l’une des activités les plus importantes des chercheurs, la science existe parce que les scientifiques sont des écrivains et des conférenciers. Passer de la production scientifique à sa transcription documentée est un exercice difficile, surtout pour les jeunes chercheurs. La rédaction est autant un moyen de nos découvertes ou nos interventions que d’informer d’autres chercheurs du même domaine de recherche ou domaines connexes de nos avancées ou de nos données. « Une difficulté qui est en partie responsable de la faible publication des résultats de la recherche congolaise. Les exigences rédactionnelles sont à l’origine du faible taux d’acceptation des articles scientifiques dans des revues spécialisées », a-t-l souligné.

Cet Atelier sur la rédaction des articles scientifiques, qui va durer six jours, les travaux porteront sur la méthodologie de rédaction des articles scientifiques et des fiches techniques, avec pour supports les mémoires des étudiants déjà corrigés, en vue de consolider les acquis. La restitution se fera par le représentant de chaque groupe de travail. Celui-ci présentera un article scientifique et une fiche technique rédigés par son groupe.

Souhaitant pleins succès à cet atelier, Madame Edith Delphine Emmanuel ADOUKI a invité les participants par conséquent, de suivre de façon assidue la formation qui doit leur être dispensé tout au long de cet atelier. Aussi, elle leurs a rappelé que la capacité des chercheurs congolais à rivaliser sur le marché mondial et sous régional dépendra de la qualité des résultats de leurs travaux scientifiques.

 

 

commentaires

Désormais le Congo aura une subvention pour le projet des STI

Publié le 25 Août 2021 par André LOUNDA dans Sciences et Innovations

Edith Delphine Emmanuel ADOUKI, Ministre en charge de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique a présidé le 24 août à Brazzaville, les travaux de l’atelier de lancement officiel du projet de renforcement des systèmes de sciences, technologies et innovation (STI) qui va contribuer à la réalisation des politiques de développement durable en présence de la représentante de l’UNESCO au Congo, Fatoumata BARRY MAREGA et biens d’autres personnalités.

A cette occasion,  dans son Allocution de circonstance Madame Fatoumata BARRY MAREGA a déclaré que ce présent projet permettra au Congo de faire un état d’avancement de ses contributions sur les Objectifs de développement durable, a expliqué la représentante de l’Unesco. Et il s’articule autour de deux axes : la collecte des données et de cartographie, l’identification des besoins de développement. Le projet de renforcement des systèmes STI s’appuie sur la science et la technologie, en matière de recherche, pour concevoir des solutions vertes innovantes, capables de résoudre les crises climatiques, alimentaires et énergétiques afin d’atteindre les objectifs fixés dans le cadre du développement durable. Dans ce sens, il est utile que l’action politique et les décisions de gouvernance se fondent sur les éléments scientifiques.

Quant à Delphine Emmanuelle ADOUKI, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique a salué l’appui constant de l’UNESO qui a permis au Congo de faire partie des six pays pilotes choisis par l’agence onusienne dans l’exécution de ce projet. Le Projet des Systèmes STI pour le Développement Durable en Afrique se référant à la préparation du rapport attendu au 31 mars 2021 sur la Recommandation 2017 basée sur la situation de référence préliminaire du système de recherche et innovation au Congo.

 

commentaires

Élaboration du Rapport préliminaire et du Plaidoyer pour la Recherche Scientifique et les Chercheurs Scientifiques du Congo (RSSR)

Publié le 6 Août 2021 par André LOUNDA dans Sciences et Innovations

Il s’est tenu du 03 au 04 août 2021 à Brazzaville dans le cadre du Projet de Renforcement des Systèmes de Sciences, Technologie et Innovation (STI) pour le Développement Durable en Afrique, un Atelier sur la Recommandation RSSR 2017 de l’UNESCO afin d’élaborer le Rapport et du Plaidoyer pour la Recherche Scientifique et les Chercheurs Scientifiques du Congo (RSSR). Dont l’objectif de cet atelier a été de produire les deux premiers résultats de la chaîne de résultat du projet, notamment l’output 1 et la préparation de l’output 2.

Placé sous le patronage du Ministre de l’Enseignement Supérieur, la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique, l’Atelier de sensibilisation sur la Recommandation RSSR de la Directrice Générale de l’UNESCO a été réalisé du 21 au 22 juillet 2021. Cet Atelier a permis d’avancer substantiellement sur la contribution du Congo dans le projet. C’est ainsi que l’équipe de gestion du projet est validée, avec la mise en place du Bureau du GC, le projet est approprié et compris par le Groupe Consultatif et indiqué dans le communiqué final, Quatorze (14) institutions des parties prenantes sont identifiées pour collecter l’ensemble des informations attendues dans ce rapport primaire, les délais de réalisations des outputs 1 et 2 sont disponibles, le draft 2 du rapport préliminaire est produit. Cet Atelier à apporter une meilleure appropriation du projet par les parties prenantes, en particulier, le Groupe Consultatif sur la gestion des outils nécessaires aux renseignements de la recommandation de la Directrice Générale de l’UNESCO sur la Recherche Scientifique et les Chercheurs Scientifiques (RS/SR). Dans la suite de cet atelier, les 14 institutions retenues ont été engagées pour permettre au Congo de rattraper son retard notamment dans la production des outputs 1 et 2. Cet atelier a permis un meilleur recadrage opérationnel de la suite des activités.

Au cours de cet Atelier, les participants ont produit le draft 2 du rapport préliminaire qui gardera son caractère évolutif a été finalisé avec les éventuels amendements et les références à intégrer soit en note de bas de page ou en annexe du document ; la traduction anglaise du draft 2 a été réalisée ; les 14 profils des institutions retenus ont présenté leur profil sur la base de la « fiche d’enquête, Monitoring STI, Fiche synoptique des institutions », une présentation globale du profil STI Congo mise en commun des 14 profils précédents est disponible.

Un point sur les dossier de contractualisation des instituts impliqués dans la collecte des donnée RSSR 2017, des orientations pour les politiques de STI en faveur de l’égalité des sexes, un rappel des résultats attendus 1 et 2 du projet, Présentation et validation du rapport préliminaires (benchmarking du système STI) avec référence, Identification du niveau de prise en compte des différents volet du résultat 1 dans le rapport préliminaire, Présentation du travail à réaliser et les participant en travaillé en groupe.

 

commentaires

Congo: Mise en œuvre de la Recommandation sur la Science et les Chercheurs Scientifiques, 2017

Publié le 25 Juillet 2021 par André LOUNDA dans Sciences et Innovations

Peut être une image de une personne ou plus, personnes assises, personnes debout et intérieur

Le Projet des Systèmes STI pour le Développement Durable en Afrique se référant à la préparation du rapport attendu au 31 mars 2021 sur la Recommandation 2017 basée sur la situation de référence préliminaire du système de recherche et innovation au Congo a été l'objet d'un Atelier de sensibilisation et d'appropriation technique du projet s'est tenu du 21 au 22 juillet 2021 à Brazzaville.

Peut être une image de 1 personne

Le Projet de Renforcement des Systèmes STI pour le Développement Durable en Afrique dénommé Projet SC-SHS financé par l'Agence Suédoise de Développement International (SIDA) , initié par l'UNESCO au bénéfice de six pays pilotes, dont cinq anglophones et un francophone, le Congo. Il se fonde sur un accompagnement participatif de la structure de l'écosystème scientifique de façon holistique. Il représente une opportunité pour les pays pour amorcer la structuration de sa politique de recherche scientifique humaine et sociale. Il est bien entendu que le Ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l'Innovation Technologie dispose au sein de ses 11 structures de la recherche sous tutelle, toute la transversalité stratégique et opérationnelle en matière de recherche scientifique. La substance de cette recommandation se fonde, entre autres, à la reconnaissance du rôle de la science dans l'adoption des politiques et la prise de décision au niveau national, ainsi appelle à faire preuve d'intégrité et à respecter les codes d'éthiques dans le domaine de la science et de la recherche et leurs applications. À l'étape actuelle, la Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l'Innovation Technologique, porteur du projet au Congo a désigné comme demandée par l'UNESCO, un point focal et un Coordonnateur du Groupe Consultatif et une taskforce du Groupe Consultatif est en place. Cependant la mise en œuvre du projet ne peut être fluide que si les concernés, c'est-à-dire, la communauté scientifique s'approprie les contenus du projet. De ce fait, un travail de sensibilisation structurée est nécessaire pour faciliter l'implication et l'ergonomie du travail de collecte et de traitement d'information, d'autant plus que certains concepts utilisés ne sont pas trop familiers. Cette sensibilisation s'en trouve importante pour faciliter la compréhension du projet lors de son lancement effectif.

Peut être une image de 2 personnes et personnes debout

La cérémonie officielle d’ouverture de cet atelier a été marquée par le mot de circonstance du Représentant du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique qui a fixé les objectifs de cet atelier recommandé par Madame Audrey AZOULAY, la Directrice Générale de l’UNESCO dans une correspondance qu’elle a initiée à l’endroit des Ministres en charge des relations avec l’UNESCO qui a pour objet : Le Premier rapport sur la mise en œuvre de la Recommandation sur la science et les chercheurs scientifiques, 2017.

Dans sa correspondance, la Directrice Générale de l’UNESCO a fait savoir que la pandémie de COVID-19 nous a rappelé l’importance de la recherche scientifique et de la collaboration internationale en la matière.

Cela  suppose d’investir pour soutenir la recherche au quotidien. Or, le prochain rapport de l’UNESCO qui sera publié en janvier 2021 va montrer que seul 1,72% du PIB mondial est consacré à la recherche et au développement avec des disparités géographiques importantes.

C’est précisément pour encourager l’investissement pour la connaissance et la collaboration scientifique et leur donner un horizon que l’UNESCO s’est doté au cours de sa 39ème Conférence générale en 2017, d’une recommandation sur la science et les chercheurs scientifiques, en révision d’un texte sur les mêmes sujets initialement adoptés en 1974.

Ce texte exprime la volonté de la communauté internationale de faire de la science une priorité à long terme—et c’est pourquoi nos Etats membres ont voulu en suivre la mise en œuvre.

Approuvée par la Conférence générale de 2017n conformément à la résolution 39C/85, chaque Etat membre de l’UNESCO doit soumettre un rapport sur la mise en œuvre de la Recommandation, tous les quatre ans.

Je vous invite à soumettre ce premier rapport sur la mise en œuvre de la Recommandation au plus tard le 31 mars 2021.

Cet état des lieux revêt une importance particulière non seulement parce que nous connaissons une grave crise sanitaire, mais aussi parce que les Etats membres seront bientôt amenés à se prononcer sur de nouvelles normes relatives à la science ouverte et à l’éthique de l’intelligence artificielle, lors de la 41ème Session de la Conférence générale.

Afin de faciliter la rédaction de votre réponse, une note explicative est jointe, comprenant notamment les domaines clés sur lesquels la Conférence générale a spécifiquement invité les Etats membres à concentrer la mise en œuvre de la Recommandation.

Peut être une image de 1 personne et intérieur

De son côté Richard BOUKA, Spécialiste en Science au Bureau UNESCO-Brazzaville a fait une présentation et donné quelques explications aux participants sur les avantages de la recommandation RSSR 2017 et de l'outil de monitoring des profils STI pays. Au cours d'une interview qu'il nous a accordé, il a fait savoir que l'UNESCO veut accompagner les pays africains à l'amélioration des conditions de la recherche scientifique et c'est pour cela que la Directrice Générale de l'UNESCO avait écrit aux pays et leurs a présenté la recommandation sur la recherche scientifique et les chercheurs scientifiques pour donner aux pays la possibilité d'améliorer les conditions de travail et des résultats de la recherche scientifique. Et donc, le gouvernement suédois a accepté de financer ce projet qui est intitulé: Renforcement des Systèmes de Sciences, de Technologie et d'Innovation (STI) pour le Développement Durable en Afrique. C'est une activité importante qui permet au Congo d'améliorer son écosystème de recherche scientifique. L'écosystème, c'est tout ce que la recherche fait, les gens qui y travaillent et la société qui bénéficie des résultats de la recherche. C'est pour cela qu'on a intégré dans ce projet les sciences exactes et naturelles, les sciences humaines et sociales, c'est ce qui fait dire qu'à l'intérieur de la salle vous avez vu qu'il y a toute la communauté scientifique qui s'est retrouvée. Vous avez vu les représentants du Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l'Innovation Technologique et il y a le Ministère des Affaires Sociales et l'Action Humanitaire,, les Ministères des Hydrocarbures, du Plan...etc. C'est-à-dire que tous les ministères sont représentés parce que c'est une préoccupation des Etats.

Peut être une image de 2 personnes et intérieur

Soulignons que du fait que ce projet est mis en oeuvre par le Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l'Innovation Technologique, cet atelier a été destiné pour apporter une meilleure appropriation de ce projet par les parties prenantes en particulier, la taskforce du Groupe Consultatif sur la gestion des outils nécessaires au renseignement de la recommandation de la Directrice Générale de l'UNESCO sur la recherche scientifique et les chercheurs scientifiques (RS/SR).

Peut être une image de une personne ou plus, personnes assises, personnes debout et intérieur

 

 

commentaires

PNUD : Les cinq (5) lauréats de l’HACKATON COVID-19 ont reçu chacun sans discrimination 5.000 dollars Us (2.800.000 FCFA)

Publié le 8 Juillet 2021 par André LOUNDA dans Sciences et Innovations

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en partenariat avec le gouvernement de la République du Congo, les agences du Système des Nations Unies et bien d’autres ont organisé le 07 juillet 2021 à Brazzaville, une cérémonie de remise des prix aux lauréats du concours HACKATON COVID-19 sur les solutions innovantes de gestion de la pandémie à COVID-19 et de ses impacts. La cérémonie y relative a été placée sous le patronage de Léon Juste IBOMBO, Ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique en présence de Chris MBURU, Coordonnateur du Système des Nations Unies au Congo et de Malaye DIOP, Représentant Résident du PNUD au Congo.

A cette occasion, dans son mot de circonstance Malaye DIOP a fait savoir que dès le déclenchement de la pandémie à COVID-19 au Congo le 14 mars 2021, le Congo avait adopté un plan national de riposte à la pandémie à COVID-19, par lequel, il invitait la population congolaise ainsi que les différents partenaires techniques et financiers à sa mise en œuvre. C’est ainsi que la PNU à travers son laboratoire d’accélération de solutions de développement (AccLab) en partenariat avec le gouvernement, les agences du Système des Nations Unies et les autres acteurs non étatiques de la communauté des innovateurs, de la société civile et du secteur privé, avait lancé un concours d’innovation sous le concept « HACK4COVID19 », pour identifier des solutions locales de gestion de la pandémie et des efforts de relèvement socioéconomique. Le PNUD a voulu mettre les jeunes congolais au centre de la réflexion en matière de gestion de la crise à COVID-19 et de ses impacts. C’est ainsi, à l’issue de ce processus de sélection, cinq (5) projets ont été retenu par les membres du comité de sélection. Les lauréats vont recevoir une subvention de 5.000 dollars US chacun, pour mener un processus d’expérimentation en direction d’un plan de mise à l’échelle des solutions et leur intégration dans les actions de prévention, de lutte contre la propagation et du relèvement post COVID -19. Le PNUD a travers son Laboratoire d’Accélération du développement par les innovations poursuivra ses efforts avec le gouvernement, les agences du Système des Nations Unies et la communauté des innovateurs en République du Congo pour accompagner les solutions locales contribuant à un développement local durable pour améliorer les conditions de vie des populations vulnérables. Aussi, Maleye DIOP a promis que le PNUD accompagnera financièrement et techniquement ces cinq solutions à travers un processus d’expérimentation. Et qu’à travers ce concours, le PNUD fait la promotion des jeunes innovateurs congolais et de leur insertion dans la gestion de la pandémie.

Au cours de cette cérémonie, parmi les cinq (5) lauréats, il y a eu deux filles qui ont présenté aux participants leurs solutions qui sont une contribution sur la santé publique et épidémiologie, l’éducation et la sécurité alimentaire dont MOON Pharma de Paterne IYEMBI, qui est la première pharmacie congolaise en ligne par une application mobile permettant de commander des médicaments et tout autre produit pharmaceutique en ligne en toute sécurité. Ditill Gaztech de Nurcia MOUNEYI NSOUKA, une solution de vente inclusive d’énergie de cuisson propre, moderne et à moindre coût, idéale pour se conformer à la distanciation sociale car, elle évite les contacts directs entre les acquéreurs et vendeurs de bouteille de gaz grâce au compteur intelligent à cylindre connecté. Elle est donc, une offre commerciale innovante qui permet de rendre le gaz accessible à tout budget et disponible à l’achat en petites quantité sans avoir à se déplacer de chez soi. Quant à  Serge Galvin KOUMBA qui a présenté « La grande serre du Kongo », une unité maraîchère de culture sous serre et en contre-saison qui propose une solution innovante pour développer un système de vente et distribution en ligne des produits agricoles à travers une application mobile et une plateforme qui intègre la technologie USSD pour des commandes via SMS ou appel en direction de ceux n’ayant pas accès à l’internet. En amont, le client règle sa facture par paiement Mobile et est livré à l’adresse indiquée, le client fait alors ses achats à distance. Et pour. Huster AKIERA OBAMBE, qui a expliqué son produit, le masque HOZ3D, mis au point avec l’association des jeunes congolais spécialisés dans la conception, la modélisation et l’impression de 3D dans la conception, modélisation et impression 3D pour lutter contre la COVID-19 ; leur expertise a servi à la conception de masque de protection faciale, très léger et ergonomique, offrant une protection des yeux et de la bouche grâce à une visière légère et transparente. «Distillgel » d’Auguste NGUELEKA, une solution de distribution de gel hydro alcoolique autonome sans usage d’énergie électrique qui s’utilise en actionnant une pédale et le gel est récupérée dans la main. Ce dispositif ingénieux est entièrement conçu et assemblé au Congo.

Au terme de cette cérémonie, le Ministre Léon Juste IBOMBO s’est réjoui du fait que parmi les récipiendaires figurent deux jeunes filles, et il a indiqué que l’innovation dans le secteur du numérique est un levier de développement et de la création des emplois surtout pour la jeunesse.

 

commentaires
1 2 > >>